Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 00:14

mam-airplane

La discrète escapade new-yorkaise de Nicolas Sarkozy

Nouvel épisode dans la saga des avions gouvernementaux : France Inter révèle, mardi 8 février, que le chef de l'Etat est parti, en toute discrétion, à New York le week-end du 5 février. Selon la radio, qui a obtenu confirmation de l'Elysée, Nicolas Sarkozy s'est envolé directement de Bruxelles après le sommet européen de vendredi, pour quarante-huit heures de voyage privé dans la ville américaine où vit une partie de l'année son fils cadet, Louis.

 DEUX AVIONS À BRUXELLES

Un voyage qu'il a préféré garder discret, au moment où Michèle Alliot-Marie se débat dans la polémique née de son séjour en Tunisie durant les émeutes, fin 2010, et de son voyage dans le jet privé d'un riche homme d'affaires tunisien.

Sollicité par LeMonde.fr, l'Elysée justifie cette discrétion par le fait que ce séjour était à caractère strictement personnel. Le voyage a été effectué, dans un appareil de l'ETEC (Escadron de transport, d'entraînement et de calibration, qui gère les avions gouvernementaux). Plus précisément, selon France Inter, à bord d'un Falcon 7X, appareil de seize places, acheté en même temps que l'Airbus A330 baptisé par la presse "Air Sarko One" pour remplacer deux appareils gouvernementaux plus anciens.

Air-Sarko-One.jpgCet avion, surnommé "Carla One" par les aviateurs de l'ETEC – car, s'il est réservé au gouvernement, il serait occasionnellement utilisé par l'épouse du chef de l'Etat –, a fait le voyage Paris-Bruxelles, de même que l'avion présidentiel. L'usage de deux appareils pour faire un trajet aussi court avait étonné la presse belge.

Les services de la présidence expliquent que l'usage de l'A330 se justifie par la taille de la délégation qui accompagnait M. Sarkozy. Quant au second appareil, c'est un "spare", un second avion présent en cas de défaillance du premier, qui accompagne le président à chaque déplacement.

Les services de la présidence ont précisé à France Inter que Nicolas Sarkozy, puisqu'il utilisait l'appareil "à titre privé", en a réglé le voyage. Ou plus précisément, qu'il avait réglé le coût d'un billet "au tarif commercial".

"PAS DE POLÉMIQUE"

Le tarif "commercial" correspond-il à l'équivalent de celui d'un vol régulier, ou à celui appliqué pour un vol privé à bord d'un petit appareil ? La différence est de taille. Si un vol régulier coûte de 1 000 à 4 000 euros en classe affaires, un Falcon 7X coûte plus de 7 000 euros par heure de vol, et louer un  appareil de ce type revient à plusieurs centaines de milliers d'euros pour un particulier.

Pour le député socialiste René Dosière, spécialiste du budget de l'Elysée, il n'y a pourtant là rien d'irrégulier. "Il  n'y a pas de polémique sur l'usage d'un avion de l'ETEC par le chef de l'Etat pour se déplacer à titre privé, explique l'élu au Monde.fr. Il est chef de l'Etat tout le temps, même en vacances ou en week-end, et a des besoins permanents de sécurité, de personnel, et la capacité de rentrer en France rapidement."

Pour ses premières vacances, en août 2007, Nicolas Sarkozy était rentré des Etats-Unis à bord d'un vol régulier. Un geste destiné avant tout à soigner son image : son vol était suivi par un Falcon gouvernemental, qui est resté à sa disposition tout le temps de son séjour.

"Dans son rapport de 2009, la Cour des comptes a jugé que cette situation était absurde, relate René Dosière. Elle a donc préconisé que, puisqu'il ne peut pas faire autrement que de prendre un appareil de l'ETEC, Nicolas Sarkozy rembourse le prix d'un billet normal sur une ligne régulière. Il ne règle pas non plus le coût du déplacement de son personnel ou de ses gardes du corps." Interrogé sur le montant acquitté par le chef de l'Etat, l'Elysée répond qu'il est de l'ordre d'une place équivalente en classe affaires, soit de 2000 à 4000 euros.

 DISCRÉTION

Cette consigne nouvelle n'a pas cependant pas empêché la présidence, en d'autres occasions, de continuer à recourir à l'illusion du "vol régulier". Ce fut le cas lors d'un court séjour à New York en juillet 2009. Au-delà du caractère familial de ce déplacement, on peut se demander si M. Sarkozy n'a pas souhaité éviter qu'on y voie un lien avec la polémique touchant Mme Alliot-Marie

René Dosière s'interroge également sur l'hébergement du chef de l'Etat à New-York : "souvent, il garde dans ses voyages une petite partie officielle, qui lui permet de justifier l'hébergement". Sollicité par LeMonde.fr, l'Elysée répond que Nicolas Sarkozy était en voyage totalement privé et a réglé lui-même ses frais de séjour.

Par ailleurs, M. Dosière a interrogé l'exécutif sur les raisons de l'utilisation par le chef de l'Etat de l'Airbus présidentiel pour se rendre à Bruxelles, à moins d'une heure trente en TGV. L'heure de vol de l'appareil du chef de l'Etat revient à 20 000 euros. "Nicolas Sarkozy ne prend plus le train depuis qu'il est chef de l'Etat, pour des raisons de sécurité et de nuisances pour les autres passagers, qui auraient à souffrir du dispositif de sécurité lourd qui accompagne ses déplacements", répond-t-on à l'Elysée.


http://img.over-blog.com/400x266/4/16/26/23/Album/mam-airplane2.jpg

Les vacances de Fillon aux frais de Moubarak

Le Premier ministre a dit avoir utilisé un avion du régime égyptien pour des vacances fin 2010.

La polémique qui ébranle actuellement Michèle Alliot-Marie au sujet de ses vacances tunisiennes semble désormais se déplacer vers François Fillon. Mardi, Matignon a ouvert la boîte de Pandore en reconnaissant que le Premier ministre, qui venait d'apporter "tout son soutien" à la ministre des Affaires étrangères, avait emprunté un avion "de la flotte gouvernementale" égyptienne lors de ses vacances de fin d’année. Les services du Premier ministre entendaient ainsi devancer la sortie mercredi du Canard Enchaîné, dans lequel l’information était révélée.

François Fillon a en fait passé ses vacances à Assouan, en Egypte, du 26 décembre 2010 au 2 janvier 2011. A l’époque, Hosni Moubarak n’était pas encore confronté à la révolte populaire massive qui secoue le pays depuis près de trois semaines. Ses opposants exigent aujourd'hui son départ, et surtout plus de démocratie dans le pays.

 

"Une sortie sur le Nil dans les mêmes conditions"

Lors de ses vacances égyptiennes, François Fillon s’est rendu pour une excursion à Abou-Simbel, qui abrite deux temples de l'Egypte antique, à bord d'un avion appartenant à Hosni Moubarak, selon Le Canard Enchaîné. "Le Premier ministre a été hébergé lors de ce séjour par les autorités égyptiennes. Le Premier ministre, toujours à l’invitation des autorités égyptiennes, a emprunté un avion de la flotte gouvernementale égyptienne pour se rendre d’Assouan à Abou Simbel où il a visité le temple", confirme le texte des services de François Fillon. "Il a également effectué une sortie en bateau sur le Nil dans les mêmes conditions."

Pour ce qui est du voyage entre Paris et Assouan, c'est "un Falcon 7X" du gouvernement français qui a été utilisé comme le veut l'usage habituel pour le Premier ministre. "S’agissant d’un déplacement privé, son billet et celui des membres de sa famille lui sont facturés, sur ses deniers personnels, au tarif établi par l’armée de l’air, conformément à la règle qu’il s’est lui même fixé et qu’il applique à chaque déplacement privé", précise le communiqué. Matignon assure avoir communiqué dans cette affaire "dans un souci de transparence". De quoi éteindre une polémique naissante ? Pas sûr.


http://img.over-blog.com/400x300/4/16/26/23/Album/mam-airplane3.jpg

MAM toujours en pleine turbulence

Le dernier mensonge de MAM : "Je ne monterai plus dans un avion privé" [Lire la suite ici...]


Jean-Marie Le Guen : "C'est une escadrille !"


• Les déplacements présidentiels coûtent 19,7 millions d’euros !

Ce qui, selon la Cour des comptes, équivaut à 18 % du budget de la présidence de la République.

 

• Les plateaux-repas en avion de l’Élysée coûtent entre 120 et 160 euros


• La médiatisation des déplacements présidentiels a augmenté de 128 % entre 2008 et 2009

 

TOUTE LA VÉRITÉ DANS LE RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES (disponible ci-dessous)

page Rapport de la Cour des comptes

 

 

 

Sources : Le Monde.fr, Le Post.fr, Europe 1.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article

commentaires

Tourtaux 09/02/2011 16:52



Je me demande comment ce Narcisse peut arriver à se déplacer DISCRETEMENT ?



Papy Mouzeot 09/02/2011 19:20



Etonnant non, lui qui rêve d'être un acteur...


En attendant c'est un sacré comédien !



Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule