Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 06:25

http://img4.hostingpics.net/pics/367710Stormtroopers364.jpg

il sera bientôt impossible de se connecter

sans présenter notre ADN !

 

Un décret paru mardi 1er mars au Journal officiel impose aux hébergeurs et fournisseurs de services sur Internet de conserver pendant un an toute une série de données personnelles de l'internaute, comme ses codes confidentiels, ainsi que sa navigation sur la Toile.
 

"La durée de conservation des données (...) est d'un an", indique ce décret pris dans le cadre de la loi du 21 juin 2004 "pour la confiance dans l'économie numérique". Cette loi prévoit notamment que la police et gendarmerie nationale peuvent exiger ces données "afin de prévenir (...) les actes de terrorisme".
 

"Pour chaque connexion de leurs abonnés", les hébergeurs et fournisseurs de services sur Internet sont tenus de "conserver" des informations très diverses et très précises, selon ce décret. Ils doivent ainsi sauvegarder "les informations fournies lors de la souscription d'un contrat par un utilisateur ou lors de la création d'un compte", à savoir "les nom et prénom ou la raison sociale", "les adresses postales associées", "les pseudonymes utilisés", "les adresses de courrier électronique ou de compte associées", "les numéros de téléphone" ou "le mot de passe ainsi que les données permettant de le vérifier ou de le modifier".

 

Conserver le moyen de paiement, sa référence, son montant

Plus généralement, les hébergeurs doivent garder "l'identifiant de la connexion", "l'identifiant du terminal utilisé pour la connexion", "les dates et heures de début et de fin de la connexion" ou encore "les caractéristiques de la ligne de l'abonné". Pour chaque action d'un internaute sur la Toile, "la nature de l'opération" doit être consignée par ces prestataires, qu'il s'agisse d'écrire un e-mail ou de télécharger une image ou une vidéo, ainsi que "les date et heure", ordonne le texte.
 

"Lorsque la souscription du contrat ou du compte est payante", les hébergeurs et fournisseurs de services sur la Toile doivent également conserver le moyen de paiement, sa référence, son montant ainsi que "la date et l'heure de la transaction", précise-t-il. La Commission nationale informatique et libertés, la CNIL, qui défend le respect de la vie privée sur la Toile, a indiqué avoir rendu, dès 2007, un avis sur le sujet, mais celui-ci n'est pas public.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/345688FaceBookcam.jpg

Facebook veut mettre fin à l'anonymat dans les commentaires sur le Web

"Améliorer les commentaires partout sur Internet" : c'est un programme pour le moins ambitieux qu'a annoncé Facebook, mardi, en lançant une nouvelle version de sa plate-forme de gestion des commentaires. Les sites qui le souhaitent peuvent utiliser le système de Facebook plutôt que leurs propres outils de commentaires. Les internautes devront obligatoirement s'identifier avant de commenter des articles sur les sites partenaires, ce que Facebook présente comme une initiative visant à contextualiser les commentaires et à rendre les débats sur le Net plus courtois.

De nombreux sites et journaux sur Internet ont déjà sous-traité à Facebook leurs interfaces de commentaires : les internautes peuvent connecter leur compte Facebook au site et commenter ainsi les articles en signant de leur nom, avec un lien renvoyant vers leur profil Facebook. Mais, sur ces sites, il était quasiment toujours possible de commenter anonymement, sans passer par l'identification Facebook.

Dans la nouvelle version de l'interface, l'anonymat ne sera pas possible. Les sites obligeront les internautes à s'identifier avec Facebook ou d'autres fournisseurs d'identité, comme Yahoo!. Comme dans la version actuelle de la plate-forme, l'internaute aura également le choix de publier son commentaire sur Facebook en même temps que sur le site sur lequel il a commenté. Le commentaire apparaîtra sur le fil Facebook de ses amis, qui pourront, à l'inverse, poursuivre la conversation en publiant leurs commentaires sur le site initial.


Une incitation à s'inscrire sur Facebook

Facebook estime que le fait de publier des commentaires sous son vrai nom aura un effet bénéfique sur la qualité des commentaires, les internautes se montrant plus hésitants à publier des textes insultants, agressifs ou grossiers sous leur véritable identité. A contrario, l'obligation de s'identifier pourrait décourager de nombreux commentateurs qui, pour diverses raisons, souhaitent garder leur identité secrète. Mais cette évolution constitue aussi et surtout une forte incitation à s'inscrire sur Facebook : d'après les chiffres du cabinet Comscore, 2,5 millions de sites web utilisent déjà sous une forme ou une autre le Social Graph, l'ensemble des services à destination de sites partenaires proposé par Facebook, dont 80 des 100 sites américains les plus fréquentés.

Cette possibilité de publier des notes depuis Facebook sur un autre site est une première pour Facebook, et soulève des questions en terme de sécurité. Il y a quelques semaines, une faille de sécurité dans l'API (interface de programmation) de Facebook avait permis à des tiers de publier des mises à jour sur les statuts de plusieurs personnalités, dont Nicolas Sarkozy.

La nouvelle plate-forme proposera également aux administrateurs des sites des fonctions de modération plus avancée, notamment la possibilité de bannir certains mots.

 

Sarko-1984

 

 

Source : Le Monde.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article

commentaires

Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule