Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 14:09

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2010-12/2010-12-03/article_Leotard.jpg

C’est une audition particulièrement attendue dans l’enquête sur l’attentat de Karachi en 2002 : l’ancien ministre de la Défense d’Edouard Balladur, François Léotard, est convoqué cet après-midi devant le juge anti-terroriste Marc Trévidic.
Il a déjà fait part hier de son intime conviction sur cette affaire dans une tribune publiée par Rue89. Lui lie l’attentat à "l’arrêt des commissions" et à "la vente à l’Inde de sous-marins plus performants".

C’est un homme qui en sait vraisemblablement beaucoup sur cette sombre affaire. Un homme aux premières loges. François Léotard fut en effet celui qui conclut le marché Agosta en 1994, ce contrat d’armement sur lequel travaillaient les salariés de DCN, visés par l’attentat en 2002.

Un homme qui en sait beaucoup, et qui s’apprête à livrer au juge Trévidic sa version des faits. L’ancien ministre, à la veille de son audition, a même choisi de publier une tribune sur le site d’informations Rue89, où il affirme connaître les deux éléments déclencheurs de l’attentat : "l’arrêt des commissions" ordonné par Jacques Chirac dès son arrivée à l’Élysée en 1995 et "la vente à l’Inde par le gouvernement français de sous-marins plus performants que ceux qui avaient été livrés au Pakistan auparavant, contrairement aux engagements pris".

"Grande légèreté"

François Léotard ajoute, dans Rue89, que Jacques Chirac, Dominique de Villepin (alors secrétaire général de l’Élysée) et Charles Millon (ministre de la Défense) ont fait preuve d’une "grande légèreté" en stoppant ces commissions.

Cette hypothèse de représailles, François Léotard l’avait déjà évoquée en décembre 2009 devant la mission parlementaire sur l’attentat de Karachi. Pour lui, il y avait déjà un lien direct entre l’arrêt de ces commissions et l’attaque qui avait coûté la vie à 11 salariés de la Direction des constructions navales le 8 mai 2002. Une piste alors poursuivie par le juge Trévidic.
Jacques Chirac avait en effet ordonné l’arrêt des commissions sur plusieurs contrats d’armement, à cause de soupçons de rétrocommissions. Les dessous financiers de ce contrat sont également au cœur du volet financier de cette affaire confiée lui au juge Renaud van Ruymbeke. Lui non plus n’a pas encore entendu François Léotard.

Dans cet autre volet, une actualité aussi. La cour d’appel de Paris se prononce aujourd’hui également sur la légitimité des victimes de l’attentat à se constituer parties civiles.

 

 

Source : France Info

 

[…]

Partager cet article

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Mensonges et vérités
commenter cet article

commentaires

Cyril LAZARO 31/01/2011 22:26



Lui qui voulait entrer au séminaire, il va connaître la justice des hommes avant de connaître la justice de Dieu.



Papy Mouzeot 31/01/2011 22:54



A défaut de séminaire il pourrait se retrouver dans un monastère pas très catholique !



TourtauxjRacEc4ESTjIcdL 31/01/2011 17:50



Il ne fait pas de cadeaux à Balladur mais tous les gangsters de la politique ne crèvent-ils pas de leur belle mort dans leur lit?



Papy Mouzeot 31/01/2011 18:20



Léotard est certainement mouillé jusqu'au cou, ses fonctions à l'époque ne lui permettait pas d'ignorer ce scandale. Il a essuyé les tirs des camps Chirac / Balladur et lorsque le petit empereur
s'est pointé Léotard a sauté politquement parlant.



Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule