Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 11:53

http://img4.hostingpics.net/pics/839765Karachisousmarin.jpg

Politiques, magistrats, avocats, hommes de l’ombre : l’affaire Karachi, qui mêle les volets terroriste et financier, implique de nombreuses personnalités sur fond de rivalités entre Chirac et Balladur, et leurs héritiers Sarkozy et Villepin.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/928171chirac.jpgJacques Chirac

Dès son élection en 1995, le président ordonne des "vérifications" sur plusieurs contrats d’armement conclus par le gouvernement Balladur. Des commissions suspectes seront supprimées par souci de "moralisation de la vie publique". Dominique de Villepin a écrit que l’ancien chef de l’Etat voulait en fait s’attaquer au "trésor de Balladur".
Pour les familles des victimes, l’attentat de Karachi sera perpétré en représaille à l’arrêt brutal du versement des commissions.

 

http://images.doctissimo.fr/humour/photo/2484909248/dro-lait-flou/default-31430d7b.jpgEdouard Balladur

Il était à Matignon quand le contrat de vente de sous-marins au Pakistan a été signé, en septembre 1994. L’ancien Premier ministre dément avec vigueur tout financement occulte de sa campagne présidentielle de 1995, et balaie les soupçons de rétrocommissions qui auraient permis de financer sa campagne. Balladur se retranche derrière la validation de ses comptes de campagne par le Conseil constitutionnel.

 

http://www.lyonpeople.com/Dossiers/legislatives%202002/Leg4.1.jpgCharles Millon

Ancien ministre de la Défense de Jacques Chirac dès 1995, c’est lui que le chef de l’Etat charge d’aller fouiner dans les contrats d’armement. Entendu par le juge Van Ruymbeke le 15 novembre 2010, il confirme pour la première fois devant la justice qu’il y avait bien eu des rétro-commissions dans les dossiers gérés par le gouvernement Balladur entre 1994 et 1995. Il confirme également que Chirac a bien ordonné que l’on mette fin à ce système.

 

http://a6.idata.over-blog.com/93x180/1/40/95/47/Imagesblogs/avatar-sarkozy-11.jpgNicolas Sarkozy

L’actuel chef de l’Etat était ministre du Budget quand, en 1994, il aurait donné son feu vert à la création de Heine S.A. (lire ci-dessous), une société offshore basée au Luxembourg par laquelle passaient des commissions sur des contrats d’armement.
Il est ensuite porte-parole de Balladur quand, le 26 avril 1995, une somme de 10 millions de francs (1,5 million d’euros) aux origines douteuses est versée sur le compte bancaire de l’Aficeb, l’association de campagne de Balladur.
Le président a reproché à la presse de l’accuser sans preuve.

 

http://www.actionmiroir.com/wp-content/uploads/2010/04/dominique_de_villepin_reference.gifDominique de Villepin

Il est secrétaire général de l’Elysée lorsque Jacques Chirac décide de faire le ménage dans les commissions occultes sur les contrats d’armement, sans prendre la mesure des risques que cela fait encourir aux salariés de la DCN.
Ses récentes déclarations à la télévision sur ses "forts soupçons" de corruption ont déclenché une véritable tempête politique. Entendu dans la foulée par le juge Van Ruymbeke, il a semblé tenir des propos plus prudents.

 

http://www.web-libre.org/medias/img/articles/d8700cbd38cc9f30cecb34f0c195b137-2.jpgFrançois Léotard

Ministre de la Défense de Balladur en 1994, il a finalisé le contrat Agosta de vente de trois sous-marins au Pakistan. Entendu en novembre 2009 par la mission parlementaire sur l’attentat de Karachi, l’ex-ministre de la Défense a fait part de son "sentiment personnel" selon lequel cet attentat était lié "à une vengeance de personnes n’ayant pas touché leur part de commissions". Il a écarté l’hypothèse d’un lien avec "d’éventuelles rétro-commissions".


http://www.numerama.com/admin/upload/image/depute_rddv.jpgRenaud Donnedieu de Vabres

Conseiller spécial de François Léotard à la Défense, il a été directement mis en cause par l’ex-chef de cabinet de son ministre comme étant celui qui avait imposé les deux intermédiaires libanais (lire ci-dessous).
Renaud Donnedieu de Vabres a été condamné en 2004 pour le blanchiment d’une somme de cinq millions de francs (760.000 euros) en espèces découverte au siège du Parti républicain. Il affirmait à l’époque que cet argent provenait des "fonds spéciaux" de Matignon.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/497450JeanMarieBoivin.jpgJean-Marie Boivin

Personnage discret mais central dans cette affaire, mis en examen dans un autre dossier, Jean-Marie Boivin était mandataire de la société Heine S.A.. A ce titre, il sait tout des flux de commissions qui transitaient par son officine.
L’homme qui fait trembler la République aurait obtenu huit millions d’euros de l’Etat à l’issue d’un arbitrage rendu en janvier 2009.
Depuis, Jean-Marie Boivin se fait très discret.

 

http://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/hs235.ash2/49869_100000039789526_2847_n.jpgClaude Thévenet

L’homme par qui le scandale est arrivé.
Auteur, à ses heures, de romans d’espionnage, cet ancien agent des services secrets français a créé plusieurs officines privées d’espionnage industriel. C’est lui qui a signé, pour le compte de la DCN (Direction des constructions navales), le fameux rapport Nautilus (remis le 11 septembre 2002) qui pointe les commissions non versées.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/280231tak.jpgZiad Takieddine & Addulrahman El Assir

Hommes d’affaires libanais et intermédiaires présumés dans les contrats d’armement. Le Réseau K (pour Kingdom, en référence au royaume saoudien) a été mis en place pour faciliter la signature de ventes d’armes en Arabie Saoudite notamment. Selon des témoignages versés au dossier, ils auraient été imposés par le "pouvoir politique" - notamment Renaud Donnedieu de Vabres, conseiller du ministre de la Défense François Léotard - peu avant la conclusion du contrat pakistanais.
Ziad Takieddine dément toute implication dans ce contrat.

 

http://www.mediapart.fr/files/Fabrice%20Arfi/Marc-Trevidic.pngMarc Trévidic & Renaud Van Ruymbeke

Le premier, juge d’instruction antiterroriste, est chargé depuis 2007 (il a pris la succession de Jean-Louis Bruguière, parti à la retraite) de l’enquête sur l’attentat de Karachi en 2002.http://www.letelegramme.com/ar/imgproxy.php/PhotoIntuitions/2010/12/15/1148122_8758584-juge-20101215-t103a.jpg?article=20101215-1001148122&aaaammjj=20101215 Depuis 2009, il suit la piste de l’arrêt du versement de commissions sur le contrat de vente de sous-marins. Le second fait son entrée en octobre 2010 pour instruire une plainte des familles de victimes pour "faux témoignage" et "entrave à la justice". Il souhaite également enquêter sur les soupçons de corruption de dirigeants français, mais ses investigations sont pour l’heure bloquées par le parquet.


http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2010/11/22/201011221852_zoom.jpgOlivier Morice

Avocat des familles des victimes depuis fin 2008, il a contribué à relancer l’enquête au prix de déclarations parfois tonitruantes. Il a obtenu la nomination d’un juge d’instruction pour enquêter sur le volet financier de l’affaire.
Il n’hésite plus depuis plusieurs mois à clamer haut et fort que Nicolas Sarkozy est "au coeur de la corruption". Le président de la République le qualifie de son côté d’"avocat excité".

 

 

Source : France Info

Partager cet article

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Mensonges et vérités
commenter cet article

commentaires

TourtauxjRacEc4ESTjIcdL 31/01/2011 17:42



Comme on dit chez nous, y en a pas un pour relever l'autre



Papy Mouzeot 31/01/2011 18:32



Chez l'expression est : tous dans le même sac et après on les jète à la flotte !



Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule