Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 08:14

Ice-Age.jpg... qui fait froid dans le dos !

 

 

Vous prendrez bien un glaçon ?

Perol-Fakir.jpgDécidément l'actualité internationale fait bien les choses et permet de masquer certaines informations qui en temps normal nous glaceraient le sang !

Pourtant ce que nous révèle l'article de Médiapart en date du 18 avril a tout d'une bombe (pas glacée) et avait amplement de quoi embraser la colère des français qui subissent un gel de leur salaire sous prétexte de "Crise" et voient leurs économies (pour ceux qui en possèdent encore) fondre comme neige au soleil.

 

Pendant que le moral des français dégringole à -30° sous zéro, les banksters sont tout feu tout flamme et se dorent la pillule sous le soleil radieu du CAC 40.

Jamais depuis ces temps de crise, les bénéfices des banques n'auront été aussi colossaux alors que l'État (nous) étions venus à leur secours pour leur éviter la douche froide.

 

Il n'est donc pas étonnant d'entendre le nom de Christine Lagarde, cité à plusieurs reprises, pour remplacer DSK à la tête du FMI. Le lobby européen, soutenu par le Parti Socialiste français, exerce ses pressions afin de placer celle qui fût élue 5ème femme d'affaires europénne en 2002 et 30ème femme la plus puissante du monde en 2006, au sommet du FMI qui resterait ainsi aux mains des européens. L'illustre ministre de l'Économie et des finances, bien qu'impliquée personnellement dans des affaires, est donc en passe de prendre la tête du FMI au nez et à la barbe de ses concurrents des pays emmergents (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) sans oublier la Belgique, le Mexique, le Japon et surtout les États-Unis.

 

http://img11.hostingpics.net/pics/737736christinelagardeHD.jpgCe qu'elle vient d'affirmer à l'instant même...

« J'ai décidé de présenter ma candidature à la direction générale du Fonds monétaire international" (...) Cette décision, je l'ai prise après mûre réflexion et en accord avec le président de la République et le Premier ministre, qui me soutiennent totalement dans cette démarche » allant jusqu'à ajouter hypocritement  « Je ne suis pas la candidate des banques et du système. Si je suis libérale, je suis d'un libéralisme tempéré (...) Je ne suis ni la candidate de l'Eurogroupe, ni la candidate européenne, ni la candidate française (...) Etre européenne n'est pas un handicap ni un atout, être Française n'est pas un handicap ni un atout ».

 

Il se pourrait bien que Lallouette (nom de jeune fille de Christine Lagarde) finisse par tous nous plumer contrairement à la célèbre comptine !

 

Mais que vient faire Christine Lagarde dans ce billet consacré à François Pérol ?

En premier lieu, souvenez-vous que la nomination de l'ancien secrétaire général adjoint de la présidence à la tête de la BPCE a été voulue par Nicolas Sarközy en personne.

 

En 2009, François Pérol prend la vice-présidence de la Fédération bancaire française.

Je sens déjà que vous comprenez où je veux en venir...

Il paraît évident qu'en plaçant Christine Lagarde à la tête du FMI les banques européennes et notamment françaises auront la part du lion !

Joli tour de passe-passe... D'un côté, j'élimine mon concurrent direct aux prochaines élections présidentielles de 2012 et de l'autre je place un de mes fidèles lieutenants à la tête du premier organisme mondial de la finance !

Elle n'est pas belle la vie ?

 

http://img11.hostingpics.net/pics/230439Perols.jpg


Ci-dessous l'enquête publiée sur Médiapart le 18 avril :

 

http://img11.hostingpics.net/pics/895888LogoMediapart.gif

 

François Pérol s’est bien augmenté de
+247% en 2010

 

http://img11.hostingpics.net/pics/936396Scrat02.jpg

 

Si la grande majorité des Français a traversé une année 2010 déplorable, avec à la clef une stagnation ou une baisse du pouvoir d'achat, François Pérol, le patron de la banque BPCE, n'a pas franchement pâti de la crise. Sa rémunération globale est en effet passée de 461.884,10 euros en 2009 à 1.606.000 euros en 2010. C'est ce qui apparaît dans le "document de référence" que le groupe bancaire vient de publier pour l'année écoulée. Alors que le gouvernement cherche une mesure purement symbolique pour calmer la grogne salariale qui se propage dans le pays, et évoque en particulier une prime pour les salariés des groupes qui servent des dividendes à leurs actionnaires, la bonne fortune de l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée ne passe pas inaperçue. Pour lui, la majoration de ses salaires a atteint l'an passé... 247% ! Largesse inouïe d'un côté, austérité de l'autre...

 

http://img11.hostingpics.net/pics/223912Scrat3D.jpgCette hausse était certes attendue. Mediapart l'avait révélée (voir notre article François Pérol triple son salaire), à l'issue d'un conseil de surveillance de la banque BPCE (créée lors de la fusion des Caisses d'épargne et des Banques populaires) qui s'était tenu le 24 février 2010 et qui avait décidé de tripler la rémunération annuelle de son président. A l'époque, cette largesse avait fait beaucoup de bruit. Car lors de son arrivée à la tête des deux banques, François Pérol avait d'abord joué la carte du dévouement et du désintéressement. Très critiqué par des syndicats qui contestaient les conditions de sa nomination voulue par le chef de l'État, et qui ont ensuite porté plainte pour prise illégale d'intérêt, au cœur d'une formidable polémique à la suite de son refus de saisir la Commission de déontologie, il avait riposté face à ses détracteurs en faisant valoir que seul son souci de l'intérêt général l'avait conduit à accepter la proposition de Nicolas Sarkozy d'aller, en service commandé, prendre les commandes des deux banques, pour les sauver d'une crise financière menaçant de les engloutir.

 

Lors d'une audition très tourmentée devant la Commission des finances de l'Assemblée nationale, le 25 mars 2009, il avait ainsi cherché à faire taire la vague de critiques des députés en soulignant qu'il aurait un salaire modeste – toutes proportions gardées – par rapport aux autres banquiers de la place. Interrogé sur son salaire, il avait répondu: «J'ai demandé que ma rémunération soit égale à celle de mon prédécesseur, soit 550.000 euros brut annuels, et partagée entre les deux groupes. J'ai demandé aussi qu'elle ne comporte pas de part variable au titre de l'année 2009.»

 

http://img11.hostingpics.net/pics/373613Scrat04.jpg


La même rémunération que celle du PDG de la Société générale

Un an plus tard, la décision du conseil de surveillance de BPCE de multiplier environ par trois la rémunération de son président, en maintenant son salaire fixe à 550.000 euros, et en lui attribuant un salaire variable équivalent à 200% au maximum de cette somme, avait donc fait du bruit. On avait alors de bonnes raisons de penser que sous le feu des critiques suscitées par sa nomination, François Pérol s'était montré raisonnable dans son niveau de rémunération. Avant de se montrer autrement plus gourmand, à peine un an plus tard...

 

Mais encore une fois, le patron de BPCE avait rétorqué qu'on lui faisait de nouveau un mauvais procès, en soulignant qu'il ne percevrait cette part de variable de sa rémunération que si BPCE enregistrait de très bons résultats financiers.

 

Or, c'est en cela que la lecture du document de référence de BPCE pour 2010 (on peut le télécharger ici), qui vient d'être publié, retient l'attention. Il révèle en effet que la banque a engrangé de très bons résultats – comme toutes les autres banques françaises, en grande partie grâce aux financements publics qui ont été consentis par la puissance publique pendant la crise, sans vraie contrepartie. Résultat : François Pérol n'a eu aucune difficulté à réaliser les performances, en vérité très modestes, sur lesquelles était indexée la part variable de sa rémunération.

 

Le bilan est donc celui que l'on découvre dans le tableau ci-dessous, figurant à la page 98 du document de référence de BPCE.

 

http://img11.hostingpics.net/pics/631364Peroltablo.pngCliquez sur le tableau pour l'agrandir

 

 

Alors qu'il n'est arrivé à la présidence de BPCE qu'à la fin de février 2009, François Pérol n'a naturellement perçu la part fixe de son salaire qu'au prorata du temps passé dans l'entreprise, soit 457.594,10 euros. A cela sont venus s'ajouter des avantages en nature pour un montant de 4.290 euros, mais pas de part variable, comme annoncé.
 

En revanche, pour 2010, l'ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy a perçu l'intégralité de la part fixe de son salaire, soit 550.000 euros. Et à cela, est venue s'ajouter une part variable de 1.056.000 à laquelle, cette fois, le patron de BPCE n'a pas renoncée. Soit une part variable presque équivalente aux 200% de la part fixe qui avait été votée par le conseil de surveillance.


Pour 2011, François Pérol sera aussi bien loti, puisque selon nos informations, le conseil de BPCE lui a alloué le même pécule : 550.000 euros en fixe, et 200% de plus en part variable. Un an après sa prise de pouvoir controversée, François Pérol prend donc moins de précautions qu'à ses débuts, et rejoint le petit peloton des grands patrons ultra payés. A titre de comparaison, Baudouin Prot, directeur général de BNP Paribas, et Frédéric Oudéa, PDG de la Société générale, percevront une rémunération globale de respectivement 2,7 millions et 1,754 million d'euros pour 2010.
 


L'affaire Pérol devant la Cour de cassation

http://img11.hostingpics.net/pics/121638Scrat05.jpgEn quelque sorte, François Pérol "banalise" son statut personnel. Il affiche implicitement aujourd'hui un profil beaucoup plus classique, celui du patron d'une grande banque privée. Et dans la haute hiérarchie du groupe, François Pérol n'est pas un cas unique. La rémunération globale de Laurent Mignon, le directeur général de Natixis, s'élève quant à elle à deux millions d'euros dont 1,2 million de bonus, selon le document de référence de la filiale à 72% de BPCE. Hier en faillite, la banque d'investissement s'autorise désormais à offrir des ponts d'or à son principal dirigeant. En quelque sorte, tout recommence comme avant. Comme s'il n'y avait pas eu de crise. En attendant peut-être, pour plus tard, des stock-options ou autres retraites-chapeau...

 
Alors que le climat social au sein du groupe BPCE est très dégradé, cette largesse est évidemment très mal perçue par les syndicats et beaucoup de salariés. Jusque dans la hiérarchie du groupe... Car dans la foulée, pour asseoir son pouvoir, François Pérol a multiplié des gestes dispendieux en faveur de nombreux présidents de directoires des anciennes structures régionales des Caisses d'épargne et des Banques populaires. La plupart des présidents concernés (occupant des fonctions équivalentes à celles de directeurs régionaux dans des banques privées) ont ainsi profité en 2010 de fortes revalorisations de leurs rémunérations, sous la forme d'un dispositif leur allouant un fixe de 210.000 euros, majoré d'une somme équivalente à 15% du produit net bancaire contributif de leur caisse (en clair, la quote-part des bénéfices apportée par la caisse régionale au groupe BPCE), majoré encore d'un complément identique pouvant aller jusqu'à 5% ; et le tout complété par une prime pouvant aller jusqu'à 50.000 euros.

En revanche, les membres des directoires des ex-caisses régionales n'ont pas profité de semblables largesses. Alors que dans le passé leurs rémunérations étaient indexées sur celles de leur président, l'indexation a cessé de jouer en 2010.
 

Le résultat est celui que l'on devine : tout cela a suscité beaucoup d'aigreurs au sein de l'entreprise, dans un contexte où "l'affaire Pérol" n'a toujours pas trouvé son épilogue. Déboutés en appel, les syndicats Sud et CGT des Caisses d'épargne, qui avaient déposé plainte contre François Pérol pour "prise illégale d'intérêt" quand il avait quitté l'Elysée pour prendre la présidence de la banque, ont décidé de se pourvoir en cassation.
 

http://img11.hostingpics.net/pics/878652Scrat03.jpgA l'extérieur même de l'entreprise, ces largesses que les grands patrons s'accordent à eux-mêmes marquent aussi fortement l'opinion. Alors que le gouvernement a renoncé à tout coup de pouce en faveur du Smic depuis 2007, c'est-à-dire depuis cinq ans ; alors qu'il conduit une politique salariale d'austérité dans la fonction publique, comment comprendre qu'un proche du chef de l'Etat, porté par lui à la tête d'un groupe bancaire longtemps aidé par les deniers publics, joue à ce point à rebours de ce que devrait être l'exemplarité publique ?

 


http://img11.hostingpics.net/pics/410135Scrat06.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article

commentaires

pigeonxxl 16/03/2014 03:52


des comme ça de cette qualité la ! dans le pays ne cherchez pas il n'y en a pas ! 1999 c.n.p. l'assureur de malheur l'avait concocté , un écureuil en vrai receleur l'avait distribué c'était le
criminel Nuances 3d "boosté par dynamique + , le précurseur en 2001 de doublo , en 2006 des supers actions natixis , vous connaissez ? concrètement c'est + de 5ooo euros en-Volés pour dans les
poches de gros s....ds allés se poser, soit en comptant autrement avec tout ce que ça a entrainé a coté , initialement c'était la prolongation d'un p.e.l. qui était envisagé , la suite vous
l'avez deviné , un rendement mirobolant car piégé a ne pas retirer , sur la durée de bientot 15 années ...de moins 60% ! si interessé allez vous renseignez a votre agence "caisse d'épargne de
quartier ! en vérité  écureuil cette maudite bestiole est un véritable DANGER pour la société parole de pigeonné !

Papy Mouzeot 19/03/2014 12:09



Bonjour Pierre,


 


Merci beaucoup pour ce témoignage poignant qui vient ajouter quelques précisions aux agissements de ce groupe bancaire.


 


Bien amicalement,
Le Papy



caroleone 27/05/2011 22:13



Le casse-noisettes du souk......bises. Caroleone et attention à vos noisettes !!





 


 



Papy Mouzeot 28/05/2011 00:55



L'histoire ne dit pas si le client a réussi une carrière de soprano dont le plus grand fût certainement Farinelli !



Dany 26/05/2011 06:31



Bonjour Papy, la bande à Sarkonazy va penser que tu es un Papy casse noisettes !!!!!!!!!!!!!


Bizzz@+



Papy Mouzeot 26/05/2011 08:23



Bonjour Dany,


 


C'est possib' et j'espère pouvoir leur casser autre chose que des noisettes !


L'actualité est très riche en rebondissements en ce moment !


 


Bizz,
Le Papy casse-cou



caroleone 25/05/2011 19:59



Moi aussi


 






Papy Mouzeot 25/05/2011 21:29



ON Y EST...


 






Cyril LAZARO 25/05/2011 19:03



Dis moi Papy, Pérol, c'est pas à côté de Montpellier?


Blague mise à part, c'est la meilleure iconographie dont tu nous as gratifié, avec un thème constant tout au long du texte.


Tu as bien fait de mettre un euro devant les yeux de ce brave écureuil car si tu avais du mettre un gland, il y aurait eu trop de choix!



Papy Mouzeot 25/05/2011 20:18



Effectivement il existe un Pérols de Montpellier, à côté de Palavas-Les-Flots.


Pour les illustr' disons que Scrat m'a toujours bien inspiré et qu'il avait parfaitement la gueule de l'emploi pour débattre de la Caisse d'Epargne.


T'as bien raison, je crois que je n'aurais jamais eu suffisament d'espace sur mes disques durs si j'avais dû y mettre toutes les photos de glands !


 


Amitiés fraternelles,
Le Papy


 



Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule