Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 09:03

http://q.liberation.fr/photo/id/234300/r/03/02/w/459/m/1295337426

«Le peuple vient faire tomber le gouvernement», scandaient dimanche matin quelque mille manifestants venus du centre-sud du pays en entrant dans Tunis. Partis samedi de plusieurs villes à travers le pays, ils ont rejoint la capitale en alternant marche et trajets en véhicules, au sein de la «Caravane de la libération».

http://s2.lemde.fr/image/2011/01/23/540x270/1469469_3_dca3_un-manifestant-brandit-le-drapeau-tunisien.jpg

«Nous sommes venus de Menzel Bouzaiane, de Sidi Bouzib, de Regueb pour faire tomber les derniers restes de la dictature», expliquait un vieil homme drapé dans un drapeau tunisien, Mohammed Layani.

Il énumérait les principaux foyers de contestation du centre-ouest frondeur et déshérité, en première ligne lors de la «révolution du jasmin» qui a provoqué le 14 janvier la chute du président Zine El Abidine Ben Ali. Cette marche pacifique est partie samedi de Menzel Bouzaiane, à 280 km au sud de la capitale, où sont tombées sous les balles de la police les premières victimes de la révolte populaire.

 

La contestation continue par ailleurs de s'élargir au sein de la société tunisienne. Alors que la rentrée des classes dans les écoles primaires, fermées comme tous les établissements scolaires depuis le 10 janvier, doit avoir lieu lundi, l'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) a annoncé que les instituteurs allaient entamer une grève illimitée jusqu'à la dissolution du gouvernement.

 

Des policiers défilent
à visage découvert

http://s.tf1.fr/mmdia/i/28/4/tunisie-manifestation-anti-rcd-20-1-11-10385284tzctl_1713.jpg

Samedi déjà, à Tunis, des centaines de policiers avaient manifesté, en civil ou en uniforme, mais à visage découvert, devant le siège du gouvernement. Ils ont bloqué un moment l'accès du bâtiment à la voiture du président tunisien de transition, Foued Mebazaa, avant d'être écartés en douceur par d'autres policiers en service. Le groupe de policiers protestataires s'est joint à d'autres manifestants, en majorité des employés de mairie, pour réclamer de meilleures conditions de travail et le départ du gouvernement. Vendredi, pour la première fois, des policiers avaient rejoint les manifestations à Tunis et dans plusieurs villes de province. Ils réclament également la création d'un syndicat pour défendre les droits de la profession.

 

«Nous aussi avons pendant des années été victimes de l'arbitraire de Ben Ali, expliquait samedi un jeune policier de 28 ans sous couvert de l'anonymat.  Aujourd'hui, notre vie est menacée, les citoyens nous prennent pour des tueurs. Le peuple veut se venger, mais nous, nous sommes là pour assurer sa sécurité».

 

«Cette marche est volontaire et a été décidée par des jeunes, mais notre rôle de syndicalistes est de les encadrer», a déclaré Rabia Slimane, une institutrice et syndicaliste de 40 ans. «Le but de cette caravane est de faire tomber le gouvernement, notamment les ministres issus du RCD», le Rassemblement constitutionnel démocratique, ancien parti au pouvoir du temps de Ben Ali. «Cela prendra trop de temps de marcher sur Tunis, donc nous allons emprunter des moyens de transport et nous arrêter dans chaque ville sur notre chemin, pour faire une marche symbolique de quelques kilomètres avant de repartir avec les habitants venus grossir nos rangs», a expliqué cette institutrice.

 

D'autres marches similaires vont partir de Kasserine, autre foyer de la révolte populaire d'un mois qui a précipité le 14 janvier la chute du président Zine El Abidine Ben Ali, ainsi que de la ville minière de Gafsa.

 


La fin de l'autorisation préalable
pour importer des livres

Signe de l'ouverture démocratique promise, les douanes ont annoncé samedi la suppression de l'autorisation préalable d'importation des livres, revues, films, véritable censure exercée par l'ancien régime. Une commission indépendante mise en place par le gouvernement transitoire tunisien a en outre promis samedi d'enquêter sur le rôle des forces de sécurité dans les violences meurtrières pendant la éRévolution de jasmin. "Il y a une volonté de sortie de crise, mais toujours dans la même incompréhension de l'ampleur du rejet exprimé par la population de tous les symboles de l'ancien régime», a réagi samedi l'opposant Mustapha Ben Jaafar, dirigeant du Forum démocratique pour le travail et les libertés. La rupture ne sera complète qu'avec la démission du gouvernement de transition et "la création d'un Conseil national chargé de rédiger une nouvelle Constitution", selon le Congrès pour la République, le parti de l'opposant historique Moncef Marzouki, représentant de la gauche laïque rentré mardi de son exil en France. Pour sa part, le leader du mouvement islamiste interdit Ennahdha, en exil à Londres a dit espérer retourner "très bientôt" en Tunisie, dans un entretien à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel à paraître lundi.

 

 

Sources : LeMonde.fr, Médiapart

Partager cet article

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

TourtauxjRacEc4ESTjIc 23/01/2011 13:36



Attention camarade, tu n'as peut-être pas vu le chapeau que j'ai fait concernant la fraternisation des policiers avec la population pauvre du pays.


J'ai été ainsi, que d'autres internautes, plusieurs fois menacé, dont deux fois dans la même semaine, de poursuites judicières par l'AFP qui s'accapare de tout ce qui bouge.


 



Papy Mouzeot 23/01/2011 20:09



Ooops ! Merci pour l'info camarade.


Je t'ai laissé mon avis sur ton blog



Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule