Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 09:42

Article repris depuis le blog du camarade Jacques Tourtaux

http://www.kazeta.info/uploads/2010/04/udabiltza_baiona_011.jpg 

Vu l’effervescence créée par ma convocation à une gendarmerie du voisinage, je suis obligé d’éclairer un peu cette histoire.

 

L’histoire a commencé en 1999 quand 1.900 élus (seulement les présents) des 7 provinces basques réparties entre les états espagnol et français, ont décidé de monter une structure transfrontalière regroupant tous les élus et municipalités, sur le seul critère d’être volontaire pour y adhérer.

Le financement fut prévu par les subventions des institutions ; donc strictement contrôlé par les instances officielles et le ministère des Finances.

L’association nommée UDALBILTZA  fut déclarée à Madrid et Paris. L’objectif principal était la coopération et l’entraide technique, financière… entre les communes, les associations, etc… les domaines d’action étaient la langue basque, la culture, le sport, l’économie, etc… En fait, d’unir nos forces et de nous retrousser les manches sans plus avoir à tout attendre des états centralisateurs.

Il est évident que cette politique ne pouvait plaire longtemps à nos maîtres des deux capitales. L’esclave voulant se libérer de sa dépendance envers son maître, mais où va-t-on, n’est-ce pas ? 

 

En avril 2003, un juge fameux pour ses chasses aux sorcières, Baltazar Garzon, décrète qu’Udalbiltza fait partie d’ETA. Mis hors-la-loi, son comité exécutif et les salariés ! sont arrêtés, et emprisonnés puisque « tout est ETA », selon la maxime de certains juges. Le seul à traîner encore en liberté, c’était moi puisque je n’étais pas au bureau ce jour-là, de l’autre côté de la frontière. Ils ne m’arrêteront qu’en septembre, alors que j’étais en délégation pour Cubako Etxea aux journées internationalistes, près de Bilbao.

Incarcéré à Madrid, je suis sorti en fin de préventive en même temps que les autres qui y étaient depuis 1 an, en avril 2004. Caution de 60.000 euros et contrôle bi-mensuel à Irun au commissariat.

Lorsque la date du procès fut fixée à mi-juillet 2010, tous les autres ont reçu leur « invitation » personnelle en main propre ; moi, non…

J’ai donc manqué à l’appel du premier jour du procès et un MAE, mandat d’arrêt européen fut lancé à mon encontre.

Le procès s’est achevé fin septembre. Le verdict est annoncé pour 20 janvier, dans quelques jours.

 

Mardi dernier, 4 janvier, deux casquettes se sont présentés chez moi pour me donner un numéro de téléphone que je devais appeler et demander l’Adj B. ; ils n’avaient rien d’autre à me dire. J’ai donc appelé ce monsieur qui m’a proposé un RV le plus rapidement possible pour signer un papier : « ça ne prendra que 5 min et Madrid a l’air pressé »…  

Je lui ai dit que je devais consulter, il a admis volontiers ; lui, n’étant pas libre le mercredi et le jeudi, nous avons remis ma présentation au vendredi.

Evidemment, la machinerie des militants, des journalistes, etc… avec le précédent d’Aurore Martin en mémoire, s’est mise en route. Tout le monde a pensé, bien évidemment, au fameux MAE contre moi. Interviews diverses ce matin, rassemblement coordonné pour le lendemain à l’heure de mon entrée à la gendarmerie…

A 11.55, très précisément, coup de téléphone :

- « gendarmerie de LBC…. Monsieur Etchezaharreta ?... Inutile de vous présenter demain, la procédure est annulée »

- Pardon, c’est quoi cette plaisanterie ? qu’est-ce qui me prouve que vous êtes gendarme ?

- C’est moi qui vous ai porté le numéro de téléphone l’autre jour, gendarme G.. Vous n’avez qu’à appeler..

-Admettons… je peux au moins savoir de quoi il est question dans papier ?

- Je n’ai pas d’autre élément à vous communiquer…

 

Bon, j’appelle, je contrôle, tout est bien qui finit bien. Nous prévenons les amis, les journalistes qui ont fait leur boulot… Et nous cherchons à comprendre ce qui se passe ; pourquoi font-ils machine arrière ? la peur du scandale et des manifestations ? peu vraisemblable.

 

http://rcstatic.cat/img/174/kalegorria_63.gif18.10 : un journaliste du Journal du pays basque www.lejpb.com m’appelle et me donne la clé du mystère :

La convocation qui m’était destinée au procès de mi-juillet 2010 à Madrid s’est égarée entre Paris et Pau ou Bayonne, je ne sais trop. Il avait passé l’après-midi à interroger les uns et les autres, gendarmes ou procureurs de Pau et de Bayonne… 

Entre mardi et aujourd’hui, certainement alarmé par les appels des journalistes et des avocats, ils se sont rendus compte (qui ? le proc ? les flics ?) que la convocation avait dépassé « la date de péremption » et, du coup, ‘arrière toute’.

 

Du coup, logiquement (!!??), le MAE devrait être invalidé… un nouveau procès contre moi devrait être programmé à Madrid –qui dépendra certainement du verdict du 20 janvier, nouvelle convocation, je n’irai pas, nouveau MAE…

Voilà les faits ; chacun en tire les conclusions qu’il veut. En ce qui me concerne, si je peux les emm… itoufler autant qu’ils se foutent de nos gueules et qu’ils nous méprisent du haut de leur arrogance et de leur impunité, je ne m’en priverais pas…

 

 

PS : Ma caution a été réunie en quelques http://blogimages.seniorennet.be/udalbiltzaxarlo/730773-acbfe8e97f310487df5434b3d9b8961d.jpg

heures, grâce aux dons de gens de tous horizons. Le comité de soutien local a déjà remboursé une partie à ceux qui en avaient, à notre avis, un besoin plus urgent, à condition qu’ils aient laissé leurs coordonnées car beaucoup l’ont fait « sans laisser de trace ». Et, dans notre milieu de patriotes basques, les riches on en connaît très, très très peu. 

Les cautions, les frais du procès, l'hébergement sur Madrid pendant plusieurs semaines. les frais sont énormes. Si vous connaissez une Liliane Bettencourt ou un Bill Gates dans votre entourage, nous vous pouvons la présenter au Comité de Soutien aux prisonniers politiques basques du coin. autrefois, ces chancres achetaient bien des indulgences en arrosant les curés...

 

Xarlo Etchezaharreta

Sorondoa – Zelai

64240 Hasparren

Partager cet article

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Politique générale
commenter cet article

commentaires

Cyril LAZARO 07/01/2011 22:54



Les causes justes doivent pouvoir se faire entendre. Nous sommes là pour ça, avec nos modestes moyens.



Papy Mouzeot 08/01/2011 08:44



Il n'a pas de modestes moyens, il y a ceux qui combattent et les autres qui se planquent...



TourtauxjRac 07/01/2011 16:09



Bon, tu me rassures. Tu as raison, je crois que de légers frissons comment à chatouiller les militants. De premières luttes commencent, Sarkozy vaencore s'exciter mais qu'est-ce qu'il connait à
notre populace celui-là?



Papy Mouzeot 07/01/2011 18:07



Il aura beau se planquer derrière sa garde prétorienne, on le chopera avant qu'il n'ait embarqué dans son Sarko One !


Autour de moi les gens sont tous mécontents et bien sûr je leur dis de ne pas attendre 2012 pour réagir et je t'assure que je ne vis pas dans un village peuplé de communistes !



TourtauxjRac 07/01/2011 15:13



Alors là Papy, je te donne mon opinion quant au sacrifice suprême d'honnêtes gens comme toi, car il n'y a que les gens honnêtes et purs qui n'hésitent pas à faire le sacrifice de leur vie pour
assurer des lendemains qui chantent à leurs familles et à leurs compatriotes.


Pour ma part, je pense qu'un RESISTANT mort, n'est d'aucune utilité pour la noble cause qu'il défend. A l'opposé, qui mieux qu'un RESISTANT vivant peut servir le combat commun que nous menons
tous ensemble ?


Regarde XARLO, il fait un travail formidable pour la cause du peuple BASQUE, son peuple.


Il vient de m'adresser un mail plein d'humour, à se tordre de rire tant lui et ses camarades tournent en dérision ceux qui veulent l'embastiller dans les geôles espagnoles. Je viens de lui
demander si je peux le publier, j'attends sa réponse. C'est à mourir de rire.


Même dans l'adversité, le camarade lutte avec pugnacité.


S'il était mort, crois-tu que ce serait possible ?


Pas de martyrs camarade, mais des combattants de tous âges prêts à en découdre avec nos ennemis.



Papy Mouzeot 07/01/2011 15:46



C'est très gentil ce que tu me dis mon ami, mais tu sais, je suis certainement "naïf" mais ce que j'écris je l'assume sans être non plus un de ces kamikazes. J'irais jamais me pointer avec une
ceinture de grenades autour de la taille et faire sauter d'innocentes victimes, mais bientôt le moment de se battre sera là, faudra y aller et je serais en première ligne. Les prémices de la
bataille ont déjà eu lieu avec toutes les provocations de ce gouvernement et des suppots du CAC 40. On prendra des coups mais on en donnera aussi et j'espère que ce combat sera celui de la
liberté pour tous les justes de ce pays.



TourtauxjRac 07/01/2011 12:21



Merci pour lui camarade.


Je suis très content de savoir mon camarade entouré d'une foule d'amis dans tout le pays et au-delà.


Tu sais XARLO et moi, nous sommes à peu près du même âge et dès qu'il a découvert mon modeste blog, il m'a de suite contacté et depuis, nos correspondances quotidiennes fraternelles n'ont de
cesse.


Dans un mail, lorsque nous avons fait connaissance, je le dit sans forfanterie, XARLO a prétendu que son parcours militant n'était rien à côté du mien et pourtant, à partir de l'instant où l'on
s'engage pour une cause aussi noble que la nôtre, il ne peut exister de petits militants.


Je vais te faire une confidence :


l'atout des gens comme XARLO et moi-même, est que nous connaissons la terrible souffrance que nos impose nos ennemis de classe mais aussi des gens prétendument de notre bord qui ne font rien sans
intérêt.


Les gens de notre accabit sont rares et c'est sans aucun doute la raison pour laquelle nous nous reconnaitrions, même au milieu de centaines de personnes.


Même chose entre militants accomplis de lutte de classes. Je le dit encore une fois, c'est l'honneur et la fierté des militants.


Par exemple, je suis très honoré de compter parmi les meilleurs camarades et amis de Xavier MATHIEU et Manu GEORGET.


Il en est de même pour les anciens déportés dont le parcours hors du commun de par l'inhumanité monstrueuse qui leur a été imposée, force le respect.


Je ne puis passer sous silence le parcours des très rares camarades, pour la plupart communistes, qui refusèrent d'aller combattre le peuple Algérien.


Idem pour l'infime poignée de soldats communistes qui suivirent le combat que leur a inculqué LENINE, celui de militer au sein même de leur unité contre la guerre.


Voilà camarades, des raisons qui font que certains militants se reconnaissent en tous lieux et conservent des liens très fraternels exceptionnels comme ne peuvent en avoir que ceux qui ont vécu
de telles épreuves.


Nous sommes tous des XARLO!!



Papy Mouzeot 07/01/2011 13:42



C'est vraiment trop d'honneur que tu me fais là mon camarade, je ne peux me comparer à vous, faute d'expérience.


Le Papy n'est qu'un anonyme parmi tant d'autres, prêt à sacrifier sa vie pour la révolution citoyenne. Si le monstre capitaliste veut des martyrs il en aura et j'en suis déjà mais ils n'auront
pas ma peau si facilement.



Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule