Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 13:36

Collector ChiracUn jugement abracadabrantesque
qui restera historique !

 

Enfin (presque) !

Le président de la 11e chambre correctionnelle de Paris, Dominique Pauthe, avait mis son costume de Père Noël en prononçant ces quelques mots : « Jacques Chirac est déclaré coupable ».

 

C'est un tout petit cadeau offert à la démocratie avec cette condamnation symbolique au regard des chefs d'accusations qui pesaient contre l'ancien président de la République mais c'est aussi un avertissement lancé par la magistrature au travers de cette condamnation historique.


Trois chefs d’accusation avaient été retenus contre l'ancien chef de l'Etat âgé aujourd'hui de 79 ans, il encourait dix ans de prison et 150.000 euros d’amende.
"Prise illégale d'intérêts", "détournements de fonds publics" et "abus de confiance" pour 21 emplois de complaisance présumés payés entre octobre 1992 et mai 1995 par le cabinet du maire de Paris, fauteuil occupé par Jacques Chirac de 1977 à 1995 .

 

La principale victime, la ville de Paris, avait renoncé à se porter partie civile au procès, ayant été indemnisée par l’UMP et Jacques Chirac.

 

Dans le volet parisien de l'affaire (21 emplois fictifs), l'ex-maire de Paris a été déclaré coupable de deux des trois chefs d'accusation : "abus de confiance" et "détournement de fonds publics". Il est relaxé sur la "prise illégale d'intérêts". Dans le volet instruit à Nanterre (7 emplois), il a en plus été condamné pour "prise illégale d'intérêts".

 

« Jacques Chirac connaissait tous les rouages »

« Jacques Chirac connaissait tous les rouages », a déclaré Dominique Pauthe en référence au recrutement de chargés de missions fictifs mais travaillaient en réalité pour le RPR.

 

Parmi les neuf co-prévenus, certains ont été condamnés, d'autres non. Les deux anciens directeurs de cabinet du maire ne sont pas logés à la même enseigne :

- Michel Roussin est relaxé.
- Rémy Chardon est condamné à trois mois de prison avec sursis.


Parmi les bénéficiaires des emplois fictifs, on peut citer :

- François Debré, fils de l'ancien Premier ministre Michel Debré : deux mois avec sursis.
- Jean de Gaulle, petit-fils de l'ancien président Charles de Gaulle : trois mois avec sursis.
- Marc Blondel, ancien secrétaire général de Force ouvrière : coupable (il avait bénéficié d'un chauffeur) mais dispensé de peine.


Pour mémoire, le parquet avait requis une relaxe générale dans les deux dossiers. Ce jugement est donc aussi un désaveu envers les procureurs un peu trop enclin avec le pouvoir exécutif. En effet, le 20 septembre, les deux procureurs, sur instruction de leur hiérarchie, et donc du ministère de la justice, n'avaient pas hésité à requérir une relaxe générale, allant même jusqu'à justifier un à un les emplois fictifs incriminés. En conséquences, ce jugement est doublement historique parce que les magistrats du tribunal correctionnel de Paris ont infligé un cinglant camouflet au parquet.

 

« Initiateur et auteur principal des délits d'abus de confiance »

Les attendus du jugement sont particulièrement sévères à l'égard de l'ancien maire de Paris, qualifié d'"initiateur et auteur principal des délits d'abus de confiance, détournement de fonds publics, ingérence et prise illégale d'intérêt". Ni l'ancienneté des faits, plus de quinze ans, ni son statut d'ancien président de la République, ni son état de santé ne sauraient l'exonérer : «  Jacques Chirac a manqué à la probité qui pèse sur les personnes publiques chargées de la gestion des fonds ou des biens qui leur sont confiés ».

 

La stratégie de "la sortie par le haut"

En début de soirée, un communiqué de Jacques Chirac est adressé aux agences de presse. L'ancien président "prend acte du jugement", évoque la "blessure" et la "tristesse" qu'il lui inflige, mais "sur le fond", le "conteste catégoriquement". «  Pour autant, je ne ferai pas appel. Je n'ai hélas plus les forces nécessaires pour mener, par moi-même, face à de nouveaux juges, le combat pour la vérité (…). Le respect de nos institutions exige que l'apaisement vienne (…). Je m'en remets à mes compatriotes qui savent qui je suis : un homme honnête ! »

 

Eva Joly : « Aujourd'hui, la justice est faite »

Parmi les nombreuses déclarations de la classe politique je retiendrais simplement celle de l'ex-magistrate Eva Joly qui me paraît la plus pertinente : « Aujourd'hui, la justice est faite. C'est moins la sanction que la condamnation qui est aujourd'hui centrale. Nul citoyen ne doit être au dessus des lois si nous voulons redonner confiance dans la justice et la démocratie. Dans une République exemplaire, c'est le devoir des femmes et des hommes politiques que d'en finir avec ces pratiques malsaines ».

 

Le débat sur le statut pénal du chef de l'État relancé ?

A l'heure où de nombreuses affaires de financement occulte de partis politiques resurgissent, le jugement du 15 décembre rappelle, comme l'ancien président Chirac l'avait lui-même souhaité, que "tous les citoyens sont égaux devant la loi". La "démocratie irréprochable" que voulait incarner Nicolas Sarkozy en 2007 ne saurait s'affranchir de ce principe de base. Dans cette affaire, Jacques Chirac, qui se croyait sans doute encore protégé par l'immunité pénale dont il avait bénéficié pendant ses douze années à la tête de l'Etat, a cherché à sortir des mailles du filet, alors que son ancien premier ministre, Alain Juppé, s'était vu infliger, dans une affaire connexe, une peine de quatorze mois de prison avec sursis. Même le dédommagement versé à la Ville de Paris, en août 2010, ne lui aura pas permis de se glisser entre les gouttes. Si cette condamnation symbolique est à porter au crédit de la justice et de la démocratie, elle devrait conduire les politiques, à quatre mois de l'élection présidentielle, à remettre en débat la totale immunité du président de la République.

 

Pendant toute la durée de son mandat, le président, au titre de l'article 67 de la Constitution, est intouchable. Garant statutaire de l'indépendance de la justice, il est inattaquable alors même que, comme n'importe quel justiciable, il peut porter plainte contre qui bon lui semble. Le monarque en a usé et abusé, notamment en poursuivant Dominique de Villepin dans l'affaire Clearstream. Il y aurait là comme un bug à corriger.

 

Chirac Vache

 

Bonus : Special investigation CHIRAC - LA JUSTICE AUX TROUSSES

 

Special investigation CHIRAC - LA JUSTICE AUX TROUSSES (1/4)

 

 

Special investigation CHIRAC - LA JUSTICE AUX TROUSSES (2/4)

 

 

Special investigation CHIRAC - LA JUSTICE AUX TROUSSES (3/4)

 

 

Special investigation CHIRAC - LA JUSTICE AUX TROUSSES (4/4)

 

 

 

 

Sources : LeMonde.fr, Rue89.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Politique générale
commenter cet article

commentaires

fanfanchatblanc 19/12/2011 12:34


ça me sied de constater que la Justice est capable de rester indépendante.. peu importe le quantum de la peine.. je rejoins Eva Joly sur ce point... mais à quand la suite et surtout la remise en
question du statut du chef de l'état afin que plus jamais ils n'aient la bride sur le cou mais que bien au contraire ils aient les choquotte sur leur devenir... un peu de morale en politique
s'impose...  à bon entendeur salut... Bravo Papy pour la qualité et la pertinence de tes articles. Bises

Papy Mouzeot 19/12/2011 18:27



Bonsoir Fanfan,


 


Ton commentaire sonne juste tel le tocsin de la démocratie ! C'est ce que le peuple exprime aussi par cette volonté de respect des valeurs de notre pays que certains ont trop tendance à oublier :
liberté, égalité, fraternité.





 


 


Bizz,
Le Papy



caroleone 17/12/2011 19:07


Maintenant que tu en parles, il me semble me rappeler que tu avais déjà abordé le sujet.....


Je suis mauvaise élève, je n'ai pas tout retenu


 


Bises


 


caroleone

Papy Mouzeot 18/12/2011 13:21



Entre nous on s'en tape un peu de ses goûts en matière de boisson, hein ?


Ce n'est pas ce qui nous a coûté le plus cher sous sa présidence...


 


Bizz,
Le Papy



caroleone 17/12/2011 15:12


Bonjour papy,


 


Elle est jolie cette papyrodie de la vache et du prisonnier, elle est bien trouvée !


Il y a un rapport entre chichi et la bière corona ?


Bises


 


caroleone

Papy Mouzeot 17/12/2011 18:33



Bonsoir Caroleone,


 


Entre Chirac et les Corona c'est une très longue histoire d'amour. C'est sa bière préférée et elle nous a coûté une petite fortune !


 


Bizz,
Le Papy



PAFLARAGE 17/12/2011 08:14


YES!!!


Un Chirac qui RAQUE pas vraiment mais bon,


on comprends dans cet article (complet et excellent au passage..),


et c'est là où je te rejoins PAPY, qu'il existe encore dans ce pays une justice indépendante.


ALORS, moi ça me réjouis et je me prends à réver tout haut ...


Nabot léon à ST-Hélène...


car vu la gueule qu'il a c'est pas ALZHEIMER qui le guette lui ...


ça serait une O.D de cok à

Papy Mouzeot 17/12/2011 12:25



En matière de corruption je pense que l'élève a largement dépassé le maître...


 





 


Si on éliminait tous les ex-magistrats, avocats et autres juristes des fonctions politiques, je me demande combien il resterait de politichiens au final ?


 


Bizz,
Le Papy



Adam 16/12/2011 19:13


Il s'est pris une sacrée tarte le Chichi, un homme qui a tellement défendu la cause des


......pommes !


Félicitation pour tes Papyrodies


Amitiés Papy Noël

Papy Mouzeot 17/12/2011 01:17












 


Amicalement,
Le Papy



Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule