Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 15:18

http://electricite-atelec.atelec-electricite.fr/images/acc1g.jpg

 

Voila un sujet qui vient faire suite à ce qui avait été traité ici le 21 décembre dernier et qui dénonçait les magouilles de l'Assemblée qui fidèlement aux ordres de Sarközy et de ses potes capitalistes avaient discrétement votés la loi NOME au cours de la nuit du 24 novembre. Ni vu ni connu, j'tembrouille, dans le domaine du jamais vu, cette loi NOME est une première qui oblige une entreprise à céder une partie de ses atouts à des concurrents qui produisent peu ou pas du tout d’électricité.

La mort du Service Public est en route...

 

Comment cet assassinat est-il possible ?

 

1°) - Poweo cesse sa production d'électricité

Le fournisseur alternatif d'énergie Poweo a annoncé mercredi 22 décembre qu'il se désengageait des activités de production d'électricité en vendant pour 120 millions d'euros ses actifs à son actionnaire de référence, l'autrichien Verbund, pour assurer sa continuité d'exploitation.

Le groupe a indiqué dans un communiqué qu'il adaptait "son modèle dans la perspective de la loi NOME (nouvelle organisation du marché de l'électricité) et se désengage des activités de production afin d'assurer sa continuité d'exploitation".

Les actionnaires du groupe ont décidé de céder à Verbund les 60 % de Poweo production que l'autrichien ne détient pas encore, pour un montant de 120 millions d'euros. Dans ce cadre, le groupe indique qu'il bénéficiera "jusqu'au 30 juin 2013 d'une option de rachat des actifs cédés à un prix identique, au cas où les évolutions des conditions réglementaires ou de marché justifieraient une telle opération".

 UN SYSTÈME INÉDIT

Il précise maintenir "sa confiance dans la mise en œuvre courant 2011 d'un cadre réglementaire satisfaisant pour ses activités de commercialisation d'énergie", mais indique qu'il "déterminera les contours et perspectives de ses activités de commercialisation sur la base des décrets d'application de la loi NOME". Celle-ci crée un système inédit, l'accès régulé au nucléaire historique (Arenh), qui va obliger EDF à vendre jusqu'à un quart de la production d'électricité de ses centrales nucléaires à ses concurrents : GDF Suez, Poweo, Direct Energie, etc.*

Son objectif est justement de faire profiter les nouveaux fournisseurs d'énergie des bas coûts de production du parc nucléaire français.

 

 

2°) - Veolia et EDF en passe de perdre l'éclairage de Paris

Un coup dur pour Veolia et EDF. La filiale commune de ces deux groupes, Citelum, est en passe de perdre le contrat d'éclairage de plus de 900 millions d'euros de la ville de Paris, rapportent vendredi 14 janvier Les Echos.
 

"La Ville de Paris s'apprête à confier son contrat phare (...) à un consortium composé de Bouygues et Vinci", écrit le quotidien économique. La commission d'appel d'offres de l'Hôtel de Ville de la capitale, qui s'est réunie mardi, a écarté la candidature de Citelum pour un vice de forme, "retenant celle de son concurrent composé d'ETDE et Aximum, deux filiales de Bouygues, ainsi que de Vinci".

PROPOSITION FINANCIÈRE PLUS INTÉRESSANTE 

Les montants des offres formulées par les deux candidats ne sont pas encore précisément connus, mais ils seraient inférieurs aux 900 millions d'euros attendus par la Ville, précisent Les Echos. Selon le journal, le consortium Bouygues-Vinci aurait fait une proposition financière plus intéressante que celle de Citelum. "L'offre du consortium nous paraît très favorable pour les intérêts de la collectivité", a indiqué une source anonyme de la mairie au journal.

Ce contrat, qui comprend l'éclairage de 150 000 points lumineux de Paris, la maintenance et l'exploitation de ses éclairages publics et de ses feux tricolores, pèse plus de 900 millions d'euros sur dix ans. Citelum a déposé un recours en référé devant le tribunal administratif pour tenter d'obtenir l'annulation de l'intégralité de l'appel d'offres, en espérant que tout le processus d'attribution puisse être repris à zéro. Le juge devrait rendre sa décision dans quelques jours.

 

 

Source : LeMonde.fr, Les Echos et le Papy Mouzeot (pour le sujet précédent)

 

 


 

L'avis du Papy Mouzeot : *****

 

* "As tes risques" : le Papy l'est pas encore complétement sénile, il avait déjà prévenu et fait suivre une pétition intitulée "Hold-Up" sur l'Énergie".

 

Pour le moment la privatisation des entreprises du Service Public n'a rien apporté de positif pour les consommateurs français, si c'est n'est qu'un chiffre en bas de la facture qui ne cesse de grimper même qu'un jour on le retrouvera à la place de la date !

Donc je terminerais par cette question : "À qui profite le crime du Service public" ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Economie
commenter cet article

commentaires

TourtauxjRac 15/01/2011 09:54



Et quique c'est qui va trinquer?


C'est nous!



Papy Mouzeot 15/01/2011 10:16



Tu sais bien, c'est toujours les mêmes qui trinquent et les mêmes qui s'engraissent.



TourtauxjRac 14/01/2011 17:19



En jetant un cil sur le torchon régional, j'ai lu un truc qui a particulièrement attiré mon attention : les éoliennes vont pulluler dans ma région!


Comme tu dis, a qui profite le crime?


En effet, certains culs-terreux doivent avoir vachement de blé pour amputer leurs champs afin d'y implanter des éoliennes, qui doivent coûter vachement d'oseille à l'acquisition mais doivent
rapporter gros rapidement. Le but de la manoeuvre n'est-il pas de revendre la denrée si recherchée par les profiteurs pour s'engraisser au prix fort avec notre électricité.


Au siècle des lumières, il est plus que temps d'éclairer la lanterne des citoyens.



Papy Mouzeot 14/01/2011 21:27



Hum hum... Nous ne dirons pas cul-terreux entre personnes de bonne éducation n'est-ce pas Jacques ?


Ce qui n'enlève rien dans la pertinence de ton commentaire car effectivement EDF sous la contrainte du despote et des ses sujets sont contraints à acheter toute forme d'énergie électrique propre
et surtout à perte.


Le but ?


Faire plonger le monopole d'EDF en tant que fournisseur historique et privilégié de l'énergie électrique afin d'en redistribuer les bénéfices aux potes Bolloré & Co.



Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule