Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 16:47

http://img11.hostingpics.net/pics/315205ManifLiseMTP05.jpg

PLUS JAMAIS ÇA !

 

Plus de 500 personnes, enseignants, parents d'élèves, et élèves se sont rassemblés cet après-midi à Montpellier, sous la pluie, pour effectuer une marche blanche académique. 800 manifestants selon les chiffres de le police, entre 500 et 600 selon moi, mais je n'ai plus trop l'habitude de la foule, en tous cas  nous étions beaucoup moins qu'hier à Béziers. Les conditions météo n'ayant pas contribuées à un plus grand rassemblement pour une ville telle que Montpellier.

Durant l'attente du signal de départ de cette marche blanche, j'ai beaucoup écouté et échangé avec des enseignants de Béziers, de Montpellier et ses alentours. J'ai même entendu un abruti de passant qui s'adressait à sa compagne lui disant d'un air méprisant : « Tiens regarde, y'a que des profs ! ». Pauvre et minable ignorant, tout comme ceux qui critiquent les enseignants sans connaître leurs véritables conditions de travail. Il n'y avait pas que des "profs", beaucoup d'élèves de Béziers et de Montpellier avaient fait le déplacement, des parents d'élèves aussi et même un Papy Mouzeot, qui lui n'a jamais fait partie du corps enseignant, mais qui était là pour soutenir les dernières valeurs de notre république trop souvent bafouée. Je suis venu pour apporter mon soutien à une profession que je respecte mais aussi pour répondre au message désespéré de Lise Bonnafous, qu'il me semble avoir compris . « C'est pour vous ! »...  

«  il faut refonder, à tout prix, une nouvelle et authentique école de la République, celle où primaient les valeurs du civisme et du travail. Celle où le professeur était au centre de tout. Celle où l’enfant du peuple pouvait devenir fils de roi »

Lors de ce rassemblement j'ai pu facilement identifier les enseignants qui venaient de Béziers, encore sous le choc, venus défiler pour "le recueillement, pour permettre à tout le monde, enseignants ou pas, de trouver du sens à ce drame à cet acte fait au sein du lycée", et puis les professeurs du montpelliérain, moins consensuels, qui en veulent surtout au ministre Chatel et au recteur : "le choix des mots est important pour un professeur et dire que le professeur “entretenait de mauvaises relations avec les élèves” est indigne".

http://img11.hostingpics.net/pics/660884ManifLiseMTP01.jpg

 

http://img11.hostingpics.net/pics/725228ManifLiseMTP02.jpgBien après 15 heures, la pluie devenait plus indulgente et les services de police avaient enfin réglé la circulation afin de permettre le départ du cortège en direction du rectorat.

Je tiens à témoigner que cette manifestion n'a nullement été organisée, ni récupérée, par aucun syndicat ou parti politique. D'ailleurs où sont les politiques face à ce drame de l'Éducation Nationale ?

 

 

Aucune banderole, aucun badge, seules des larmes, de la colère et quelques affichettes tenues entre les mains des élèves du lycée Jean Moulin dénonçant des : plus jamais ça, hommage à Lise, quel avenir pour nous ?, assez de merde, le recteur avec nous pas contre nous, lycéens en colère, tous ensemble pour Lise, Assez de mépris, tous fra­giles...

Stéphane, professeur de physique-chimie du lycée Jean Moulin, déclarait : « On est là pour le recueillement, pour permettre à tout le monde, enseignants ou pas, de trouver du sens à ce drame à cet acte fait au sein du lycée ».

 

http://img11.hostingpics.net/pics/941389ManifLiseMTP03.jpg

Précédés par de nombreux chacals avides de sensationnel, le cortège est finalement arrivé sur le parvis du rectorat.

J'ai pu lire et entendre ci où là que les enseignants n'avaient aucune revendication à formuler, sous-entendu, le mouvement initié par le sacrifice de Lise Bonnafous serait détourné, voire instrumentalisé par les syndicats...

Foutaises et mensonges ! Je vous l'affirme pour avoir été présent et témoin du malaise réel que vivent tous les enseignants venus crier leur ras le bol ce jour à Montpellier.

Les revendications existent et même depuis longtemps, au moins depuis 20 ans, mais qui aurait l'audace de prétendre le contraire à part la presse et la hiérarchie administrative ?

 

http://img11.hostingpics.net/pics/130997ManifLiseMTP04.jpg

 "L'immolation se définit comme un symbole de résistance"
  

http://img11.hostingpics.net/pics/443766ManifLiseMTP06.jpg

Voici ce qui a été déclaré devant le rectorat de Montpellier à l'attention de Christian Philip :

« La multitude de témoignages que nous recevons de nombreux établissements de France nous montrent que nous sommes tous dans la même situation. La parole est en train de se libérer sur le malaise enseignant : écoutez-la ! »

« Nous nous interrogeons sur votre absence au lycée et aux obsèques de Lise ».

A noter que Luc Chatel avait fait le déplacement jusqu'à la sous-préfecture de Béziers le jour du drame mais il s'était bien gardé de passer par le lycée Jean Moulin !

Bernard Duffourg, secrétaire académique du Snes, relevait dans un autre texte : « L'immolation se définit comme un symbole de résistance »  avant de déplorer des conditions de travail à l'origine de "39 suicides par an pour 100.000 enseignants" ou de "dépressions qui concernent 40% des professeurs", 75% des arrêts maladie étant directement concernés par la dépression vécue par les traumatismes professionnels", .
« Nous avons écrit au ministre pour lui demander d'accorder à la rentrée une ou deux journées pour mettre à plat dans chaque établissement les problèmes et trouver des solutions », a-t-il encore précisé, déplorant notamment le manque criant d'infirmières et de médecins.

 

http://img11.hostingpics.net/pics/605866ManifLiseMTP07.jpg

Montée de la rue de l'Université en direction de la préfecture

 

Puis vint l'ascension finale en direction de la préfecture de Montpellier, point final de cette marche blanche académique, pour adresser un message ultime au ministre Chatel.

 

http://img11.hostingpics.net/pics/846856ManifLiseMTP08.jpg

Mettre fin à la calomnie et au mensonge

Michaël Young, professeur d’anglais, a demandé qu’une enquête dise "toute la vérité sur ce drame. On nous a dit qu’elle était suivie psychologiquement, mais on a des informations contraires comme le refus du mi-temps qu’elle avait demandé".


Je tiens aussi à ajouter que parmi les doléances les plus souvent citées entre enseignants revenaient celles-ci : 

 « On a mis l’enfant au milieu du monde éducatif. On les écoute plus que les profs. Le moindre ragot lancé par des élèves, relayé par des parents devient parole d’évangile » .

«  Les parents sont de plus en plus intrusifs. Certains n’éduquent pas leurs enfants et demandent à l’Éducation nationale de le faire à leur place » .

 

Des témoignages qui rejoignent ceux qui ont déjà été développés sur ce blog, contrairement à ce que peuvent en penser et dire certains de mes détracteurs, notamment avec les interventions poignantes d'Alain S., enseignant, de la blogueuse militante Caroléone, élue PCF, ex-présidente du conseil local de la ville de Mantes-la-Jolie et toujours membre du conseil d'administration du lycée de Magnanville. Des témoignages qui ne pratiquent pas la langue de bois et qui dénoncent la terrible cruauté que subit le corps enseignant depuis bien trop longtemps.

"On" voudrait assassiner l'Éducation Nationale, qu'on ne s'y prendrait pas autrement...

 

http://img11.hostingpics.net/pics/870266ManifLiseMTP09.jpghttp://img11.hostingpics.net/pics/577137ManifLiseMTP10.jpghttp://img11.hostingpics.net/pics/818758ManifLiseMTP11.jpg

PLUS JAMAIS ÇA !

Partager cet article

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans RÉSISTANCE
commenter cet article

commentaires

Serge des bois 22/10/2011 10:00



Bonjour Papy,


Il ne reste qu'à espérer qu'un tel geste ne sera pas vain et qu'il aura permis de prendre conscience de la grande détresse de beaucoup d'enseignants, aggravée depuis qu'on vit en Sarkosie. 


A présent, peut-être faudra-t-il descendre un peu plus nombreux dans la rue quand l'occasion se présentera, pour se battre et se battre encore contre ce système qui tue, en saisissant toutes les
opportunités ....


Amitiés fraternelles


 


 



Papy Mouzeot 22/10/2011 11:56



Bonjour Serge,


 


Tu sais les enseignants doivent faire face à un rouleau compresseur impitoyable qui s'appelle l'administration. Tout a été mis en place pour éteindre cet incendie trop dangereux en période
pré-électorale et surtout afin d'éviter un nouveau mai 68 qui ne demande qu'à exploser.


Malgré tout je pense que ce gouvernement n'arrivera pas au terme de son mandat sans payer la note de ses injustices sociales. Les français sont tous à bout et les prochaines mesures de
restriction que le monarque va nous annoncer dans l'espoir de remonter dans les sondages vont certainement lui péter à la gueule !


 


Amitiés fraternelles,
Le Papy



Cyril LAZARO 21/10/2011 19:31



Bravo Papy pour ce reportage qui correspond à la réalité du malaise dans le monde enseignant, monde sacrifié, financement de la dette oblige.


Le Medef s'intéresse très fortement au système éducatif qu'il veut plus proche de l'entreprise. A quand des stages d'initiation au monde du travail  pour les enfants de 5 ans? Je suis sûr
que l'on pourrait ainsi réindustrialiser la France...





Comment seront les profs de demain?





Je souhaite que le geste désespéré ou très réfléchi de cette enseignante aidera à se poser les bonnes questions et aidera à construire un monde meilleur pour les générations à venir.


Amitiés



Papy Mouzeot 21/10/2011 19:36



C'est tout l'intérêt de ce geste ultime mais seuls les instruits l'ont compris !


Et les enseignants ça fait déjà plus de 20 ans qu'ils la remboursent la dette !


 


Bizz,
Le Papy



Dany 20/10/2011 22:35



Merci pour les photos Papy et pour relayer toutes ces manifestations de respect envers Lyse, je ne rabâcherai pas ce que j'ai dis dans mes commentaires précédents, j'ai beaucoup de compassion
pour ceux qui souffrent dans leur travail et il faut oser dire stop même si c'est difficile.Sujet tabou bien sur !Tout les politiques nous prennent pour des sous merdes


Bises PAPY


 



Papy Mouzeot 20/10/2011 22:45



Ça c'est bien envoyé !


 





 


Bizz,
Le Papy


 



caroleone 20/10/2011 19:57



Bonsoir papy,


 


Les horaires plancher par discipline doivent être respectés à chaque niveau, normalement on ne peut aller en dessous, par contre si l'établissement a intégré dans son projet d'établissement des
aménagements spéciaux, on peut monter le nombre d'heures pour pallier un manque, comme par exemple le français dans les classes de 6e, pour les aider à bien démarrer.


Les enseignants ont plus de boulot, parce que plus de paperasses à gérer, plus de matières aussi et ils se plaignent à juste raison de passer de plus en plus de temps pour des évaluations et
questions d'intendance que d'heures passées auprès des élèves.


Il faut dire aussi que les dédoublements de cours, c'est pas très fun non plus à gérer ainsi qu'en primaire les classes à double niveau.....


Tu vois lorsqu'en CA on est bien impliqués en tant que parents, on peut être moteur sur des projets d'accompagnements qui motivent ensuite l'enveloppe d'heures attribuées à chaque ets......


Même si à présent, je représente la mairie au CA du lycée, cela ne m'empêche pas de voter comme je le faisais en tant que présidente de la FCPE, bien souvent en accord avec les enseignants et
avec mes idées militantes.....je n'ai jamais vu auparavant des représentants de la mairie en CA collège ou lycée se prononcer autrement qu'en accord avec la direction. Tu vois, que l'on peut à
son petit niveau changer la donne !!


C'est ce qui fait la différence des élus communistes, nous n'avons pas les mêmes valeurs !!


 


Pour le cas présenté de ta petite fillotte, c'est clair, chez nous, on occupait le bahut : mon plus jeune fils a fait sa première occupation de collège dans sa poussette !! Et on obtenait des
profs en remplacement chaque fois !!


Le directeur s'était enfermé dans son bureau, il a ensuite fait croire qu'on l'avait "kidnappé", d'où ensuite la réputation de la FCPE révolutionnaire et preneuse d'otage. Je dois dire que
c'était ma première action de parent, j'ai choisi sur le terrain mon groupe selon l'engagement des militants présents et je n'ai pas pensé à autre chose, j'ai signé en bas de la page.


OUF, pour moi, heureusement, c'était un groupe de gauche mais franchement à l'époque je n'y pensais même pas !!


Ensuite quand je suis "montée en grade" par la force des choses, cette étiquette de révolutionnaire ne m'a pas quittée, j'ai vécu des moments très épiques que je ne regrette pas.


Bon j'arrête avec les souvenirs de mère grand......j'ai repris un peu de galon cette année, comme je ne bosse plus, on m'a demander plus d'implication. je referais donc des conseils de classe
pour des classes" laissées pour compte", des classes de SEGPA, ma spécialité !!


Bizz


 


caroleone


 


 


 



Papy Mouzeot 20/10/2011 22:30



Je n'ai qu'une chose à rajouter... vive le clonage !!!


 


Bonne soirée,
Le Papy



caroleone 20/10/2011 15:01



Il ya longtemps que je dénonce ce que tu dis papy, et lorsque j'ai été confrontée moi-même au monde du travail, c'était pour me rendre compte que ceux que je défends, les ouvriers, d'un côté,
sont remontés contre d'autres que je défends par ailleurs, les enseignants mais également les cheminots et ce que j'ai entendu alors m'a tout simplement révoltée.


Je n'ai pas laissé dire et avancé coûte que coûte mes arguments et mes idées qui petit à petit ont trouvé un certain écho chez mes collègues même si j'étais loin de les avoir acquis à mes causes.


La marchandisation de l'école se fait sur le dos ce ceux qui enseignent et je ne sais pas si tu rappelles qu'une fois dans un commentaire j'avais évoqué le nombre d'enseignants qui sont en
hôpital psy ?


Changer les mentalités et les comportements sera très dur je le crains, il faut que les enseignants continuent ou reprennent la lutte, c'est primordial. Ils ont d'autres moyens d'action que la
grève qui a été complètement cassée par ce gouvernement...ils nous a entubé dans tous les domaines !!


Je suis contente que tu sois sorti de ta tannière, l'action y a qu'ça de vrai et le contact réel ne peut être remplacé par un écran.


La désinformation liée aux mouvements de protestation est toujours le même : quand tu rentres chez toi après ta manif, tu prends connaissance des infos et là, tu te demandes si c'est bien la même
chose  dont ils parlent !! C'est folklo !!


J'espère que nombreux seront ceux qui voudront bouger, les élections approchent, je crains que l'on ne puisse voir de réactions avant mais tout reste à faire, les réformes continuent et les
familles ne se rendent même plus compte de ce qu'on perdu leurs gamins et pour cause, ils ne savent pas ce qui était enseigné avant !!


Tiens, je devrais m'amuser à comparer les heures plancher pour chaque matière enseignée au collège entre mon dernier fils et mon premier : déjà, à vue de nez, il bosse moins, c'est certain, il
est plus souvent à la maison alors qu'il est en troisième et si tu voyais le contenu de certains cours !!


Bises


 


caroleone



Papy Mouzeot 20/10/2011 17:12



Le nombre des enseignants internés en hôpital psy est de 1000 par an si ma mémoire ne me joue pas des tours. Ce sont des chiffres que j'ai entendu hier de la bouche de Bernard Duffourg, le
secrétaire académique du SNES.


Il y a quelque chose d'illogique au travers de ce que tu dis et de ce que j'ai moi-même constaté.


Comment les heures de cours peuvent-elles se réduire alors que les plannings des enseignants s'allongent de plus en plus et qu'ils pratiquent de plus en plus la pluri-discipline et le
multi-niveau ?


Je n'emploie certainement pas les termes exacts mais en gros la notion de groupe unique n'existe plus dans le système actuel. il est question de temps partagé, les enseignants doivent "gérer"
plusieurs groupes (exemple : 17 élèves de seconde et 18 élèves de première) au sein du même cours. D'autre part, un professeur de français peut-être amené à enseigner l'espagnol ou prodiguer des
cours d'histoire.


Un autre exemple : au collège cette fois, ma petite fillotte a traversé l'année de sa cinquième sans professeur de français durant les 7 derniers mois de sa scolarité, au collège de Pignan
(laïc).


Malgré nos réclamations incessantes et les promesses qui nous ont été faites, le reste de l'année s'est déroulée sans cours de français. Ce qui n'a pas empêché Jessica d'avoir son bac littéraire
avec mention et poursuivre ses études à la fac... de psychologie !


 


Bizz,
Le Papy



Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule