Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 13:10

La Tunisie lance un mandat d'arrêt international contre Ben Ali

Ben Ali-Trabelsi-jail

Le président déchu et son épouse, qui ont fui le pays, sont poursuivis pour s'être enrichis pendant vingt-trois ans sur le dos de la Tunisie, accumulant par la corruption et le racket une fortune évaluée à plusieurs milliards d'euros.

Leila Trabelsi-jailLe couple fugitif est désormais officiellement recherché. La Tunisie a lancé mercredi un mandat d'arrêt international contre le président déchu Zine El Abidine Ben Ali ainsi que contre son épouse Leïla Trabelsi. La justice tunisienne a précisé avoir demandé l'aide d'Interpol pour essayer de les arrêter. Ben Ali, qui a fui la Tunisie le 14 janvier, a désormais trouvé refuge en Arabie Saoudite, tandis que son épouse a également quitté le pays pour une destination inconnue (Dubaï ?).

Les deux fugitifs sont poursuivis pour «acquisition illégale de biens mobiliers et immobiliers» et «transferts illicites de devises à l'étranger», a précisé le ministre de la justice Lazhar Karoui Chebbi. En vingt-trois ans de règne, la famille de Ben Ali et celle de son épouse ont fait main basse sur des pans entiers de l'économie tunisienne. Selon le journaliste tunisien Slim Bagga, fin connaisseur de l'économie de son pays, la fortune des Ben Ali se monte à 5 milliards d'euros et celle du clan Trabelsi représente à elle seule 12 milliards d'euros. Des informations émanant des services secrets français indiquent par ailleurs que l'ex-première dame se serait enfuie de Tunisie en emportant 1,5 tonne d'or, soit l'équivalent de 45 millions d'euros.

L'annonce du gouvernement ne suffira probablement pas à calmer les manifestants qui continuent en Tunisie de protester contre la présence dans le nouveau gouvernement des caciques de l'ancien régime. Pour tenter de sauver sa formation, le premier ministre doit annoncer un remaniement dans la journée. Dans l'attente, la sécurité a été préventivement renforcée à Tunis dans le quartier des ministères, où la tension reste vive. Mercredi, des manifestants qui tentaient de forcer un barrage de barbelés ont essuyé des tirs de gaz lacrymogène. Dans la métropole économique de Sfax, bastion historique du syndicalisme tunisien, une «grève générale» a par ailleurs débuté mercredi avec «le débrayage de milliers de travailleurs de tous les secteurs», a déclaré un membre du bureau régional de la centrale syndicale UGTT, très active dans la révolution de jasmin.

La Suisse et la France, qui a ouvert une enquête pour corruption, ont récemment décidé de bloquer d'éventuels fonds appartenant au présidentBen Ali. L'Union européenne a également adopté le principe d'un gel des avoirs de l'ancien président.

POURSUITES CONTRE LE GÉNÉRAL SÉRIATI

Le ministre de la justice tunisien a par ailleurs indiqué que huit membres de la garde présidentielle, dont l'ancien chef de la sécurité du président Ben Ali, le général Ali Sériati, étaient poursuivis dans le cadre d'une enquête judiciaire distincte concernant des exactions contre la population.

La justice tunisienne avait déjà annoncé l'ouverture d'une information judiciaire le 16 janvier visant notamment le général Sériati pour "complot contre la sécurité intérieure de l'Etat, incitation à commettre des crimes et à s'armer, et provocation au désordre".

Homme-clé de la sécurité du président déchu, le général avait été interpellé à Ben Gardane, dans le sud du pays, alors qu'il tentait de s'enfuir en Libye, avait alors indiqué une source officielle citée par l'agence de presse Tunis Afrique Presse.

Les autorités de transition le considèrent comme le commanditaire de la campagne de terreur menée par des miliciens armés fidèles à l'ancien président dans les jours qui ont immédiatement suivi sa chute. Ces hommes avaient semé la terreur pendant plusieurs jours en se livrant à des exactions contre le population et en tirant sur des membres des forces de sécurité à Tunis et dans d'autres villes du pays.

Leila Trabelsi-jail3

 

 

Sources : LeMonde.fr, Lefigaro.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule