Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 14:20

Sarkozy-Prevost-Desprez.jpg

Une vérité qui fait l'effet d'une bombe

 

Mercredi 31 août 2011 restera une grande date pour beaucoup de français et surtout pour les anti-sarkozystes de tous bords.

http://img11.hostingpics.net/pics/288156Sarkomatuer.jpgCette date marque le lancement d'une véritable bombe dans le paysage politico-mafieu orchestré dans un climat de terreur par le "parrain" Nicolas Sarközy et son clan de mercenaires assoiffés de "capitalisme libéral".

Cette bombe se présente sous la forme de la publication du travail d'investigation réalisé par deux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, intitulée SARKO M'A TUER, disponible depuis ce jour aux éditions STOCK.

Éric Wœrth débarqué, l'affaire Bettencourt "classée" le monarque se croyait débarassé à tout jamais de ce scandale d'État mais c'était sans compter sur la détermination d'une magistrate exemplaire, Isabelle Prévost-Desprez et deux journalistes opiniâtres, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, le second très connu des lecteurs de Mediapart pour avoir enquêté sur l'affaire Karachi et son livre écrit en collaboration avec Fabrice Arfi (Mediapart), Le Contrat. Karachi, l'affaire que Sarkozy voudrait oublier (éditions STOCK).

Isabelle Prévost-Desprez, auteure elle aussi d'un autre missile intitulé Une juge à abattre (éditions FAYARD), avait déjà dénoncé "sa mise à mort".

 


Isabelle Prévost-Desprez interviewée le 24 mai 2011

 

Les témoins avaient peur de parler sur procès verbal de Sarkozy

Retour sur l'affaire Bettencourt où la juge Isabelle Prévost-Desprez affirme notamment qu'un témoin a vu le chef de l'Etat récupérer des enveloppes d'argent liquide chez Liliane Bettencourt.

Il y a trois types de victimes du sarkozysme. Les politiques, comme Dominique de Villepin, Christine Boutin ou Patrick Devedjian - mais n'est-ce pas la jungle que le pouvoir ? Les serviteurs de l'Etat, tels ces préfets ou hauts fonctionnaires (Pierre de Bousquet de Florian, Jean Charbonniaud, Eric Delzant), ou encore ces policiers et gendarmes (Jean-Pierre Havrin, Jean-Hugues Matelly, Yannick Blanc, Dominique Rossi) sanctionnés ou mutés pour les besoins du clan, ou ces magistrats décrétés adversaires gênants (Renaud Van Ruymbeke, Isabelle Prévost-Desprez). Et puis des Français qui auraient pu ne jamais avoir maille à partir avec le président, comme cette journaliste people intéressée par Cécilia Sarkozy, la comptable de Liliane Bettencourt, tel humoriste radiophonique ou même ce grand banquier. Certains en rajoutent, se poussant du col au martyrologe, d'autres ont été fascinés et zélés avant d'être sacrifiés. Mais tous sont brisés...

 

Extraits exclusifs de Sarko m'a tuer

 

Claire Thibout, ex-comptable de Liliane Bettencourt

http://img11.hostingpics.net/pics/748470Claire.jpg« Donc, je leur raconte que les Bettencourt donnaient de l'argent à des politiques. Evidemment, ils veulent savoir qui. Et là, je leur raconte, notamment, comment de Maistre m'a demandé de l'argent... Et je détaille l'épisode Woerth-de Maistre, qui m'avait choquée, surtout parce qu'à l'époque Dédé, comme on surnommait André Bettencourt dans la maison, était malade et que Liliane n'avait plus toute sa tête. J'explique que de Maistre m'a demandé de retirer 150 000 euros destinés à Eric Wœrth pour le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Là, j'ai vu que les policiers étaient satisfaits : "Ah, vous allez être délivrée d'un poids maintenant." Et ils sont repartis. Là, je me suis dit que cette histoire prenait quand même des proportions considérables, avec l'évocation du nom de Sarkozy et de sa campagne électorale »

Après plusieurs auditions éprouvantes, Claire Thibout part se mettre au vert.  

« Les cousins de la comptable résident à Fourques, un patelin minuscule, dans le Gard. "J'étais épuisée et à bout de nerfs. J'ai débranché mon portable et j'ai été me coucher », se remémore Claire Thibout . Ses ennuis ne font pourtant que débuter .  

Le lendemain matin, mercredi 7 juillet, vers 11 heures, elle se décide à rallumer son téléphone. Elle trouve un message de son avocat lui disant qu'elle doit rentrer à Paris, que la police la cherche d'urgence. Puis un gendarme sonne et lui enjoint de contacter la brigade financière [BF]. Inquiète, elle appelle, mais le policier de la BF dont le gendarme lui a donné le numéro est parti déjeuner. Elle décide donc de prendre la direction de la gare d'Avignon, afin de prendre un train pour Paris. A peine montée en voiture, son portable sonne : "Ne partez surtout pas, restez là où vous êtes, on vous donnera la marche à suivre", lui intime un policier. Retour vers Fourques, donc. "Et là, je découvre, ahurie, deux cars de CRS et plusieurs estafettes de gendarmerie devant la maison de mes cousins ! ».

Finalement, au bout de plusieurs heures d'une attente angoissée, Claire Thibout est informée par téléphone qu'une équipe de la BF va descendre de Paris tout spécialement. Ils débarquent à 19 heures. « Ils m'ont fait peur, ils étaient quatre hommes et une femme et ont surgi par la cuisine plutôt que par l'entrée principale. Ils ont dit à mes cousins de "dégager", puis m'ont lancé : "Vous savez pourquoi on vient." [...]  Les policiers voulaient me faire dire que Mediapart était un journal de voyous. Alors je leur ai répondu que je n'avais pas formulé ma réponse aussi précisément que ça, que j'avais dit qu'il y avait des politiques qui venaient à la maison, parmi lesquels Sarkozy, et que je me doutais qu'ils devaient recevoir de l'argent. Concernant Sarkozy, je me souviens d'avoir précisé que je n'avais pas de preuve, mais qu'il pouvait avoir touché de l'argent [...] Et puis, glisse Claire Thibout encore émue, à un moment, comme je me sentais vraiment très mal, j'ai lâché sur un point précis, celui du financement éventuel de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur, que les propos figurant dans l'article de Mediapart relevaient de la "romance". C'est cette expression qui sera ensuite utilisée pour tenter de décrédibiliser mon témoignage  [...] La conversation est revenue sur Sarkozy. Là, dans ce commissariat sinistre, face à plusieurs policiers déterminés, je me suis rendu compte de ce qui se passait. Je mesurais les conséquences de l'interview. Je me suis dit, s'agissant du passage sur Sarkozy : "Je ne peux pas assumer ça." Donc, je me suis contentée de dire qu'il "pouvait avoir touché", car, comme je l'ai toujours dit, je n'avais jamais été témoin direct d'une remise d'espèces à un politique. Mais les policiers n'étaient pas contents, ils voulaient que je leur dise que tout était faux. Ils subissaient eux-mêmes une incroyable pression. A chaque feuillet tapé, l'un des quatre policiers faxait le PV à sa hiérarchie et au parquet de Nanterre, qui rappelait pour faire changer tel ou tel mot ». 

Claire Thibout rentre à Paris

« C'est à ce moment-là que j'ai enfin remis la main sur mon carnet de 2007, que j'avais égaré chez moi." Une découverte très précieuse, car ce calepin donnait du crédit au récit de la comptable sur le point le plus sensible : la remise à Patrice de Maistre des fonds destinés à Eric Woerth. "Et là, soulagement, car les dates correspondaient, se remémore Claire Thibout. Les mentions confirmaient le rendez-vous et la remise de l'argent à de Maistre via Liliane et, le lendemain, l'existence d'un rendez-vous entre de Maistre et Wœrth. Je n'avais pas écrit "Wœrth" sur mon carnet mais "trésorier". [...]  Et là, incroyable, voilà que les policiers essaient de me faire dire que le "trésorier" que je mentionnais dans mon carnet devait être Arnaud Benoît, le trésorier de... Clymène ! [...]  Courroye (procureur de Nanterre) ? Il était totalement de parti pris, il n'avait qu'un seul objectif : me faire revenir sur mes propos, lâche-t-elle dans un haussement d'épaules. Parce que, par la force des choses, j'avais été amenée à parler de financements politiques et à mettre en cause le président de la République, j'étais devenue en quelque sorte l'ennemi public n° 1, et tout ça pour avoir dit la vérité." Et le chef de l'Etat, qui s'est occupé personnellement de son cas ? "Quand j'ai entendu Nicolas Sarkozy faire allusion à moi à la télévision, j'ai ressenti un vertige. Je me suis dit : "Je suis au cœur d'une affaire d'Etat, moi !" [...]  J'ai commencé à avoir des angoisses terribles ».  

 

 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/371060Isa.jpgIsabelle Prévost-Desprez, présidente de la 15e chambre du tribunal de grande instance de Nanterre, chargée puis dessaisie de l'affaire Bettencourt.

« Ce qui m'a frappée dans le supplément d'information que j'ai conduit, c'est la peur des témoins » confie Isabelle Prévost-Desprez. «  Ils étaient effrayés de la violence avec laquelle Claire Thibout avait été déstabilisée, ils ne voulaient pas connaître son sort [...] Les témoins me demandaient avec crainte : "Dites, on ne va pas voir l'autre ?" L'autre, c'était Courroye. Donc, les témoins avaient peur de parler sur PV à propos de Nicolas Sarkozy  », confie la juge. 

Sans la moindre hésitation, la magistrate lâche alors une bombe. Evoquant ces fameux témoins, situés dans l'entourage de Liliane Bettencourt, elle affirme : « L'un d'eux, hors procès-verbal, m'a dit qu'il avait vu des remises d'espèces à Sarko  ». La magistrate va plus loin : « Je suis certaine que Metzner (avocat de la fille de Liliane Bettencourt) aurait fait citer l'infirmière de Liliane Bettencourt, qui a confié à ma greffière, après son audition par moi : "J'ai vu des remises d'espèces à Sarkozy, mais je ne pouvais pas le dire sur procès-verbal." Bref, ce procès représentait pour l'Elysée un risque majeur, il y avait 90 % de chances pour que ce soit déflagratoire. Il fallait me faire dessaisir, par tous les moyens. Il était impératif de me débarquer  ». 

Des semaines durant, Isabelle Prévost-Desprez sent peser sur ses épaules une pression terrible. Elle a le sentiment d'être épiée, traquée jusque dans sa vie intime. Paranoïa ? Pas si sûr. « J'ai été l'objet de surveillances, c'est une évidence, mais je n'en ai rien à faire, je peux tout assumer dans ma vie, même si ça m'ennuie de savoir que certains utilisent des éléments de ma vie privée pour tenter de m'affaiblir. J'étais persuadée d'être sur écoutes. Des écoutes illégales, à mon avis. Cela a toujours été clair pour moi, je ne me pose même plus la question  », assène-t-elle. 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/377493clavier.jpgDominique Rossi, coordinateur de la sécurité en Corse, démis de ses fonctions après "l'invasion" de la pelouse de la maisonde Christian Clavier, le 30 août 2008.

« L'arbitraire me concernant est évident : j'ai été sanctionné alors que je n'ai pas commis la moindre faute. Nicolas Sarkozy a réagi à mon égard intuitu personae  », dit-il, avant d'ajouter, caustique : « Si j'ai bien compris, ma grande faute est de ne pas avoir su que le jardin de la villa de Christian Clavier devait être protégé au même titre que la pelouse de l'Elysée !   ». Cette affaire a brisé sa carrière

«  On peut me reprocher de ne pas avoir fait évacuer les manifestants par la force, mais le maître des lieux, alors sur son bateau, ne l'a pas réclamé. Au contraire, il a demandé à son personnel de servir à boire aux manifestants. Mais surtout, si j'avais fait donner la force publique, cela aurait immanquablement dégénéré. [...]  Le maintien de l'ordre, c'est aussi savoir ne pas intervenir     ». Nicolas Sarkozy est mis au courant des déboires de son ami Clavier. Il tempête. Exige une tête. Celle de Rossi s'impose. « Le lundi 1er septembre, je ne m'inquiète de rien, se souvient l'ex-contrôleur général. Jusqu'à 14 heures, lorsque je reçois un coup de fil du directeur du cabinet de Michèle Alliot-Marie, la ministre de l'Intérieur. Là, Michel Delpuech m'annonce que je suis relevé de mes fonctions, comme ça. Apparemment, cela ne l'amusait pas. Je n'ai pas réagi, j'ai juste pris acte. [...] C'est vraiment l'Elysée qui a envenimé les choses. Clavier, à mon sens, a été victime de l'affaire comme moi, car son image a été affectée sur ce coup. Il n'a rien gagné dans l'opération     [...] « Que pouvais-je faire ? Je n'allais pas "challenger" le chef de l'Etat. Alors je suis parti en retraite anticipée. On rentre au bercail et après, au diable ! Il y a une violence chez Nicolas Sarkozy, et la haute administration le vit mal  ». 


http://img11.hostingpics.net/pics/619943JacquesDupuydauby.jpgJacques Dupuydauby, sulfureux homme d'affaires, a connu en Afrique de beaux succès et des déboires, à cause, selon lui, de l'inimitié de Nicolas Sarkozy, qui remonterait à un déjeuner entre les deux hommes, en 1983, quand le futur président n'était encore que le jeune maire de Neuilly.

 

Récit de la rencontre.

«  Et là, il a commencé à me décrire, avec un aplomb invraisemblable pour un type de son âge, ce qu'il pensait que serait son parcours politique. Il m'a dit qu'une fois élu député il serait secrétaire d'Etat, puis ministre. Ensuite, bien sûr, il viserait Matignon. Et enfin, pourquoi pas, l'Elysée ! Je n'en revenais pas, j'étais soufflé. [...] Il m'a dit : "Vous le savez, pour une carrière politique d'envergure, il faut de l'argent, beaucoup d'argent." Il a enchaîné par cette phrase que je n'oublierai jamais : "Il y a deux catégories de personnes : celles qui vont m'aider, qui seront mes amies, et celles qui ne vont pas m'aider, qui seront mes ennemies." Il a poursuivi : "J'ai un cabinet d'avocats. Prenez-moi comme avocat-conseil et tous les mois je vous enverrai une facture." Je lui ai répondu : "Mais notre société a déjà des avocats, vous ferez quoi ?" Il a souri et m'a lancé : "Allons, vous comprenez bien ce que je veux dire, non ?" Bien sûr que j'avais compris. Il voulait une convention d'honoraires pour des prestations fictives    ». 

D'un geste du bras, Jacques Dupuydauby mime Nicolas Sarkozy : «   Il a sorti un papier de sa poche : il avait préparé un projet de contrat ! J'ai été stupide, j'aurais dû le garder. Mais j'ai été tellement choqué que je ne l'ai pas pris. Il y avait un montant mensuel inscrit dessus, c'était très élevé. [...] Je lui ai dit que je ne mangeais pas de ce pain-là, que quand je payais des avocats, c'était pour qu'ils travaillent. Il l'a très mal pris, le repas s'est fini là-dessus. Avant de partir, il m'a lâché : "Je m'en souviendrai !" Il a tenu parole, effectivement, il s'en est souvenu ! Ce déjeuner m'a coûté cher, il m'a même pourri la vie !     ».

 

1) Il faut veiller aux intérêts de mon fils.

2) Beaucoup de gens dans les Hauts-de-Seine vont dire qu'ils sont copains avec moi, mais je n'ai qu'un ami dans ce département, c'est Balkany.

Nicolas Sarközy

 

Patrick Devedjian, président du conseil général des Hauts-de-Seine

«    Nicolas sait tout ce qui se passe dans les Hauts-de-Seine par l'intermédiaire de son fils, il lui raconte sa version des faits, généralement influencée par les Balkany, donc biaisée." Jusqu'aux autorités administratives, qui sont sommées de veiller à ce que les amis du président ne manquent de rien. Très vite, le préfet Pierre de Bousquet de Florian, suspect aux yeux de Sarkozy depuis l'affaire Clearstream, est débarqué, dix-huit mois après son arrivée à Nanterre. Au profit d'un sarkozyste pur et dur. "Quand le nouveau préfet est arrivé, révèle Devedjian, il a été convoqué chez Sarko, qui lui a donné sa feuille de route en ces termes : "1) Il faut veiller aux intérêts de mon fils. 2) Beaucoup de gens dans les Hauts-de-Seine vont dire qu'ils sont copains avec moi, mais je n'ai qu'un ami dans ce département, c'est Balkany ».

 


 

Quand Sarkozy a quelqu'un dans le nez...
il l'élimine !

Dans leur ouvrage "Sarkozy m'a tuer", les journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet ont recueilli les témoignages et les accusations de 27 victimes du sarkozysme.

Le président de la République n'aime pas qu'on se mette en travers de son chemin. Comme, avant lui, Jacques Chirac et François Mitterrand, son ascension est semée d'adversaires éliminés, de partisans sacrifiés ou de simples Français embarqués par accident dans une histoire trop grande pour eux. Mais, avec Nicolas Sarkozy, la machine à évincer s'est dotée de deux rouages supplémentaires : d'abord, la cause de l'élimination d'un "gêneur" peut être une simple exigence de communication ; ensuite, l'humiliation est couramment pratiquée, parce qu'elle permet de faire savoir que le clan présidentiel, une fois de plus, a été le plus fort. Dans leur livre, Fabrice Lhomme et Gérard Davet, grands reporters au Monde, sont allés à la rencontre de 27 victimes du sarkozysme

Interview

Y a-t-il une "méthode Sarkozy" pour éliminer quelqu'un ?

 

Fabrice Lhomme : La volonté est récurrente, le processus change: on ne s'y prend pas de la même façon pour la petite comptable de l'affaire Bettencourt, Claire Thibout, qui dénonce un financement politique, ou pour Patrick Devedjian, qui s'oppose à Isabelle Balkany. Le système Sarkozy est très sensible aux rapports de forces: on écrase directement le faible, on procède de manière plus fine, voire perverse, avec le fort. 

 

Gérard Davet : Un point commun cependant : la volonté d'humiliation. Nous citons la phrase fétiche de Nicolas Sarkozy, évoquée par Dominique de Villepin dans notre ouvrage: "Et pourquoi je me gênerais ?" Il n'aime pas qu'on se mette en travers de sa route et utilise tous les moyens à sa disposition. 


Quel est son degré d'implication personnelle ?

 

F. L. : Il y a ses colères: il a quelqu'un dans le nez, il faut l'éliminer. Et puis il y a les phénomènes de cour, avec des collaborateurs zélés qui vont au-devant des désirs du prince. Plusieurs victimes ont été frappées par une fatwa qui ne venait pas directement de lui, mais qu'il avait au moins avalisée. 


G. D. : Depuis 2002 et son arrivée à l'Intérieur, il est constamment à la manœuvre. En direct, comme pour le préfet de la Manche, viré à cause de sifflets subis à Saint-Lô, ou avec plus de distance, comme dans l'affaire Julien Dray, où il feint de ne pas être au courant. En revanche, dans l'affaire Claire Thibout, le lien entre Nicolas Sarkozy et le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, est évident. Il dispose aussi des leviers médiatiques : après plusieurs charges publiques contre Daniel Bouton (PDG de la Société générale au moment de l'affaire Kerviel), il finit par le faire craquer.

 

F. L.: La logique du bouc émissaire est emblématique de la pratique sarkozyste. Plusieurs victimes nous ont dit: "Il n'avait rien de personnel contre moi, mais il fallait un coupable." 


N'est-ce pas cela, la politique ?


F. L. : C'est plutôt une dérive populiste inquiétante. On ne résout pas des problèmes complexes en coupant quelques têtes. 


G. D. : Et, dommage collatéral, cela casse les corps de l'Etat. La haute administration, admirative au début à l'égard de Sarkozy, le rejette désormais.

 

N'est-il pas normal de sanctionner des fonctionnaires défaillants ?


G. D. : Ce qui est contestable, c'est la volonté de casser. Un meeting en Corse se passe mal en 2003 - en grande partie de la faute de Sarkozy et de son cabinet, d'ailleurs - et on limoge le préfet. En outre, pourquoi le cabinet du ministre se sent-il obligé de faire circuler des photos ridicules du fonctionnaire ?


L'humiliation, en la rendant visible par l'opinion, n'est-elle pas indispensable pour donner une force politique à la sanction ?


F. L. : C'est infliger une double peine. Sous Jacques Chirac et François Mitterrand, il n'y avait pas cette obsession de dégrader. Souvent, avec Sarkozy, les gens ne paient pas pour des fautes graves qu'ils auraient commises, mais parce que le président a été vexé ou parce qu'il se sent menacé. Ainsi, Dominique Rossi est limogé parce qu'une poignée de manifestants a envahi la pelouse de Christian Clavier, un ami du chef de l'Etat. Le responsable policier a bien géré l'incident, évité l'embrasement, mais il est viré !  


Qui, dans le système Sarkozy, est à la manœuvre ?


G. D. : De hauts responsables de la police et de la justice: Bernard Squarcini, Philippe Courroye, Patrick Ouart, Michel Gaudin, Claude Guéant... Tous compétents, reconnus dans le sérail et en lien direct avec le président, qui peut leur demander ce qu'il veut sans s'exposer à la contestation.


F. L. : On a parlé de "cabinet noir" à l'Elysée sous Chirac. Ce qui est différent avec Sarkozy, c'est que tout est transparent, les hommes du président ont pignon sur rue et s'expriment dans la presse. C'est un "cabinet blanc".

 

Peu de politiques ?


F. L. : Les politiques mettent en musique les décisions prises: comme Dominique Paillé, Frédéric Lefebvre, Nadine Morano, Xavier Bertrand, Brice Hortefeux.


G. D. : Ceux-là montent au créneau avec des mots très durs. D'autres sont à la lisière du politique, comme Pierre Charon, très important avant sa disgrâce pour monter des cabales.

 

Plusieurs ont pris du champ. Le système se délite-t-il avec la fin du mandat ?


F. L. : Au contraire, il se resserre. Ils sont allés très loin, ont fait des erreurs et cela s'est vu. Il y a une volonté de prudence, mais aussi un durcissement, car la réélection du président est menacée.  

 

G. D. : Ils gardent un sentiment d'impunité. Dans toute démocratie mature, Philippe Courroye aurait dû faire l'objet d'une enquête interne et être sanctionné. La Direction centrale du renseignement intérieur aussi. 

 

Nicolas Sarkozy a-t-il, selon vous, commis des choses illégales ?


F. L. : Il faudrait regarder ce qu'ont fait les services secrets, en matière d'écoutes notamment.


G. D. : Ce système n'est pas forcément illégal, mais il est très souvent amoral.

 

F. L. : Montrer à quelques journalistes amis un rapport de police évoquant le fait qu'une députée socialiste aurait été violentée par son conjoint, n'est-ce pas indigne ?

 

Réélu, Sarkozy changerait-il de méthode ?


F. L. : Je pense au contraire que cela s'aggraverait. Les victimes décrivent un homme rancunier, qui ne pardonne pas. Dans le livre, nos "bannis du sarkozysme" le disent : s'opposer à lui, c'est s'exposer à des représailles.

 

Les "victimes" n'en font-elles pas beaucoup ? Facile de se déclarer martyr de Sarkozy...

 

G. D. : C'est une posture commode, en effet, pour certains d'entre eux. Beaucoup ne sont pas exempts de reproches, comme Yves Bertrand. Mais tous sont frappés par une vindicte personnelle du président et le ressentent comme une injustice. Victime de Sarkozy, on devient vulnérable, sans vraie résilience. Sauf pour Patrick Devedjian, que les électeurs ont confirmé contre le système Sarkozy.

 

F. L. : La plupart ne s'attendaient pas à un tel traitement et ont été traumatisés d'avoir été visés, parfois publiquement, par le président de la République.

 

Les victimes lui en veulent-elles personnellement ?


F. L. : Oui. Elles ont développé une véritable haine.

 

G. D. : Elles nous ont révélé des choses parfois incroyables, qu'elles n'auraient jamais confiées si elles avaient été mieux traitées, plus discrètement.


Et pourtant, elles pourraient voter à nouveau Sarkozy...


G. D. : Ce n'est valable que pour les politiques, opportunistes par nature, qui pourraient même revenir dans le système si le président le leur proposait. Les fonctionnaires, non : ils ne sont pas armés, et ils ont trop souffert. 

 

Certaines victimes font partie des médias : quelle vision avez-vous des journalistes politiques ? Serviles ou courageux ?


G. D. : Difficile de généraliser. Mais, à l'étranger, on considère que le journalisme politique français doit se régénérer: c'est vrai, les interviews du président sont souvent complaisantes, les milieux politiques et médiatiques sont poreux. Sans compter les liens incestueux entre le président et les propriétaires de grands médias. Nos téléphones ont été surveillés par les services secret.


F. L. : Ceux qui osent sont sanctionnés. Nicolas Sarkozy a humilié plus d'un journaliste coupable d'avoir posé une question gênante, comme le faisait Mitterrand. Sarkozy, de ce point de vue, s'inscrit dans la pire tradition de la Ve République.

 

Avez-vous été inquiétés durant ce travail ?


G. D. : Ce fut un livre compliqué à faire : pas de mails échangés entre nous, peu de conversations téléphoniques, des rencontres discrètes. En un an, nos téléphones ont été surveillés par les services secrets, nos appartements ont été cambriolés... Cela crée un climat pesant.

 

F. L. : Nous avons été frappés par un sentiment qui se dégageait de nos interlocuteurs : LA PEUR.

 


 

Des méthodes dignes de la Gestapo déja dénoncées par Médiapart

Le 6 juillet 2010, Mediapart recueillait et publiait le témoignage de Claire Thibout sur la remise d'argent liquide (150.000 euros) à Eric Wœrth pour le financement de la campagne présidentielle, sur les "enveloppes" données au politique et sur le financement de Sarkozy. Témoignage ensuite répété sur procès-verbal à plusieurs reprises devant la police et la justice, et confirmé par plusieurs autres employés de Liliane Bettencourt, dont son chauffeur.

 

Témoignage également confirmé par des éléments matériels : les agendas de Claire Thibout, qui font état des retraits bancaires et des rencontres avec Eric Woerth, les carnets du photographe François-Marie Banier.

 

Dans Sarko m'a tuer, Claire Thibout revient sur les pressions subies de la part des enquêteurs, aussitôt après la publication de notre article : « Les policiers voulaient me faire dire que Mediapart était un journal de voyous (...) Comme je me sentais très mal, j'ai lâché sur un point précis, celui du financement éventuel de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur, que les propos figurant dans l'article de Mediapart relevaient de la ‘'romance''. C'est cette expression qui sera ensuite utilisée pour tenter de décrédibiliser mon témoignage. »

 

« Les policiers n'étaient pas contents, ajoute Claire Thibout, ils voulaient que je leur dise que tout était faux. Ils subissaient eux-mêmes une incroyable pression. A chaque feuillet tapé, l'un des quatre policiers faxait le PV à sa hiérarchie et au parquet de Nanterre, qui rappelait pour faire changer tel ou tel mot. »

 

L'ex-comptable évoque là ces deux journées des 7 et 8 juillet 2010, où l'Elysée prend directement en mains la contre-offensive. Le 8 juillet au matin, Le Figaro et Le Monde publient des extraits tronqués du procès-verbal d'audition de la comptable (fuites organisées par le pouvoir), où est mis en exergue le mot "romance". Dans la foulée, Claude Guéant estime que la "vérité est rétablie" et l'UMP sonne l'hallali contre Mediapart. Cela ne dure que quelques heures.

Le soir même, Mediapart publie l'intégralité du procès-verbal de Claire Thibout dans lequel elle confirme les enveloppes d'argent liquide données "à des politiques". La manœuvre de Claude Guéant est éventée. Xavier Bertrand, alors secrétaire général de l'UMP, accuse Mediapart de "méthodes fascistes". A la suite d'une plainte en diffamation déposée par Mediapart, il a été mis en examen il y a quelques semaines. Mediapart avait fait le récit de ces épisodes dans plusieurs articles :

Aux pressions exercées sur les témoins, Isabelle Prévost-Desprez ajoutent celles que doivent subir les policiers et les magistrats. « J'ai été l'objet de surveillances, affirme-t-elle, c'est une évidence, mais je n'en ai rien à faire, je peux tout assumer dans ma vie, même si ça m'ennuie de savoir que certains utilisent des éléments de ma vie privée pour tenter de m'affaiblir. J'étais persuadée d'être sur écoutes. Des écoutes illégales à mon avis. Cela a toujours été clair pour moi, je ne me pose même plus la question ».

 

Un juge accusant le pouvoir de surveillance et d'écoutes illégales... Là encore, la magistrate vient renforcer ce que Mediapart avait écrit sur la mise sous surveillance des acteurs de ce dossier comme des journalistes. Un cambriolage à Mediapart, avec le vol d'ordinateurs et d'une copie des enregistrements réalisés par le majodorme de Liliane Bettencourt ; la surveillance téléphonique d'un journaliste du Monde pour identifier une de ses sources à la Chancellerie (le quotidien a porté plainte) ; un cambriolage au Point et là encore, le vol de l'ordinateur du journaliste en charge de cette affaire : le 3 novembre, Edwy Plenel expliquait comment Mediapart était l'objet d'une surveillance illégale :

http://img11.hostingpics.net/pics/915881Plenel.jpg« Notre journal, écrivait-il, fait l'objet depuis plusieurs mois d'un espionnage tous azimuts. Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme, les deux journalistes de Mediapart spécialisés dans les enquêtes sensibles pour l'Elysée, notamment les affaires Karachi et Bettencourt, auraient eu droit, depuis mars-avril, à des surveillances téléphoniques afin d'établir une cartographie de leurs relations et contacts. [...] Nos sources nous affirment que Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme, voire d'autres membres de notre équipe, auraient eu droit au même traitement que leur confrère du Monde, Gérard Davet, ou que la juge de Nanterre, Isabelle Prévost-Desprez, dont les "fadettes" (factures détaillées) des téléphones portables ont été explorées par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) [...] Surtout, on nous affirme que cette inquisition d'Etat est impulsée et coordonnée par le secrétaire général de l'Elysée lui-même, Claude Guéant. "Ils sont déchaînés", a confié un ministre important du gouvernement à l'un de ses proches qui nous l'a rapporté. Cet interlocuteur nous assure que ce ministre savait, dès septembre, que les médias en pointe sur le dossier Bettencourt feraient l'objet d'opérations clandestines, citant explicitement Mediapart, Le Monde et Le Point, soit précisément les trois journaux victimes de vols ou de cambriolages ».

 

 


 

En exclusivité juste pour vous, les images compromettantes qui démontrent les extorsions de fonds perpétrées par le monarque et sa clique...

 

 

 

 

 


 

Valérie Traitresse, grande pétresse de l'UMP dénonce un complot...

 

 

Elle ne croit pas si bien dire. Certaines rumeurs circulent déjà sur la toile indiquant que les instigateurs du retour de ce scandale proviendrait du sein même de l'UMP ! Certains lieutenants du parti (députés et sénateurs entre autres) convaincus d'une défaite assurée en 2012 seraient bien décidés à ne pas attendre 2017 et à défendre leur favoris : Jean-François Copé.

Sarközy s'est juste trompé d'empereur, lui qui rêvait d'être un Naboléon connaîtra peut-être un destin identique à un autre empereur, celui de Jules César...

 

On n'est jamais mieux trahi que par les siens, Sarközy, expert en la matière, devrait être averti.

 

http://img11.hostingpics.net/pics/872752Nain.jpg

 

 

Sources : Le Monde, L'Express, Mediapart, BFMtv, 24/24 Actu

Partager cet article

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Mensonges et vérités
commenter cet article

commentaires

Adam 07/09/2011 23:13



Cette scene culte à souvent été détourné mais là elle atteint des sommets.





 


 


Merci Papy



Papy Mouzeot 08/09/2011 09:58



N'exageons rien Adam, cette vidéo est un montage, tout le monde sait bien que Sarko n'est pas comme ça dans la vraie vie ! Hein ?


 





 


 


Fraternellement,
Le Papy






Adam 07/09/2011 22:29



Bonsoir Papy, il te manque des images dans ton article, censure?


 





Amitiés



Papy Mouzeot 07/09/2011 22:56



Effectivement ça manquait bien car côté vidéo j'ai ce qu'il faut...


La chute de Sarko :


 





 


 


Amitiés,
Le Papy






Adam 03/09/2011 11:30



Pour les mode de réglements, tu restes discret !



Papy Mouzeot 03/09/2011 18:21



Si c'est par courrier, tu peux envoyer ton chèque ici :


 





 


C'est un pote, du moins, je le crois encore...


Sinon tu peux toujours m'envoyer ton N° de CB par mail !


 


Amitiés,
Le Papy



Adam 02/09/2011 23:08



    Contre le chômage, Sarkozy dégaine l'arme de la "ténacité" :

Nicolas Sarkozy a profité jeudi d'une visite dans les Vosges pour livrer sa recette pour lutter contre la reprise du chômage en période de rigueur budgétaire: une pincée de contrats aidés en plus
et, surtout, une bonne dose de "ténacité".
..................................................................................
"Nous avons fait en sorte que le travail soit protégé", a-t-il expliqué, "le moment n'est pas d'inventer de nouvelles allocations, de nouvelles indemnités (mais) d'encourager la population qui
travaille".

Alors, à défaut de marges financières, Nicolas Sarkozy a fait de l'optimisme et de la "ténacité" ses principales armes de lutte contre le chômage.

"Je crois qu'on peut être optimiste", a-t-il assuré, citant la réussite de l'Allemagne avec laquelle il veut "converger pour créer au coeur de l'Europe une zone de stabilité" et l'appel des
nouveaux marchés en Inde ou en Chine.

Mais surtout, le président veut se persuader que sa politique en faveur de "l'innovation, l'investissement, la réhabilitation du travail" paiera.

"L'important, c'est la ténacité (...) on n'y serait pas arrivé en Libye sans ténacité, et bien on mettra la même ténacité sur l'emploi, sur la compétitivité de la France", a-t-il conclu. "c'est
ça la, ne rien lâcher".
 



http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=c97d10c5ddee9664c1f73fd3cf274b42
Source : AFP(extrait)


Papy, un commentaire?


Amitiés



Papy Mouzeot 03/09/2011 11:23



Volontiers !


 


"Nous avons fait en sorte que le travail soit protégé"


Ben Ducon, tu l'as tellement protégé le travail que les chômeurs n'y ont même plus accès !


 


"le moment n'est pas d'inventer de nouvelles allocations, de nouvelles indemnités (mais) d'encourager la population qui travaille"


De mieux en mieux et de moins en moins fatiguant pour lui car il ne reste plus grand monde à encourager grâce à lui !


 


"Je crois qu'on peut être optimiste", a-t-il assuré, citant la réussite de l'Allemagne avec laquelle il veut "converger pour créer au coeur de l'Europe une zone de
stabilité"


Après sa campagne lybienne, le Naboléon ne cache même plus ses ambitions : annexer l'Allemagne !





"L'important, c'est la ténacité (...) on n'y serait pas arrivé en Libye sans ténacité, et bien on mettra la même ténacité sur l'emploi, sur la compétitivité de la
France"


Chômeurs, la guerre est déclarée, préparez-vous à prendre des missiles sur la gueule !


N'oubliez pas en repartant que le Papy propose aussi des promotions sur les masques à gaz...


Il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses !


 


Comme ce modèle Cartier, très chic pour aller pointer au Pôle emploi de Neuilly








à seulement 1 799,00 €, profitez-en, ça ne durera pas !


 


 


Nous vous proposons aussi des modèles plus adaptés à vos besoins...








vraiment adapté à tous les types de bourses : 699,00 €


 


 


Et ne ratez surtout pas notre promo discount...








199,00 €, avouez qu'à ce prix c'est donné !


 


Alors dépêchez-vous, il n'y en aura pas pour tout le monde !


 


J'accepte les paiements en espèces (tout comme notre très cher président), les chèques certifiés Mamie Zinzin, les
réglements en nature et même en liquide (Pastis 51, Jack Daniels, cognac Hennessy...)


 


Les 100 premiers acheteurs auront même droit à une dédicace du Papy Mouzeot et les suivants... à toute ma gratitude !


 


Bizz,
Le Papytaliste libéré !



Famille des bois 01/09/2011 22:23



Effectivement ça sent la fin de règne, les loups commencent à se "bouffer" entre eux, Raffarin attaque frontalement Sarkozy, Coppé commence à glisser quelques peaux de bananes par ci par là, et
on est pas au bout de nos surprises ...


C'est vrai que, de plus en plus, on ressent autour de nous, l'écoeurement des gens face à toutes les turpitudes de ce gouvernement, même s'ils ne savent pas vraiment par quoi le remplacer.


Il ne faut donc pas relâcher la pression et continuer de dénoncer, jour après jour, toutes les horreurs dont ils sont encore capables. Mais éjecter ces malfaisants ne suffira pas, il faudra bien
se décider à changer les choses en profondeur pour revenir à une société plus juste et plus humaine. 


C'est sûr que le chemin risque d'être long jusque là, mais nous ne devons pas désespérer et essayer, autant que nous le pouvons, de gagner du terrain avec nos idées de progrès pour une vie
meilleure. 


Amicalement.


 



Papy Mouzeot 02/09/2011 09:59



Bonjour Serge et Michèle,


 


Vous exprimez parfaitement et bien mieux que moi le fond de ma pensée quoi que cette pensée n'est pas mienne, elle est ce qui ressort du conscient collectif, de ce ressenti palpable causé par le
bilan catastrophique du monarque.


Adam serait dans les parrages qu'il ajouterait qu'effectivement ça sent le pâté !


En 2007, une petite majorité de français ont commis une énorme erreur, espérons que cela leur serve de leçon et qu'ils n'iront pas à la faute en 2012 car ils font subir leurs erreurs à l'ensemble
des citoyens de notre pays.


Les riches de ce pays sont plus riches et après ? Le débat n'est plus là.


Devant les urnes les riches ne disposent pas de plus de bulletins que nous !


La "France d'en bas" est supérieure en nombre de voix...


Même en imposant des "machines à voter" un peu partout et en faisant voter des morts, Sarkozy ne parviendra plus à être réellu et comme beaucoup le constatent il est abandonné par les siens.


Sarkozy ne gagnera pas les élections mais la gauche les a déjà perdues suite au putch de Mélenchon.


Nous ne sommes qu'à 8 mois des élections, la guerre électorale n'a pas véritablement démarée, nous avons simplement un avant-goût du climat dans lequel cette campagne se déroulera : chantages,
délations, révélations, insultes et menaces... Bref, tous les ingrédients qui permettent de passer de l'état d'indigné à celui d'insurgé pour qui se sent un
minimum concerné par son avenir.


N'attendons pas le Messi, lui ne fait pas de politique, prenons nous-même notre destin en main, il nous reste 8 mois pour parvenir à un nouveau commencement...


 


Fraternellement,
Le Papy



Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule