Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 14:00

UMP-Book.jpg

 

ARNAQUE aux "cons-sommateurs"

Une mise à jour de 6'55" mn n'est pas une mise à jour, ça s'appelle un patch !

 

Ne vous y trompez pas, sous prétexte de mise à jour on nous fait avaler un patch correctif sur un "bug" qui traînait depuis la version 1.4 et connu sous le nom "David Sénat".

 

Rappel des faits : c'est la faute du plombier !

http://img4.hostingpics.net/pics/803968DavidSenat.jpgA la base ce cheval de troie un programme malicieux s'était introduit dans le système Sarkows 1.4 cependant tout aurait pu être éviter si le service de dépannage de plomberie avait été disponible...

Septembre 2010, François Fillon, manager en chef des développeurs, s'en était pris ouvertement à la future première ministrable Michèle Alliot-Marie, alors Garde des Sceaux lors d'une réunion hebdomadaire du groupe UMP à l’Assemblée nationale :  «les fuites répétées émanant du cabinet de Michèle Alliot-Marie […] la République ne peut pas accepter que soit violé le secret de l'enquête», avait-t-il poursuivi. En désignant le cabinet de MAM comme instigateur des fuites à répétition. Une remise en place qui avait laissé les députés stupéfaits.

Jamais encore le nom d’Alliot-Marie n’avait été ouvertement évoqué dans l'enquête sur la source du journal "Le Monde" suite à la divulgation par le journal des procès-verbaux d’audition de l’enquête Woerth-Bettencourt. Un élu UMP avait alors commenté : «C'était très dur, très violent cette charge contre Michèle Alliot-Marie […] quand on connaît un peu François, on sait qu'il ne dit jamais rien au hasard  […]  cette phrase n'en prend que plus de poids».

Un autre député avait  même sous-entendu une possible implication de la garde des Sceaux dans cette affaire d’État en déclarant : «David Sénat n’est pas un conseiller lambda. Il est proche de MAM, il l’a suivie dans trois cabinets, il est très politique…». Reste à savoir si le Premier ministre avait essayé sciemment d’écarter la garde des Sceaux du poste qu’elle convoitait avant la mise à jour 1.5.

Présente dans la salle au moment de l'attaque frontale MAM n'avait ni réagi ni tenté de se justifier.

La vengeance est un plat qui se mange froid...

Une fois le virus cerné, restait à l'isoler. Le mise à jour du programme Sarkows 1.5 fût donc lancée en novembre 2010 à cette fin. Le manager en chef des développeurs, expert en fourberie, réussit sans difficulté à convaincre le PDG de l'entreprise Sarkosoft pour "nettoyer le système" en vue du projet ultime : la réussite du projet ultime de la version Sarkows 2 en 2012.

En grand expert qu'il est, François Fillon avait compris que pour éradiquer le virus MAM qui se développait dans l'ombre de façon trop autonome, il était nécessaire de l'exposer au grand jour et si possible le faire griller au soleil de Tunisie. Ça tombait très bien car l'hiver n'avait jamais était aussi chaud en Tunisie. Le piège pouvait enfin se refermer sur le virus MAM qui, aveuglé par l'appât du gain, fini par se brûler les ailes.

 

La multinationale Sarkosoft en faillite ?

http://img4.hostingpics.net/pics/663702SarkowsBox.jpgDevant autant de dysfonctionnements et de bugs à répétitions les "utilisateurs" commencent à se détourner vers d'autres programmes et provoquent la chute de l'action Sarkosoft. Le monopole ne paie plus, d'autres dirigeants de sociétés, notamment situés au Maghreb, ont déposé le bilan et se retrouvent SDF à faire la manche en Arabie Saoudite. Très inquiet à son tour pour les intérêts de sa multinationale, le PDG de Sarkosoft tente un sauvetage d'urgence mais dans la précipitation ses développeurs, n'ayant pas vu venir la crise, n'ont pas le temps matériel de lui proposer une véritable mise à jour. Ils soumettent en fait à leur PDG une solution de restauration des données en guise de patch. Celui-ci n'a d'autre choix que d'accepter cette parade devant l'urgence de la situation. Pour la première fois, nous n'assiterons pas au spot publicitaire traditionnel pour le lancement de ce nouveau produit, c'est le PDG, lui-même, qui fera l'annonce dimanche 27 février à 20 heures, à la façon "Afflelou".

 

Les risques de la restauration (couic)

Dans l'urgence les développeurs ont délaissé un paramètre important et qui pourrait bien être fatal à la multinationale Sarkosoft. Remettre de vieilles applications au goût du jour comportent certains risques surtôut si ces applications sont déjà corrompues. C'est à coup sûr la condamnation d'un système devenu obsolète.


L'application "Longuet"

 

Jeunesse militante à l'extrême-droite

Ce diplômé de Sciences-Po Paris est, dans les années 60, l’un des fondateurs de l’organisation d’extrême droite Occident. En 1965, il soutient à l’élection présidentielle Jean-Louis Tixier-Vignancour, avocat de l'OAS dont le directeur de campagne est Jean-Marie Le Pen. Un lien qui subsiste en pointillé lors des élections régionales de 1992, quand  Gérard Longuet appelle à une alliance avec le parti de Le Pen, le Front national. En 1964, il prend part, en compagnie d'Alain Madelin, à la création du mouvement Occident, organisation de militants d'extrême droite souvent impliqués dans des affrontements violents contre l'extrême gauche. En 1967, soupçonné en sa qualité de dirigeant du mouvement d'avoir été co-instigateur d'une expédition violente menée par Occident contre des étudiants d'extrême gauche à l'université de Rouen (l'un de ces derniers étant laissé dans le coma après l'attaque), il est inculpé et incarcéré. Gérard Longuet est condamné le 12 juillet 1967 à 1 000 francs d'amende pour complicité de «violence et voies de fait avec armes et préméditation», en même temps que douze autres militants d'extrême droite, dont Alain Madelin et Patrick Devedjian. De cet engagement, il dit : «J'assume avoir été d'extrême droite. On s'est simplement trompés sur le modèle colonial, qui ne pouvait perdurer».

 

Affaire de la COGEDIM

Lors du procès de Gérard Longuet, en octobre dernier, le parquet de Paris s'était longuement attardé sur les études vendues par Avenir 55, société de l'ancien ministre des P et T, à la Cogedim, pour 1 138 000 francs, en les qualifiant de "contrefaçon". Ce procès a achevé de convaincre Agnès Huet, dont les oeuvres auraient été pillées par le président du conseil régional de Lorraine, de recourir à la justice. Une plainte contre X avec constitution de partie civile a été déposée auprès du doyen des juges d'instruction par son avocat, Thibault de Montbrial, "pour contrefaçon et recel de contrefaçon". Agnès Huet, qui gère une société de conseils, a réalisé un important travail sur «les immeubles intelligents et les téléports», titre quasi identique à l'étude de 150 pages, vendue par Gérard Longuet, via Avenir 55, à la Cogedim. En 1995, le juge d'instruction Mireille Filippini est saisie d'une information judiciaire concernant cette affaire. Peu après, Agnès Huet est interrogée par les policiers. Cette femme est tombée des nues puis a découvert que quatre de ses chapitres ont été recopiés dans le document que lui présentaient les policiers. Contacté par le Canard enchaîné, l'ancien ministre répond: «J'aurais dû demander son accord à Mme Huet et lui proposer un arrangement financier.» Il ajoute:   «Si infraction il y a, elle est prescrite puisqu'elle a été commise en 1990».

 

Philatéliste mais pas philanthrope

Il démissionne en 1994, à cause de soupçons sur les financements de sa villa à Saint-Tropez. Martin Hirsch revient sur cette polémique dans son essai Pour en finir avec les conflits d’intérêts : l’ancien Haut commissaire à la Jeunesse accuse Gérard Longuet d’avoir financé l’achat de cette maison avec une collection de timbres rares, reçue lorsqu’il était ministre des Postes.

 

Toujours suspect, jamais condamné

Soupçons de conflits d’intérêts, démêlés avec la justice, Gérard Longuet connaît. Ses fonctions de trésorier (1982-1986), puis de président du Parti républicain, de 1990 à 1995, le mènent devant la justice en 1995, à cause de financements douteux du parti. L’affaire se conclut par un non-lieu. Même jugement en 2010, pour une mise en cause, dix ans plus tôt, dans le dossier des marchés publics des lycées d’Ile-de-France.

Cet été, l’homme politique est accusé par le site Mediapart de s’être fait "payer - entre septembre 2008 et fin 2009 - des heures sup par GDF-Suez à travers sa société de consulting Sokrates (...) pour un travail de réflexion, mais aussi d’influence, alors qu’il était en plein débat parlementaire sur la libéralisation du secteur énergétique". Des sociétés de conseil dont il affirme qu’il s’est progressivement détachées. 

 

Homosexualité et pédophilie

L’homme est aussi un habitué de la polémique. En juillet 2008, au Sénat, Gérard Longuet fait un lien entre homosexualité et pédophilie, déclarant que «c'est extrêmement réjouissant de savoir que l'on promeut en effet des formes nouvelles de sexualité dans l'école et qu'on combat en même temps la pédophilie… Il y a quand même un moment où il faut savoir sur quelles valeurs on s'arrête», déclare-t-il. Les propos font bondir les associations de défense des homosexuels, qui réclament sa démission immédiate.

Autre polémique, en mars 2010, déclenchée par sa contestation de la candidature de Malek Boutih à la tête de l’autorité contre les discriminations, la Halde. Le sénateur affirme qu’une personnalité «du corps traditionnel français» y aurait plus sa place pour défendre les discriminés. Des propos de nouveau contestés, jusque dans son camp, notamment par Eric Besson, alors ministre de l’Identité nationale.

 

Longuet fait un amalgame entre homosexualité et pédophilie

Le "corps français traditionnel" de Longuet



http://img4.hostingpics.net/pics/706463minijupe.jpgL'application "Juppé"

Pas la peine de s'exciter, Juppé aux affaires étrangères, ça ne sera pas le retour des "jupettes"...

 

Le programme multi-tâches

Ces dernières semaines suite à son retour de "vacances", Michèle Alliot-Marie semblait dé-bor-dée par son travail. On se demande donc comment le nouveau ministre des affaires étrangères fera pour assumer sa nouvelle fonction régalienne et son rôle de maire de la ville de Bordeaux...

 

Le choix des ministres se fait en fonction du palmarès des casiers judiciaires

Pour rappel Alain Juppé a été econnu coupable d'avoir, en tant qu'ex-secrétaire général du RPR (1988-1995) et adjoint aux finances à la mairie de Paris (1983-1995), couvert la rémunération par la Ville de six personnes qui travaillaient en réalité pour le parti gaulliste et a été condamné le 30 janvier 2004 par le tribunal de grande instance de Nanterre, à dix-huit mois de prison avec sursis et dix ans d'inéligibilité.

 

En voici les principaux attendus suite à l'affaire des emplois fictifs de la ville de Paris :

Attendu que les valeurs de la République et les valeurs du service public constituent le cœur de l'enseignement dispensé dans les grandes écoles de la République, qu'Alain Juppé a précisément été formé dans celles-ci, qu'il a ensuite exercé comme haut fonctionnaire puis joué un rôle éminent dans la vie publique notamment comme membre du Parlement, ceci excluant qu'il ait ignoré l'état du droit au regard des faits dont il est déclaré coupable [...]

Attendu qu'aux termes de l'article 4 de la Constitution "les partis et groupements politiques concourent à l'expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale..." ; qu'ainsi est notamment rappelé leur soumission à la loi, expression de la souveraineté nationale, devant laquelle "tous les citoyens" sont égaux ; qu'Alain Juppé dans la quête de moyens humains lui apparaissant nécessaires pour l'action du RPR a délibérément fait le choix d'une certaine efficacité en recourant à des arrangements illégaux [...]

Que la nature des faits commis est insupportable au corps social comme contraire à la volonté générale exprimée par la loi ; qu'agissant ainsi, Alain Juppé a, alors qu'il était investi d'un mandat électif public, trompé la confiance du peuple souverain.


L'application "Guéant"

 

Le dernier "va tout" du PDG de Sarkosoft

C'est l'éminence grise du système d'exploitation Sarkows depuis les années 1990. Il est appelé par Charles Pasqua qui le nomme directeur-adjoint de cabinet alors que l'ex-représentant en spiritueux occupe les fonctions de ministre de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire. C'est là que Claude Guéant fait la connaissance du PDG de Sarkosoft et restera scotché à ses basques depuis ce moment. Il a été nommé Directeur Général de la Police Nationale en 1994. Cet ancien avocat fiscaliste occupera de nombreux postes de préfet jusqu'en 2002 où il devient le directeur de cabinet du PDG de Sarkosoft. En 2007 il est directeur de campagne de ce même PDG. Le 16 mai 2007 il est nommé Secrétaire Général de la multinationale Sarkosoft. Le Cardinal, comme il est surnommé sera nommé Ministre de l'intérieur, de l'Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l'Immigration le 27 février 2011 en remplacement de Brice Hortefeux, victime colatérale.

Le Cardinal avait fait couler beaucoup d'encre pour des faits de "surveillance accrue" de feu le journal Bakchich où il avait demandé au service de contre-espionnage français, la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) d'enquêter sur deux journalistes du journal satirique.

Lire l'article de Bakchich Info : Quand Bakchich était surveillé par Claude Guéant.

 

 

 

Voila, on a enfin
une République irréprochable !

 

Le Papy Mouzeot

 

 

 

Sources : France24.com, Liberation.fr, Wikipédia, Bakchich info

Partager cet article

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Politique générale
commenter cet article

commentaires

Mémé Suzette 01/03/2011 18:53



Beaucoup trop de chevaux de troie et de virus en tout genre !


Maudite soit la technologie !


 



Papy Mouzeot 01/03/2011 19:42



T'as rasion Mémé, faut revenir aux bonnes vieilles méthodes, la guillotine ! Y'a rien de tel pour faire respecter les citoyens.



Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule