Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 17:21

http://img11.hostingpics.net/pics/379223burningbook.jpgAvec le décès de Lise Bonnafous
c'est tout
le corps enseignant
du Languedoc qui est en deuil


L'enseignante du lycée Jean-Moulin de Béziers est décédée vendredi des suites de ses blessures après s'être immolée par le feu la veille dans la cour de l'établissement, où ses collègues depuis le drame exprimaient leur désarroi et aussi leur difficulté à mener à bien leur mission.

Brûlée sur 95% du corps

Selon une source médicale, l'enseignante de 44 ans, professeur de mathématiques, "était brûlée au 3e degré sur 95% du corps". "Le corps a besoin de la peau pour respirer et avec ces brûlures, elle n'aurait pas pu survivre en raison des infections", a ajouté cette source.

A la mi-journée, les collègues de l'enseignante avaient lu, devant les grilles du lycée, un message de "solidarité pour Lise", brandissant de petites pancartes blanches intitulées "Plus jamais ça", "On veut des actes". "Hier, une enseignante a choisi de s'immoler dans la cour du lycée à l'heure de la récréation. Cet acte symbolique nous bouleverse et nous interroge tous", avaient déclaré les 280 professeurs du lycée dans ce communiqué.

"Son geste appelle à la solidarité de l'ensemble des personnels et témoigne de notre difficulté à accomplir notre mission. Nous attendons donc l'engagement responsable de nos autorités", ajoutaient-ils.

Interrogé par l'AFP à la nouvelle du décès, l'un d'eux, Christophe Quittet, a annoncé la tenue d'une "marche blanche" lundi à 14 h au départ de l'établissement. Selon lui, les cours ne reprendront pas lundi matin, en vertu d'un droit de retrait éventuellement reconductible.

Cellule de soutien psychologique

Vendredi, l'établissement avait rouvert ses portes pour accueillir les élèves et enseignants qui souhaitaient être entendus par la cellule de soutien psychologique, qui avait déjà pris en charge jeudi après-midi plusieurs dizaines d'élèves très choqués et qui devait encore fonctionner plusieurs jours.

Une action est par ailleurs prévue mercredi 19 octobre à 17 heures à Montpellier, dont le point d'arrivée sera l'inspection d'académie, selon M. Quittet. La victime donnait des cours depuis 10 ans dans ce grand lycée de 3 000 élèves, deuxième cité scolaire du Languedoc-Roussillon.

Elle avait annulé son cours de 9h 

Selon plusieurs témoins, elle avait annulé le cours qu'elle devait donner entre 9 h et 10 h jeudi. Puis, peu avant la récréation, elle s'est placée sous le préau et s'aspergée d'essence très calmement avant d'y mettre le feu et d'avancer dans la cour sous les yeux des élèves, terrifiés, dont certains lui sont venus en aide.

Décrite comme très fragile psychologiquement, notamment suite au décès de son neveu, l'enseignante "bénéficiait d'un accompagnement pédagogique et médical", avait indiqué jeudi le ministre de l'Education nationale Luc Chatel, venu sur les lieux, refusant à ce stade de confirmer le lien, avancé par le parquet, entre ce geste de désespoir et son activité professionnelle.

Si ses collègues se veulent prudents sur les raisons de cet acte, l'un d'entre eux estimait jeudi soir, sous couvert de l'anonymat, que la "pression ambiante était peut-être trop forte" et qu'"une écoute aurait peut-être évité ce passage à l'acte".

"Au cours des années, on a vu le métier évoluer, le public changer, les réformes arriver, des réformes nécessaires mais bien souvent menées à l'emporte-pièce, sans discernement, dans l'urgence, et à un moment donné il peut arriver ce genre de geste", confiait-il.

Au niveau national, le SNES, premier syndicat du secondaire, a réclamé un débat sur le métier d'enseignant après cette tragédie. Il souhaite notamment "interpeller le ministre sur l'importance de la mise en place d'une véritable médecine du travail dans l'Education nationale" et l'amélioration des "conditions générales de travail des enseignants, dont la pénibilité s'est considérablement accrue ces dernières années".

 

J'adresse toutes mes pensées à sa famille et ses proches.

 

 

 

Source : Midi Libre

Partager cet article

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article

commentaires

caroleone 20/10/2011 12:13



Bonjour papy,


 


Un sacrifice est un sacrifice, c'est déjà celui de sa vie avant tout...ensuite on ne peut réellement savoir ce que la personne avait en tête au moment de sa mort.


Néanmoins, la situation professionnelle est évidemment à mettre en cause puisque l'être humain ne peut nier cette partie de son existence qui lui bouffe son quotidien, alors quand cela se passe
mal voire très mal, on en arrive à cette situation.


Je n'ai pas beaucoup travaillé dans ma vie mais intensément bien sûr et j'ai de suite compris comme la souffrance au travail pouvait conduire au pire, j'en étais pas loin également....


J'aimerais comme toi que ce sacrifice comme celui du tunisien ne soit pas vain et serve à mettre en place l'éveil des consciences.....


Pour ce qui est du commentaire plus haut, diffuser sur la toile n'est pas une mince affaire, il ne faut pas craindre de dire les choses que l'on croient justes.


Les infos de la rue et de la vraie vie sont bien souvent différentes de celles des médias, lorsque l'on a compris ça, on peut bloguer !!


Le souci de la crainte de récupération politique et médiatique des évènements par les parents et les enseignants est récurrent, je le connais parfaitement et je dois dire qu'il a  été source
de révélation et de vocation pour moi mais c'est une autre histoire !!


 


Bises


 


caroleone



Papy Mouzeot 20/10/2011 16:02



Un sacrifice par auto-immolation n'a rien d'un suicide. Il dénonce autre chose qu'un suicide en public, en tout cas, c'est ce que l'histoire nous démontre.


Le message de Lise Bonnafous aura été le suivant :


il faut refonder, à tout prix, une nouvelle et authentique école de la république, celle où primaient les valeurs du civisme et du travail. Celle où le professeur était au centre de tout. Celle
où l’enfant du peuple pouvait devenir fils de roi."


Je crois sincérement que cela exprime beaucoup plus qu'une fragilité, les termes employés sont pesés et lourds de conséquences. Je ne crois pas qu'une personne perturbée aurait pu rédiger un tel
message, c'est pour cette raison que je crois à un acte désespéré proche de celui de Mohamed Bouazizi.


Pour commencer, nous, citoyens français, parents d'élèves et enseignants, demandons la démission de Chatel. Ensuite traitons le problème à sa
base : dans tous les rectorats et académies.


 


Comment faire comprendre ça à une majorité de français suspendus au poids et à la taille de l'engeance sarkozienne qui fait les gros titres de l'actualité ?


C'est à gerber !


 



caroleone 19/10/2011 12:38



En hommage à Lise


 


Alors Al-Mitra reprit la parole, en disant : "A présent nous aimerions t'interroger sur la Mort".


Et il dit :


" Vous voudriez percer le secret de la mort.


Mais comment y parvenir sans aller le chercher au coeur de la vie ?


Le hibou qui vit à l'orée de la nuit est aveugle au jour et ses yeux ne peuvent dévoiler le mystère de la lumière.


Si vous brûlez de voir l'esprit de la mort, ouvrez grand votre coeur dans le corps de la vie.


Car la vie et la mort ne font qu'un, tout comme la rivière et la mer ne font qu'un.


Dans les profondeurs de vos espoirs et de vos désirs sommeille votre silencieuse connaissance de l'au-delà ;


Et comme la semence rêve sous la neige, votre coeur rêve des épousailles du printemps.


Faites confiance aux rêves, car en eux sont cachées les clés de l'éternité.


Votre effroi face à la mort n'est que ce tremblement du berger quand le roi lui fait l'honneur de le recevoir et s'apprête à poser sa main sur sa tête.


Or, en allant recevoir l'insigne du roi le berger ne sait-il pas qu'un frisson de joie s'éveille déjà sous sa frayeur ?


N'est-il pas encore plus conscient de sa peur ?


Qu'est-ce donc que mourir si ce n'est s'offrir nu au vent et s'évaporer au soleil ?


Et qu'est-ce donc que cesser de respirer si ce n'est se libérer du souffle de ses perpétuelles marées, afin de s'élever sans le poids de la chair et de s'exhaler à la recherche de
Dieu ?


Lorsque vous aurez bu à la rivière du silence, alors seulement vous pourrez véritablement chanter.


Et quand vous aurez atteint le sommet de la montagne, vous commencerez à monter.


Et dès lors que la terre aura réclamé votre corps, vous saurez enfin danser".


 


Le prophète Khalil Gibran


 





 


 






Papy Mouzeot 20/10/2011 11:41



C'est un très beau texte du prophète Khalil Gibran, cependant je ne peux m'empêcher de relier le sacrifice de Lise Bonnafous à celui de Mohamed Bouazizi afin de nous délivrer son message de
détresse.


 


Bizz,
Le Papy



Michèle 19/10/2011 09:46



je reviens ...oui j'ai supprimé ma note suite à beaucoup trop d'incohérences dans la chronologie des faits mais aussi par des informations très divergentes .


donc désolée pour avoir moi aussi signalé la mise en place de votre lien...pour l' avoir ensuite supprimé !


je vais attendre votre retour !



Papy Mouzeot 20/10/2011 11:36



Bonjour Michèle,


 


Comme il est triste et désolant de voir comme vous vous laissez manipuler.


Vous parlez d'incohérences et d'informations divergentes...


Sachez qu'hier j'étais parmi ces enseignants qui dénoncent aussi des incohérences et des informations divergentes mais certainement pas celles que l'on vous a suggéré.


Je peux affirmer qu'au rassemblement qui s'est déroulé hier à Montpellier, il n'y a eu aucune tentative de récupération, ce qui serait indigne envers le message que Lise nous a adressé à tous.


Si vous souhaitez savoir ce qui s'est réellement déroulé à Montpellier hier, je vous propose mon témoignage : ici.


Bien sûr, ce témoignage paraîtra très divergent des communiqués de l'AFP, repris par l'ensemble de la presse française.


 


Cordialement,
Le Papy Mouzeot



Michèle 18/10/2011 21:43



suite à une lettre reçue


je vous signale que j'ai mis ce lien dans une note publiée ce soir sur mon blog


que dire de plus ......



Papy Mouzeot 19/10/2011 07:28



Bonjour Michèle,


 


Il n'y a rien à dire, le temps est à l'action.


Je vous donnerais plus de détails de retour de la manifestation.


 


Amitiés,
Le Papy Mouzeot



caroleone 18/10/2011 12:36



Tu sais papy, ça fait un petit bout de temps que je me bats pour l'éducation nationale même si je me suis mise un peu en retrait ces dernières années.


Le peu de participation que j'avais autour de moi pour encadrer les luttes des lycéens et d'autres paramètres intervenus entre temps et un surinvestissement personnel m'ont fait m'écarter un peu
mais je suis toujours déléguée de parents d'élèves et fréquente toujours des enseignants.


Ils savent que je suis près d'eux au besoin même si depuis que j'ai cédé ma place de présidente du conseil local, je suis bien obligée de constater qu'il n'y a pas eu une seule action de blocage
ou de participations aux manifs.....quelle misère !!


Et je suis membre du CA du lycée de Magnanville depuis au moins 10 ans, en tant que parent, puis à présent en tant qu'élue......alors tu vois, je suis au courant des changements et des luttes au
sein de l'EN.


Pour ce qui est du sabre, tu as raison, je m'en servirais uniquement pour sabrer le champagne de la victoire sur le capital !!


Dans 10.000 ans !!


 


Bises


 


caroleone


 


 





 



Papy Mouzeot 18/10/2011 14:42



Tu vois, je pense que tu aurais dû t'en douter dès la première semaine où le monarque a pris ses fonctions. Lorsqu'il a convoqué Thibault et Chérèque, il n'y avait rien d'anondin... C'était la
condamnation à mort des syndicats. D'ailleurs le nabot se réjouit de constater que lorsqu'il y a une grève dans SON pays, on ne s'en aperçoit pas !


Premiers visés : les fonctionnaires et plus particulièrement ceux qui transmettent le savoir à nos enfants.


Mais il n'est jamais trop tard pour bien faire, n'attendons pas inutilement un changement par les urnes qui de toutes façons ne régleront rien à nos conditions de vie.


 



Sarkozy: "Quand il y a une grève en France..."


 


Bizz,
Le Papy



Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule