Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 16:04

Ben-Ali-Baba-2

Une faible mesurette en comparaison des nombreux crimes dont on été victimes les tunisiens...


Le président déchu et sa famille sont soupçonnés d'acquisition illégale de biens, de placements financiers illicites à l'étranger et d'exportation illégale de devises.

Une enquête judiciaire pour "acquisition illégale de biens" et "placements financiers illicites à l'étranger" a été ouverte contre le président déchu Zine El Abidine Ben Ali et sa famille, a annoncé mercredi 19 janvier l'agence officielle TAP.
L'enquête est ouverte pour "l'acquisition illégale de biens mobiliers et immobiliers", les "placements illicites à l'étranger" et "l'exportation illégale de devises", a précisé l'agence citant une "source autorisée".

 

La famille Trabelsi

Elle vise nommément l'ancien chef d'Etat, sa femme Leila Trabelsi, "les frères et gendres de Leila Trabelsi, les fils et les filles de ses frères".
Le clan Ben Ali-Trabelsi est accusé d'avoir mis en coupe réglée le pays depuis 23 ans.

http://nawaat.org/portail/wp-content/uploads/2011/01/clan_benali_630.jpg

 

Interdit d'activité en Arabie Saoudite

Le ministre saoudien des Affaires étrangères Saoud Al-Fayçal a affirmé que Zine El Abidine Ben Ali, réfugié dans le royaume depuis sa fuite vendredi sous la pression de la rue, y était "interdit de toute activité" contre son pays.

Son accueil "ne peut conduire à une quelconque activité (de Ben Ali) sur la Tunisie depuis le territoire saoudien", a-t-il affirmé dans un entretien avec la télévision d'Etat saoudienne.

La présence du président déchu dans le royaume s'accompagne "de conditions et de restrictions. Aucune action ne sera autorisée", a-t-il ajouté.

Chassé du pouvoir après 23 ans à la tête de l'Etat, Zine El Abidine Ben Ali était arrivé dans la nuit de vendredi à samedi à Jeddah (ouest), sur la mer Rouge, où il a trouvé refuge en compagnie de membres de sa famille.

 

 

Source : NouvelObs.com

 



Un avion contenant du matériel de maintien de l'ordre bloqué vendredi à Roissy

http://globalvoicesonline.org/wp-content/uploads/2010/06/stg-bulletproof-vests.jpgSelon nos informations, un avion cargo chargé de matériel de maintien de l'ordre à destination de la Tunisie a été bloqué vendredi 14 janvier par les douanes françaises, avant son décollage de Roissy (Paris).
Il s'agissait d'une commande du gouvernement de Ben Ali auprès d'un groupe français, spécialisé dans l'exportation d'uniformes et d'équipement de police. En l'occurrence, des tenues, des protections et des grenades lacrymogènes, soufflantes ou éclairantes, mais pas de matériels militaires.
L'avion devait partir en fin de matinée et les douaniers se sont soudain montrés très pointilleux, ce qui a conduit le patron du groupe à se rendre sur place. Il a alors reçu un appel d'une haute autorité de l'Elysée, lui signifiant que cette livraison était hors de question. Dans les heures qui ont suvi, le président Ben Ali a quitté la Tunisie.

 

Par Jean-Dominique Merchet, journaliste à Marianne

 



Témoignage de Chaker Nouri : Ben Ali, le Ceaucescu de Carthage, est enfin parti !

http://www.ecotidien.fr/wp-content/uploads/2009/07/chaker_nouri-2.png

Chaker Nouri a été banquier pendant plusieurs années dans un quartier chic de Paris (nobody is perfect). Repenti peu avant la crise financière, il met ses connaissances au service de tous. Chaker est aujourd’hui journaliste économique. Il intervient sur le web (Business Bondy Blog) et en radio (Génération FM).
Chaker, d’origine tunisienne, dit sa joie de pouvoir enfin afficher ses opinions politiques sans craintes pour les siens.

Vingt trois ans que j’attendais cela : le Ceaucescu de Carthage est enfin parti.

Une fin pathétique à l’image de son règne. A l’heure où j’écris cet article, il serait à bord d’un jet privé à destination de Dubaï, où séjournent sa femme et une partie de sa belle famille : les Trabelsi… Un clan qui a pendant plusieurs décennies spolié les richesses du pays. Les Tunisiens ont une haine viscérale contre cette petite mafia qui a dominé d’une main de fer le pays du jasmin.

Jamais je n’aurais imaginé de mon vivant une telle révolution dans mon pays d’origine, et pour cause. Lorsque je me rendais en vacances en Tunisie, j’étais frappé par le désintérêt des Tunisiens pour la chose politique. Une indifférence qui s’explique par la mainmise de l’Etat policier dans la vie de tous les jours. A l’image de la police politique roumaine Securitate, la «shorta» n’hésita pas – on hésite à parler au passé – à brimer, humilier, frapper, torturer, tuer les personnes qui osaient s’opposer à l’ordre établi.

Et ceux qui ont payé le prix le plus fort de cette répression, ce sont sans nul doute les musulmans pratiquants. Je ne parle pas des islamistes, mais bien de simples citoyens qui pratiquent leur religion. Ma propre famille a été victime de cette «hagra». Mon père âgé de 76 ans a subi les foudres de la police de Ben Ali, pour une unique raison, le port de la barbe. D’autres ont subi des violences plus graves : viol, violence physique… Journalistes, opposants politiques, citoyens de la société civile ont eux aussi subi la main de fer du résident de Carthage…

Derrière l’image de «Tunisie la douce», il y avait la «Tunisie la brutale». Il aura fallu l’immolation par le feu d’un jeune diplômé pour que la rue se révolte enfin. Un mouvement spontané et apolitique dans le sens où il n’est sous la bannière d’aucun parti. Comme seule réponse, le bras armé du clan Trabelsi a tiré avec la «cartoucha». Bilan à ce jour : plus de cents morts. Du sang qui n’aura pas été versé en vain.

Mais la victoire n’est pas complète. Je suis amer car ceux qui se retrouvent à la tête du pouvoir sont des suppôts de Ben Ali. Et maintenant, là ? Selon ma famille à Tunis, les villes sont livrées aux pilleurs. La police s’est retirée et l’armée reste passive. Ben Ali a laissé la place à l’anarchie. Des maisons brûlées, des magasins détruits, des petits commerces vandalisés, des personnes agressées dans la rue. Ma joie n’est pas totale. Ce qui me frappe c’est le contraste entre la réaction de la diaspora tunisienne et les Tunisiens du pays. Les premiers célèbrent le départ du despote et les seconds craignent le désordre ambiant.

Je m’appelle Chaker Nouri, enseignant en économie et journaliste. Je suis soulagé de pouvoir enfin afficher mes opinions politiques sans craindre les représailles pour les miens.


Partager cet article

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

TourtauxjRacE 19/01/2011 18:35



ESPERONS POUR LE PEUPLE TUNISIEN QUE CELA NE SE PASSERA PAS COMME POUR DUVALIER A HAITI QUI A ETE ENTENDU ET RENDU LIBRE.


ON VA BIENTOT NOUS RACONTER SON DEPART EN AVION POUR LA... FRANCE OU IL PEUT RENTRER SANS PROBLEMES 



Papy Mouzeot 19/01/2011 19:12



C'est un peu différent pour Haïti, le séisme s'est bien déroulé en Haïti mais ce sont les anciens dictateurs les plus secoués ! Aristide avait aussi émit le souhait de retourner au pays... J'te
le dis, ils sont complétements secoués ces dictateurs. Dire qu'il y en a qui se sont pris une balle entre les deux yeux pour moins que ça !



TourtauxjRacE 19/01/2011 18:31



Comment vont-ils faire pour prouver tout ce que le clan familial a détourné?



Papy Mouzeot 19/01/2011 19:02



C'est impossible à déterminer tellement la coiffeuse est maline. Elle a disséminé l'argent du peuple tunisien aux quatre coins du globe et placé le reste dans des paradis fiscaux. Reste les biens
immobiliers mais on risquerait de découvrir encore quelques pots de vins nauséabonds.



Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule