Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 11:09

Le_jeu_de_la_verite.jpgOn m'aurait menti ?

 

 

 

Si je vous dis que nous vivons dans un monde dirigé par des politiciens totalement corrompus soutenus par une presse devenue un organe de propagande du pouvoir, vous allez certainement me rire au nez. Si maintenant c'est un député fédéral belge qui le dit, vous avez le droit de croire qu'il s'agit d'une bonne blague, et pourtant...

 

Toutes les guerres successives depuis celle de l'Irak, censées apporter la démocratie à des peuples soumis à la dictature du terrorisme islamiste n'auraient été qu'un prétexte pour imposer le néocolonialisme capitaliste afin de servir les intérêts des très puissantes multinationales de la finance mondiale ?

On m'aurait donc menti...

 

Tous les politiciens pour lesquels nous accordons nos bulletins de vote depuis plus de 60 ans passeraient leur temps à nous manipuler ?

On m'aurait donc menti...

 

Cette grande Europe imaginée pour renforcer la solidarité entre les pays européens voire même améliorer nos conditions de vie ne serait en réalité qu'une stratégie machiavélique afin d'asservir encore plus les peuples sous le diktat des banksters ?
On m'aurait donc menti...

 

La démocratie serait un régime politique dans lequel le peuple exerce sa souveraineté.

On m'aurait donc menti...

 

J'avoue qu'il y a de quoi être perplexe et j'en viens à me demander à quoi servent tous ces partis politiques si nous ne pouvons même plus leur accorder notre confiance. Devrions-nous les licencier pour incompétence comme le ferait n'importe quel chef d'entreprise ? Car n'oublions pas que ce ne sont pas les gouvernements ni les parlementaires qui sont souverains, c'est NOUS !

Il serait peut-être temps d'inverser la vapeur et que la peur change de camp sauf qu'en France ce n'est pas prêt d'arriver.

 

Il faut donc remonter jusqu'en Belgique pour trouver Laurent Louis, le seul député totalement indépendant suite à la dissolution de son parti, feu le Mouvement pour la Liberté et la Démocratie. Le nivellois fait figure d'OVNI dans la sphère politique européenne. Surtout connu pour ses positions radicales et marginales, Laurent Louis defraie la chronique politique belge. Ses vives prises de positions au parlement belge sont autant de claques à un système voué à la mondialisation.

 

Je vous propose d'écouter les messages d'un rare député qui ne pratique pas la langue de bois afin de réviser vos opinions et peut-être, je l'espère, d'ouvrir les yeux sur une réalité politique qui nous concerne tous, mais ne rêvez pas, ce n'est plus prêt d'arriver en France, le dernier parlementaire honnête de notre pays a été évincé par ses pairs. Assassiné politiquement par l'ensemble des parlementaires de l'Assemblée nationale, Maxime Gremetz a fini par démissionner le 16 mai 2011.

 

 

Le député indépendant belge Laurent LOUIS s'oppose, seul contre tous les autres parlementaires, à la participation de la Belgique à la guerre au Mali...

 

 

Suite aux déclarations de David Cameron qui propose d'organiser un référendum sur le maintien ou la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, le député indépendant belge Laurent LOUIS en profite pour demander au Ministre des Affaires étrangères belge, Didier Reynders, pourquoi il refuse d'organiser un tel référendum en Belgique...

 

 

Laurent LOUIS propose au Premier Ministre socialiste, Elio Di Rupo, de suivre l'exemple de l'Islande et de décréter l'état de nécessité afin de ne plus rembourser la dette qui s'élève aujourd'hui en Belgique à 100% du PIB ainsi que la nationalisation d'Arcelor Mittal... 

 

 

Laurent Louis dénonce la politique du copinage qui permet aux compagnies aériennes de bénéficier de 20 millions d'euros de subventions chaque année jusqu'en 2020...

 


Du jamais vu en politique, un élu réclame la suppression des partis politiques ! Le député fédéral belge Laurent LOUIS montre l'exemple et annonce la dissolution de son parti. Il plaide pour la suppression de tous les partis politiques responsables, selon lui, de la mauvaise gouvernance actuelle, de la corruption et du copinage organisé à tous les niveaux de pouvoir. Il défend la création d'un Parlement citoyen composé d'élus tirés au sort. Un Parlement tiré au sort et composé de citoyens normaux, voilà, selon lui, le gage d'une réelle représentativité ! Une idée à poursuivre au sein de notre hexagone...

 


Cerise sur le gâteau : Laurent Louis balance TOUT sur les réalités de ce que l'on nous fait passer pour une démocratie.  Lassé par les mensonges du pouvoir en place, il prend la parole afin de dénoncer une situation qui ne peut plus perdurer en espérant un réveil de la population.


 

De part leur situation géographique et leur profonde acuité, nos voisins belges nous démontrent qu'ils sont bien au-dessus de la France, ce pays où toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Laurent Louis symbolise ce qui nous fait vraiment défaut dans notre pays. Et il n'est même pas certain qu'avec toute une légion de citoyens tels que lui on arriverait à remettre un peu d'ordre et de moralité dans un pays aussi corrompu que le notre.

 

Autres vidéos à consulter sur le site de Laurent Louis

 

http://img15.hostingpics.net/pics/345568DepardieuLouis.jpg

 

 

Ze Papy Mouzeot

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Mensonges et vérités
commenter cet article
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 04:53

Pour la peau d'un flic

Combien vaut la peau
d'un policier français ?

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/357607LesBrigadesduTigre.jpgLes flics, on aime ou on aime pas. On aime le côté "servir et protéger" mais on apprécie nettement moins le rôle du percepteur qui flashe nos véhicules lorsque nous effectuons des dépassements de vitesse, d'autant plus que ces photos sont de très mauvaise qualité et sont hors de prix !


L'histoire qui va suivre aurait tout d'un mauvais polar si elle n'était pas réelle. Mais avant de rentrer dans le vif du sujet il est important de retenir qu'on embrasse pas une carrière de policier comme on décide de devenir plombier. Pour en avoir parlé à plusieurs reprises avec quelques flics de la "P.J" de Montpellier, on devient policier, notamment à la DCPJ, avant tout par dévouement. J'avoue que malgré les discours passionnés que j'ai eu l'occasion d'entendre, j'ignore encore ce qui peut pousser un individu à consacrer sa vie entière, au péril de sa vie, pour défendre les citoyens contre la criminalité. Quand je dis "consacrer sa vie entière", il n'y a rien d'exagéré. Quasiment peu ou pas de vie de famille, des horaires plus que fluctuant, des heures supplémentaires jamais payées voire aussi non récupérées en temps de repos compensatoire, car à la "P.J", le repos ça n'existe pas.

Cette division, peu importe le territoire qu'elle occupe, est toujours sur le pied de guerre. Si dans la théorie la DCPJ est chargée de conduire les investigations et les recherches, sur le terrain le champ d'application est beaucoup plus vaste. Ça peut aller de la disparition inquiétante d'une personne jusqu'à la cyber-criminalité, en passant par la lutte contre le proxénétisme, le trafic de stupéfiants, d'armes, de véhicules volés, les escroqueries internationales, la contrefaçon et la fausse monnaie et même le terrorisme ! Tout ça pour un salaire qui avoisine 2 000 euros nets mensuels avec la possiblité de parvenir à un traitement d'environ 3 000 euros, pour ceux qui arrivent entiers jusqu'au bout de leur carrière...

 

 Le début d'un engrenage infernal

 

http://img15.hostingpics.net/pics/340968patrick.jpgL'affaire qui nous intéresse plus particulièrement concerne l'ex-lieutenant de police Patrick Cahez de la DCPJ grenobloise. Ne cherchez pas, vous n'en n'avez pas entendu parler à la télévision ni même dans la presse nationale car les seuls à dénoncer le combat de cet officier de la P.J. de Grenoble officient une fois de plus chez Mediapart. A croire que ce site d'information est le seul "empêcheur de tourner en rond" face aux innombrables responsables d'injustices qui sévissent quasi impunément dans notre pays.

Patrick Cahez, mis au placard depuis 2003 par sa hiérarchie, se bat contre son administration et nous dévoile le portrait peu enchanteur d'une maison poulaga capable "de violence symbolique allant jusqu’au rejet physique, dès lors qu’elle se sent déstabilisée par l’un de ses membres".

Affecté à la brigade financière de la P.J. de Grenoble, l'officier de police a été empêché de travailler pendant plusieurs années. « Suite à un changement de direction, c’était devenu l’enfer. A titre d’exemple, on m’avait supprimé mon ordinateur et ensuite mon chef me demandait d’expliquer par écrit pourquoi j’avais du retard dans mes dossiers » explique-t-il aux journalistes de Mediapart. Un comble pour une ville livrée aux mains des dealers (lire l'article du Figaro : Les caïds de cité succèdent aux Italo-Grenoblois). Mais que reproche-t-on à cet ancien délégué syndical départemental de Synergie officier et administrateur la CFE-CGC de l'union départementale de l'Isère, pour l'avoir exclu de son service et privé d'activité malgré des états de service irréprochables confirmés par le ministre de l'Intérieur de l'époque ?

Le lieutenant Patrick Cahez a usé de son droit d'alerte pour informer la hiérarchie, jusqu'au ministre, des dysfonctionnements au sein de la police judiciaire à Grenoble. Outre son combat personnel après avoir déposé plainte contre X... pour harcèlement moral, cet officier de la P.J. a osé briser l'omerta qui règnait au sein de son service, ce qui n'est pas du tout du gôut de ses supérieurs hiérarchiques ni même de celui du parquet général de Grenoble. A la maison poulaga on lave son linge sale en famille !


Alors même que le ministère public refusait de donner suite aux plaintes et faisait paradoxalement condamner Patrick Cahez pour dénonciation calomnieuse, un fonctionnaire s'est suicidé et une fonctionnaire a fait une tentative dans le service de police judiciaire de Grenoble.

C'est le début d'un engrenage infernal qui conduira Patrick Cahez jusqu'à la dépression morale.

La plainte contre X déposée par les avocats de Patrick Cahez

 

 

10 ans de lutte sans relâche face à une hiérarchie impitoyable

 

Voici ce que nous relate le site d'information Mediapart suite au renvoi de Patrick Cahez devant le tribunal correctionnel de Grenoble cette semaine, pour violation du "secret professionnel".

     

http://img11.hostingpics.net/pics/332109Mediapart.png

 

En congé longue maladie depuis 2007 pour dépression, Patrick Cahez, un officier de police, se bat en vain depuis des années pour faire reconnaître par le ministère de l'intérieur le caractère professionnel de sa maladie. C'est un combat kafkaïen dont cet ancien de la police judiciaire de Grenoble tient le journal exhaustif sur un blog : il y publie tous ses échanges avec l'administration ainsi que les décisions de justice le concernant.


http://img11.hostingpics.net/pics/919712CahezBlog.jpgCliquez sur l'image pour atteindre le blog de Patrick Cahez

 

Ce blog est un site d'archivage et de liens utiles à l'usage des avocats du fonctionnaire. Il contribue à la défense des droits fondamentaux et des intérêts collectifs.

 

C'est ce qui lui vaut son renvoi ce 24 janvier devant le tribunal correctionnel de Grenoble pour violation du secret professionnel. Il lui est reproché d'avoir publié début 2008 sur son blog "une note de service décrivant l'organisation de l'antenne PJ de Grenoble avec la liste des fonctionnaires de police et des véhicules de service". En conflit avec son administration, Patrick Cahez cherchait à prouver sa mise au placard au sein du service. La note en question, datant de juin 2007, détaille la répartition de la vingtaine de fonctionnaires de la PJ de Grenoble, tous affectés à un groupe à l'exception notable de Patrick Cahez. Ce dernier est mis à part dans une catégorie à l'intitulé aussi vague (« rattaché au chef de service et à son adjoint ») que sa mission supposée.

Problème : le policier a ainsi rendu publics les noms de ses collègues, les marques et l'immatriculation des véhicules utilisés, les rendant identifiables lors d'une surveillance ou filature. Depuis lors, la note de service (ci-dessous), toujours en ligne, a été anonymisée.

 

Sans attendre la décision de la justice, Claude Baland, le directeur général de la police nationale, a déjà sanctionné le 10 janvier Patrick Cahez à un abaissement d'échelon pour les mêmes faits. Dans cet arrêté, le patron de la police indique que la publication de la note de service risquait « de perturber le bon fonctionnement de ce service de police sensible, voire de mettre en difficulté, sinon même en péril, les personnels qui y sont encore en poste ». Il reproche également à l'officier d'avoir publiquement mis en cause sur son blog l'ancien procureur de Lyon, ainsi que ses anciens supérieurs.

Pour son avocat, Maître Gilles Devert, la note en question ne relève en rien de la violation du secret professionnel, censé selon lui protéger avant tout les particuliers contre la divulgation d'informations concernant leur intimité et vie privée. C'est-à-dire, par exemple, contre le médecin qui révélerait la maladie d'un patient, ou l'avocat qui répéterait à des tiers les confidences de son client. « L'idée du droit français que les services publics devraient être plus protégés que les particuliers est remise en cause par toute la jurisprudence de la Cour européenne », estime Maître Gilles Devert.

« De plus, la note est publiée sur un blog qui est un organe de presse, poursuit l'avocat. Ces éléments participent à un débat d'intérêt général sur le fonctionnement de la police. Savoir si la police marche bien ou pas relève du débat public. C'est très intéressant pour la démocratie que des blogs de policiers existent, d'autant que l'administration a tout à fait les moyens de répondre. »

Généralement, les poursuites pour violation du secret professionnel visent des policiers soupçonnés d'avoir monnayé des informations confidentielles extraites des fichiers de police, des renseignements de main courante, ou encore des procédures judiciaires en cours. Ce qui n'est pas le cas de Patrick Cahez. Dans La Tribune du commissaire en 2008, Martial Berne, commissaire alors en poste à l'IGS (la police des polices parisienne) expliquait : « Les autorités judiciaires engagent exceptionnellement des poursuites pour des faits d’atteinte au secret professionnel concernant des policiers lorsqu’ils ne s’accompagnent pas de contreparties. Encore s’agit-il le plus souvent d’un rappel à la loi… »

http://img15.hostingpics.net/pics/474520STIC.jpgCe genre de poursuite pour violation du secret professionnel a déjà été utilisé pour tenter de museler un officier de police trop remuant, l'ex-commandant Philippe Pichon. En décembre 2011, le tribunal administratif de Melun a confirmé sa mise à la retraite d'office, à l'âge de 42 ans, pour avoir transmis à la presse les fiches Stic (système de traitement des infractions constatées) de Johnny Hallyday et de Jamel Debbouze.

L’officier avait revendiqué cet acte comme un geste citoyen, effectué en dernier recours, après avoir tenté en vain d'alerter sa hiérarchie et le procureur sur les usages illégaux du plus gros fichier de police. Là encore, le ministère n'a pas attendu son procès, qui n'aura lieu en septembre 2013, pour le sanctionner par une mise à la retraite d'office.

«Ne pas nuire à la considération de la police nationale et de la gendarmerie nationale»

Patrick Cahez est, quant à lui, devenu indésirable pour avoir déposé plainte contre X... en septembre 2003 pour harcèlement moral au sein de son service. Sans nier les faits dénoncés (retrait de son ordinateur, menaces de sanctions injustifiées, expertises médicales à répétition, refus de demandes de repos récupérateur à la suite d'une blessure, insultes, etc.), le tribunal correctionnel de Grenoble avait considéré qu'ils ne faisaient "que traduire le pouvoir de direction et de contrôle de tout employeur"  et prononcé un non-lieu en novembre 2006. Ses supérieurs s'étaient ensuite retournés contre l'officier et avaient obtenu en août 2007 sa condamnation pour dénonciation calomnieuse par le même tribunal.

L'officier tombe alors en dépression. Plusieurs experts, dont le médecin inspecteur régional de la police lui-même ainsi que la psychiatre Brigitte Font Le Bret, experte auprès de la cour d'appel de Grenoble, attestent que cette dépression a été provoquée par un "harcèlement professionnel", dans un petit service qui a connu deux suicides ainsi qu'une tentative en dix ans. En vain. Le ministère de l'intérieur refuse de reconnaître le caractère professionnel de sa dépression. Et s'acharne contre l'officier.

Fin 2010, un policier de la direction zonale du renseignement intérieur (DZRI) de Lyon signale à l'inspection générale de la police nationale (IGPN) la présence sur un blog belge, identifié comme celui de l'officier Patrick Cahez, de la fameuse note de service. Une enquête préliminaire est aussitôt ouverte par le procureur de la République de Grenoble de l'époque et confiée à l'IGPN, qui engage parallèlement une enquête disciplinaire sans en avertir le fonctionnaire.

Depuis début 2011, plusieurs commissaires de l'IGPN épluchent la vie du lieutenant de police, qui vit aujourd'hui à Bruxelles, à la recherche du moindre faux pas. Identification de son adresse mail et de son adresse IP auprès de Google puis de son fournisseur d'accès Internet, vérifications de ses diplômes auprès des universités concernées, de ses relevés d'imposition, de l'emploi et des revenus de sa fille et de son épouse en Belgique : toute sa vie privée a été passée au peigne fin par la police des polices.

Le procureur de la République de Grenoble de l'époque ira jusqu'à recommander l'inscription de l'officier au fichier des personnes recherchées, tandis que l'IGPN saisissait Interpol afin de faire remettre à Patrick Cahez une convocation à Paris pour audition. Une saisine jugée "injustifiée et donc disproportionnée" par l'avocat belge Alexis Deswaef, depuis devenu président de la Ligue des droits de l'homme belge.

Dans un courrier daté du 28 juillet 2011, ce dernier a rappelé au ministère de l'intérieur que « les conventions signées par la Belgique en matière d'entraide policière sont limitées aux infractions relevant de la criminalité organisée ». Et s'est indigné de ce que le ministère de l'intérieur français persiste « à inquiéter un ancien délégué syndical que l'administration sait malade, placé en congé longue durée du fait de cette maladie et domicilié à Bruxelles pour raisons thérapeutiques ».

Entre-temps, le 22 octobre 2012, le comité médical du secrétariat général pour l'administration de la police (Sgap) de Lyon a déclaré l'officier "inapte" et a recommandé sa mise en retraite pour invalidité. Une façon discrète pour l'administration de se débarrasser d'un officier qui dérangeait. Le 17 décembre 2012, un autre policier, qui avait rué dans les brancards, a également été écarté au même motif : inaptitude.

Il s'agit du CRS Laurent Cuenca, qui avait été sanctionné en septembre 2012 de six mois de suspension, dont quatre avec sursis, pour avoir créé une association et s'être exprimé sur une radio. Le policier était en congé maladie pour dépression depuis qu'il avait appris, en décembre 2011, qu'il faisait l'objet d'une enquête disciplinaire. Pour le ministère de l'intérieur, « l'état psychique de Monsieur Laurent Cuenca, gardien de la paix à la CRS 24 de Bon Encontre, le rend inapte définitif aux fonctions de CRS, inapte au port d'arme et inapte à un reclassement ».

« Au vu du contexte, on a le sentiment que l'administration cherche à se débarrasser de son agent, relève son avocat Maître François Bleykasten. Et on peut tout de même se poser la question de savoir si son état psychique actuel ne relève pas de la responsabilité de son administration... »

Alors que les policiers qui osent témoigner des dysfonctionnements internes sont toujours très mal vus par la maison police, il n'est pas sûr que le nouveau code de déontologie des forces de l'ordre, prévu par Manuel Valls pour mars 2013, contribuera à libérer la parole. Un article de la version communiquée en décembre 2012 aux syndicats prévoit même expressément qu’« en tout temps, qu’il soit ou non en service, y compris lorsqu'il s'exprime à travers les réseaux de communication électronique sociaux, (le policier ou gendarme) s’abstien(ne) de tout acte, tout propos ou tout comportement de nature à nuire à la considération de la police nationale et de la gendarmerie nationale ».

 

 

Contacté en octobre 2011, le parquet de Grenoble nous avait alors affirmé ne pas être au courant de cette enquête préliminaire, pourtant ouverte depuis huit mois.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/396736policechimulus.jpg

Le pot de terre contre le pot de fer


Comme le rappelle Patrick Cahez
sur son blog par cette citation de Sebastian Haffner (Histoire d'un Allemand), "c'est un duel entre deux adversaires inégaux : un Etat extrêmement puissant, fort, impitoyable et un petit individu anonyme et inconnu".

 

La liste des nombreuses irrégularités vient semer le doute quant à l'impartialité du Parquet général de Grenoble et les incohérences tant du ministre de l'Intérieur ou de la Garde des Sceaux, figés dans un abstentionisme qui alimente encore plus la suspicion.


Fax adressé à Claude Guéant et resté sans réponse :

 

Lettre RAR adressée à Michèle-Alliot Marie restée elle aussi sans réponse

 

 

• Le directeur de la police judiciaire a sollicité un faux en écriture public pour se justifier.

 

• Le Parquet général de Grenoble a refusé de réouvrir l'instruction pour harcèlement moral et faux en écriture publique malgré les preuves établies par l'administration elle-même.

 

• Le parquet général de Grenoble a adressé un dossier incomplet à la Cour de cassation qui s'est donc prononcée sans connaître tous les éléments.

 

• Ce même parquet général de Grenoble a persisté dans son refus de transmettre la copie du dossier pour préparer le recours devant la Cour européenne des droits de l'homme.

 

• L'ancien procureur de Grenoble, en poste à Lyon à l'époque, a contredit ses propres appréciations sur le fonctionnaire pour répondre à la demande de la police judiciaire.

 

• La police française a menacé le fonctionnaire malade de l'usage de la force alors qu'il se trouve en Belgique.

 

• Pressions de L'IGPN sur le médecin belge du fonctionnaire.

 

• Mutation disciplinaire chez les CRS alors que le médecin contrôleur l'a jugé inapte aux stations debout prolongées suite au contrôle médical de mars 2007 réclamé par le directeur de la PJ Lyon.

 

• Le ministre de l'intérieur a argué des procédures judiciaires pour éloigner Patrick Cahez définitivement de Grenoble où il a été empêché de travailler pendant près de dix ans.

 

Bien entendu cette liste n'est pas exhaustive et vous pouvez la consulter plus en détail sur le blog de Patrick Cahez.

 

 

D'un point de vue tout à fait personnel je tiens à saluer le courage exceptionnel de ce fonctionnaire de police émérite qui a osé braver et combattre l'injustice au péril de sa santé et de celle de sa famille. Alors que pour beaucoup son combat semblerait perdu d'avance, cet Homme avec un grand H ne s'est pas défilé devant ce qu'il a toujours défendu en entrant à la DCPJ. Son histoire rejoint celle du commandant Philippe Pichon bien que moins médiatisée. A eux deux, ces policiers sont devenus des symboles de la lutte contre la corruption. Leurs combats démontrent que la loi et la justice sont une fois de plus très contradictoires dès lors qu'elles impliquent un État suborné et les "puissants" de ce monde.

 

Chapeau Monsieur Philippe Cahez, quoi qu'il advienne vous resterez un des derniers incorruptibles que la France ait connu.

 

 

 

Ze Papy Mouzeot

 

 

 


Sources : Le blog de Patrick Cahez, Mediapart

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 13:57

Estrosi Coursier

Une course à 32 000 euros
aux frais des
contribuables

 

 

http://a407.idata.over-blog.com/4/16/26/23/Papyrodies-2012/Chris_de_Nice-01.jpgDéjà épinglé plusieurs fois, notamment par la Cour des comptes au sujet de dépenses exagérées concernant ses frais de blanchisserie qui se montaient alors à 4 600 euros au frais du contribuable, puis par le Canard Enchaîné qui avait révélé les frais de déplacements astronomiques du député-maire de Nice telle cette location d'un jet parti du Bourget pour le rapatrier en urgence de Washington afin que le motodidacte puisse assister à un pot organisé par l'Élysée sous le règne de Sarközy. Coût de l'opération : 138 000 euros. Mais aussi, alors qu'il était ministre de l'Industrie, le journal Metro France nous apprenait que Christian Estrosi bénéficiait de deux appartements de fonction, dont un attribué à sa fille, sans oublié ces deux subventions accordées à Cathy Guetta pour financer l'oganisation d'une seule soirée baptisée Unighted à Nice, d'un montant total de 145 000 euros, et cette révélation faite en juillet dernier par le site d'information Mediapart qui dévoilait que le député-maire de Nice, fraîchement réélu député, avait profité des largesses du contribuable pour adresser aux milliers d’électeurs de sa 5ème circonscription des Alpes-Maritimes un bulletin de l'Association des amis de Nicolas Sarközy, dont il est secrétaire général.

Ce coupon, joint à une lettre affranchie aux frais de l’Assemblée nationale, fait aujourd’hui l’objet d’une plainte pour "détournement de biens publics", déposée ce lundi 21 janvier auprès du procureur de Nice par un militant d'Europe Écologie-Les Verts (EELV) et membre de l’association anti-corruption Anticor, Jean-Noël Falcou. Cette plainte vise nommément Christian Estrosi. Contacté par Mediapart, le député et maire de Nice n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet.

Le plaignant estime que Christian Estrosi a "utilisé ses fonctions parlementaires pour servir les intérêts privés d'une association". Une opération qu’il qualifie dinstrumentalisation et qui contrevient au règlement de l’Assemblée nationale, puisque, comme l’explique le site du Palais-Bourbon (lire ici), seules "les correspondances de nature parlementaire, c’est-à-dire écrites par un député pour l’accomplissement de son mandat législatif, sont affranchies aux frais de l’Assemblée nationale. En revanche, les correspondances d’ordre privé ainsi que les correspondances présentant un caractère général ou collectif (invitations, faire-part, cartes de visites, imprimés, tracts, appels à des souscriptions, journaux) ne bénéficient pas de cet affranchissement".

 

http://img11.hostingpics.net/pics/665720EnveloppeEstrosi.jpg

Difficile d’estimer précisément combien de courriers, assortis du bulletin litigieux, ont été envoyés aux frais de l’Assemblée nationale. La 5ème circonscription des Alpes-Maritimes comptant 85 420 inscrits, le coût total de l’opération pourrait s’élever à plus 32 000 euros (0,38 euro l’affranchissement).

Quelques jours après les révélations de Mediapart, Christian Estrosi avait fait savoir que « cette lettre visait à remercier (ses) électeurs et (qu’) effectivement certains d'entre eux – pas tous – (avaient) reçu à tort ce bulletin qui était destiné à une autre lettre accompagnant l'invitation des 24 et 25 août (pour le premier rassemblement de l’association, à Nice) mise sous plis par des militants ».

 

http://img15.hostingpics.net/pics/937350LesZamis.jpgRassemblement des "amis de Nicolas Sarközy", à Nice - © Reuters

 

Trafic d'influence

Pour Jean-Noël Falcou, seule « une enquête auprès des services de l'Assemblée nationale au sein desquels le courrier et le coupon ont possiblement été rédigés, imprimés et envoyés » permettrait de faire la lumière sur le montant réel de l’opération.

Dans sa plainte, le militant écologiste se réfère notamment à un arrêt de la cour d'appel d'Aix-en-Provence de novembre 2007 à l’encontre du président du Mouvement national républicain (MNR), Bruno Mégret, et de son épouse, Catherine Mégret, ancien maire FN de Vitrolles (Bouches-du-Rhône). Les époux avaient été condamnés à huit mois de prison avec sursis, un an d’inéligibilité et 8 000 euros d’amende pour détournement de fonds publics dans l’affaire dite des timbres postes de Vitrolles. Les moyens de la mairie avaient alors été utilisés pour payer quatre envois de courriers, sans rapport avec les intérêts des contribuables de la commune.

 Si le président de l’"Association des amis de Nicolas Sarközy", Brice Hortefeux, se réjouit aujourd’hui du succès rencontré par cette dernière et de l’afflux des demandes d’adhésions reçues en l’espace de quelques mois, la donne était sensiblement différente l’été dernier.

L’ancien ministre de l’intérieur avait en effet indiqué à Mediapart que l’association possédait « zéro centime de ressources », ajoutant par ailleurs qu’il trouvait « très bien que (Christian Estrosi) fasse de la publicité ».

Jean-Noël Falcou, lui, a une tout autre idée sur la question : « Outre les manquements à l'éthique dont elle est révélatrice, cette dépense injustifiée de plusieurs dizaines de milliers d'euros constitue un préjudice pour l'État dont je suis l'un des membres en ma qualité de citoyen et de contribuable », dénonce-t-il dans sa plainte qui, en plus du délit de détournement de biens publics, vise "toutes autres qualifications qui pourraient se révéler utiles, notamment le délit de trafic d'influence visé à l'article 432-11 du code pénal".

Ce n’est pas la première fois que les moyens alloués aux "amis de Nicolas Sarközy" sont pointés du doigt. Après le grand rassemblement niçois organisé à la fin de l’été, Frédérique Grégoire-Concas, conseillère municipale PS de la ville, et Jean-Christophe Picard, responsable de l’antenne locale de l’association anti-corruption Anticor, se sont étonnés que la mairie de Nice ait mis à disposition un espace public (le jardin des Arènes de Cimiez) et sa police municipale afin de sécuriser la manifestation.

Mi-octobre, ils se sont adressés au préfet des Alpes-Maritimes (lire ici), Christophe Mirmand, lui demandant de bien vouloir intervenir pour que l’association des "Amis de Nicolas Sarközy" « s’acquitte de la redevance d’occupation du domaine public ».

À ce jour, leur courrier est resté sans réponse...

 

 

 

Source : Mediapart

 

 

• Article en rapport avec ce sujet :
Christian Estrosi complétement timbré... avec l'argent du contribuable

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 00:30

florence_cassez.jpg

Enfin la première bonne nouvelle
de l'année 2013

 

 

Mexico, mercredi 23 janvier, la Cour suprême du Mexique doit se prononcer sur la proposition d'annulation de la condamnation de Florence Cassez à 60 ans de prison pour enlèvements, après plusieurs violations avérées de la procédure et qui a déjà passé 2603 jours en détention.


19h49 (heure française) l'audience débute.


http://img15.hostingpics.net/pics/707514JoseRamonCossio.jpg19h53. Le juge Jose Ramon Cossio désapprouve le projet d'Olga Sanchez et s'oppose à l'annulation de la condamnation de Florence Cassez. Il appelle à un renvoi devant la cour d'appel afin qu'un nouveau procès puisse avoir lieu. Ça démarre plutôt mal.

 



http://img15.hostingpics.net/pics/968986ArturoZaldivar.jpg20h12. Le juge Arturo Zaldivar, se déclare pour une annulation de la condamnation de Florence Cassez sans renvoi. Il confirme sa proposition de libération "immédiate et absolue" qu'il avait déjà annoncé en mars dernier.

 

 

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/588206JorgeMarioPardoRebolledo.jpg20h15. C'est au tour du président Jorge Mario Pardo Rebolledo de s'exprimer. Il rejette à son tour le projet de la juge Olga Sanchez et se prononce contre l'annulation de la condamnation. Il souhaite une révision du procès devant une juridiction collégiale.

 


 

http://img15.hostingpics.net/pics/712851AlfredoGutierrezOrtizMena.jpg20h29. C'est maintenant au juge Alfredo Gutierrez Ortiz Mena, nommé en remplacement de Guillermo Ortiz Mayagoita (parti en retraite et qui s'était prononcé en mars dernier pour le maintient de Florence Cassez en détention), d'annoncer sa décision. Ce proche du nouveau président mexicain, Enrique Peña Nieto, plaide sans détour pour l'annulation de la condamnation et la libération immédiate de Florence Cassez. Le sort de Florence est en train de basculer grâce à la décision d'Alfredo Gutierrez Ortiz Mena.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/332655olgasanchezcordero.jpg20h31. Arrive le tour de la juge Olga Sanchez Cordero qui est à l'origine du rapport qui préconise l'annulation de la condamnation assortie d'un renvoi devant une cour d'appel. Finalement elle se rallie à la décision de ses confrères Arturo Zaldivar et Alfredo Gutierrez Ortiz Mena en se prononçant pour la libération immédiate de la française.

 

 

20h43. La Cour suprême mexicaine ordonne la libération immédiate de Florence Cassez. 3 des 5 juges se sont prononcés pour la libération de Florence Cassez.


 

Après tant de péripéties cette décision rentre dans l'histoire de la justice mexicaine et permet à Florence Cassez de sortir de son calvaire qui aura duré 7 ans.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/397859Florence.jpg

©TwitPic

 

Les premières images de Florence juste avant sa sortie de la prison de Tepepan. A noter qu'elle est vêtue d'un gilet pare-balles.


 

Jeudi 24 janvier - 1h03. Florence Cassez quitte enfin la prison de Tepepan, au sud de Mexico, à bord de l'un de ces véhicules et prend la direction de l’Aéroport international de Mexico. Prochaine destination : Aéroport Roissy - Charles de Gaulle de Paris pour une arrivée prévue jeudi à 14h15.


http://img15.hostingpics.net/pics/135221sortieCassez.jpg

 

Ce qu'il faut retenir :

• Florence Cassez a passé injustement 2603 jours en détention.

• Florence a été libérée mais pas acquitée. Aura-t-elle droit à un nouveau procès qui cette fois, espérons-le, sera équitable ?

• Les véritables instigateurs de cette machinerie rendront-ils des comptes à la justice mexicaine ?

 

http://img15.hostingpics.net/pics/623681genarogarcialuna.jpg

Genaro García Luna, ex- directeur de la Planification et des Opérations de la Police Fédérale Judiciaire puis directeur l’Agence Fédérale de Recherche (AFI) qui a remplacé la Police Fédérale Judiciaire, et ministre de la Sécurité Publique depuis décembre 2006 jusqu'à ce que le nouveau président mexicain Enrique Peña Nieto décide de supprimer ce poste le 30 novembre dernier.

Genaro García Luna a été accusé en 2012 par les narcotraficants, d'être lui-même un narcotraficant avec plus de pouvoir et de recevoir de l'argent des cartels. Les services de renseignements américains détiendraient des preuves des liens entre l'ancien ministre et le trafic de la drogue. Il est accusé d'être aussi impliqué dans le montage médiatique de l'affaire Florence Cassez. Carlos Loret de Mola, présentateur vedette de Televisa, principale chaîne mexicaine, a reconnu ce lundi que l’arrestation de Florence Cassez, en 2005, avait été mise en scène par les autorités mexicaines.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/474470FelipeCaldero769n.jpg
Felipe de Jesús Calderón Hinojosa, président mexicain du 1er décembre 2006 au 1er décembre 2012. Des soupçons d'instrumentalisation de l'affaire Cassez à des fins électorales portent sur lui. C'est lui qui a nommé Genaro García Luna au poste de directeur de la Police Fédérale Judiciaire puis promu comme ministre de la Sécurité Publique.

 


 

 

 

Sources : BFMtv.com, I>TELE.fr

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 15:46

http://img15.hostingpics.net/pics/524255radar.jpgALERTE AU RACKET !

 

 

MESSAGE D'ALERTE LANCÉ par CHRISTIANE BAYARD
Secrétaire Générale de la Ligue de Défense des Conducteurs

À L'ATTENTION DE TOUS
LES CONDUCTEURS

 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/275717radar.png

 

Ne tombez dans le piège de la propagande des pouvoirs publics qui utilisent la sécurité routière comme un alibi pour engraisser un business juteux.

 

 

http://img11.hostingpics.net/pics/587055ChristianeBAYARD.jpg

 

 

 

Christiane Bayard
Secrétaire Générale
Ligue de Défense des Conducteurs
116, rue de Charenton
75012 PARIS

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/281711vachale769.jpg

 

 

 

 

Illustration tirée du eBook de Georges Ayache - C'est l'automobiliste qu'on assassine - disponible ici.

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 13:53

En mémoire de toutes les victimes
de la cupidité humaine

 

 

 

Tu nous manques l'abbé.

L'Amour qui était dans ton cœur et qui se reflétait dans ton regard.

Ta compassion pour l'autre.

Ta sagesse et ta bonté.

 

Il se passe peu de jours dans ma vie où je ne pense pas à toi et j'espère profondément que ce jour sera l'occasion pour d'autres de se remémorer quel Saint Homme tu as été durant toute ta vie.

 

 

En octobre 2011 j'écrivais que nous étions tous des sans-abris en sursis . D'autres l'ont fait bien avant moi et continueront peut-être de le faire...

Mais aujourd'hui, RIEN N'A CHANGÉ, AU CONTRAIRE TOUT À EMPIRÉ !

 

http://img11.hostingpics.net/pics/753104AbbePierre.jpg

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Grandes âmes
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 15:48

http://img15.hostingpics.net/pics/364571SadClown.jpg

Et ça continue encore et encore
c'est pas que le début,
d'accord, d'accord...

 

 

 

Le clown qui est en moi ne trouve plus les ressources suffisantes pour tourner en dérision l'incapacité de nos élus et responsables politiques devant les drames sociaux qui ne cessent de se succèder.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/328636Logement4m2.jpg

 

Trois jours à peine après avoir découvert le sort intolérable réservé à Dominique, ce travailleur intérimaire de 50 ans qui logeait dans une cage de 1,56 m carré pour 330 euros par mois, leparisien.fr nous informe qu'une mère célibataire âgée d'une trentaine d'années qui élevait seule son enfant de moins d'un an dans un logement illégal de 4m² et pour lequel elle n'arrivait plus à payer depuis trois mois les 200 euros mensuels que lui escroquait son ignoble "geôlière", a été expulsée en pleine trève hivernale dans Paris par un froid glacial et sous la neige !

 

"J'ai mis vos affaires à la porte"

Après trois mois d'impayés et une plainte de la locataire auprès de la Fondation Abbé Pierre, la propriétaire a décidé d'expulser la mère célibataire, avant de changer la serrure et de déposer ses affaires dans des sacs poubelles dans le couloir de l'immeuble. « La propriétaire a fait changer la serrure mercredi, elle a vidé les affaires de la chambre et elle a mis les affaires dehors. Elle a envoyé un sms en disant : "j'ai changé la serrure, j'ai mis vos affaires à la porte, vous avez 24 heures pour venir les chercher » selon les déclarations de Patrick Doutreligne, délégué Général de la Fondation Abbé Pierre, sur Europe 1.

 

Une violation de domicile 

Le commissariat de l’arrondissement, mis au courant de cette indélicatesse, a estimé qu’ « il s'agissait d'une violation de domicile et qu’elle était en droit de faire venir un serrurier pour réintégrer les lieux ». Dans la mesure où aucun juge n'avait au préalable autorisé l'expulsion. Après s’être rendue sur place, accompagnée d’un adjoint au maire du 14ème, la Fondation explique avoir fait remplacer à son tour la serrure, de manière à ce qu’elle puisse au moins y "sécuriser ses affaires". En attendant, la locataire est hébergée avec son fils par son oncle, et devrait y rester car elle a peur de réintégrer le logement.

 

Une situation connue depuis juin 2012

La situation de cette mère célibataire était connue depuis le mois de juin 2012 par la Préfecture de police et la Fondation Abbé Pierre. Mais l'arrêté interdisant à la propriétaire de le louer n'est pas encore entré en vigueur. « La préfecture a mis sept mois à réagir après que nous l'avons prévenue », déplore encore Patrick Doutreligne au Parisien. La propriétaire risque désormais des poursuites pour "hébergement incompatible avec la dignité humaine".

 

Le gouvernement assumera-t-il ses responsabilités ?

Le gouvernement se serait emparer du dossier, pour preuve il réfléchirait à sanctionner d'emblée, sans attendre des procédures judiciaires, les propriétaires indélicats louant des logements à la superficie illégale. http://img11.hostingpics.net/pics/791354vallaudbelkacem.jpgC'est en tout cas ce qu'aurait indiqué aujourd'hui Najat Vallaud-Belkacem sur RTL. La ministre a assuré qu'il y aurait "évidemment" des suites judiciaires et a indiqué que le gouvernement réfléchissait à durcir la lutte contre ces abus :  « la sanction des propriétaires indélicats pourrait intervenir dès la constatation de l'infraction », avant l'aboutissement des développements judiciaires.

 

Najat Vallaud-Belkacem au micro d'Elizabeth Martichoux
et Vincent Parizot sur RTL

 

Voilà ce que propose le gouvernement face à la pénurie de logement généralisée dans notre pays : sanctionner les "propriétaires indélicats" ! Mais aucune solution pour lutter concrétement sur le véritable fond du problème qui est des plus urgents.

La solution de la "peur du gendarme", bravo, avec ça on est bien avancé...

 

 

 

Sources : LeParisien.fr, LaVieImmo.fr, RTL.fr

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 00:39

BMW_X6.jpgSi tu n'es pas riche, la justice
elle parle pas à toi !

 

 

 

Voilà une nouvelle qui devrait ravir les millions d'automobilistes qui ont perdu 90 euros un point sur leur permis de conduire pour avoir effectué un dépassement inférieur à 10 km/h à la vitesse limite.

Nous croyons tous qu'il est interdit de rouler à plus de 250 km/h sur autoroute et pourtant c'est possible... à condition d'avoir un véhicule très puissant et un très bon avocat.

 

Relaxé après avoir été flashé 94 fois

Le verdict est tombé vendredi dernier. Un conducteur de 40 ans, gérant d’une société de fruits et légumes située près de Rouen, a comparu devant le tribunal correctionnel de Versailles en novembre dernier pour  "mise en danger d’autrui" après avoir été flashé 94 fois en excès de vitesse courant 2011 et 2012, sur des trajets entre Rouen et le sud de la région parisienne, dont un record établit au 1er janvier 2012, où son véhicule immatriculé au Luxembourg a été contrôlé à 235 km/h sous le tunnel de l'A86 (limité à 70 km/h), au moment où il raccompagnait son fils chez son ex-compagne. Selon le magazine Auto Plus, ce chauffard aurait même été contrôlé alors qu'il effectuait une pointe à 251 km/h ! Dans le lot il a été contrôlé neuf fois au-dessus de 180 km/h sur des voies limitées à 70 km/h.

 

Le réquisitoire avait été ferme demandant un an de prison sans sursis, trois ans de suspension du permis de conduire et 5.000 euros d'amende.

« Je ne suis pas systématiquement le conducteur de la voiture », a lancé l’accusé devant la cour du tribunal. Le chef d’entreprise poursuivi en état de récidive a tenté de se dédouaner en expliquant que son véhicule pouvait être utilisé par ses employés. Le bolide qui se trouve être un véhicule de société, serait utilisé aussi bien par le patron que par ses collaborateurs (qui en ont témoigné), a bien été flashé, mais pas le conducteur, qui était impossible à identifier.

Bien que la présidente du tribunal, Françoise Dufour, avait décrédibilisé cette thèse en annonçant que « les excès de vitesse ont toujours eu lieu le jour où il devait aller chercher son fils », elle a pourtant décidé de relaxer cet automobiliste au motif que ces infractions étaient "insuffisamment caractérisées".

 

http://img15.hostingpics.net/pics/670502adrienweil.jpgSatisfait par cette décision, son avocat, Maître Adrien Weil, a déclaré : « Juridiquement, cette décision est exacte car il n'y a aucune photo, aucun témoignage pour assurer que mon client était au volant du véhicule. La voiture était prêtée au sein de l'entreprise et aussi à titre privée [...] Cela montre bien les limites de la verbalisation automatique ». Car En effet, sans témoignage d'une tierce personne ou "aveux" du conducteur, l'avis de contravention ne vaut rien. Toujours selon Maître Adrien Weil :  « la présomption d'innocence a été maltraitée dans cette affaire ». Son client, placé sous contrôle judiciaire et interdit de permis depuis 9 mois s'est dit soulagé et heureux d'en avoir terminer avec cette histoire.

 

Le parquet a 10 jours pour faire appel...

 

Question du Papy Mouzeot (avocat du diable) : « Vous en connaissez beaucoup de chefs d'entreprises qui prêtent un véhicule de société, qui coûte entre 80 000 et 130 000 euros, à leurs collaborateurs ? ». Parce que des employés obligés d'aller témoigner en faveur de leur patron, ça me paraît plus facile à avaler...

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/20442748PV.jpgDécédé depuis 4 ans il continue de recevoir des contraventions pour excès de vitesse !

 

Vendée, Février 2012. Paul Revaud reçoit cinq contraventions pour excès de vitesse depuis janvier...

Problème : cet automobiliste est décédé depuis 2008 et son véhicule n'était plus en circulation depuis près de quinze ans !

Une famille résidant à Tallud-Saint-Gemme, une petite commune située dans le bocage vendéen se débat avec une affaire de contraventions pour excès de vitesse adressées au nom du père, Paul Revaud, décédé en 2008, à l’âge de 84 ans.
« Ma mère a reçu cinq PV, deux fin décembre et trois à la mi-janvier dont deux dressés le même jour. Elle a 79 ans. Elle est bouleversée et très choquée comme nous tous » explique Jean-Paul Revaud.
Au total la facture des amendes s’élève à 1 095 €. Ces PV concernent un véhicule flashé à plusieurs reprises par un radar automatique et sur une période de quinze jours. Le véhicule circulant sur la Nationale 10 entre Bayonne et Bordeaux mais aussi sur l’A10 entre Paris et Châtellerault. Jean-Paul Revaud et ses trois frères ont sollicité l’association vendéenne Andevi qui œuvre contre les PV injustifiés.
« Ubuesque et kafkaïen » s’indigne Daniel Merlet le président de l’association. Le responsable a démarché auprès du Cacir pour obtenir le cliché du véhicule flashé.
« Il s’agit d’une Opel alors que le véhicule de Mr Revaud, une Renault 4 L a été détruite il y a quinze ans. Mais l’Opel porte le même numéro de plaque d’immatriculation ».
« La méprise aurait pu être évitée si un oeil humain avait vérifié les photos » souligne Daniel Merlet, président de l'Association nationale de défense des victimes d'injustices l'Andevi qui a pris en charge le dossier.
La veuve, qui réside à Tallud Sainte Gemme (Vendée), craint le pire puisque, après avoir téléphoné au Centre automatisé de constatation des infractions routières (CACIR), les agents lui ont conseillé de payer pour contester. Soit au total 1.095 euros.
Comment peut on demander une telle somme, à une personne percevant 500 € de retraite ?

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/530699cagnes.jpg

Depuis le 11 septembre 2012 à Cagnes-sur-Mer c'est 35 euros d'amende au dessus de 10 km/h... à vélo !

Louis Nègre, le sénateur-maire UMP de Cagnes-sur-Mer n'a pas été victime d'une insolation et pourtant...

 

 

 

Outre la Loi elle-même, en France le problème c'est la justice

Selon notre position sociale, nous serons toujours plus ou moins égaux devant la justice... 

 

 

 

Le même "citoyen", à l'agenda trop chargé pour pouvoir se présenter à l'audience de "comparution en reconnaissance préalable de culpabilité" devant le Palais de Justice de Paris, selon les termes d'Eric de Caumont, son avocat :  « L'emploi du temps de Monsieur Depardieu, au cas où cela vous aurez échappé depuis quelques jours, est assez comment dire... fluctuant »... quelques jours plus tard dans la capitale, au guidon de son scooter qu'il n'est plus censé piloter, son permis de conduire étant suspendu dans l'attente de son procès qui se déroulera cette fois devant le tribunal correctionnel...

 

 

 

 

Sources : Auto Plus, franceInfo.fr, andevi.info, BFMtv.com, Paris Dernière

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 10:46

http://img15.hostingpics.net/pics/292487Cube.jpgÇa se passe encore de
nos jours en France  !

 

 

 

Je n'arrive pas à trouver de mots assez justes pour qualifier ce qu'il y a de plus abject dans ce qui pousse des pourritures à exploiter la misère de nos concitoyens. Comment est-il concevable qu'aujourd'hui on laisse des marchands de sommeil sans vergogne continuer leur esclavagisme en toute impunité ? Dominique, un travailleur intérimaire de 50 ans en a payé les frais pendant 15 ans de sa vie.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/262190logement.jpg

Samuel Mouchard, attaché attaché de mission de la Fondation Abbé Pierre
au micro de Guillaume Chieze (RTL)

 

15 ans de sa vie à survivre dans un placard de 1,56 mètres carrés avec un simple robinet, un matelas et une plaque de cuisson contre un loyer de 330 euros par mois à Paris ! Même les animaux qui ont la chance de trouver un refuge à la SPA sont mieux traités.
Bien que cette exploitation soit totalement illégale en France, ce ne sont pas moins de trois agences qui se sont relayées pour gérer ce crime.
Quant à l'adjoint au maire de Paris, chargé du logement, monsieur Jean-Yves Mano, il se félicite que cette situation soit rare, «scandaleux, mais, heureusement rare» selon ses propres termes, n'hésitant pas à rappeler que les services de la ville effectue des contrôles réguliers mais que la mairie n'a pas de pouvoir de sanction.
Quand j'entends cela je m'insurge contre tous ces représentant politiques inutiles et nuisibles à notre société. La loi interdit la location d'un bien d'une surface inférieure à 9m2 (avec douche).

Je condamne tous les responsables politiques de la ville de Paris, sans distinction d'étiquette, qui par leur inaction et leur surdité aux nombreuses alertes lancées depuis des décennies par plusieurs associations dont la fondation Abbé Pierre, les Enfants de Don Quichotte, le D.A.L., et bien d'autres encore, se rendent complices des marchands de sommeil qui s'enrichissent avec l'exploitation de la misère humaine dans notre pays.
Je condamne aussi toute la classe politique dans son ensemble pour n'avoir pas réagi face à l'ampleur du désastre immobilier dans notre pays.
Où sont les belles promesses du président des riches qui se vantait que sous son mandat plus aucun français ne dormirait dans la rue ?
Où est la politique sociale de ce gouvernement qui se prétend socialiste ?
A quoi bon continuer de payer des impôts s'ils sont détournés pour assurer un train de vie princier à des ministres et des parlementaires qui engloutissent le fruit de notre travail dans des guerres qui ne servent en réalité que les intérêts financiers des grandes compagnies d'énergie ?
 
Quand je lis que la propriétaire du placard de Dominique "pourrait risquer une peine de prison et une amende si la justice décide de la poursuivre" je ne peux contenir ma colère et ma rage. Cette justiciable ainsi que les agences immobilières qui ont géré ce trou à rat ne méritent aucune clémence à mes yeux, et il serait juste qu'ils soient tous condamnés à une peine de 15 ans fermes dans une cellule de 1,56 mètres carrés en plus du remboursement intégral des sommes escroquées à ce travailleur intérimaire, avec dommages et intérêts . 

Et que le premier qui a envie de me retorquer "vaut mieux ça que d'être à la rue" me contacte personnellement afin que je lui colle mon poing dans la gueule ! 

Il est plus que temps d'arrêter votre démagogie madame Duflot-Cantat, et de revoir complétement votre mode d'attribution des logements sociaux sur la totalité de notre territoire !
Notre pays est effectivement en guerre, mais cette guerre n'est pas celle que vous croyez.

http://img11.hostingpics.net/pics/463516coupdegueule.jpg 
Ze Papy Mouzeot


Précédents coups de gueule :
Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 16:55

 

2013, en moins pire...

 

 

Les moments forts de l'année 2012 illustrés en papyrodies...

 

 

• Janvier

 

http://a51.idata.over-blog.com/4/16/26/23/Papyrodies-2012/La_liste_de_Sarko.jpgLa france livrée aux mains des repris de justice

 

 

• Février

 

http://a53.idata.over-blog.com/4/16/26/23/Papyrodies-2012/NOM_pour_les_nuls.jpgLe documentaire incontournable

 

 

• Mars

 

http://a407.idata.over-blog.com/4/16/26/23/Papyrodies-2012/2012_la_strategie_du_choc.jpgL'affaire Merah et la campagne de Sarközy

 

 

• Avril

 

http://a51.idata.over-blog.com/4/16/26/23/Papyrodies-2012/Cesaire.jpgCésaire, l'enfant qui rêvait de voler

 

 

• Mai

 

http://a398.idata.over-blog.com/4/16/26/23/Papyrodies-2012/Sarkozy_La-Defaite_2012.jpgLe Roi est mort, vive le Roi !

 

 

• Juin

 

http://a404.idata.over-blog.com/4/16/26/23/Papyrodies-2012/Morano_Affiche_FN.jpgMorano sans maquillage

 

 

• Juillet

 

Thierry Moral, artiste multi-tâches

 

• Août

 

 

• Septembre

 

 

• Octobre

 

 

• Novembre

 

 

• Décembre

 

 

 

Bienvenue à 2013. On t'attend de pieds fermes, de nouvelles papyrodies viendront illustrer l'actualité de cette nouvelle année... ou pas !

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Enfoirismes illustrés
commenter cet article

Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule