Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 16:26

Borloo-Valls_Ethylotest.jpg

Une nouvelle qui s'arrose !

 

Encore heureux qu'il nous reste le PS pour se fendre la poire ! Té, en parlant de poire... Patron, remets-en une autre à Jean-Louis.

 

Trouver un éthylotest aujourd'hui c'est un peu comme chercher le Saint-Graal. C'est carrément un parcours du combattant mais contrairement à la plupart d'entre nous, seule une société française a y trouve son intérêt : l'entreprise CONTRALCO.

Si vous n'avez toujours pas compris à quoi sert cette loi stupide, ne vous inquiétez pas, les dirigeants de Contralco eux, ont tout compris. Enfin presque...

Car depuis le 1er juillet 2012, date d'entrée en vigueur de la loi rendant obligatoire la possession de 2 éthylotests à l'intérieur des véhicules, c'est la pénurie la plus totale ! Même dans une boîte de nuit à 50 euros l'entrée ils refusent de nous en filer un de plus. Il faut consommer le bordel sur place. Ouais Adam, si tu veux, c'est un peu comme les capotes !

Bon, mettons que par le fruit d'un extrême hasard fortuit, par exemple un héritage, vous venez d'obtenir ce précieux laisser-passer qui vous épargnera une prune de 11 euros... Prune ? Patron, la même pour Jean-Louis !

Bien, imaginons qu'après toutes vos tentatives déespérées, après avoir écumé toutes les pharmacies, supermarchés ou autres bureaux de tabac, vous détenez enfin ce précieux dans vos mains encore toutes fébriles. Voilà pas que Manuel Carlos Valls en personne, le ministre de l'Intérieur (entre autre) émet des réserves sur l'utilité et la pertinence de l'objet du délit proprement dit !

Le lobbying de Contralco & Co n'avait certainement pas prévu un changement de gouvernement l'année de la mise en circulation obligatoire de leur gadget. Du coup les enchères vont à nouveau grimper, le montant des enveloppes et des dessous de table aussi... et par voie de conséquence le tarif du bidule.


Vous me demanderez certainement pourquoi deux éthylotests alors que la loi nous oblige à n'en présenter qu'un seul aux agents des forces de la loi ?

Si vous arrêtiez un peu d'être hypocrites, hein ?

Que celui qui n'a jamais pris le volant avec 3 grammes d'alcool dans le sang lève le doigt !

HAHA... Vous faîtes moins les malins tout d'un coup !

Comme il l'a dit Adam un peu plus haut, on est forcé de présenter un éthylotest non usagé ! C'est quand même pas compliqué, nandidjûuu !

Personnellement je rejoins l'avis de mon cher ami T.Mor :  « nous on s'en fout, on circule à vélo et y'a pas la place pour y coller un éthylotest » .

 

Info ou intosque ?

Cette loi "théoriquement" entrée en vigueur depuis le 1er juillet de cette année n'a jamais été réellement appliquée. Certaines mauvaises langues diront que les flics étaient encore plus bourrés que les "autages" mais dans la réalité personne au gouvernement PS n'a vraiment envie de s'enquiquiner avec une loi pondue par Claude Guéant sous la présidence d'un certain Nicolas Sarközy.

A juste titre, Manuel Valls n'a pas encore abrogé cette campagne publicitaire en faveur de la société Contralco. Il s'est simplement prononcé sur la pertinence de cette mesure : « Ce dispositif et sa mise en oeuvre posent un certain nombre de questions légitimes, donc il faut l'évaluer [...] Le Conseil, présidé par le député Armand Jung, évaluera ce dispositif et après cette évaluation, j'en tirerai les conclusions » dit-il en bottant en touche ou plutôt en allant quérir l'avis du Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR) sur cette obligation à laquelle seulement 60% environ des Français se seraient pliés.

 

Nous prendraient-on encore pour des jambons ? 

Différentes associations, telles que la Ligue contre la violence routière ou UFC Que choisir, ont émis ces derniers mois des réserves quant à la fiabilité des systèmes de mesure de l'alcoolémie : difficultés d'utilisation et de lecture des résultats, sous-évaluation du taux d'alcoolémie des automobilistes... De plus, l'exposition des éthylotests chimiques à des températures élevées ou basses, souvent accentuées dans les habitacles des véhicules, affecterait leur efficacité. C'est effectivement l'une des conclusions émises par le Comité de coordination de toxicovigilance, qui en juillet dernier, après avoir été saisi par la Direction générale de la santé, a déclaré que sur 156 cas d'exposition à des effets nocifs provenant d'éthylotests entre 1999 et 2012, 76% d'entre eux présentaient des symptômes toutefois limités telles que des "irritations". Les cas les plus sérieux correspondent à une projection de produit chimique dans les yeux entrainant des "conjonctivites marquées".

 

Contre-attaque des lobbyistes

Pierre Chasseray, président de l'association "40 millions d'automobilistes", déclare que supprimer les éthylotests obligatoires ce serait au contraire un "mauvais signe envoyé aux automobilistes". « L'alcool est aujourd'hui la première cause de mortalité sur la route. c'est pour ça qu'il faut envoyer des signes positifs aux conducteurs [...] Qu'est-ce qu'on a aujourd'hui comme moyen de savoir si on est positif ou non aujourd'hui ? C'est l'éthylotest ».

Réponse du Papy Mouzeot à Pierre Chasseray : « Bien plus économique, t'as juste qu'à compter le nombre de verres que tu picoles, Dugenoux ! ».

Au-delà d'une bière ce n'est même plus la peine de penser à prendre le volant. Ce n'est pas tout le monde qui peut bénéficier des services d'un chauffeur payé par le contribuable !

 

Un marché juteux

De là à hurler au conflit d'intérêts, il n'y a qu'un pas que la Ligue de défense des conducteurs (LDC) n'a évidemment pas hésité à franchir par la voix de assure sa secrétaire générale, Christiane Bayard : « C'est un scandale [...] On aurait pu croire que cette association regroupait des familles de victimes ou bien des bénévoles désintéressés, et l'on découvre en fait que son président n'est autre que le représentant des fabricants d'éthylotests. Ce monsieur a réussi un coup de maître en garantissant à sa boîte un marché juteux de plusieurs dizaines de millions d'euros ».

 

http://img15.hostingpics.net/pics/789552depardieu.jpgLe gros Gégé à bout de souffle

S'il y en a bien un autre qui se rejouit de cette nouvelle c'est notre futur belge dit "le gros Gégé" qui à défaut de souffler dedans préfère descendre les ballons de rouge, au point de ne plus tenir sur son scooter. Avec 1,8 gramme d'alcool dans le sang, l'exercice prend des proportions assez périlleuses sachant qu'il met aussi en péril la vie des piétons qui auraient le malheur de croiser sa trajectoire. Placé en garde à vue jeudi dernier, l'acteur avait d'abord choisi de se soustraire au contrôle d'alcoolémie avant de se raviser et accepter finalement de se soumettre au test qui s'est évidemment avéré positif. Rendez-vous le 13 décembre prochain devant la justice qui statuera sur le sort du gros Gégé. A noter qu'en matière d'alcoolémie, l'acteur est loin d'être un "jeune premier".

 

 

 

Source : Europe1.fr, SudOuest.fr

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 22:38

Hollande_Monkey.jpgNon seulement il faut se sortir
les doigts du cul... mais il faudrait aussi
se déboucher les essegourdes !

 

Encore une information passée à la trappe par les grands médias à la botte du pouvoir. Mardi 27 novembre, Pierre Tartakowsky, le président de la Ligue des droits de l'homme, Jone Goirezelaia, l'avocate d'Aurore Martin ainsi que plusieurs élus de gauche dont Olivier Dartigolles (PCF), Olivier Besancenot (NPA), Jérôme Gleizes (EELV) et les députées PS du Pays Basque Colette Capdevielle et Sylviane Alaux, mais aussi d'autres personnalités telles que Stéphane Hessel, Guy Bedos, Souhayr Belhassen (présidente de la FIDH ), Serge Kollwelter (président de l'AEDH) se sont réunis à Paris pour signer une lettre demandant à François Hollande et au gouvernement français d'intervenir auprès de Madrid pour obtenir la remise en liberté d'Aurore Martin et de s'impliquer davantage dans le processus de paix au Pays Basque.

 

 

Au cours de cette réunion, Jone Goirizelaia, l'avocate d'Aurore Martin, a dénoncé les conditions d'isolement de la jeune militante basque. L'avocate nous informe très brièvement sur "les conditions en prison difficiles" d'Aurore Martin qui ne bénéficie que deux heures de sortie par jour.

Selon les informations recueillies par Marko Trément, Aurore est actuellement à l'isolement total. Seuls ses proches et son avocate peuvent la voir. En réalité Aurore n'est autorisée qu'à une seule sortie par jour et il lui est interdit de lire toute la correspondance qui lui est adressée puisque les geôliers ne lui transmettent que des enveloppes vides.

Aucun autre prisonnier basque n'est présent dans cette prison et comme Aurore Martin ne parle que le basque et le français elle est condamnée à un isolement le plus total.

Début novembre, la Ligue des Droits de l'Homme avait adressé une lettre ouverte à François Hollande : "Admettre qu'une ressortissante française puisse faire l'objet de poursuites pénales pour des faits légaux en France, mais réprimés en Espagne, atteste d'une incohérence de l'Etat de droit européen qui porte préjudice à l'idée même de justice".

Pour la LDH, il est temps de donner à cette question une solution autre que judiciaire ou policière. Elle demande au président français d'intervenir auprès du gouvernement espagnol.


http://img11.hostingpics.net/pics/985915AuroreLDH.jpg

 

15 décembre 2012
Premier forum pour la paix organisé
à la faculté de Bayonne

 

PROGRAMME

 

Samedi 15 décembre 2012

Faculté pluridisciplinaire de Bayonne, Amphi 400

09h00 – 09h 30
Accueil des participants et des invités

09h30 – 10h00 : Ouverture
▪          Ouverture du forum par Philippe Zavoli, Doyen de la Faculté pluridisciplinaire de Bayonne
▪          Présentation du Forum pour la Paix et des différentes manifestations par Bake Bidea et Lokarri
 
10h00 – 11 h00 : Rapports introductifs
▪          Brian Currin, International Contact Group
▪          Jean-Pierre Massias, Université de Pau et des Pays de l’Adour

 
11h – 13 h : Séance 1 : « Le "moment" d’Aiete »
Modérateur : Florence Sturm, journaliste à France Culture

Table ronde :
Ont d’ores et déjà confirmé leur participation :
▪          Brian Currin
▪          Kotte Escenarro, participant à la Conférence d’Aiete, Vice-Président du Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques
▪          Jean-René Etchegaray, participant à la Conférence d’Aiete, premier adjoint au maire de Bayonne
▪          Jean-Pierre Massias, Université de Pau et des Pays de l’Adour
▪          Paul Rios, Lokarri

13h 15 – 14h25 : Déjeuner

14h30 – 16h30 : Séance 2 : « Les principes de la déclaration d’Aiete »
Modérateur : Robert Holloway, journaliste et directeur de la Fondation AFP

Table ronde :
Ont d’ores et déjà confirmé leur participation :
▪          Pierre Hazan, Maître de conférences à Sciences Po Paris
▪          Andy Carl, Directeur général de Conciliation Resources
▪          Docteur Hans-Joachim Giessmann, Directeur général de la Fondation Berghof

16h30 – 17h : Pause

17h00 – 19h30 : Séance 3 : « Aiete, la France et le processus de paix »

Modérateurs : Patrick Pépin et Daniel Ruiz, journalistes

Table ronde :
Ont d’ores et déjà confirmé leur participation :
▪          Jakes Bortayrou, participant à Conférence d’Aiete, Abertzaleen Batasuna
▪          Max Brisson, participant à Conférence d’Aiete, premier adjoint au maire de Biarritz et conseiller général
▪          Frédérique Espagnac, participante à la Conférence d’Aiete, sénatrice
▪          Michel Larralde, Secrétaire général de la CFDT Pays Basque
▪          Jean-Jacques Lasserre, participant à Conférence d’Aiete, sénateur et président du conseil des élus
▪          Xabi Larralde, Batasuna

20h00-21h00 : Clôture
▪          Un représentant du mouvement Bake Bidea
▪          Michel Tubiana, Ligue des droits de l’Homme

Suite du programme : Année 2013

Parce que ces thèmes ne sont que les prémices d’une longue réflexion à mener, et en continuité du forum, Bake Bidea, la Faculté de Bayonne et Lokarri proposeront d’étendre et d’approfondir les réflexions avec l’ensemble de la population et des acteurs sociaux-politiques du Pays Basque nord par la mise en place d’un cycle de débats permanent en 2013, autour des thèmes suivants :

Le processus de paix et la violence politique
Prisonniers, lois d’exception, amnistie, restitution des armes

Le processus de paix et la société
ONG et médias

Le processus de paix et la recomposition de l’espace public
Territoire et autodétermination

Le processus de paix et la mémoire
Justice transitionnelle, vérité et réconciliation

Conférence de clôture

 

Présentation Forum Pour La Paix de Bayonne

 

 

http://img4.hostingpics.net/pics/577108bakebidea.jpgPour plus d'informations : www.bakebidea.com

 

 

 

http://idata.over-blog.com/4/16/26/23/Pics/Aurore_Askatu.png

SIGNEZ LA PÉTITION
LIBERTÉ POUR AURORE MARTIN

 


Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans RÉSISTANCE
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 19:24

http://img15.hostingpics.net/pics/698838animusic.jpgBienvenus dans l'univers numérique
de Wayne Lytle

 

 

Vous en avez marre de cette actualité glauque et de tous ces déchirements en public de ceux qui ont la prétention de gouverner notre avenir ?

http://img15.hostingpics.net/pics/730249WayneLytle2.jpg
Wayne Lytle
et Dave Crognale

Je vous propose donc un voyage dans l'univers magique d'Animusic tout droit sorti de l'imagination débordante de Wayne Lytle.

Issues de la culture des demomakers qui sévissaient sur les bons vieux Amiga et Atari ST durant les années 1980, les prouesses artistiques de Wayne Lytle atteignent le génie. Cet artiste américain va au-delà du mariage des images et de la musique, il est parvenu à sublimer cette fusion passionnelle entre son univers pictural (en images de synthèse) et musical. Le génie de Wayne donne naissance à des instruments virtuels capables de restituer les sons en temps réels. Wayne Lytle a franchit le mur du son et des images fractales, permettant aux aveugles de "voir" la musique grâce aux compétences techniques de l'équipe d'Animusic.

http://img15.hostingpics.net/pics/864029WayneLytle.jpg

Wayne Lytle aux commandes de son vaisseau spatial

 

A l'origine cet ancien pianiste et étudiant en informatique a fondé tout seul son entreprise spécialisée dans la "production de films d'animations qui visualisent de la musique MIDI" (Musical Instrument Digital Interface), il y a 30 ans, en 1982 pour être précis, sous le nom initial Visual Music.

Parallèlement à ses expériences personnelles Wayne Lytle s'est dirigé vers des études supérieures d'infographie (Université Cornell) qui furent courronées avec succès en 1988, période à laquelle il a intégré le prestigieux Center Theory Cornell en tant que producteur de visualisation scientifique.

Wayne est très vite récompensé par de nombreux prix de recherche scientifique et d'animation musicale, notamment le prix IBM en 1991.

En 1995 il fera une rencontre déterminante pour la suite de sa carrière, en la personne de son futur associé, David (Dave) Crognale. Ils collaboreront ensemble sur un projet publicitaire pour la société VRex (fabricant de lunettes 3D) intitulé "Concerto in 3D" prémice de "Beyond the Walls".

 

 

Dès lors leur collaboration donnera naissance à l'entreprise Animusic (pour musique d'animation) au sein de laquelle ils entameront la production de leur premier album animé en 1998 qui sera produit au format VHS en 1991 sous le titre "Animusic Spécial Edition" (version introuvable de nos jours). Les progrès de la technologie aidant, ce premier album animé sera entièrement remasterisé et remixé en Surround 5.1 puis produit en DVD sous le titre ANIMUSIC 1.

 

Future Retro extrait de l'album animé ANIMUSIC 1

 

Aqua Harp extrait de l'album animé ANIMUSIC 1

 

Drum Machine extrait de l'album animé ANIMUSIC 1

 

Pipe Dreams extrait de l'album animé ANIMUSIC 1

 

Harmonic Voltage extrait de l'album animé ANIMUSIC 1

 

Il aura fallu quatre années de patience pour les innombrables fans avant de découvrir le second opus d'Animusic produit sous le titre logique d'ANIMUSIC 2 en 2005 . Certainement le plus abouti des deux albums produits à ce jour, cependant le travail colossal fournit par Wayne Lytle et Dave Crognale les a littéralement épuisé.

 

Starship Groove extrait de l'album animé ANIMUSIC 2

 

Pogo Sticks extrait de l'album animé ANIMUSIC 2

 

Resonant Chamber extrait de l'album animé ANIMUSIC 2
(mon préféré) 

 

Cathedral Pictures extrait de l'album animé ANIMUSIC 2

 

Fiber Bundles extrait de l'album animé ANIMUSIC 2

 

Heavy Light extrait de l'album animé ANIMUSIC 2

 

Depuis 2005 l'équipe d'Animusic s'est étoffée, notamment avec la participation du spécialiste du rendu 3D et raytracing, Stephen H. Westin, qui est resté jusqu'en août 2007 puis ce fût l'arrivée de Ben Trumbore (superviseur du développement), de Darrin Horbal (infographiste indépendant) ainsi qu'un renforcement stratégique du service Business et Marketing avec les recrutements de Jeff Garrard (marketing), de Greg Flores (business development) et de Diane Garrard (service clientèle).

 

Aujourd'hui après avoir réalisé de nombreux projets pour Hewlett Packard, Disney, Texas Instruments ou ATI, Animusic revient sur le lancement de son nouveau projet : ANIMUSIC 3 , 7 ans après la sortie de son précédent opus.

 

 

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/597071A2WallpaperPD2a800x600.jpgSource : Animusic

 

 

 

Ze Papy Mouzeot

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Culture
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 12:25

Arafat.jpg

 

Un bon dessin vaut mieux
qu'un long discours...

 

 

Yasser Arafat inaugure cette nouvelle rubrique qui se passe de commentaire.

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans No comment...
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 17:34

Sarkozator

Et si tout ça était prémédité ?

 

 

France, 29 mai 2005. Les français se prononcent à 54,68% contre le traité pour la Constitution pour l'Europe.

4 février 2008. Le gouvernement Sarközy modifie la Constitution française par le biais du Congrès de Versailles permettant la ratification du traité par voie parlementaire, contrairement à la volonté de la majorité des citoyens français qui se sont exprimés lors du référendum de 2005.

8 mai 2012. Les français rejettent à 51,64% le candidat Nicolas Sarközy lors des élections présidentielles.

26 Novembre 2012. Nicolas Sarközy revient discrétement sur le devant de la scène politique française, démontrant qu'il est toujours le patron de la droite française. Les militants de l'UMP acclament son retour et espèrent qu'il reprenne la direction du parti en pleine déroute.

 

Françaises, Français, on nous prend pour des cons. La démocratie n'existe pas !

  

Ce qu'il fallait retenir de cette folle journée du 26 novembre 2012 (si vous avez manqué l'épisode)

L'info du jour n'est pas cette nouvelle proclamation de la victoire de Jean-François Copé à la tête de l'UMP. Tellement prévisible et calculée dans ses moindres détails par le maire de Meaux qui s'est accaparé l'appareil depuis longue date en cadenassant tous les accès qui pourraient nuire à ses propres ambitions.


7h53. Alain Juppé : « Transférer cette querelle aux mains de la justice, tout à fait à l'extérieur du mouvement, c'est aggraver la cassure et augmenter les risques d'explosion ». Il est vrai qu'Alain Juppé connait bien la justice... Ancien repris de justice, condamné à dix-mois de prison avec sursis et dix ans d'inégibilité le 30 janvier 2004 (peine réduite en appel à quatorze mois de prison et un an d'inégibilité le 1er décembre 2004), il tente de s'imposer en médiateur dans le duel Fillon-Copé. Juppé fini par jeter l'éponge et s'en remet à Nicolas Sarközy, lui-même tout juste sorti du bureau du juge Gentil dans le cadre de l'instruction sur l'affaire Bettencourt.

 

8h40. Nathalie Kosciusko-Morizet déclare « Je lance une pétition jeveuxrevoter.fr pour revoter. La légitimité politique (de l'élection du 18 novembre) n'est pas acquise. Elle est trop douteuse, trop contestée ».

 

8h50. Jean-François Copé comme à son habitude rejette la proposition d'un nouveau vote comme toutes les autres propositions qui le décoifferait de sa couronne de Miss UMP.

 

11h. Des huissiers mandatés par François Fillon arrivent au siège de l'UMP, afin de saisir les documents de vote, à la demande d'un François Fillon plutôt inquiet :  « On ne peut (...) considérer que les documents électoraux soient à l'abri de manipulations ou d'altérations, et d'autre part il est certain que l'égal accès des parties en présence n'est aucunement garanti ».

 

11h30. Dominique Paillé, ex-porte parole UMP et conseiller du président de l'UDI, a accusé lundi Jean-François Copé de se comporter « comme le faisait Bokassa, empereur auto-proclamé de Centrafrique  ».

 


 

 

12h. Denis Calippe, l'huissier mandaté par le TGI de Paris s'est vu refuser l'accès aux documents de votes et est reparti du siège de l'UMP les mains vides. Il rédigera un constat de "refus d'obtempérer".

 

 

 

LE MOMENT FORT DE LA JOURNÉE

"Dominique Dord se réveille !"

 

 

http://img4.hostingpics.net/pics/127161DominiqueDord.jpg12h30. Dominique Dord, proche de François Fillon, annonce sa démission du poste de trésorier de l'UMP et accable Copé. Il accuse une "utilisation abusive" des moyens du parti par le camp copéiste. Il dénonce notamment des "moyens de communication du parti mobilisés au seul profit" de député-maire de Meaux.  « L'égalité de traitement entre candidats aurait dû être absolument garantie. Cela n'a pas été le cas [...] Plusieurs d'entre nous avaient demandé à Jean-François Copé de se mettre en retrait du secrétariat général le temps de la campagne pour éviter toute suspicion. Il l'a refusé [...] Son équipe de collaborateurs salariés de l'UMP, largement rémunérée, pas moins d'une dizaine de cadres autour de Jérôme Lavrilleux, n'a cessé, sans le moindre scrupule, de jouer un rôle très actif et ostensible pendant les trois mois de la campagne ».

 

Le député-maire d'Aix-les-Bains voit dans la présence à la fameuse Cocoe de Jérôme Lavrilleux, bras droit du président auto-proclamé, "un mélange des genres effarant".

« On peut évaluer à plus de 200 000 euros l'avantage représenté sur quatre mois, par la prise en charge de cette équipe salariée par le Mouvement [...] Le siège social de la rue de Vaugirard a été utilisé sans discontinuer comme siège de campagne et jusqu'au soir de l'élection devant les caméras de France et de Navarre ! (300 000 euros sur 4 mois ?) » évalue-t-il. Il pointe aussi la "mise à pied" ou la démission de deux cadres du parti.

 « Les moyens de communication du parti ont été mobilisés au seul profit de Jean-François Copé. Le site internet a compté en moyenne 4 photos de lui en une chaque jour depuis juillet ».

« Que dire de choses plus anodines, mais tellement révélatrices comme les notes de frais des collaborateurs, ou l'achat par l'UMP du livre de campagne de Jean-François pour plus de 3 000 euros...», poursuit le député savoyard, soulignant que le parti est financièrement "exsangue".  « J'ai à maintes reprises tiré la sonnette d'alarme sur le fait que le déficit de trésorerie atteindra plus de 50 millions d'euros en juin », relève-t-il. « L'UMP devra faire face à un plan de redressement douloureux sur lequel nous nous sommes engagés auprès des banques, mais dont les décisions tardent à être mises en œuvre », selon Dominique Dord pour qui ce qu'il qualifie d'abus, revêtent « à l'évidence un aspect moralement inacceptable ».

 

 

 

 

Source : Le Point, Libération

 

 

 

13h40. Michel Piron, député UMP pro-Fillon déclare qu'il exclut  « de rester dans une UMP qui serait présidée par un président contesté et contestable", en n'écartant pas l'hypothèse de la formation d'un groupe filloniste autonome à l'Assemblée nationale. « Je discute actuellement avec ceux qui me sont proches ».

 

13h50. François Fillon arrive dans les bureaux de l'ancien chef de l'Etat avec lequel il avait un "déjeuner-briefing" d'une heure trente au cours duquel l'ex-patron de l'UMP tente de convaincre son ancien premier ministre de renoncer à un procès qui signerait l'implosion du parti selon l'expression consacrée "Il n'a ni découragé ni encouragé François Fillon dans ses différentes démarches". De son côté François Fillon s'est employé à brosser le tableau apocalyptique d'un parti dans lequel des fraudes "industrielles" ont été organisées (bourrage des urnes). Des fraudes telles que l'écart réel entre lui-même et Jean-François Copé serait, selon lui, "de cinq à dix points". Il lui a expliqué entre autre que ses équipes avaient mis du temps avant d'établir un mémorandum d'une centaine de pages qui pointe toutes les irrégularités. Il établit notamment dans ce document qu'il y a eu 30.000 procurations pour Copé contre 10.000 pour Fillon. Avant d'ouvrir une action judiciaire l'ancien premier ministre évoque, sans illusion, l'idée de provoquer de nouvelles élections et se dit "ouvert" à une autre solution qui permettrait de faire concourir d'autres candidats, ou même d'exclure Jean-François Copé et lui de cette nouvelle élection.

On apprendra un peu plus tard dans la soirée que Nicolas Sarközy s'est rangé du côté de François Fillon et de la majorité des militants qui appellent eux aussi à voter une nouvelle fois... « Je suis favorable à une nouvelle élection entre vous deux [...]  Laisse passer un peu de temps, Jean-François ne peut pas accepter aujourd'hui un nouveau vote. Si un recours est évité, on pourra peut-être reconstruire quelque chose sur une base apaisée ».

 

Dès le matin, Jean-François Copé s'était exprimé sur BFM TV au sujet de la proposition d'un nouveau vote.

 

 

 

16h39. La pétition de NKM franchit le cap des 15.000 signataires. La pétition en ligne lancée lundi matin par Nathalie Koscisuko-Morizet en était à 15.111 signatures à 16h39.

 

17h01. Roland Chassain, maire UMP des Saintes-Maries de la Mer et copéiste, connu pour sa proximité avec le FN, lance une pétition en faveur d'un retour de Nicolas Sarközy à la tête de l'UMP :  « Je propose que Nicolas Sarközy devienne président de l'UMP avec à ses côtés, comme vice-présidents, Jean-François Copé et François Fillon ». Si l'ancien chef de l'État rêve encore à une présidence en se rasant chaque matin ce n'est certainement pas à celle de l'UMP qu'il pense...


17h14. François Fillon et sa bande mettent en doute l’honnêteté du scrutin alors que la Commission national des recours doit rendre son verdict dans quelques minutes. Ils accusent leurs adversaires copéistes "d’avoir bourré les urnes avec 30.000 procurations". Ils promettent de produire, des preuves dans les prochains jours. (voir l'article du JDD)

 



 

17h27. Yannick Paternotte, proche de Jean-François Copé et président de la CONARE, lui aussi en attente de du verdict fixé au 13 décembre concernant son jugement pour "abus de faiblesse sur une femme de 91 ans", proclame sans surprise la victoire de son leader avec 952 voix d'avance sur François Fillon.

 



 

18h00. François Fillon a dénoncé comme on s'y attendait "un coup de force" de Jean-François Copé et a récusé de nouveau les résultats proclamés par une commission interne de l'UMP donnant la victoire à son rival.

 

18h10. Jérôme Chartier, proche de François Fillon, déclare lundi que le résultat proclamé par la commission nationale des recours de l'UMP et validant la victoire de Jean-François Copé n'était pas "légitime".

 

19h20. Philippe Goujon, député UMP de Paris pro-Fillon confirme que les partisans de l'ex-Premier ministre allaient discuter de la création d'un groupe parlementaire distinct à l'Assemblée mardi, lors de leur réunion autour de François Fillon à partir de 9h30.

 

20h30. François Sureau, l'avocat de François Fillon confiant sur l'annulation du vote.  « Il va de soi que nous n'arrêterons pas là, et que nous obtiendrons par la voie judiciaire la décision qui s'impose, "l'annulation du vote » , a-t-il déclaré à la presse, à l'issue d'une audience devant le tribunal des référés de Paris portant sur la communication des documents électoraux.

 

22h01. Sur 1462 votants qui se sont exprimés suite à un sondage effectué par Europe1.fr,  80% des votants répondent non à la question "UMP : Jean-François Copé est-il désormais un président légitime ?", contre 14% pour et 6% sans opinion.


23h00. Jean-Sébastien Vialatte, député-maire UMP de Six-Fours-les-Plages, dans le Var, a annoncé qu'il démissionnait de son poste de secrétaire départemental du parti, disant ne pas se reconnaître dans "cette guerre des ego" en cours. « Ma démission, que j'ai présentée avant même de connaître les résultats définitifs, prend effet dès aujourd'hui [...] Je ne me retrouve pas du tout dans cette guerre des ego et je ne me sens pas d'être le représentant d'un parti dont les chefs font passer leurs ambitions personnelles avant le combat d'idées ».

 

Paroles de militants

Aurélien Gillot, militant de 33 ans (Val-d'Oise) : "on se rend compte qu'on est orphelin de Nicolas Sarközy. Cette élection est la démonstration par A+B qu'il est totalement incontournable. Il a un charisme, une autorité. Est-ce qu'il faut aller faire des manifs pour qu'ils nous entendent ? C'est la droite la plus bête du monde".

 

Jean-Pierre, 62 ans, agent immobilier dans le du Puy-de-Dôme : "Nicolas Sarközy, l'autorité suprême, pourra nous sortir du bourbier".

 

Anne-Marie, 70 ans, fonctionnaire retraitée à Montpellier et sympathisante, se demande s'il n'y a pas "un scénario qui se prépare, comme le retour de Zorro !"

 

Raphaël, 36 ans, conseiller en gestion de patrimoine à Biarritz : "Si on revotait, j'espère que de nouvelles têtes pourraient se présenter, en assouplissant un peu les parrainages. Copé et Fillon seraient éjectés. En tout cas, je ne voterais pas pour eux !"

 

Olivier Parant, 35 ans, Conseil en gestion de patrimoine à Paris : "L'UMP va sans doute exploser, mais elle sera remplacée par un autre parti, qui défendra les mêmes idées".

 

 

Si ce sont les militants de l'UMP qui le disent !

Apparement la scission est consommée malgré les tentatives de langue de bois de la part de certains cadres du parti. Il en ressort principalement deux conclusions. Les partisans du président auto-proclamé qui souhaitent conserver leurs nouveaux acquis et appellent au rassemblement tandis que dans l'autre camp on revendique de nouvelles élections, Nicolas Sarközy en tête.


Dans tous les cas les militants UMP sont unanimes, ils souhaitent tous le retour de leur sauveur, Nicolas Sarközy. L'intéressé ne pouvait pas rêver mieux pour entammer son retour sur la scène politique, bien que ces événements interviennent un peu prématurément quitte à dévoiler sa stratégie pour 2016.

Une scission parlementaire entre les deux groupes UMP aurait des répercussions financières désastreuses sur ce parti qui accuse déjà un déficit de 50 millions d'euros suite aux défaites électorales successives depuis 5 ans. Si les 134 parlementaires qui ont signé leur tribune en faveur de François Fillon mettaient leur menace à éxécution ce serait 5 542 000 euros en moins chaque année pour la droite décompléxée.

Réponse dans un prochain épisode de ce soap opéra...


L'UMP prend l'eau...

 

Sarko France FlotteSarközy très visionnaire lors de sa campagne présidentielle

 

http://img11.hostingpics.net/pics/424780Copepiscinebig.jpgCopé à l'entraînement dans la piscine de Takieddine

 

http://img11.hostingpics.net/pics/952261copehortefeuxtak.jpgTakieddine jamais très loin pour repêcher ses potes

 

 

 

 

 

Sources : Le Point, le JDD, Europe1, Sud-Ouest 

Repost 0
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 16:16

http://img15.hostingpics.net/pics/174542Cope769Mafioso.jpg

 

 

Un parti, ce n'est pas une mafia...


 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/648611FillonGangster.jpgFrançois Fillon
(4 mars 1954 - 17 novembre 2012)

Homme politique français
Premier ministre de la Sarközie
Mort au combat

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Enfoirismes illustrés
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 12:07

Radar_Jackpot.jpg

Les policiers en colère

 

L'industrie des radars automatiques, grand fléau des usagers de la route, ne connait pas la crise. Rien qu'à eux les radars ont rapporté 630 millions d’euros à l’État sur la seule année 2011. L'ensemble des PV de vitesse, de stationnement et les PV majorés rapportent chaque année 1 500 000 000 euros à l'État.

Pourtant ce ne sont pas forcément les pouvoirs publics qui s’approprient la plus grosse part du gâteau, car le "marché du contrôle de vitesse" fait vivre beaucoup de monde. De La Poste, qui gère les envois de procès-verbaux, aux vendeurs de voitures sans permis, en passant par les avocats spécialisés et les organisateurs de stages de récupération de points, sans oublier ceux qui construisent, installent et entretiennent les radars. Des sociétés privées qui se gavent grâce à ce système qui pourrait bientôt s’inviter dans l’habitacle des conducteurs pour contrôler leur taux d’alcoolémie.


C'est ce que dénonce Denis Boulard au travers de son livre paru en juin 2012 sous le titre Radar Business - À qui profitent les radars ?

http://img15.hostingpics.net/pics/506621radarbusiness.jpg
Auteur: Denis Boulard
Editeur: First
Date de parution: 07/06/2012
Coll: Actualites Enquetes
ISBN: 2754037721
EAN: 978-2754037723
Nombre de pages: 190

Sous couvert de sécurité routière, les radars servent à faire les poches des automobilistes. Comme le révèle ce livre truffé d’anecdotes, de portraits et de révélations, deux tiers des cabines automatiques sont placées hors des zones à risques. Et les radars ont des effets aussi imprévus que néfastes, comme la hausse du nombre de conducteurs sans assurance ou d'autres qui continuent de conduire sans permis. Au-delà de l’efficacité, du coût et de l’aspect "liberticide" des radars, « nous sommes face à une hypocrisie : la vitesse n’est pas la première cause de mortalité sur les routes ». Et la route n’est pas la première cause de mortalité en France. Si les pouvoirs publics écoutaient les hommes de terrain, dont certains policiers eux-mêmes, au lieu de privilégier le "tout répressif", ils comprendraient qu’il est possible de traiter les usagers de la route autrement. Et surtout de mener une vraie politique de sécurité routière.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/838237DenisBoulard.jpg
 Denis Boulard

Denis Boulard est auteur et journaliste indépendant.

Durant ces vingts dernières années, le journaliste a collaboré comme salarié en politique intérieure au Journal du Dimanche, à Associated Press, au Bulletin Quotidien et au Parisien.

Depuis 2008, il contribue en tant que pigiste à différents titres, notamment Le Point, les Inrocks, les Dossiers du Canard Enchaîné et Le Nouvel Observateur.

 

Voir son site internet : http://denisboulard.fr/

 


 

Malgré des chiffres de la sécurité routière encourageants : moins 9 % d'accidents mortels sur les 10 premiers mois de l'année 2012, en comparaison à 2011, de nombreux usagers et, plus surprenant, certains policiers, remettent en cause l'emplacement et la vocation des radars. certains fonctionnaires de police pensent au contraire que les automobilistes sont victimes d'une politique de sécurité routière basée essentiellement sur la rentabilité financière. Certains d'entre eux ont même entamé une action coup de poing pour exprimer leur mécontentement comme le souligne Denis Boulard au micro de Bruce Toussaint.

Denis Brogniart (TF1) a rencontré deux de ces policiers en colère qui manifestent leur désaccord d'une façon assez particulière...

 

N'ESSAYEZ EN AUCUN CAS DE REPRODUIRE
CES GESTES CHEZ VOUS

 

 

LES POLICIERS SONT PRÉPARÉS ET ENTRAÎNÉS POUR RÉALISER CES ACTIONS SPÉCTACULAIRES.


ATTENTION DONC DE NE PAS PRENDRE AU SÉRIEUX CE QUI EST DIFFUSÉ SUR CE BLOG.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/712223radarfun.jpg

 

 

 

 

 

Sources : Europe1.fr, TF1

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Initiatives citoyennes
commenter cet article
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 15:58

http://img15.hostingpics.net/pics/421425AuroreXarlo.jpg« Tout ça pour rien »

 

 

Voici le témoignage, d'une victime de la répression franquiste qui sévit au Pays basque depuis de nombreuses années. Son parcours est assez similaire à celui qu'Aurore Martin est en train de subir.

Pour des faits similaires à ceux reprochés à Aurore Martin, Xarlo Etxezaharreta a passé six mois en prison. Il a été blanchi après huit ans de procédure.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/691390Xarlo6.jpgXarlo Etxezaharreta, très inquiet du sort d'Aurore Martin
Photo © Jean-Daniel Chopin

 

C'était il y a neuf ans. Bien avant que l'interpellation et l'extradition vers l'Espagne d'Aurore Martin ne soulèvent une vague de colère et d'indignation, dépassant le microcosme basque. À l'époque, cet homme au béret noir avait, lui aussi, défrayé la chronique. Malgré lui.

Du fait de son militantisme politique au sein de l'association Udalbiltza - regroupant des élus municipaux de nationalités espagnole et française, siégeant de part et d'autre de la Bidassoa - Xarlo Etxezaharreta, un ancien conseiller municipal d'Hasparren, a risqué jusqu'à quinze années de prison.


Rencontré au petit matin, dans un café de son village, l'abertzale de gauche au regard franc se souvient : « J'ai passé six mois enfermés dans une cellule près de Madrid, pour rien. Sans même être interrogé une seule fois. Mais que vouliez-vous qu'on me demande ? Ils n'avaient rien à me reprocher ».

http://img15.hostingpics.net/pics/152037Xarlo2.jpgIndépendantiste convaincu, Xarlo Etxezaharreta n'a alors commis aucun délit. « Notre travail au sein d'Udalbiltza était strictement politique. Il n'y avait rien de secret, rien de clandestin ». Néanmoins, en 2003, l'Audiencia nacional espagnole l'accuse d'appartenir à ETA. Au total, une vingtaine de membres de cette association d'élus seront ainsi mis en examen. Les faits incriminés sont similaires à ceux reprochés, aujourd'hui, à la militante de Batasuna, Aurore Martin.

Un effroyable engrenage

Cramponné à son paquet de brunes, l'ancien élu âgé aujourd'hui de 71 ans, décrit un effroyable engrenage judiciaire. Arrêté en septembre 2003, alors qu'il participe aux Journées internationalistes d'Abadiño, en Biscaye, l'Haspandar est immédiatement transféré à Madrid. « Ma comparution devant le juge Baltazar Garzon a duré cinq minutes. Puis, on m'a envoyé pour une durée indéterminée à Soto del Real ». Ce même centre pénitentiaire de la banlieue de Madrid, où est actuellement détenue Aurore Martin.

Pendant les six mois de sa détention provisoire, le grand-père, doté d'une force de caractère certaine, est "encadré" par les autres militants incarcérés. « Quand on débarque dans l'univers carcéral, tout paraît compliqué. Cela doit être terrible de se retrouver isolé. Vous savez si Aurore parle espagnol ? » La mine grave, Xarlo s'inquiète.

L'ex-conseiller municipal est remis en liberté en avril 2004. Contre paiement d'une caution de 60 000 euros, récoltée en quelques heures grâce à un impressionnant mouvement de solidarité. « Et si l'histoire s'était arrêtée là, je n'aurais sans doute pas autant de rancœur ». Durant des années, il sera tenu de "pointer" tous les quinze jours dans un commissariat d'Irun. « Jusqu'au jour où j'ai décidé de ne plus me prêter au contrôle judiciaire et d'attendre le procès ».

Jugement fixé en 2010, mais pour lequel il ne recevra jamais d'assignation. « Ma convocation s'était, semble-t-il, perdue entre Madrid et Hasparren ». Xarlo Etxezaharreta et ses proches vivent alors dans l'angoisse quotidienne d'une nouvelle remise aux autorités espagnoles. À juste titre. Plus tard, ils apprendront que l'ombre d'un Mandat d'arrêt européen a longtemps plané au-dessus du béret de Xarlo.

Finalement, début 2011, après huit années de procédure, l'Audiencia nacional annonce la fin des poursuites à l'encontre des élus d'Udalbiltza. Et il y a quelques semaines, la banque lui a restitué l'intégralité de sa caution. Aujourd'hui, il la redistribue. « La justice espagnole ressemble à une grande loterie. Et nous, nous avons eu beaucoup de chance en tirant le gros lot ! Mais certains ont perdu leur travail, leur magasin, l'hypothèque de leur maison. Tout ça pour rien ». Le militant fulmine. « J'espère qu'Aurore bénéficiera d'un non-lieu et que ce mauvais rêve finira au plus vite ».

 

 

 

Source : Pantxika Delobel pour Sud-Ouest.fr

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans RÉSISTANCE
commenter cet article
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 12:59

Cope_Fillon_Les_Corniauds.jpgPlus ridicule, tu meurs !

 

 

Il faut reconnaître qu'aux yeux des agences de notation la France n'a pas vraiment la côte et pourtant le duo fratricide Fillon-Copé remporte un énorme succés auprès de la presse internationale qui est unanime quand il s'agit de se payer la tête des "froggies". Eric et Ramzy n'ont qu'à bien se tenir, les Frères Ennemis sont de retour.

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/784115TheGuardianLogo.png

... l'exercice démocratique a rapidement tourné à la farce.

... ce qui provoque des ravages dans le parti (UMP).

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/603131Logoderspiegel.png

 

 

 

Le spectacle de la France, entre la farce et le fiasco.

... fraude électorale chez les conservateurs.

...  les deux camps se sont mutuellement accusés de fraude électorale.

Épreuve de force entre l'agitateur et l'homme d'Etat.

 

Pour Der Spiegel, "il ne s'agit pas d'une exagération", pour ce parti qui "après l'échec de la présidentielle et des législatives voulait marquer un nouveau départ grâce à l'élection de son chef". Le journal n'oublie pas de faire un parallèle avec le congrès de Reims qui a déchiré le PS en 2008, ni de rappeler le commentaire qu'avait alors fait Jean-François Copé, qualifiant le PS de "parti au bord de l'explosion". "Ironie de l'histoire : le secrétaire général de l'UMP doit faire face au même phénomène", souligne l'hebdomadaire.

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/183977ElPaislogo.png

Le chaos de la primaire déchire l'avenir de l'UMP.

Après 24 heures d'incertitude, le psychodrame de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) a atteint son paroxysme la nuit dernière.

... Copé, représentant d'une droite "sans complexe", populiste et xénophobe dit qu'il est temps de "reconstruire la famille".

... le chaos du groupe d'opposition bénéficie principalement à Sarkozy, François Hollande, au centriste Jean-Louis Borloo et, enfin, Marine Le Pen, leader du Front National.

Copé ou le triomphe d'une photocopie de Sarkozy.

 

Pour le quotidien espagnol, "les premières primaires de l'histoire de la droite française resteront dans les annales de la politique comme l'un des épisodes les plus absurdes de la Ve République".

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/473945logoelmundo.png

Jean-François Copé, successeur naturel de Sarkozy, qui rappelle son ambition démesurée et ses sorties populistes et réactionnaires.

Sa véhémence quasi juvénile, son attitude belliqueuse, ses flirts avec l'ultranationalisme (...) lui auront mieux réussi que ce que lui prédisaient les sondages.

Ses flirts avec l'ultra-nationalisme n'est pas pour rien dans le fait qu'il a été conseillé par Patrick Buisson, le cerveau du dernier virage à la droite de la droite de son mentor...

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/235115LogoLeTemps.png

... il leur a fallu moins d'une heure. Une petite heure de fin de journée électorale pour faire du premier parti d'opposition français la risée de la nation.

François Fillon est resté un peu plus digne dans ce vaudeville final.

Le maire de Meaux a entraîné son parti sur la pente vertigineuse de la scission, ce qui ne lui sera pas facilement pardonné...

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/544461TheNewYorkTimeslogo.png

... La campagne a été amère, avec des accusations de fraude, et n'aidera pas à améliorer l'image du parti.

... l'UMP devait décider si elle "voulait conserver l'héritage politique de ce parti fondé par Charles de Gaulle après la seconde guerre mondiale, ou évoluer vers la droite et concurrencer le Front national.

... L'UMP va probablement continuer sa danse délicate avec les électeurs d'extrême droite, tout en essayant d'éviter une alliance totale avec le Front national.

 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/447167FinancialTimesLogo.png

... le succès de M. Copé est "un désastre pour l'UMP" car les tensions qui ont opposé les camps des deux candidats pendant la journée de lundi "met au grand jour les profondes divisions".

 

 

Dans l'ensemble François Fillon s'en tire un peu mieux que Jean-François Copé au travers des articles de la presse européenne. Les étrangers seraient-ils plus clairvoyants que certains français ?

Quoi qu'il en soit, c'est l'ensemble de l'UMP qui est fustigée par la presse et par retombée tout le reste de la classe politique française.

Beaucoup plus réaliste, Alain Juppé déclare aujourd'hui : « Nous allons tout droit vers un éclatement de l'UMP si cette mascarade continue [...] Je ne suis pas optimiste [...] Un éventuel recours en justice serait une arme nucléaire absolument désastreux ». Conclusion de ce roman-feuilleton le 21 décembre 2012 !

 

Nous ici à l'hospice, on préfère en rigoler même si ça nous plaît pas trop d'être encore une fois les dindons de la farce.

 



 

 

 

Source : LeMonde.fr

Repost 0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 14:27

La démocratie selon l'UMP :
le psychodrame d'un parti en déroute

 

Enorme coup de théâtre dans le camp politique de l'UMP où les protagonistes n'en finissent plus de se déchirer. Le camp Fillon affirme que trois fédérations d'Outre-mer ont été oubliées par la Cocoe lors de la proclamation des résultats. Une "erreur" reconnue par Patrice Gélard, président de la Cocoe, portant sur l'oubli des 3 fédérations (Mayotte, Nouvelle-Calédonie et Wallis-et-Futuna) mais qui assure ne pas revenir sur la proclamation des résultats. Copé de son côté oppose une fin de non recevoir : "Il y a eu des résultats, il faut maintenant se rassembler et travailler ensemble" puis "Tant qu'il n'y a pas une autre décision, le président reste président".

Parallèlement, François Fillon a demandé à Alain Juppé, le président fondateur de l'UMP, "d'assurer de façon transitoire" la direction du parti "afin de trouver les voies et moyens de sortir de l'impasse", dans un communiqué publié mercredi.
"Je demande à Alain Juppé d'assurer de façon transitoire la direction de notre mouvement afin de trouver les voies et les moyens de sortir de l'impasse [...]. Je réclame la vérité" sur les résultats de l'élection du président de l'UMP, "nous la devons à nos adhérents", a-t-il déclaré.

 

Après les "chicaillages" viendra l'heure du grand déballage...

La guerre de succession est loin d'être terminée.

 

Le président de la Cocoe, Patrice Gélard reconnaît lui-même que la fraude faisait partie des habitudes historiques. Cependant le sénateur de Seine-Maritime a rejeté la possibilité de remettre l’élection en cause.

« Il y a peut-être eu de la fraude à tel ou tel endroit. Elle n’a été prouvée nulle part » [...] Quand on additionne les revendications […], on s’aperçoit que tout cela se neutralise ». 



L'UMP ne se contente plus de s'enfoncer, elle creuse !

 

L'autre document du camp Fillon qui dénonce des irrégularités :

 

http://img15.hostingpics.net/pics/714573UMPCorral.jpg

 

Source : BFMTV

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Mensonges et vérités
commenter cet article

Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule