Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 19:25

1664à consommer avec modération 

2007, nous sommes passés
de la Corona à la 1664

 

George Orwell était un visionnaire, il avait prédit le pire mais il n'avait certainement pas prévu le chaos dans lequel Sarkozy est en train de nous plonger. Pour beaucoup, le président des riches commet bourdes sur bourdes, mais croyez-vous qu'il soit vraiment aussi idiot ? Sarkozy n'est qu'un pion au service d'un plan bien plus machiavélique...

 



Sur une idée de Dany 

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Mensonges et vérités
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 13:15

http://img11.hostingpics.net/pics/976285Fidellocked.gifLA PROCHAINE CIBLE DES YANKEES

 

Après des menaces à peine déguisées lors de sa récente tournée dans l'ancienne dictature de Pinochet, l'ancien prix Nobel de la Paix, Barrack Obama avait lancé le message suivant à l'attention de "qui voulait bien l'entendre" :

« Nous allons continuer à chercher des moyens d'accroître l'indépendance des Cubains, qui ont le droit à la même liberté que n'importe qui d'autre dans cet hémisphère [...] Mais "les autorités cubaines doivent prendre des mesures significatives pour respecter les droits de base des Cubains [...] non parce que les Etats-Unis insistent là-dessus, mais parce que les Cubains le méritent ».

 

Jean-Guy Allard nous révèle dans son article publié le 1er avril dans Granma Internacional que l'administration yankee envisage un investissement supplémentaire d'environ 30 millions de dollars dans des opérations d’ingérence visant à utiliser Internet comme un instrument de pénétration et un laboratoire pour leurs services secrets sur le territoire national cubain.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/275057GranmaTitle.jpg

La Havane, 1 Avril  2011

 

Nouvelles agressions via Internet
du gouvernement US contre Cuba

 

Le département d’État et son agence de déstabilisation, l’USAID, envisagent de dépenser environ 30 millions de dollars supplémentaires dans des opérations d’ingérence visant à utiliser Internet comme un instrument de pénétration et un laboratoire pour leurs services secrets sur le territoire national cubain.

C’est ce qui ressort d’une étude parue site Web Cuba Money Project, du journaliste et chercheur étasunien Tracey Eaton, qui s’appuie sur un document publié par cette agence proche des services spéciaux des États-Unis, daté du 11 janvier. L’USAID aurait lancé un appel aux organisations non gouvernementales et à des entreprises spécialisées désireuses de développer des projets liés à l’utilisation d’Internet « à Cuba et dans d’autres pays », les invitant à lui faire part de leurs « initiatives ».

Ce document a été publié à la veille du procès à La Havane du citoyen des États-Unis Alan Philip Gross – il était employé par une entreprise sous-traitante de l’USAID – pour ses activités illégales.

Le 7 février était la date butoir pour la présentation des projets. « Le Département d’État n’a pas précisé – et il ne le fera certainement pas – quelles seraient les organisations chargées de réaliser ces projets », écrit Eaton, un ancien correspondant du quotidien texan The Dallas Morning News à La Havane.

Des subventions qui vont d’un demi million jusqu’à 8 millions de dollars sont d’ores et déjà disponibles pour la mise en œuvre de ces opérations, et l’enveloppe pourrait être portée à 30 millions de dollars, d’après ce document.

À noter que cet argent provient du budget fédéral de 2010 et non pas de celui de l’année en cours.

Dans ce que d’aucuns considèrent comme une allusion à l’affaire Gross ou à des opérations de renseignement précédentes, le Département signale que les organisations éligibles « doivent posséder une expérience de travail dans un univers d’Internet particulièrement hostile ».

Le fer de lance de ces opérations, connu sous le nom de web-based circumvention technology, est spécifiquement destiné à éviter ou à tromper les habituels systèmes de détection (firewalls et filtres) contre les utilisations illicites du réseau, violant ainsi les dispositions de la loi en vigueur dans les pays.

La stratégie comporte un « programme d’entraînement » pour la formation d’un « réseau d’instructeurs » chargés de mener des opérations avec des « organisations menacées », lire : des organisations qui opèrent dans l’illégalité.

Le document est explicite sur plusieurs aspects : les organisations et les entreprises invitées à formuler des propositions doivent pouvoir « entraîner » des « blogueurs , des citoyens-journalistes et des organisations de la « société civile », et promouvoir l’utilisation des nouvelles technologies de communication de personne à personne et au sein des « réseaux sociaux ».

Le programme va jusqu’à prévoir un fonds « pour la défense » des activistes qui auraient des ennuis avec la justice en cas de « hacking » ou d’intrusion dans les systèmes informatiques.

Outre Cuba, cet appel à propositions couvre aussi la Chine, le Myanmar, l’Iran, la Russie et le Venezuela, autrement dit des pays qui refusent d’obéir aux diktats des États-Unis. Washington ressort son habituelle rhétorique de « l’aide » aux « activistes numériques », pour justifier sa vieille stratégie qui consiste à recruter des agents et des indicateurs à la solde de ses services de renseignement.

« Ce document confirme intégralement les propos tenus récemment par la Secrétaire d’État US, Hillary Clinton, lors d’un entretien pour une revue spécialisée », fait remarquer le journaliste Tracey Eaton.


Jean-Guy Allard

 

http://img4.hostingpics.net/pics/383004Granma.jpgLe Granma qui transporta les 82 guérilleros le 2 décembre 1956 

 

Non, vous ne rêvez pas, il ne s'agit pas d'une nouvelle production hollywoodienne, c'est la sombre réalité. La perversité qui pousse les yankees à vouloir poursuivre Julian Assange avec de fausses allégations qui se rapportent simplement à la diffusion d'informations, n'empêche pas ces mêmes juges-accusateurs de recruter des cyber-Rambos pour mener une véritable cyber-guerre à tous les opposants de leur diktat impérialiste ! Sous l'impulsion des yankees dominateurs et colonisateurs, notre monde est à nouveau entré dans une phase d'escalade de la violence sous toutes ses pires formes.

En définitive, depuis leur origine, que savent faire d'autre les yankees, à part coloniser et détruire les autres civilisations ?

http://img4.hostingpics.net/pics/630079embargo.jpg

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 18:01

SarkoGames

Une guerre peut en cacher une autre

 

Que j'vous explique c'qui c'est passé...

Voici un sujet d'actualité que j'avais sur le feu et sur lequel je voulais m'exprimer depuis plusieurs jours. Il faut dire que les événements qui se déroulent en Libye couvrent amplement les débats au point de reléguer la catastrophe de Fukushima à une malheureuse fuite de gaz (toxique) et le conflit ivoirien à une querelle de marchands de fruits et légumes. La guerre du pétrole domine ainsi une actualité internationnale riche en rebondissements macabres avec son lot de désinformation habituelle et de manipulations machiavéliques. J'employais donc mes rares moments de disponibilité à observer ce que beaucoup présentaient comme la guéguerre à Sarközy, ce président à la dérive et quête d'une ascension dans les sondages qui le ridiculisent semaine après semaine. Devant les trépignements incessants du petit roquet, l'ONU a finalement accepté de jeter son "nonosse" au vilain toutou. Ce sont donc une vingtaine d'avions qui décollèrent en mettant le cap sur l'objectif "Mouammar Kadhafi", nous permettant au passage d'assister à une magistrale représentation commerciale organisée par les établissements DASSAULT toujours à la recherche d'acquéreurs pour leur avion Rafale qui à défaut de prendre son envol profite de sa géométrie variable pour démontrer ses capacités à plonger dans les abysses financières.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/405762Libye.jpg

J'étais donc bouche bée, totalement ébahi devant mon téléviseur, à écouter les belles paroles proclamées par notre guide et justicier de l'Élysée :

«En accord avec nos partenaires, nos forces aériennes s'opposeront à toute agression des avions du colonel Kadhafi contre la population de Benghazi. D'ores et déjà, nos avions empêchent les attaques aériennes sur la ville» puis de rajouter «D'autres avions, français, sont prêts à intervenir contre des blindés qui menaceraient des civils désarmés» non sans lâcher une petite larme de compassion sur ces pauvres civils désarmés.

Afin de dédramatiser ces événements belliqueux, la coalition en bonne organisatrice de ce spectacle télévisuel avait même invité l'humoriste belge Yves Leterme qui entama les hostilités par cette bonne blague :

«Il est clair que la France assure le leadership de l'action militaire dans l'espace aérien libyen».

http://img4.hostingpics.net/pics/970391ZeButcher.jpgTout était réuni pour que je passe une bonne soirée de détente devant ce cet excellent film qui s'appelle le SarkoGame d'autant plus que j'avais planqué les piles de la télécommande afin que personne ne me prive de ce pesctacle lorsque tout d'un coup je fus pris d'un sursaut d'au moins cinquante centimètres de mon fauteuil, provoqué par l'irruption d'une voix qui m'était familière :

« Oh, pute borgne, le Papy ! Mais kektu fous dans le noir ? 

Grmbbl de rogntûdju de crévindjû que cette voix qui m'était familière était bien celle de ce salopiaud de Didishnikov qui avait choisi le bon moment pour me rendre visite ! Faut d'ailleurs que je pense à me plaindre auprès de la direction, faut pas déconner, y'a des horaires pour les visites, si ça continue comme ça je vais demander le paiement de mes heures supplémentaires !

Bah alors vieux, on s'embrasse pas ?

NAAAAAN ! Surtout pas ! J'ai un aphte là...

Tu veux que ch't'arrange ça ?

Gulp ! Nan, nan, merci, ça va passer tout seul...

–  Alors vieux débris, si on allait se taper un de ces fumeux cubains que tu planque dans ta boîte à chaussures ?

Heu... T'es vraiment sûr, t'avais pas arrêter de fumer ?

Hahaha ! Sacré plaisantin, Papy, toujours aussi avare... Allez bouge-toi !

Mais heuuuuuu ! Meuh non que je suis pas zavare, c'est que...

– Que quoi ?

M'enfin ! Keuya un bon film là dans la p'tite lucarne que t'es tout devant et que je vois rien à cause de ta grosse bedaine ! Na !

Oups, il y eu un gros grand blanc... Je venais de heurter la susceptibilité bedonnante de ce pyschopathe de Didishnikov. Un flash étincela dans son regard glacial, ça c'est jamais bon signe, puis il tourna la tête en direction de la télévision.

Bougre de vieux couillon ! T'as failli m'avoir ! Me dis pas que tu passes ton temps à reluquer ces rediffs !

M'enfin ! C'est pas une rediff, c'est l'actualité du monde arabe qui se révolte contre le méchant dictateur et qui va être sauvé par la gentille coalition...

Que c'est une rediff que j'te dis ! C'est la suite de "Tapettes du Désert", on l'a d'jà vu en 91 et en 2003 ! T'avais qu'à aller sur le blog de coco Magnanville et tu le saurais !

Muhf ! T'es sûr de ça ?

Puisque j'te dis que c'est déjà tout raconter sur son blog et même que c'est la CIA qui est derrière tout ça ! Bon, pousse tes fesses de là, ta boîte à chaussures est toujours planquée dans le faux plafond au-dessus de ton pucier ?

...

Bon allez vieux, je file, et merci pour les cubains !

M'enfin... ».

 

Et ben voilà, moi qui pensais passer une soirée peinard, cet espèce de gros grand couillon il vient de mettre par terre tout mon article que je voulais vous publier.

Alors cette guerre que ce serait la suite de l'opération "Tapettes du Désert" et que ce serait même pas vrai que notre guide et justicier de l'Élysée il sauverait pas la planète...

Le président des riches serait-il un menteur en plus d'être un voleur, un hypocrite et un traître ?

Pour en avoir le cœur net direction le blog de coco Magnanville...

 

Je reviens tout de suite après cette page de publicité...


Malakoff-Mederic

Vous avez vu ça ?

Il paraîtrait que la CIA aurait déployée des "petits groupes d'agents" avant même le vote de la résolution 1973. Washington aurait soutenu ce texte alors même qu'il "interdisait" les actions secrètes en cours. Que c'est certainement pas des conneries si on peut le lire sur le blog de coco Magnanville, je le sais, je connais la dame qui tient ce blog et c'est pas son genre de raconter des salades ! D'autant plus que ça a été confirmé par l'hilarante Clinton à la suite de ces quelques déclarations : «  Aucune décision n'a été prise à ce sujet [...] L'OTAN commande à toutes les unités qui ont été placées sous son autorité [...]  ce processus par étape sera achevé dès que tous les alliés et partenaires auront transféré l'autorité sur les moyens ». Ça veut tout dire ! Mais ça veut dire que Didishnikov avait raison, je suis bien en retard d'une guerre...


New York Times

et

abc

 

Des « petits groupes » d'agents seraient déployés sur le terrain en Libye pour prendre contact avec les insurgés mais aussi pour les aider. La chaîne ABC assure, elle de son côté, que le président américain Barack Obama a donné l'autorisation secrète d'aider les rebelles. Ces agents très spéciaux seraient également sur place pour des repérages et pour aiguiller les frappes américaines, car aucune opération n'est prévue au sol. Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a refusé « de s'exprimer sur des questions de renseignement ».

Selon ABC toujours, des dizaines de membres des forces spéciales britanniques et d'agents du service d'espionnage MI6 travailleraient aussi en Libye, en particulier pour recueillir des renseignements sur les positions des forces loyalistes.


Nouveau commandement des opérations

Mercredi, l'OTAN a pris le relais et a commencé à prendre en main le commandement des opérations aériennes de bombardements menées jusqu'ici par les États-Unis. En ce 12e jour d'intervention, le Pentagone a fait savoir que le cap des 2.000 sorties aériennes avait été franchi, dont 60% par des avions américains.


Les rebelles font marche-arrière

Mercredi, les rebelles ont dû faire marche arrière et les forces du régime libyen se sont ré-emparées du site pétrolier de Ras Lanouf. Et selon les rebelles, Brega serait aussi tombé aux mains de l'armée gouvernementale dans l'après-midi. Les insurgés se replient donc de plus en plus vers l'Est devant les forces loyales du colonel Kadhafi. Le chef de la diplomatie ne supportait d'ailleurs plus les attaques faites par le régime contre son peuple selon un des ses proches. Moussa Koussa a démissionné du gouvernement mercredi soir, il avait déjà pris la fuite depuis lundi en se rendant en Tunisie. Mercredi il s'est envolé pour Londres, où il espère trouver refuge.

 

Sur le blog de Coco Magnanville on peut découvrir des informations très troublantes au sujet d'un certain citoyen américain du nom de Khalifa Hifter...



http://www.mcclatchy.com/static/images/logo.jpg


Un ex-officier de l’armée de Kaddhafi a été envoyé pour diriger les rebelles libyens  appuyés par l’ONU, les Etats-Unis et la coalition.  Hifter depuis vingt ans vit dans la banlieu de la Virginie « où il s’est établi mais l’ancien officier de Kaddhafi a maintenu des liens avec des groupes restés au pays.  » écrit  Chris Adams l’auteur de l’article. Une connaissance de Khalifa a dit à Adams que  » on ne savait pas ce que faisait réellement Hifter pour nourrir sa nombreuse famille ».


D’où il ressort que  monsieur Hifter est un agent de la CIA ce qui explique son long séjour en Virginie (le bureau central de la CIA se trouve en Virginie). En  1.996, le Washington Post a informé qu’un Colonel Haftar (une variation de Hifter) était arrivé aux Etats-Unis.  Et qu’ il était le leader d’un groupe de «contra» établi aux Etats-Unis,  l’Armée dénommée Nationale Libyenne, a alors indiqué l’organisation The Wisdom Fund.


 Ce groupe est appuyé par les Etats-Unis et des installations d’entraînement leur ont été données aux Etats-Unis. Il est probable  que le groupe du Colonel Haftar opère en Libye avec la bénédiction de notre gouvernement, souligne le journal.

 

C'est bien gentil, mais la presse américaine qui dévoile des conspirations de son propre gouvernement me laisse un peu perplexe, voyons voir ailleurs ce qu'en disent les italiens...

 

http://www.ilmanifesto.it/fileadmin/templates/img/logo.gif

 

Alors que le président Obama a réaffirmé qu’aucune force terrestre américaine (étasunienne) ne participe à la campagne de Libye, des groupes  d’agents de la Cia opèrent en Libye depuis plusieurs semaines » : révélations hier du New York Times. Les agents, dont le nombre est inconnu, sont ceux qui « avaient déjà travaillé à la centrale de l’agence d’espionnage à Tripoli » et d’autres arrivés plus récemment.  Kadhafi avait autorisé la CIA et d’autres agences étasuniennes, en 2003, à opérer en Libye pour contrôler qu’il avait bien renoncé à son programme nucléaire militaire et transférer hors du pays des instruments et projets pour la bombe. Ces agences mêmes ont ensuite « renoué leurs liens avec les informateurs libyens », quand « il y a plusieurs semaines, le président Obama a secrètement autorisé la Cia à fournir des armes et autres formes de soutien au rebelles libyens ».

  

Les groupes de la Cia, qui opèrent en Libye dans le cadre d’une « force ombre » dont font partie des agents britanniques et autres, véritables « troupes terrestres ombre », en contradiction avec la Résolution 1973, ont deux tâches. Avant tout, « contacter les rebelles pour comprendre qui sont leurs leaders et groupes d’appartenance ». L’amiral James Stavridis, qui commande les forces étasuniennes et OTAN en Europe, a déclaré, dans une audition au Sénat, que des indices existent d’une présence Al Qaeda parmi les forces anti-Kadhafi. Il convient donc de fournir armes et entraînement aux groupes fiables, c’est-à-dire utiles aux intérêts des Etats-Unis et de leurs principaux alliés (France et Grande-Bretagne), à l’exclusion de ceux qui n’offrent pas de garanties suffisantes. La France s’est déjà déclarée disponible à fournir des armes et, pour l’entraînement, des forces spéciales britanniques sont déjà en Libye.

   

En même temps, les agents étasuniens et alliés ont la mission de fournir aux pilotes des bombardiers les coordonnées de objectifs à frapper, surtout dans les zones urbaines, qui sont signalés avec des pointeurs laser portables. Les données transmises par les agents sont alors intégrées à celles recueillies par les avions espions de divers types (Global Hawk, U-2, Jstars, Rc-135) qui depuis des semaines, avant les attaques aériennes et navales, ont survolé en continu la Libye pour repérer les objectifs. Particulièrement important le rôle des Global Hawk, les avions télécommandés qui décollent de Sigonella (Sicile), dont les informations sont transmises au centre de commandement. Celui-ci envoie les données à un avion Awacs, venant de Trapani (Sicile), qui les transmet aux pilotes des bombardiers. Prêts à partir aussi les Predator, les drones utilisés en Afghanistan et au Pakistan, armés de missiles. L’enquête du New York Times montre ainsi que les préparatifs de guerre avaient commencé bien avant l’explosion du conflit intérieur et avant l’attaque USA/OTAN, et que les opérations guerrières ne sont pas seulement ce qui apparaît aujourd’hui à nos yeux. On ne sait pas si l’Italie aussi (et la France) fait partie de la force ombre qui opère en Libye. Mais le président Obama, en exprimant au président Napolitano et au premier ministre Berlusconi sa profonde appréciation pour « l’appui résolu aux opérations de la coalition en Libye », reconnaît la « compétence » de l’Italie dans la région. Indubitable compétence, acquise depuis que les troupes italiennes, il y a un siècle, en 1911, débarquèrent à Tripoli.

 

il manifesto du 1 avril 2001

 

Même son de cloche, mais c'est où alors qu'il est mon SarkoGame à moi dans tout ce foutoir que je commence à plus rien y comprendre ?

On va demander à Hugo Chavez ce qu'il en pense, ça permettra peut-être d'y voir plus clair...

 

 

 

 

Effectivement ça calme un peu l'idée d'une coalition qui interviendrait en faveur du peuple libyen dont elle ne s'est jamais souciée jusqu'à présent.

 


Maintenant penchons-nous sur l'avis de Dieudonné qui risque fort de choquer certains mais qui a toutefois le mérite d'être écouté avec la plus grande attention...

 

 

 

Ça picotte un peu, vous ne trouvez pas...

Alors, Dieudonné extrêmiste ou réaliste ?

 

Voici la réponse de la jeune étudiante, Hélène Monnier que je trouve particulièrement pertinente :

 

C'est ahurissant, étonnant et détonnant !


Tel un couperet, la nouvelle est parvenue sur tous les téléscripteurs des médias. Google Actualités foisonnent de liens relatifs au voyage discret mais devenu médiatique de l'humoriste que tout le monde nous envie, Dieudonné M'bala M'bala, à Tripoli, en Libye où, il aurait rencontré le leader libyen Mouammar Kadhafi, la nuit d'hier. C'est la consternation chez les va-t-en-guerre. Bernard-Henri Botul va probablement nous gratifier, dans Le Point, d'une belle analyse sur le pourquoi du comment l'humoriste français le plus talentueux, n'ayons pas honte de le dire, s'est rendu en Libye.

Toujours sur les pas de BHL, pour dénoncer ce qu'il nomme imposture, l'humoriste Dieudonné est donc allé à Tripoli sous les bombes, pour dénoncer la désinformation. Il a profité de son séjour, lors d'une conférence de presse, pour brocarder les journalistes. Selon lui, ces derniers, avec leurs plumes, mentent. Il a ainsi qualifié leurs stylos de tanks. Pas avare de formules, hirsute, avec sa barbe pour son spectace Mahmoud qui triomphe actuellement au théâtre de la Main d'Or, à Paris, l'enfant terrible du show biz français, trouve toujours le temps de s'engager.

Aujourd'hui, après avoir dénoncé le mensonge de BHL relatif à la lapidation supposée dont était, selon lui, victime Sakineh, Dieudonné veut démontrer qu'une fois de plus, le philosophe ment et ne sert que les intérêts d'Israël. Une fascination antisioniste qui frise parfois l'antisémitisme. Néanmoins, vu le nombre de procès gagnés par l'humoriste, il n'est pas vraiment crédible, aujourd'hui, de l'accuser d'antisémitisme tellement, les abus sont légions, n'en déplaise aux esprits chagrins qui veulent toujours avoir un ennemi de l'intérieur.

 

Voila de quoi remettre un peu tout ce beau monde à leur place et de les ridiculiser un peu plus qu'ils ne le sont déjà tel Claude Guéant se croyant encore à l'époque des Croisades :

«  Le monde entier s'apprêtait à contempler à la télévision des massacres commis par le colonel Kadhafi, heureusement, le président a pris la tête de la croisade pour mobiliser le Conseil de sécurité des Nations unies et puis la Ligue arabe et l'Union africaine ».

 

 

 

Alors que pouvons penser de tout ça maintenant que nous sommes tous convaincus qu'il n'y a aucune volonté mondiale à soutenir la révolte du peuple libyen mais bel et bien une intention manifeste de s'approprier les ressources naturelles du sous-sol de la Libye.  On voit mal comment Sarközy peut se sortir de ce qui va certainement sonner la fin de sa carrière politique en France, dont il n'a cure car il a bien d'autres objectifs outre-Manche ! Comment faire avaler cette énorme couleuvre aux français quand ce président vient de passer quatre ans à pourchasser les roms et les Sarrazins hors de nos frontières et justifier qu'il aurait un intérêt soudain pour les musulmans de Libye ?

 

Cette question m'amène à une cette nouvelle réflexion : et si tous ces chefs d'États nous mentaient ?

Bien évidemment ceci n'est pas une réflexion mais une évidence.

Alors observons un peu toutes ces révoltes qui se sont déroulées au Maghreb depuis la fin de l'année dernière pour mieux comprendre un plan qui est beaucoup plus ambitieux que ce l'on cherche à nous faire croire.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/226809Ammar.jpgTout a commencé avec la Tunisie qui a vécu une authentique révolte mais rappelons-nous tout de même que Ben Ali a pu sauver ses fesses grâce à l'intervention du général Rachid Ammar qui était théoriquement limogé, dont on se demande pour quelle raison il traînait encore dans le palais présidentiel le 14 janvier pour annoncer au dictateur tunisien que selon les directives de l'administration Obama qu'il venait d'avoir au téléphone, il lui conseillait vivement de profiter d'un créneau aérien de trois heures pour s'enfuir. Par la suite le peuple tunisien méfiant à l'égard de toute ingérence yankee a obtenu la démission et la dissolution entière du parti totalement corrompu le RCD.

 

Voyons un peu maintenant la révolte égyptienne avec un peu plus de recul. Moubarak a été chassé du pouvoir et remplacé "provisoirement" par un gouvernement militaire, formé et armé par les étasuniens. Quelle victoire ont réellement obtenu les égyptiens ? Une promesse d'élection "démocratique" pour juillet 2011. A noter une fois encore l'intervention de Barrack Obama en personne qui a sommé le dictateur Moubarack de quitter ses fonctions.

 

Nous voici maintenant avec ce qui aurait pu passer pour une révolte en Libye si certains personnages de l'ombre n'avaient pas sous-estimé la détermination de Kadhafi et les gigantesques moyens financiers dont il dispose afin d'armer sa garde gouvernementale. Orchestrer une révolte en Libye est bien plus compliqué qu'il n'y parassait avec un tel psychopathe à la tête de cette nation prête à se sacrifier pour son guide. C'est au moment précis où les insurgés perdaient une à une les villes prisent aux mains des pro-Kadhafi que les masques sont tombés pour révéler les visages de Barrack Obama, David Cameron et Nicolas Sarkozy et que ce conflit est passé d'une guerre civile à une guerre bien plus différente qui nous rappelle tristement celle qui s'est déroulée en Irak. Le vieux Didishnikov avait bien raison !

 

Observons maintenant la carte de l'ensemble des pays où il n'est pas bon d'aller prendre ses vacances pour un bon moment...

http://img4.hostingpics.net/pics/762886CarteRvoltesLib.jpg

Aucun regret, de toutes façons je n'ai pas les moyens financiers de quitter la France et bientôt plus ceux pour pouvoir y rester !


Schématiquement nous avons les pays où ça barde sérieusement en orange vif, en orange clair là où les "révoltes" sont déjà passées et en rouge les pays en pleine guerre.

Imaginez juste un tout petit peu que si tous ces pays en orange étaient infiltrés par des agents de la CIA (de l'ombre comme il est précisé plus haut) incitaient, finançaient et armaient ces pays, qui devraiendrait le roi du pétrole ? C'est juste une idée comme ça, pour voir...

On est en train d'assister à une gigantesque colonisation yankee sans même s'en rendre compte avec pour objectif ultime en finir avec l'Arabie Saoudite et surtout : L'IRAN, l'ennemi juré des yankees !

C'est y pas plus clair maintenant ?

Dommage pour Sarközy et son rêve de croisade qu'on y aurait presque cru, c'est pas comme ça qu'il va remonter dans les sondages.

On ne peut pas être à la fois candidat pour les présidentielles en France et œuvrer pour les intérêts de la CIA et des sionistes.

 

 

http://img4.hostingpics.net/pics/506278WarGame.jpg

 

 

 

 

 

Sources : coco magnanville, New York Times, The McClatchy Company, Il Manifesto, Youtube


Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Mensonges et vérités
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 16:21

http://img10.hostingpics.net/pics/700372Parisenligne.jpg

Paris gagnés pour la corruption !
Les jeux d'argent riment toujours avec maffia...


Moins d’un an après l’ouverture à la concurrence du marché des paris sportifs en ligne, menée tambour battant pour coïncider avec le début de la Coupe du monde, le bilan apparaît encore plus négatif que prévu. Sur le plan économique, la clientèle n’est pas au rendez-vous, puisque après un démarrage poussif, les chiffres publiés par l’Arjel, l’autorité de régulation, indiquent un fort “décrochage” en début d’année. Alors que les paris hippiques se maintiennent et que le poker confirme son succès, le sport ne représente qu’un quart du produit brut des jeux en ligne - dont à peine plus de la moitié pour le football, attendu à un bien meilleur rang. Les opérateurs, tous déficitaires et qui voient certains d’entre eux renoncer, vont crescendo dans leur dénonciation d’une fiscalité désavantageuse et d’un taux de retour aux joueurs plafonné à 85%. En bonne logique, leur modèle économique s’avérant inadapté, ils réclament que la loi s’adapte.


ALERTE INTERNATIONALE

Du côté des pouvoirs publics comme des pouvoirs sportifs, un leitmotiv est devenu obsessionnel ces derniers temps: corruption. En début de mois, le Comité international olympique a réuni à Lausanne tous les acteurs concernés par la lutte contre les paris illégaux. En dépit d’une analyse alarmiste de la situation, il est apparu au terme de cette réunion que la création d’une agence mondiale anti-corruption devrait attendre. Pourtant, comme l’a affirmé Chantal Jouanno à cette occasion, “il est incontournable d’avoir une organisation internationale, rattachée à une organisation existante, pour partager les informations entre mouvements sportifs, opérateurs et États. Sinon, on cherchera une aiguille dans une botte de foin”. Au sein même de l’Union européenne, la disparité des législations, la difficulté à les appliquer, l’absence de données centralisées et la prolifération des sites - près de 15.000, dont 85% opéreraient sans licence - donne une idée du problème et des boulevards qui s’ouvrent pour l’industrie de la fraude.

 

Si les paris illégaux sont souvent désignés comme le principal, voire le seul, foyer de corruption, les paris légaux posent exactement le même problème en favorisant eux aussi la corruption: les fraudeurs peuvent truquer les rencontres et utiliser les circuits légaux pour miser. Depuis la saison passée, plusieurs affaires de corruption ont éclaté et les spécialistes diagnostiquent une recrudescence des rencontres douteuses. Le directeur de Sportradar, prestataire de la FIFA, de l’UEFA ou de la LFP, estime que “sur 30.000 matches européens par an, 3.000 sont suspects”, soit 10%… 


PLUSIEURS TEMPS DE RETARD

On découvre alors que les autorités ont attendu de voir ce qui allait se passer pour réfléchir à des mesures de prévention et de sanction. La France “ne dispose pas d’instrument dédiés afin de rechercher, d’identifier et de traiter efficacement ce type de fraude sportive”, constate le rapport remis en début de mois par Jean-François Vilotte, président de l’Arjel. Ainsi, rien n’est prévu pour s’assurer que les parties prenantes (joueurs, entraîneurs) respectent l’interdiction de jouer, et l’on s’inquiète seulement maintenant de mener des campagnes d’information auprès des sportifs. Le financement de la lutte contre la corruption apparaît insuffisant et, sans surprise dans notre pays, la question des conflits d’intérêts n’a pas été pensée ni anticipée - concernant par exemple les sociétés qui assurent à la fois l’élaboration des cotes et la surveillance des paris suspects. Constatant l’absence de sanction pénale actuelle, le gouvernement envisage la création d’un délit de fraude sportive, et d’un groupement d’intérêt public (GIP) pourrait être chargé de la surveillance électronique des paris. De son côté, la Commission européenne publie un livre vert et lance une vaste consultation sur les jeux en ligne.

La libéralisation des paris en ligne devait fatalement ouvrir des marchés à la corruption organisée. Pourtant, les autorités s’en inquiètent seulement maintenant, en semblant prendre très tardivement la mesure du péril. Non seulement la manne économique, à part pour les clubs professionnels qui y ont glané de nouveaux sponsors et touchent un “droit au pari” (1% des mises sur les compétitions), n’est pas au rendez-vous, mais les risques pour l’intégrité des compétitions se trouvent démultipliés. Personne ne gagne rien aux paris sportifs… Seul motif de satisfaction, toute relative: les conséquences sanitaires de l’addiction au jeu seront peut-être moins importantes. Mais le sport, lui, se retrouve avec un grave problème à gérer, sans en avoir les moyens.

 

UNE LOI BIEN CONTROVERSÉE

La loi sur les paris sportifs promulguée le 13 mai 2010, préparée sous la houlette d'Eric Wœrth, alors ministre du budget, a été instruite dans l'urgence pour être prête pour la Coupe du monde de football censée provoquer un afflux de paris. L'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) a été immédiatement constituée pour délivrer les premiers agréments. Aujourd'hui, elle en a attribué 40 (21 pour le poker, 12 pour les paris sportifs et 7 pour les paris hippiques) répartis entre 30 opérateurs. Ainsi, la société Mangas Gaming, codétenue par Stéphane Courbit et la Société des Bains de mer, en détient quatre : trois au titre de BetClic et un au titre d'Everest Poker. De son côté, Bwin en a décroché quatre, deux sous son nom et deux avec Sajoo la société dont elle détient 45 % du capital, le solde appartenant au groupe Amaury, éditeur de L'Equipe. Enfin, le PMU et EurosportBet, filiale de TF1, en possèdent trois. L'Arjel a aussi prononcé quelques dizaines de mises en demeure de sites illégaux.

 

Mangas Gaming est aux avant-postes des sociétés qui jugent le cadre réglementaire insatisfaisant. "Il faut que l'ensemble du spectre des jeux soit ouvert. Il faut finir le travail et autoriser les jeux de casinos, de grattage et les loteries en ligne", affirme Nicolas Béraud, directeur général de Mangas Gaming avant d'ajouter : "Aujourd'hui il est structurellement impossible de gagner de l'argent en France." Une position partagée par Carlo Costanzia, patron de Bwin en France qui met en cause "le taux de retour au joueur fixé à 85 %, la fiscalité mais aussi le droit au pari".

 

"Avant de critiquer la loi, il faut d'abord l'appliquer. Certains ne l'ont pas respectée. Dans la loi, il y avait obligation pour les sites illégaux d'effacer leur base de données de clients. Or, nous avons constaté qu'elles ont été réactivées automatiquement ou quasi automatiquement. Il y a donc eu distorsion de concurrence. Ce ne sont pas de nouveaux entrants", affirme Philippe Germond, PDG du PMU.

 

Source : LeMonde.fr

 


L'avis du Papy : ***

 

L'objectif de Nicolas Sarkozy n'était visiblement pas de lutter contre la corruption, bien au contraire...

L'empressement qu'il a manifesté pour que cette loi soit en place avant la Coupe de Monde de football en 2010 démontre un certain intérêt à partager un gâteau de plusieurs milliards d'euros avec des opérateurs triés dans son répertoire personnel frappé des lettres d'or Fouquet's... un bien mauvais pari !

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Economie
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 15:20

http://img10.hostingpics.net/pics/663921censure.jpg

 

http://img10.hostingpics.net/pics/686164MahmoudalYoussef.jpgLes autorités ont libéré, jeudi 31 mars, le blogueur Mahmoud Al-Youssef, dont l'arrestation avait été dénoncée par le département d'Etat américain. M. Youssef a été remis en liberté "après avoir été interrogé jeudi par les autorités compétentes", a déclaré un porte-parole officiel dans un bref communiqué, publié dans la nuit de jeudi à vendredi par l'agence BNA. Le porte-parole n'a donné aucune précision sur les raisons ou la durée de l'arrestation du blogueur ni sur les circonstances de sa libération.

L'arrestation de M. Youssef avait été dénoncée mercredi par un porte-parole du département d'Etat américain, Mark Toner. "Nous sommes très préoccupés par son arrestation, c'est un blogueur important et respecté", avait-il dit. M. Toner avait également évoqué l'interpellation de "deux autres militants sur Internet" qui auraient critiqué la situation dans le pays, un allié des Etats-Unis.
 

"Nous espérons que la décision du gouvernement bahreïni d'arrêter des blogueurs et des militants sur Internet ne rendra pas plus difficile la reprise d'un dialogue national", avait-il ajouté. Bahreïn a été le théâtre de la mi-février à la mi-mars d'une forte contestation dominée par les chiites qui forment la majorité de la population autochtone. Selon les autorités, les troubles ont fait au moins 24 morts.

 

 

 

Source : LeMonde.fr

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 06:06

 

Michel Peyret
1er avril 2011

 

 

 


  LE COMMUNISME DE DANIEL BENSAÏD
par Michel Peyret

 

  


 

«Comment définirais-tu ton communisme ?»

 

C'est Franck Gaudichaud, Docteur en Sciences Politiques, qui interrogeait ainsi Daniel Bensaïd le 11 avril 2007, c'est-à-dire quelques jours avant les précédentes élections présidentielles

 

« Nous sommes face au défi d'une reconstruction sociale et politique », cette citation était le titre donné à l'entretien entre le philosophe et Franck Gaudichaud, elle donnait l'ampleur de l'enjeu.

 

 

LE DÉFI D'UNE RECONSTRUCTION SOCIALE ET POLITIQUE

En regard de la situation actuelle, déjà proche de la prochaine consultation, cet entretien ne manque pas d'intérêt, et sur plusieurs plans.

 

Le chemin parcouru depuis, face au défi qu'analysait alors Daniel Bensaïd, est révélateur et instructif.

 

Chacun, bien évidemment, pourra en tirer des enseignements personnels, mais certainement serait-il également profitable qu'un débat plus collectif puisse s'instaurer, certainement sous différentes formes.

 

Pour ma part, dans un premier temps, je poserais cette question : quelle peut être la place de l'élection présidentielle dans les cheminements qui conduisent au nécessaire changement de société quand 72% des salariés français considèrent le capitalisme comme négatif, même à entendre que ces 72% ne soient pas tous convaincus de la nécessité d'en finir avec le système capitaliste ?

 

 

UN RAPPORT DU FMI

Pour donner le ton, mettre en évidence des enjeux nouveaux, l'entretien était précédé d'une introduction de Charles-André Ury de « A l'Encontre » qui reproduit l'entretien.

 

Ce dernier présentait notamment quelques données du rapport du FMI daté lui aussi d'avril 2007.

 

« Lors des deux dernières décennies, les marchés du travail dans le monde se sont intégrés de façon croissante...Les changements politiques et les réformes économiques ont transformé la Chine, l'Inde et l'ancien bloc des pays dits de l'Est, intégrant leurs forces de travail dans les économies ouverte de marché... »

 

 

UN MARCHÉ DU TRAVAIL BOULEVERSÉ

Le rapport poursuivait : « En même temps, le développement de la technologie, combinée avec la levée progrssive des restrictions sur le commerce frontalier, comme sur les flux de capitaux, a rendu possible aux procès de production d'être déligotés et d'être localisés de manière plus éloignée de leurs marchés cibles, cela en vue d'une croissance universelle des biens et des services. La localisation de la production est devenue bien plus réactive aux coûts relatifs du travail d'un pays à l'autre. Il y a aussi eu des courants croissants de migrants passant les frontières, empruntant aussi bien des voies légales qu'informelles... »

 

« Or, dit Charles-André Ury, le prolétariat, au sens réel du terme, est modelé par une histoire nationale, plus exactement par l'histoire de la formation sociale qui lui a servi de creuset. Cette configuration du salariat, prenant en compte les migrants, s'effectue dans un cadre nouveau, dont les traits se transforment d'année en année. »

 

 

QUEL CHAMP POLITIQUE NATIONAL ?

« Le "champ politique national", poursuit-il, tout en gardant une certaine importance (physiologiquement difficile à délimiter), ne jouera plus le même rôle que par le passé, y compris sur le plan stratégique.

 

« C'est, entre autres, dans ce vide référentiel spatio-politique – accentué par le néo-corporatisme syndical et la bourgeoisification des organismes sociaux-démocrates -, que les droites nationales peuvent prendre leur essor et capter une base populaire, en menant une véritable offensive politique et culturelle sur tous les terrains. On va en voir les résultats, en France, au lendemain du 22 avril.(2007)

 

Pour Charles-André Ury, on ne peut en rester à la surface des choses... On ne peut que partager le point de vue de Daniel Bensaîd disant que « quel que soit le problème majeur...on tombe inévitablement sur les questions de propriété... »

 

 

CHANGER LE MONDE EST PLEINEMENT ACTUEL

Pour Daniel Bensaïd, justement, l'idée de la révolution finalement, avec ou sans le mot, n'est pas très difficile à défendre aujourd'hui. Ce qui fait peur, en général, c'est l'association de l'idée de Révolution à celle de violence. En revanche, si on entend par « révolution », la nécessité de changer le monde et, plus précisément, de changer les rapports sociaux, la logique de production et de distribution, cette notion demeure pleinement actuelle...

 

Le doute porte beaucoup plus sur les voies et les moyens. Autrement dit : est-ce qu'il existe des stratégies pour atteindre ce but qui soient valides dans le cadre de la mondialisation ? Une interrogation est donc celle des effets de la mondialisation sur la réorganisation des espaces politiques : car changer le monde, ce n'est pas une idée planante, cela s'inscrit dans des territoires et des rappots de force.

 

 

QUEL CHAMP STRATÉGIQUE ?

« Le champ stratégique dominant du 20ème siècle, dit-il, a été celui de l'Etat-Nation et il n'est pas obsolète...

 

« En même temps, ces espaces nationaux qui ont gardé une pertinence stratégique, sont maintenant étroitement imbriqués dans ce que j'appelle « une échelle mobile des espaces »: régionaux, nationaux, continentaux, voire mondiaux, suivant les thèmes et les questions abordées.

 

« L'Etat reste un des noeuds des rapports de force, mais les rapports de pouvoir économique et politique se sont redéployés sur le plan spatial. »

 

Polémiquant avec Badiou quant à l'idée de communisme, Daniel Bensaïd affirme qu'il a une sympathie pour cette pensée à contre-courant de l'ordre libéral, mais il convient que l'interprétation qui est celle de Badiou est proche d'une sorte de « métaphysique du communisme », plus proche d'une conception miraculeuse de l'évènement.

 

 

QUEL COMMUNISME ?

« Mais, dit-il, cette matrice théorique rend difficile ce que, pour ma part, je considère comme une démarche politique, d'accumulation des forces et d'inscription dans la durée. »

 

C'est alors que Daniel Bensaïd est invité à définir son communisme, y compris en le résumant quelque peu. «

 

« Tout d'abord, une conception dynamique : le communisme n'est pas une utopie et un état des lieux dont on pourrait faire l'inventaire.

 

« Il est plutôt « le mouvement réel qui abolit l'ordre existant », comme disait Marx. Cette définition est certainement insuffisante, car trop « élastique », mais elle a le mérite d'être cohérente et elle répondait à la polémique avec les théories utopistes des années 1830/1840...

 

 

LES FAUSSES PISTES

« Notre époque, dit-il, possède certaines similitudes avec ce contexte de réaction du début du 19ème siècle...

 

« Et la critique des socialismes utopiques de la dernière partie du Manifeste communiste est, en ce sens, d'une certaine actualité.

 

« Le « socialisme féodal » décrit par Marx, courant qui cherche à retrouver un temps pastoral imaginaire de la société médiévale, se retrouve dans certains courants contemporains de l'écologie, notamment de « l'écologie profonde ».

 

« De même, le « socialisme vrai » ou « philanthropique » se retrouve au 21ème siècle, accompagné par un sentiment d'impuissance politique, par exemple au travers de la vogue du micro-crédit.

 

« Non qu'il faille diaboliser le micro-crédit, mais de là à le présenter comme la réponse enfin trouvée au développement du tiers-monde ou à en faire l'apologie comm le fait Paul Wolfowitz....*

 

« On pourrait multiplier les exemples.

 

« Et il y a aussi les utopies libertaires contemporaines, comme il y avait les utopies proudhoniennes à l'époque. Malgré leur intérêt indéniable, ces idéologies ont comme caractéristique commune qu'elles font l'impasse sur la question politique et celle du pouvoir. »

 

 

REGARDEZ LA COMMUNE DE PARIS

« Et à l'autre pôle, on pourrait parler d'une utopie néo-keynésienne qui , elle, essaie – et là aussi on peut y trouver un intérêt réel – de développer des propositions sur le secteur public et le rôle de l'Etat.

 

« Mais, là encore, le maillon politique et la question essentielle des leviers pour y arriver sont absents....

 

« Pour ce qui est de donner une esquisse du communisme et sans chercher à « faire bouillir les marmites de l'avenir », on peut regarder la Commune de Paris. Engels dit : si vous voulez savoir ce qu'est la dictature du prolétariat, regardez la Commune de Paris. Et qu'est-ce que la Commune ? Le suffrage universel, le pluralisme, la révocabilité des élus, l'appropriation sociale, la suppression de l'armée de métier, et...l'absence de Président de la République !

 

« Finalement, quel que soit le problème majeur que l'on désire prendre à bras-le-corps (l'écologie par exemple), on tombe sur les questions de la propriété. »

 

 

MARX RESTE UN GROS MORCEAU

Franck Gaudichaud fait alors remarquer que, dans ses écrits, Daniel Bensaîd se revendique d'un courant « chaud » du marxisme, un marxisme vivant et dialectique, alors que nombreux sont les intellectuels, y compris parmi les critiques du capitalisme, qui parlent désormais d'une « ère post-marxiste », ou réduisent l'apport de Marx à celui d'une « boîte à outils » théorique parmi tant d'autres...

 

Daniel Bensaïd rétorque qu'il s'agit de choses sérieuses et qu'il y a parfois un peu de légèreté dans la façon de les traiter de la part des intellectuels : Marx reste « un gros morceau ».

 

« Certes, dit-il, on peut le dépasser, il n'est pas éternel...

 

« Mais, selon moi, le noyau dur de sa théorie critique est d'une terrible actualité, qu'on la prenne sous l'angle de la mondialisation, de la théorie de la valeur, de la crise de la mesure.

 

« Et ceci pour une raison de bon sens : ce que Marx a analysé à l'état naissant, à partir du capitalisme européen au 19ème siècle, est devenu la loi de la planète...Et je ne vois encore aucun théoricien qui se soit confronté à cette théorie critique pour la dépasser effectivement, que cela soit Castoriadis, certains libéraux ou d'autres...

 

 

LES SYSTÈMES THÉORIQUES, L'INTERVENTION DES PEUPLES

« Derrière ces tentatives, poursuit Daniel Bensaïd, il y a un débat épistémologique sur le rejet ou la crainte des systèmes ou théories de la totalité. C'est vrai, il y a des totalités ouvertes ou seulement partielles, mais ce n'est pas une raison pour évacuer la pensée ses systèmes...

 

« C'est vrai que, dans l'histoire, les universalités abstraites ont pu servir d'alibi à l'oppression coloniale, nationale, de genre, etc...

 

« Mais les opprimés ont su donner un contenu concret aux « universalisables » que sont la liberté, l'égalité des droits, la tolérance.

 

« Et de Toussaint Louverture à Olympe de Gouge, ils ont su s'en emparer pour leurs luttes émancipatrices... »

 

 

L'INTELLECTUEL DE LA CLASSE SOCIALE

Interrogé alors sur le rôle, ou sur les rôles, que peuvent tenir les intellectuels dans ces affrontements idéologiques, théoriques, politiques..., Daniel Bensaïd évoque la formule de l'intellectuel organique rejetée par Bourdieu par exemple et montre qu'il s'agissait en fait du rejet de la tradition stalinienne où l'intellectuel est un faire-valoir pétitionnaire du parti.

 

« Mais, dit-il, pour Gramsci, l'intellectuel organique n'est pas forcément un intellectuel professionnel. Il est avant tout l'intellectuel que produit une classe sociale dans son développement, comme a pu le faire le mouvement ouvrier au 19ème et 20ème siècles, avec d'innombrables intellectuels organiques ouvriers... »

 

Aussi, dit-il, on se retrouve aujourd'hui avec une collection de spécialistes, souvent compétents, mais complètement décrochés du projet politique militant. Il n'y a pas coagulation autour d'une force, autour d'un projet commun. Nous sommes alors face au risque d'une technocratie intellectuelle, d'une expertise, voire d'une contre-expertise qui finit par avoir les mêmes défauts que l'oligarchie qu'elle conteste... »

 

Daniel Bensaïd évoque son choix personnel et ses relations avec Besancenot...

 

 

LE PARTI, LE RISQUE DE BUREAUCRATISATION

On y vient donc très naturellement.

 

Je sais, dit-il, que l'idée de parti est très discréditée : le parti serait la bureaucratie, l'autorité, la hiérarchie, la discipline, etc...

 

« Tous ces dangers sont réels, mais la bureaucratisation n'est pas limitée à la forme du parti. Depuis Max Weber, on sait que c'est une tendance lourde des sociétés contemporaines, qui s'exprime aussi bien dans les syndicats, dans l'administration, dans les ONG et dans divers collectifs.

 

« Dans ces conditions, et paradoxalement, la forme de parti est plutôt une protection et une défense démocratique contre le danger bureaucratique...Car une organisation politique, si l'on reste vigilant, permet de se créer un espace de débat démocratique, où les militants se dotent de moyens de discussion qui ne dépendent pas – ou ne devraient pas dépendre – des puissances d'argent ou de la pression médiatique... »

 

 

LA CRISE DE RÉGIME

Bien évidemment, le débat, l'entretien, en viennent à la situation politique en France, à l'offensive libérale brutale, aux mouvements sociaux importants, à l'évocation d'une crise de régime de la 5ème République, cela à la veille d'élections présidentielles.

 

« Il y a bien une crise de régime, dit Daniel Bensaïd, l'héritage idéologique et le système institutionnel issus du gaullisme sont en pleine décomposition.

 

« Les deux piliers de se système, c'est-à-dire le gaullisme comme force politique dominante, et le Parti communiste (PC) dans ses années de prospérité, sont en crise...

 

 

UN PAYSAGE POLITIQUE TRANSFORMÉ

« Nous sommes donc face à un paysage politique transformé.

 

« Les raisons de cette transformation sont évidemment à chercher d'abord dans les rapports sociaux.

 

« Certains pans de la société se sont réduits, voire écroulés, notamment ceux qui alimentaient la base sociale du PC. Il faut rappeler que l'électorat communiste représentait en France jusqu'à 25% des votes exprimés (en 1969). Même dans les couches moyennes, il semble que le PS et la social-démocratie perdent une parti de ses appuis électoraux, dont les enseignants.

 

« Au travers des privatisations et de la contre-réforme libérale, toutes les valeurs du service public, de la fonction d'Etat, qui ont été un des ciments de ses appuis, sont remis en cause...Ce contexte régressif créée un phénomène de dés-affiliation sociale, d'atomisation, alimenté par les politiques de flexibilisation du travail, d'individualisation des salaires, de destruction des solidarités et des sécurités sociales au profit des intérêts privés. »

 

 

LA DISSONANCE

Daniel Bensaïd montre que sur le plan électoral cela entraîne un phénomène que les politologues nomment la « dissonance », c'est-à-dire un éart grandissant entre les partis et les électorats, tout comme un lien de plus en plus aléatoire entre les deux...

 

« Globalement, poursuit-il, les institutions de la 5ème République représentent le type même de l'héritage bonapartiste.

 

Marx, dit-il, désignait la France comme fondatrice de ce type de fonctionnement politique, que l'on retrouve de Napoléon Premier à De Gaulle, en passant par Mac-Mahon et Clemenceau. D'ailleurs, si Sarkozy gagne, on risque d'avoir pour 5 ans « Napoléon le tout petit. »...

 

« Soit, dit-il, il ne touche pas à la structure institutionnelle et poursuit l'idée d'instaurer un régime présidentiel classique marqué par le bipartisme. Ce choix implique d'exclure davantage ceux qui ne se sentent pas représentés par le système actuel puisqu'il exclut de fait près de la moitié de l'électorat de toute représentation. »

 

 

INTRODUCTION DE LA PROPORTIONNELLE

« L'autre voie possible serait celui d'une réforme de scrutin, limité à l'introduction de la proportionnelle...

 

« Bien sûr, nous sommes favorables à une proportionnelle intégrale, par régions et avec calcul national des restes, pour représenter au plus près la réalité électorale... Mais une réforme institutionnelle véritable devrait, pour être cohérente, supprimer la présidence de la République, le Sénat, accorder le droit de vote aux résidents étrangers, supprimer la tutelle des Préfets sur les Communes, reconnaître le droit à l'autodétermination des départements et territoires d'outre-mer, bref engager un véritable processus constituant !

 

« En France, le fait que les grands partis n'aient pas réussi à imposer un bipartisme qui serait le complément logique de l'évolution vers un présidentialisme fort, est le reflet d'un rapport de force indécis et fluctuant entre les classes. »

 

 

LES RÉSISTANCES, LEURS EFFETS DANS LE CHAMP POLITIQUE

« Nous avons un panorama où les mouvements sociaux perdent, certes, mais ils résistent, ce qui a des effets politiques. Toutes ces résistances d'ailleurs divisent la bourgeoisie sur les manières d'y répondre. Le fait que le leader du centre-droit, François Bayrou, ne se rallie pas à une grande coalition de républicains conservateurs, à l'américaine, rappelle que les contradictions de la société travaillent également le champ politique... »

 

Daniel Bensaïd est enfin questionné sur la possibilité réelle, à moyen terme, pour une grande force anticapitaliste dans l'Europe d'aujourd'hui.

 

« Le possible, dit-il, ne devient pas toujours réel, mais il est une part de la réalité et, historiquement, il y a toujours des possibilités vaincues...

 

 

DES DÉFAITES POLITIQUES

« On a perdu de nombreuses batailles politiques, de différente nature, notamment en 68 et après. Mais il y a surtout une défaite majeure à l'échelle planétaire, c'est la chute du mur de Berlin, même si on ne peut , en aucun cas, regretter la fin du régime bureaucratique soviétique.

 

« Cette défaite, c'est la réintroduction brutale sur le marché mondial, d'un tiers de la force de travail planétaire...

 

« Cela signifie une pression considérable à la baisse sur les conditions de résistances du trravail...

 

« C'est aussi un défi politique où il nous faut redéfinir un horizon stratégique qui s'est effondré. Il nous faut repenser les catégories, car toutes les révolutions du 19 et 20èmes siècles se sont inscrites dans un même dispositif de catégories politiques, qui est né au 17ème siècle : citoyenneté, oui, mais sociale ; guerre, mais populaire;Paris Commune contre Versailles;etc...

 

« Les termes du débat, réforme ou révolution, entre Lénine, Rosa Luxembourg, Kautsky, et d'autres, ne sont pas inintéressants aujourd'hui, mais ils ne suffisent pas. »

 

 

UNE RECONSTRUCTION THÉORIQUE

« Cette reconstruction théorique nécessaire doit affronter le bouillon idéologique de la pensée post-moderne, qui nous raconte la « société en miettes' ou « liquide », et qui entretient la confusion entre épanouissement des individualités et repli individualiste...

 

« Cependant, depuis le début des années 90, il y a un début de ressaisissement. En 12 ans, le paysage s'est recoloré assez vite, mais c'est encore loin du compte.

 

« Personnellement, je ne pensais pas qu'il y aurait des repousses aussi rapides, après l'ampleur du choc de l'offensive néo-libérale. On recommence par le « milieu » comme le répétait Deleuze. Et ce n'est encore qu'un début. »

 

C'était en avril 2007...

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Initiatives citoyennes
commenter cet article
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 06:55

http://img11.hostingpics.net/pics/418620LaStrategie.jpg

 

« Si vous voulez que quelque chose
change, vous devez contribuer
personnellement à ce changement. »

 

Naomi Klein est devenue en quelque sorte le flambeau de la lutte contre un "système mondialisé de prédation économique " depuis le succès de son livre No Logo, publié en 2000.

Elle nous explique très précisément la stratégie machiavélique mise en place et son fonctionnement "brutal" dans "La Stratégie du choc" paru en 2007. Ce best-seller a tellement choqué le réalisateur Michael Winterbottom qu'il a décidé d'en réaliser un film-documentaire qui a été diffusé sur Canal+ mardi 29 mars.

 

Mais avant de vous jeter sur ce documentaire je vous propose de faire plus ample connaissance avec Naomi Klein.

 

http://img11.hostingpics.net/pics/856459naomiklein.jpgNaomi Klein est née à Montréal en 1970, le Canada étant devenu la patrie d'adoption de ses parents, qui avaient fuit les Etats-Unis en signe de protestation contre la guerre du Viêt Nam. Elle est devenue journaliste, écrivain et cinéaste. Le succès mondial de son livre No Logo va lui donner le statut de figure de proue du militantisme altermondialiste.

Dans No Logo, paru en 2000, elle dénonce le cynisme des multinationales qui sous-traitent la confection de leurs produits, essentiellement dans les pays du Sud, où la main d'oeuvre y est bon marché et la réglementation (en matière de sécurité, de droits des salariés, de conditions de travail, de protection de l'environnement,...) quasiment inexistante. De là naît un mécanisme de concentration de ces multinationales, qui imposent un modèle économique engendrant localement une recrudescence des emplois précaires, tout en aliénant les consommateurs à leurs marques. En effet, les gains engrangés par ces multinationales sont utilisés pour développer le marketing à outrance et organiser une véritable guerre pour installer leurs marques dans pratiquement chaque parcelle de la vie de tout un chacun (les écoles ne faisant pas exception).
Le livre aura un véritable succès et fera connaître Naomi Klein dans le monde entier.

En 2004 elle réalise The Take qui raconte le combat de trente ouvriers mis au chômage suite à la crise économique argentine de 2001. Un combat face à leurs anciens patrons et face aux banquiers, pour prendre le contrôle de leur usine et sauver leurs emplois...
 
http://img11.hostingpics.net/pics/786475Choc.jpgLa Stratégie du Choc paraît en 2007 et s'attaque à ce que Naomi Klein appelle le capitalisme du désastre. Pour elle il est évident que ce capitalisme dévoyé profite du moindre désastre naturel, attentat, coup d'état, bouleversement politique, économique ou social, pour imposer des réformes économiques radicales. L'état de stupeur généralisée qui suit ces désastres étant mis à profit, pour réduire drastiquement les prérogatives de l'Etat, faire des coupes sombres dans les dépenses sociales et laisser le champ libre aux multinationales dans leurs activités de captation des richesses, d'exploitation de la main d'œuvre et d'aliénation du consommateur.

 

Un brillant tableau qui permet de nous éclairer de façon évidente sur toutes les conséquences que nous subissons sous la pression des Chicago Boys que Naomi Klein exprime au cours de cette interview :

 


Extrait de l'entretien paru dans Les Inrockuptibles en 2008 :


• Comment l’idée de travailler sur les chocs et désastres vous est-elle venue ?
Noamie Klein : Lors de mes recherches en Irak. L’invasion américaine a clairement permis la thérapie de choc économique menée par Paul Bremer (administrateur du pays de 2003 à 2005) . C’est vrai aussi pour la Banque mondiale après le tsunami, ou l’administration Bush après l’ouragan Katrina. Le titre initial n’était pas The Shock Doctrine mais "Blank is beautiful" ("Le vide est magnifique "), un jeu de mots autour de l’idée qu’un désastre crée un retour à un état vierge qui permettrait la construction d’une nouvelle société.
 
• Vous expliquez que le Chili a joué un rôle important pour la mise en place de ce capitalisme du désastre…
C’est le premier pays à avoir adopté une politique néolibérale. Dans les années 1970, au Chili comme en Argentine, le principal outil utilisé pour imposer une thérapie de choc fut la torture. Il y a un lien entre l’installation de régimes autoritaires de ces pays et la première étape du néolibéralisme. Les idéologues de l’université de Chicago, Milton Friedman et ses « Chicago boys », conseillaient Pinochet. Ils sont complices de la mise en place de la dictature, dont ils ont tiré profit pour tester leurs théories. Dans un premier temps, les seuls pays à les avoir acceptées furent des dictatures qui se faisaient appeler démocraties. Cette première étape a permis la transition de leurs théories en pays démocratiques. En 1985, la Bolivie fut le premier pays sud-américain à adopter la thérapie de choc économique sans être une dictature.
 
• Quelle influence Milton Friedman garde-t-il dans les universités américaines ?
C’est une figure très respectée. En ce moment, ses fans sont soucieux de protéger son héritage. Un étudiant vient de me transférer un mail du président de l’université de Chicago dans lequel il annonçait la création de l’institut Milton Friedman. Il y a deux semaines, l’institut Cato, un think tank de Washington, a décerné le Milton Friedman Freedom Fighter Award, doté de 500 000 dollars, à un étudiant vénézuélien de 23 ans qui est un des principaux organisateurs de la campagne anti-Chavez.
 
• Le capitalisme modéré est-il incapable de proposer des alternatives lors des crises ?
Dans ces moments-là, les propositions alternatives manquent de conviction. Le poète Yeats écrivait « the best lack all conviction, while the worst are full of passionnate intensity » (« les meilleurs manquent de toute conviction alors que les pires débordent d’intensité passionnée »). Ce fut le cas après l’ouragan Katrina. C’est tristement ironique car cette catastrophe est une conséquence du capitalisme : le réchauffement climatique augmente le nombre et l’intensité des ouragans ; les infrastructures de mauvaise qualité écroulées sont les résultats de trente ans de guerre contre la sphère publique. En Europe notamment, certains pensaient que cela allait réveiller la gauche américaine. Mais l’administration Bush et ses amis n’ont pas perdu une seconde pour se saisir de l’opportunité et finir le job : éliminer le secteur public de la Nouvelle-Orléans. Les progressistes ont bien tenté de dénoncer la relation entre l’ouragan et le réchauffement climatique mais ils se sont vu rétorquer : « Ne politisez pas la tragédie ! ». Alors les progressistes ont abandonné la ville. Barack Obama ne s'en est même pas approché.
 
• Quels effets pourraient produire sur la Chine le récent tremblement de terre de la province du Sichuan ?
La Chine, c’est un peu comme le Chili. Ils n’ont pas besoin de crises car ils ont déjà la terreur. Dans le livre, je raconte que le massacre de Tiananmen a constitué un choc pour signifier à la population que les résistants à la dictature seraient écrasés. Le gouvernement a peur des désastres naturels car tout doit être sous contrôle, les désastres comme les manifestations. C’est pourquoi les autorités sont intervenues rapidement après le tremblement de terre. Aujourd’hui, la Chine est le plus grand marché de la surveillance.
 
• Avez-vous l’impression, comme nombre d’observateurs, que le mouvement altermondialiste est en perte de vitesse ?
En 2000-2001, nous pouvions parler d’un mouvement global. Ce moment a changé les choses. En Amérique latine, il est plus fort que jamais. Aux Etats-Unis et au Canada, le mouvement dénonçait l’économie, il est aujourd’hui centré sur la guerre. C’est pour cela que je fais le lien entre les deux dans mon livre. En France, la résistance a toujours été spécifique, dans la continuité de mouvements antérieurs, alors qu’ailleurs le mouvement était mené par des plus jeunes. En même temps, il est vrai que vous avez des mouvements étudiants incroyables. Dans beaucoup de pays, la gauche est tellement faible que cela a permis la création de nouveaux mouvements, ce qui a moins été le cas de la France où la gauche reste forte.
 
• Vos ouvrages font office de manifestes. Assumez-vous ce statut ?
Je ne sais pas où les gens vont chercher cette idée que j’écris des manifestes. La Stratégie du Choc s’attache à raconter l’histoire non officielle. No Logo n’a rien à voir avec un manifeste qui dirait : « Ceci est notre monde parfait ». Ma façon d’être une activiste est de faire du journalisme. Avec mon équipe de chercheurs, nous sommes particulièrement attentifs à ne pas faire d’erreur pour ne pas être poursuivis. Le plus dur n’est pas de dévoiler des documents secrets mais plutôt de passer du temps à lire des documents bancaires très ennuyeux ! Je fais du journalisme à l’ancienne et je suis plus pragmatique qu’utopiste. L’important est de protéger ce qui est bon - nos systèmes publics de santé, d’éducation, les médias indépendants - d’en agrandir les espaces et de faire une société plus humaine.
Aujourd’hui, dans le contexte de la crise alimentaire, il faut se battre contre les grosses compagnies agroalimentaires qui brevètent les semences de céréales adaptées au changement climatique. Sinon on se dirige vers une issue terrifiante : à l’identique de celle de l’épidémie du sida en Afrique, où les gens sont morts parce que les compagnies pharmaceutiques avaient breveté les médicaments. Ils les ont laissés mourir.
 
• Cela vous inquiète-t-il que le réchauffement climatique soit source de profit ?
Il vient de se passer une chose importante en Equateur. Le président de gauche Rafael Correa réclamait une taxe sur les profits des pipelines qui traversent l’Amazonie afin de financer la santé et l’éducation. Or il s’est heurté à l’opposition d’un mouvement indigène très organisé qui réclame le départ des compagnies pétrolières et l’arrêt des extractions. Ce groupe refuse un modèle qui participe au réchauffement climatique, quitte à faire une croix sur une politique redistributive. Ce débat est excitant car il va à l’encontre des réponses actuelles au réchauffement climatique, comme la taxe carbone ou le marché de la pollution.
 
• Vos détracteurs ont critiqué le lien fait entre torture, psychiatrie et économie ainsi qu’une vision complotiste. Que répondez-vous à ces critiques ?
Je n’ai pas inventé ce lien. Ce sont les économistes qui appellent leurs travaux "traitement de choc", "thérapie de choc". Cela fait enrager l’establishment économique que je confronte leurs métaphores à la réalité, mais je ne dis pas que ce sont des tortionnaires. Certains déforment mes déclarations dans le but de me discréditer. Je me suis contentée de mettre en lumière des similarités de pensée entre des stratégies économiques, médicales, psychiatriques et militaires. Sans cette partie, j’aurais subi moins de controverses, mais démystifier les économistes est un de mes buts. Dans mon essai, je cite un passage d’une lettre écrite du Chili à Friedman par l’économiste André Gunder Frank, un de ses étudiants : « Votre théorie, c’est un massacre ». Il l’a appelée "génocide économique" et ils l’ont viré. Ceux qui dénoncent la réalité sont traités avec dédain par les théoriciens. L’économiste Joseph Stiglitz, qui a aussi critiqué le lien avec la torture, m’a beaucoup soutenu en disant que mon livre est avant tout un texte journalistique et politique.

http://img11.hostingpics.net/pics/516418naomikleineyes.jpg


Retrouvez aussi Naomi Klein au cours d'un entretien accordé à La Télé Libre :

http://static.latelelibre.fr/ui/logo.png

 
Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Documentaires
commenter cet article
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 06:25

http://img11.hostingpics.net/pics/418620LaStrategie.jpg

 

Présentation du documentaire La Stratégie du Choc par Michael Winterbottom :

http://img11.hostingpics.net/pics/550715michaelwinterbottom.jpg« J’ai découvert La Stratégie du Choc grâce à Alan Hayling et Alex Cooke, mes producteurs. Ce livre a été un véritable choc pour moi ! Et j’ai eu envie d’en faire un film. J’ai proposé cette aventure à Mat Whitecross, avec qui j’ai coréalisé The Road to Guantanamo.
Avec Mat nous souhaitions respecter l’architecture du livre : en commençant par les recherches de Cameron et les théories de Friedman des années 50, puis en suivant les mises en œuvre concrètes de cette pensée à travers l’Histoire. Les étapes du film étaient clairement définies dès le départ : le Chili de Pinochet, les politiques de Thatcher et Reagan, l’effondrement du bloc soviétique, le 11 septembre et l’essor de l’industrie sécuritaire, Guantanamo et la guerre en Irak. Nous avions également l’ambition de parler de la crise boursière asiatique et du chapitre de Naomi sur Israël mais nous avons dû faire des choix. Par ailleurs, il nous semblait essentiel de parler de Katrina et du Tsunami. Enfin, l’élection d’Obama comme la crise financière sont survenues pendant le montage du film. Nous les avons donc intégrées à notre travail. La crise financière est de toute évidence le résultat de la dérégulation des marchés.
Même les plus fervents défenseurs du libre échange ont commencé à se poser des questions. D’une certaine façon, l’élection d’Obama était une réponse à cela.
 
Ce qui nous a guidé tout au long du processus de création, c’est qu’avant tout, nous voulions réaliser un documentaire qui ait du sens pour la jeune génération. Ma fille vient d’avoir 18 ans et a donc désormais le droit de vote. En adoptant son regard, nous avons tenté de proposer un éclairage pertinent sur la situation actuelle. Le film dans sa forme et dans son rythme est le résultat d’un long processus de recherche d’archives d’une part et d’articulation entre une narration et les interventions publiques de Naomi d’autre part. Elle n’a pas hésité à réagir sur le matériel que nous lui soumettions. Bien qu’elle ait cautionné l’idée de départ, elle a cependant émis quelques réserves sur l’absence de témoignages d’experts. Mais comme le dit très justement Naomi, ce film n’est pas son livre mais l’adaptation que Mat et moi en avons fait. Nous voulions que le film s’achève sur l’encouragement de Naomi à ne pas laisser les politiques décider seuls des changements. Si vous voulez que quelque chose change, vous devez contribuer personnellement à ce changement. »


 

LA STRATÉGIE DU

CHOC

un documentaire réalisé par Micheal Winterbottom et Mat Whitecross
d'après le livre de NAOMI KLEIN

Durée : 1h20 - Année : 2008

 

 

La Stratégie du Choc (1/6)

 

 

La Stratégie du Choc (2/6) 

 

 

La Stratégie du Choc (3/6)

 

 

La Stratégie du Choc (4/6)

 

 

La Stratégie du Choc (5/6)

 

 

La Stratégie du Choc (6/6)

 

 

 


Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Documentaires
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 00:57

http://img4.hostingpics.net/pics/284449Tesla.jpg

  10 juillet 1856 - 7 janvier 1943

L'histoire de l'homme
qui a éclairé le Monde

 


 
Je vous propose de visionner ce documentaire très instructif sur la vie de Nikola Tesla, qui fût le plus grand génie méconnu de tous les temps.

Les Archives Oubliées - Nikola Tesla 1/5

Les Archives Oubliées - Nikola Tesla 2/5
 
Les Archives Oubliées - Nikola Tesla 3/5

Les Archives Oubliées - Nikola Tesla 4/5


Les Archives Oubliées - Nikola Tesla 5/5
Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Documentaires
commenter cet article
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 16:09

http://img4.hostingpics.net/pics/284449Tesla.jpg

10 juillet 1856 - 7 janvier 1943

L'histoire de l'homme
qui a éclairé le Monde

 

Tesla, dont tout a été mis en place pour que l'on oublie son existence (pour des raisons de sécurité nationale) est surtout connu dans le domaine de la physique et de l'électro-mécanique où son nom est encore employé pour désigner l'unité dérivée d'induction magnétique (comprendre densité du champ magnétique) le tesla (T).

 

Polyglotte (en plus de sa langue natale, le serbe, Tesla parlait le tchèque, l'anglais, le français, l'allemand, le hongrois, l'italien et le latin), titulaire de quatorze doctorats des universités du monde entier et auteur d'environ 900 brevets dont beaucoup sont attribués à tort à Thomas Edison traitant de nouvelles méthodes pour aborder la conversion de l’énergie.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/629102NikolaTesla.jpgNikola Tesla fût l'un des inventeurs les plus extraordinaires de tous les temps et reste encore un mystère à nos jours. Son parcours en a fait une légende et a inspiré de nombreux auteurs tels que de Christopher Priest avec son roman Le PrestigeH.P. Lovecraft auteur de la de la nouvelle Nyarlathotep, ainsi que de Paul Auster pour son roman Moon Palace. Tesla apparaît aussi dans l'univers de la bande dessinée où il est présenté sous les traits de l’un des premiers ennemis du super-héros Superman dans le rôle d’un savant fou utilisant un rayon de la mort.

Il sera porté à l'écran jusqu'à très récemment avec le film de Christopher Nolan sorti en 2006 et intitulé Le Prestige (tiré du roman de Christopher Priest) où Nikola Tesla est incarné par David Bowie.


http://img4.hostingpics.net/pics/697495smiljan.jpgNikola Tesla est né le 10 juillet 1856 à Smiljan en Croatie, à minuit et par une nuit orageuse selon la légende qui circule autour de cet étrange personnage. Dès son enfance il développe de grandes aptitudes intellectuelles bénéficiant d'une mémoire photographique hors du commun. Cette mémoire, qualifiée de don, permet à Tesla une visualisation mentale de toutes ses inventions sans même les coucher sur le papier. Dès 17 ans, ce jeune génie inventif entame ses premières inventions alors qu'il n'est qu'un pure autodidacte.

En 1875, âgé de 19 ans, il entre à l'école polytechnique de Graz, en Autriche, où il étudie les mathématiques, la physique et la mécanique. Une bourse lui est attribuée par l'administration des Confins militaires, qui le met quelques temps à l'abri des problèmes d'argent. Ceci ne l'empêche cependant pas de travailler avec acharnement pour assimiler le programme des deux premières années d'études en un an.

Selon cette université, Nikola Tesla n'aurait pas poursuivi ses études au-delà du premier semestre de sa troisième année.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/165045Teslayoung.jpg

Au cours de l'année 1878  il s'installe à Marburg où on l'emploie comme assistant ingénieur pendant un an. Plus tard, son père le convainc de s'enroler à l'université Charles de Prague où il entre au semestre de l'été 1880 et est influencé par Ernst Mach (physicien et philosophe autrichien). Suite au décès de son père, il quitte l'université n'ayant complété que ce seul semestre. Après quelques années passées à chercher du travail, Nikola Tesla débute en tant qu'ingénieur en 1881, à Budapest, à l'Office central du télégraphe du gouvernement hongrois puis devient l'électricien en chef de la compagnie et, plus tard, ingénieur en chef pour le premier système téléphonique de Hongrie.  D'autre part, il invente un amplificateur de téléphone qui pourrait, selon certains, être le premier haut-parleur.

 

En 1882, il vient à Paris et travaille pour la société Continental Edison à l'amélioration des équipements venant de la société mère. Il achève aussi ses recherches sur le premier moteur à induction utilisant le courant alternatif. Il développe plusieurs instruments qui utilisent la rotation de champs magnétiques, et obtient un brevet en 1888. Personne en Europe ne s'intéressant à sa technologie fait qu'il accepte alors l’offre de Thomas Edison de venir travailler aux États-Unis.

 

 

1884 : Nikola Tesla devient ingénieur chez Edison

En 1884, âgé de 28 ans, il débarque chez Thomas Edison qui vient de créer le réseau électrique alimentant la ville de New York. Ce réseau, basé sur le courant continu, souffre de sérieux dysfonctionnements : accidents fréquents, pannes régulières, plusieurs incendies se déclenchent... De plus, cette électricité ne peut être acheminée sur une longue distance, elle nécessite une centrale tous les deux milles. Tesla, fort de sa découverte sur le courant alternatif, propose donc une démonstration de sa solution à Edison qui blessé dans sa fierté rejette entièrement ce qu'il considère comme un affront à son propre génie. La séparation sera donc une suite logique à ce qui deviendra une rivalité historique entre Edison et Tesla.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f1/3phase-rmf-noadd-60f-airopt.gif

Le moteur à courant alternatif triphasé inventé par Tesla

 

1886 : Nikola Tesla rejoint George Westinghouse

http://img4.hostingpics.net/pics/175270Newspaper.jpgGeorge Westinghouse qui s’intéresse de près au courant alternatif intervient en concurrent direct d’Edison. Il rêve d’approvisionner les États-Unis en électricité. Il embauche Tesla comme conseiller. Une lutte titanesque, surnommée la "guerre des courants" s’engage entre Westinghouse-Tesla et Edison, elle finira par tourner à l’avantage du couple Westinghouse-Tesla.

En 1893, Westinghouse annonce que sa compagnie vient d’obtenir le contrat d’installation de toute l’infrastructure électrique. Rapidement, les États-Unis utiliseront exclusivement le courant alternatif préconisé par Tesla qui s'impose comme la solution la plus fiable.


http://img4.hostingpics.net/pics/880740TeslavsEdison.jpg

 

Nikola Tesla a été le premier à construire une machine équipée d'électro-aimants qui puisait son énergie dans une source infinie et inépuisable : l'énergie du point zéro, plus communément appelée énergie libre. Cette machine était non seulement capable de s'auto-alimenter, mais elle tirait son énergie de l'air environnant. Son appareil était muni d'une bobine à électro-aimants, pour laquelle il avait obtenu un brevet en 1894. La forme de sa bobine permettait au système d'emmagasiner une quantité énorme d'énergie, en n'utilisant qu'une infime partie de celle-ci pour son propre fonctionnement.

Les inventions majeures de Nikola Tesla

1886 • Commutateur pour machines dynamo-électriques
• Lampe à arc électrique
• Régulateur pour machines dynamo-électriques
1887 • Machine dynamo-électrique
1888 • Moteur électro-magnétique
• Système de distribution électrique
• Transmission électrique de l'énergie
• Méthode de conversion et de distribution du courant électrique
• Commutateur pour machines à courant alternatif
• Machine dynamo-électrique
• Régulateur pour moteurs à courant alternatif
1889 • Moteur thermo-magnétique
• Méthode de fonctionnement des moteurs électro-magnétiques
• Méthode d'obtention de courant continu à partir du courant alternatif
• Moteur électro-magnétique
• Méthode de transmission de l'énergie électrique
• Machine dynamo-électrique
• Méthode de fonctionnement des moteurs électro-magnétiques
• Moteur électrique
• Armature pour machines électriques
1890 • Moteur électro-magnétique
• Générateur électrique pyromagnétique
• Moteur électro-magnétique à courant alternatif
• Moteur à courant alternatif
• Transformateur électrique ou dispositif d'induction
1891 • Moteur électro-magnétique
• Mode de fonctionnement des lampes à arc
• Générateur de courant électrique alternatif
• Système de la foudre électrique
• Compteur électrique
• Lampe électrique à incandescence
• Méthode et appareil pour la conversion et la distribution électrique
• Condensateur électrique
1892 • Système de transmission électrique de l'énergie
1893 • Transmission électrique de l'énergie
• Système de transmission électrique de l'énergie
1894 • Transmission électrique de l'énergie
• Générateur électrique
• Bobines pour électro-aimants
• Conducteur électrique
• Moyens pour générer des courants électriques
• Moteur à pistons
• Lumière à incandescence électrique
• Système ferroviaire électrique
• Compteur électrique
• Machine à vapeur
• Moteur électro-magnétique
1895

• Découverte de la télé-automatique

• Robots télécommandés
• Bateau sans équipage muni de 6 torpilles

1896 • Moteur alternatif
• Condensateur électrique
• Appareil pour produire des courants électriques de haute fréquence et à haut potentiel
• Appareil pour la production d'ozone
• Méthode de régulation des appareils pour produire des courants de haute fréquence
1897 • Appareils pour produire des courants électriques de haute fréquence
• Fabrication de condensateurs électriques, bobines, etc...
• Transformateur électrique
1898 • Régulateur de circuit électrique
• Allumeur électrique pour moteurs à gaz
• Méthode et appareil pour commander le mécanisme de déplacement des navires ou des véhicules
1900

• Système de transmission de l'énergie électrique
• Appareil pour la transmission de l'énergie électrique
• Méthode d'isolation des conducteurs électriques
• Découverte du principe du radar
• Invention de la radio (reconnue en 1943) attribuée à tort à Marconi

1901 • Moyens pour augmenter l'intensité des oscillations électriques
• Méthode pour intensifier et utiliser les effets transmis par les milieux naturels
• Méthode pour utiliser les effets transmis par les milieux naturels
• Appareil pour utiliser les effets transmis à distance vers un dispositif de réception par les milieux naturels
• Appareils pour l'utilisation de l'énergie rayonnante
• Méthode pour utiliser l'énergie rayonnante
1903 • Méthode de signalisation
• Système de signalisation
1905 • Art de transmettre l'énergie électrique à travers les milieux naturels
1913 • Propulsion de fluide
• Turbine
1914 • Fontaine
• Appareil pour la transmission de l'énergie électrique
1916 • Indicateur de vitesse
1918 • Paratonnerre
• Indicateur de vitesse
1919 • Indicateur de vitesse pour bateau
1920 • Conduit valvulaire
1921 • Débitmètre
1922 • Fréquencemètre
1928 • Mode de transport aérien
• Appareil pour le transport aérien

 

 

 

Le projet de la machine volante (tiré de sa biographie)

http://img4.hostingpics.net/pics/431711Teslaflydisc.jpgDessin de Nikola Tesla de 1927 tiré de ses recherches en rapport avec le "disque volant"


http://img4.hostingpics.net/pics/702467tesla3.jpgComme indiqué précédemment, lorsque j'étais étudiant au collège je conçu une machine volante assez différente de celles d'aujourd'hui. Le principe sous-jacent était le son, mais ne put être mis en pratique par manque d'un moteur d'une activité suffisante. Dans les années récentes, j'ai résolu ce problème avec succès et prévois maintenant des machines aériennes dénuées de plans sustanteurs, ailerons, propulseurs, et autres attachements externes, qui sera capable de vitesses immenses et est très susceptible de fournir des arguments puissant pour la paix dans un futur proche. Une telle machine, soutenue et propulsée entièrement par réaction, est montrée sur une des pages de mes conférences, et est supposée être controlée mécaniquement, ou par une énergie sans fil. En installant des générateurs adaptés, il sera envisageable de projeter un missile de ce type dans dans l'air et de le lâcher presque exactement sur le point désigné, qui pourrait être à des milliers de miles de distance.


Les radiocommunications et la transmission par ondes

http://img4.hostingpics.net/pics/667245OscillatHertz.jpgC’est un transformateur à air avec des bobines primaires et secondaires réglées sur la résonance qui convertit à hautes fréquences des courants élevés de tensions relativement faibles, en courant faible de hautes tensions.
Tant que les fréquences sont élevées, les courants alternatifs de très hautes tensions s’écoulent largement sur la surface de la peau, sans causer de dommages. Des milliampères pénétrant dans les tissus nerveux peuvent tuer alors que beaucoup d’ampères sur la surface de la peau peuvent être tolérés pendant de brefs instants.
La bobine de Tesla sert en tant que dispositif de production de hautes tensions, toujours utilisé de nos jours sous une forme ou une autre dans tout récepteur radio ou de télévision ; elle deviendra très rapidement une partie de l’équipement de tout laboratoire de recherche universitaire.
Sa bobine a plusieurs applications médicales. En 1890, il est publié un article qui donne les valeurs thérapeutiques sur le corps humain du chauffage interne par des courants de hautes fréquences. Ce phénomène sera connu sous le terme de diathermie.

 

Le radar

Tesla découvre le principe du radar en 1900, il le met au point et publie malgré des problèmes financiers les principes de ce qui deviendra, presque trois décennies plus tard, le radar.
Il fonctionne comme les ultrasons des chauves-souris : un dispositif envoie un rayon concentré d’un courant de minuscules charges électriques vibrant à une très grande fréquence, puis après réflexion sur la cible, il réceptionne le rayon qu'il analyse pour enfin obtenir une image de la cible.
Quinze ans après la description du radar par Tesla, des équipes de chercheurs américains et français travaillent parallèlement d'arrache-pied à mettre au point un système fonctionnant selon ses principes. En 1934, une équipe française met au point et installe des radars sur des bateaux et sur des stations terrestres en utilisant des appareils conçus selon les principes énoncés par Tesla. Le radar a été d’une grande aide aux Britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale pour prévenir les attaques aériennes de l'armée allemande.

 

L'Énergie gratuite

C’est au cours de la conférence du 20 mai 1891 à l’American Institute of Electrical Engineers de New York, que Tesla a pour la première fois parlé de l’énergie gratuite. Voici ce qu’il a annoncé : « Dans quelques générations nos machines seront propulsées par cette énergie disponible à tout endroit de l’univers.[…] Dans l’espace il y a une forme d’énergie. Est-elle statique ou cinétique ? Si elle est statique, toutes nos recherches auront été vaines. Si elle est cinétique – et nous savons qu’elle l’est –, ce n’est qu’une question de temps, et l’humanité aura mis en harmonie ses techniques énergétiques avec les grands rouages de la nature. »

 

Le rayon "de la mort"

HAARP, vue sur le Mont Sanford

Les travaux de Tesla l'avait conduit sur l'invention d'un rayon capable de détruire une flotte aérienne ou maritime à longue distance pour le compte de l'armée américaine, plus connu aujourd'hui sous le nom de projet H.A.A.R.P. (pour High Frequency Active Auroral Research Program). Les installations du HAARP utilisent notamment la technologie IRI (ionospheric research instrument, selon les recherches de Tesla) et des techniques radioélectriques afin de comprendre les mécanismes complexes qui gouvernent l'ionosphère, région de la haute atmosphère. Un des objectifs, par excitation via des ondes haute fréquence (HF), est d'étudier l'impact de l'ionosphère sur les communications longues distances. Selon Nick Begich et Jeane Manning (Les anges ne jouent pas de cette HAARP), ces 180 antennes permettraient un jour de faire des recherches pour pouvoir modifier le climat, interrompre toute forme de communication hertzienne, détruire ou détourner avions et missiles transcontinentaux et finalement, influencer les comportements humains, tout cela via des actions sur l'ionosphère. Selon la légende qui entourre Nikola Tesla, celui-ci aurait réalisé l'importance que les militaires américains accordaient à ce projet et aurait divisé ses travaux et plans en trois parties qu'il serait avoir supposé expédier au Canada, à la Grande-Bretagne et l'URSS avec un message qui autoriserait à assembler ses travaux le jour où ces pays auront apporté la paix dans le monde.

 

 

Le Système Mondial Sans Fil conçu par Tesla
(tiré de sa biographie)

La première centrale électrique de ce "système mondial" peut entrer en service dans neuf mois. Il deviendra alors possible de générer jusqu'à près de 10 millions de CV et elle a été conçue pour réaliser autant d'exploits techniques que possible, sans plus de dépenses. En voici quelques-uns :


• L'interconnexion des échanges ou des bureaux télégraphiques existants partout dans le monde.
•  L'instauration d'un service télégraphique gouvernemental secret et ne pouvant pas être interféré.
•  L'interconnexion de tous les échanges ou centrales téléphoniques dans le monde.
•  La diffusion universelle de l'information par télégraphe ou téléphone, en connexion avec la presse.
•  L'instauration d'un tel "Système mondial" de transmission de renseignements à usage exclusivement privé.
•  L'interconnexion et le travail de tous les téléimprimeurs boursiers dans le monde.
•  L'instauration d'un "système mondial" de diffusion de musique, etc...
•  L'enregistrement universel de l'heure avec des pendules bon marché indiquant l'heure avec une précision astronomique et ne demandant aucune maintenance.
•  La transmission mondiale de caractères, de lettres, de chèques, etc... écrits à la main ou tapés à la machine.
•  L'instauration d'un service universel pour la marine, permettant aux navigateurs de tous les bateaux de s'orienter parfaitement sans boussole, de déterminer leur position exacte, l'heure et la vitesse, de prévenir les collisions et les naufrages, etc...
•  L'inauguration d'un système d'impression mondiale sur terre et sur mer.
•  La reproduction mondiale de photos et toutes sortes de dessins ou de dossiers.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/170061NikolaTesla79th.jpgL'essor de la technologie moderne telle que nous la connaissons aujourd'hui est issue des travaux de ce génie qui a eu pour malheur d'avoir trop d'avance sur son temps pour être pris suffisament au sérieux. Nikola Tesla décèdera à 86 ans, pauvre et dans l'oubli, le 7 janvier 1943 dans une chambre misérable, à New York.

Ne s'étant jamais marié, Nikola Tesla n'avait pas d'héritiers directs et ne laissa pas de dispositions testamentaires. Ainsi, le FBI saisit l'ensemble de ses papiers et les fit transporter à Washington où ils furent mis sous scellés et classifiés Top Secret.

Au cours de l'année 1943 la Cour Suprême tranchera dans le procès avec Marconi (qui aurait utilisé 17 des idées déposées par Tesla) : Tesla était bien l'inventeur de la radio.

 

 

 

 

 

Quelques sites sur Nikola Tesla :

NikolaTesla.fr

Le Récit Autobiographique de NIKOLA TESLA

Nikola Tesla

Rencontre d'un génie inconnu

 

(Suite du reportage en vidéo)

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Documentaires
commenter cet article

Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule