Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 14:05
En très bon état, la relique va être déposée à la basilique Saint-Denis.


Après plusieurs siècles de pérégri-nations rocambolesques, dont une vente à Drouot en 1913 (pour 3 francs) entre une paire de chaussettes et un vieux lampion, la tête du roi Henri IV avait été retrouvée en 2008 chez un retraité. Deux ans plus tard, elle a été authentifiée par des scientifiques, révèle une étude publiée ce mercredi par le British Medical Journal (BMJ).

Selon le BMJ, la tête d'Henri IV est «en très bon état de conservation». Elle comporte même des cheveux et des restes de barbe. La relique est «légèrement brunie, avec les yeux à demi clos et la bouche ouverte» et porte plusieurs signes distinctifs: « Une petite tache sombre de 11mm de long juste au-dessus de la narine droite, un trou attestant du port d'une boucle d'oreille dans le lobe droit, comme c'était à la mode à la cour des Valois, et une lésion osseuse au-dessus de la lèvre supérieure gauche, trace d'une estafilade faite au roi par Jean Châtel lors d'une tentative de meurtre le 27 décembre 1594 ». Le roi a finalement été assassiné à Paris à l'âge de 57 ans, en 1610, par le fanatique catholique François Ravaillac.

L'étude a été réalisée par dix-neuf scientifiques rassemblés autour du Dr Philippe Charlier, médecin légiste de Garches. Surnommé l'Indiana Jones de l'histoire, ce paléopathologiste s'est rendu célèbre pour ses étonnantes découvertes. En 2007, il prouve que les ossements de Jeanne d'Arc, pieusement conservé à Chinon dans un bocal sous l'intitulé « Restes trouvés sous le bûcher de Jeanne d'Arc », authentifiés en 1909 par une commission papale, étaient en réalité ceux d'une momie égyptienne et d'un chat (Figaro Magazine, 21 juillet 2007).

Trois ans plus tôt, au cours d'une autre enquête scientifico-policière de l'au-delà, le Dr Philippe Charlier révèle l'empoisonnement au mercure d'Agnès Sorel, favorite de Charles VII. Le 8 juin 2004, un petit cœur reconnu comme étant celui de Louis XVII était déposé dans la nécropole des rois de France à la basilique de Saint-Denis. Grâce à la génétique, l'une des plus grandes énigmes de l'histoire de France prenait fin.

Parfois, les révélations sont décevantes: «Un fémur attribué à Mme de Maintenon se révèle être un tibia de vache», raconte Clémentine Portier-Kaltenbach, auteur d'une étonnante Histoires d'os et autres illustres abattis (JC Lattès).

Selon le BMJ, la tête d'Henri IV va être déposée à la basilique Saint-Denis. La date de la cérémonie funèbre n'est pas encore connue. L'équipe scientifique tiendra une conférence de presse, demain à Paris.

 

 

Il aura donc connu la guillotine lui aussi... longtemps après sa mort !



 

L'avis de notre éminent spécialiste, le professeur Bernard :


La tête à Riton
Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 13:42

Bradley Manning, le soldat américain de 22 ans soupçonné d’être la “gorge profonde” de WikiLeaks, n’a pas été condamné pour cela, ni pour aucun autre crime. Il n’est est pas moins incarcéré depuis cinq mois en Virginie (après être resté deux mois dans une prison militaire au Koweit), et soumis à des “traitements cruels et inhumains considérés dans de nombreux pays comme relevant de la torture, susceptibles d’entraîner des séquelles psychologiques à long terme“.

C’est ce que révèle Glenn Greenwald, juriste et chroniqueur au magazine Salon, dans un long article basé sur les témoignages de plusieurs personnes en contact direct avec lui.
 

On y apprend que, depuis son arrestation, en mai, Bradley Manning est un détenu modèle, sans problèmes de violence ni de discipline. Il n’en a pas moins été classé détenu particulièrement surveillé (“Maximum Custody Detainee“), le plus haut niveau dans la classification des prisons militaires, et confiné à l’isolement 23 heures sur 24. Il n’a pas le droit de faire de l’exercice, et est sous constante surveillance.

Pour des raisons qui semblent exclusivement punitives“, souligne Greenwald, il n’a pas de drap, et il ne comprend toujours pas pourquoi il n’a pas non plus droit à un oreiller, alors qu’il passe la majeure partie de son temps à dormir. Il n’a pas non plus le droit de se tenir informé de l’actualité, et le personnel médical de la prison lui administre des antidépresseurs afin de pallier ses conditions de détention :

"En résumé, Manning est soumis depuis des mois, de façon constante, à un isolement inhumain, abrutissant, propre à lui nier toute forme de personnalité, voire à le rendre fou, sans même avoir jamais été condamné pour quoi que ce soit."

“Greenwald a été, dans la foulée, contacté par un responsable de la prison où Bradley Manning est interné. Le seul point qu’il lui a demandé de rectifier porte sur le fait que ses gardiens n’interdiraient à Manning de s’informer lorsqu’il a le droit de regarder la télévision, ce qui serait cela dit démenti par plusieurs des personnes en contact avec lui. Ce qui, note Greenwald, ne bouleverse pas non plus profondément le portrait qu’il dresse de ses conditions de détention.

L’isolement carcéral ? Une “torture”

Pour mieux comprendre ce que peut entraîner untel isolement carcéral, Greenwald
rappelle que de nombreux pays ne placent en isolement que les seuls détenus particulièrement violents, pour la simple et bonne raison que ce type de confinement “peut être aussi pénible qu’une torture physique“. C’est en tout cas ce qui ressort de la lecture d’un article du New Yorker, qui semble faire autorité en la matière, d’une étude du Journal de l’académie américaine de psychiatrie et de droit, et d’une autre, de l’armée américaine, portant sur 150 militaires américains détenus au Vietnam, et qui, toutes, dénoncent l’isolement, notamment carcéral, au vu des dégâts psychologiques que cela entraîne généralement chez les détenus.

Un rapport de la commission nationale sur la sécurité et les abus dans les prisons américaines (composée de Républicains et de Démocrates) avait ainsi appelé, en 2006, à l’abandon de ce genre d’isolement carcéral, au motif que cela “ne pouvait être décrit que comme relevant de la torture“.

Le rapport citait plusieurs études de psychiatres décrivant une constellation de symptômes allant de l’anxiété, la confusion, l’hallucination, la dépression, la colère, des distorsions de perception, de la paranoïa, jusqu’à des formes de violences extrêmes, de psychoses ou d’auto-destruction.

Des examens médicaux pratiqués, en 1992, sur des prisonniers yougoslaves soumis en moyenne à 6 mois d’isolement carcéral, avaient ainsi démontré des “anormalités cérébrales” des mois après leur libération :

"Sans interaction sociale soutenue, le cerveau humain peut être aussi endommagé qu’un cerveau qui a subi un traumatisme physique."

Ironie de l’histoire, Julian Assange, le porte-parole de WikiLeaks, est lui aussi placé dans une cellule d’isolement, “pour sa propre sécurité“. Recevant sa maman, venu d’Australie, il lui a expliqué qu’il était également placé sous vidéosurveillance constante, de peur qu’il ne soit assassiné…

L’information veut être libre

En conclusion, et pour mieux conceptualiser les conditions de détention de Bradley Manning, Greenwald rappelle cet extrait du “chat” que le jeune soldat avait eu avec Adrian Lamo, le hacker qui l’a finalement dénoncé aux autorités américaines :

Manning : je veux que les gens connaissent la vérité, parce que sans information, on ne peut pas prendre de décision. Si j’avais été quelqu’un de malintentionné, j’aurai pu les vendre à la Russie, la Chine, et faire péter mon compte en banque.

Lamo : pourquoi ne l’as-tu pas fait ?

Manning : parce que ce sont des données publiques, elles appartiennent au domaine public -”l’information veut être libre” (maître-mot des hackers et défenseurs des libertés sur le Net, NDLR)- et devraient être un bien commun.

Ceux qui voudraient soutenir Brad Manning peuvent aller sur BradleyManning.org” (Facebook, Twitter), ou CourageToResist.org, qui soutient plusieurs objecteurs de conscience, déserteurs ou militaires qui dénoncent ce qu’ils sont amenés à faire, et qui vend un kit de soutien (T-shirt, tickets, etc.) d’où sont issues les illustrations de cet article.

 

 

Source : owni.fr

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 14:01

http://www.sanfranciscosentinel.com/wp-content/uploads/2010/12/free-assange.jpg

Le fondateur du site Wikileaks est "libre". Il est accusé d'agressions sexuelles.

 

La liberté conditionnelle a été accordée en appel à Julian Assange au terme d'une audience de 90 minutes. Le fondateur de Wikileaks était incarcéré depuis une semaine à Londres, à la suite de son interpellation en vertu d'un mandat d'arrêt européen.

 

La justice britannique avait déjà ordonné sa libération sous caution ce mardi, mais le représentant de la Suède avait fait appel le soir même, l'obligeant ainsi à rester en prison. Lors d'une première comparution le mardi 7 décembre, il avait été placé sous écrou extraditionnel dans l'attente d'un jugement sur une demande de la justice suédoise, qui le recherche pour de présumées agressions sexuelles.

 

Source : l'express.fr

 

 


 

Quel avenir pour Julian Assange ?

http://www.moonbattery.com/obama-assange-medal.jpg

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 22:48

Pour empêcher ça...

http://img4.hostingpics.net/pics/598134ClintAssange.jpg

 

Signez là -----> Pétition en faveur de Julian Assange

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 10:40
Aucune obligation n'est faite à l'administration de prévenir l'usager de la vente de ses données personnelles. (Bouchon/Le Figaro)
Aucune obligation n'est faite à l'administration de prévenir l'usager de la vente de ses données personnelles. (Bouchon/Le Figaro)

 

Le Parisien révèle que cet article de la loi Loppsi 2 a déjà été voté, même s'il n'est pas encore entré en vigueur. Mardi après-midi, les députés débattront de la manière dont l'Etat pourra encadrer l'achat de ces données personnelles.

Un article de la loi sur la sécurité intérieure (Loppsi 2) permet à l'Etat de vendre les données personnelles contenues dans les fichiers de demandeurs de cartes grises, révèle Le Parisien mardi. Cet article a été discrètement adopté en avril 2009, mais il n'est pas encore entré en vigueur. Son objectif est de permettre aux constructeurs automobiles d'avoir prioritairement accès à ces données, en cas de nécessité de rappels de voiture.

Ainsi le nom, la date de naissance, l'adresse, la marque et la puissance du véhicule, peuvent être cédés à des tiers «à des fins statistiques, scientifiques ou historiques» selon le texte. Mais aussi, «et c'est là où le bât blesse», selon le journal, elles peuvent être vendues «à des fins d'enquêtes ou de prospections commerciales».

 

«Racket, trafic ou vol de véhicules»

Or aucune obligation n'est faite à l'administration de prévenir l'usager de ces ventes. «Et il ne pourra que s'opposer à leur cession s'il en fait expressément la demande», précise Le Parisien.

De surcroît, il est aisé d'imaginer que les données en question puissent tomber entre des mains malveillantes. «On imagine l'intérêt que ces informations pourraient avoir pour des organisations criminelles désireuses de pratiquer le racket, le trafic ou le vol de véhicules à grande échelle» s'indigne l'avocat Olivier Hugot, spécialiste du droit sur Internet, dans le quotidien.

C'est pour éviter toute mauvaise utilisation de ces fichiers que les députés doivent examiner, mardi après-midi, un amendement du gouvernement permettant à l'Etat d'enquêter sur les acheteurs de ces fichiers.

 

 

Source :  lefigaro.fr

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 10:33
Christine Ockrent refuse de démissionner après la mise en cause des directeurs de France 24.

Christine Ockrent refuse de démissionner après la mise en cause des directeurs de France 24. © MAXPPP


Dans la tourmente, la directrice déléguée de l’AEF n’entend pas pour autant démissionner.

Confrontée à une sombre d’affaire d’espionnage et à une fronde des directeurs de France 24, Christine Ockrent ne compte pas se laisser faire. "Je résiste. Je me battrai jusqu’au bout", a prévenu la directrice déléguée de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF) mardi sur Europe 1. "Je ne vais pas laisser 40 ans de parcours professionnel terni, saccagé par des allégations, des insinuations, des calomnies pour ce qui concerne la moindre participation de ma part à cette histoire débile d’espionnage et de ragot. Je ne laisserai pas faire."

Ecoutez Christine Ockrent :


 

L’épouse de Bernard Kouchner a répété qu’elle n’était pour rien dans l’affaire d’espionnage dans laquelle Candice Marchal, l'une de ses plus proches collaboratrices, est impliquée. Une affaire qui lui vaut aujourd’hui la défiance des cadres de France 24. "Ils inventent quelque chose de bizarre : un forme de responsabilité, ou pire, de culpabilité par proximité", a pesté Christine Ockrent. "Je ne suis pour rien dans cette affaire d’espionnage, je ne vais pas espionner ma propre boîte après 40 ans de métier. Tout cela est calomnieux et diffamatoire."

Pas de départ volontaire

Christine Ockrent s’interroge désormais sur l’origine de toute cette affaire. "Je m’interroge sur le déroulement et le sens de ce curieux scénario que nous vivons depuis plusieurs mois dans lequel on essaye de m’engloutir.", a-t-elle lancé. "Avec des épisodes dont certains portent atteinte à l’intégrité de l’entreprise et abîme et souille tous ses collaborateurs, moi la première."

L’épouse de Bernard Kouchner refuse en tous cas de partir d’elle-même. "Nous sommes une société d’audiovisuel publique. Nous allons voir comment les tutelles qui m’ont nommée vont examiner cette situation inédite", a-t-elle affirmé, en référence à Nicolas Sarkozy, qui a désormais la main sur toutes ces nominations. "Mais Il n’appartient pas à des salariés d’un groupe de décider la manière dont la hiérarchie fonctionne"

 

 

Source : Europe 1

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 10:20

 

 

François Bayrou dans l'émission «Le Grand Journal» sur Canal Plus, le 13 décembre 2010.

François Bayrou dans l'émission «Le Grand Journal» sur Canal Plus, le 13 décembre 2010. Canal Plus

François Bayrou hospitalisé : il venait de se quereller avec Yann Barthès sur le plateau du «Grand Journal»...

Le président du Mouvement démocrate (MoDem) François Bayrou a été hospitalisé lundi soir au Val-de-Grâce à Paris à la suite d'un malaise «probablement dû à la fatigue», a annoncé mardi à l'AFP la vice-présidente du parti, Marielle de Sarnez.

François Bayrou a été hospitalisé après avoir eu «un malaise à la fin de l'émission Le Grand Journal de Canal Plus où il était invité hier soir», a-t-elle indiqué. Elle a précisé que ce malaise était «probablement dû à la fatigue» et que le président du MoDem subissait depuis «des examens».

Bisbille sur le plateau de Canal Plus

Lundi soir, sur le plateau de Canal Plus, le ton était monté entre François Bayrou et Yann Barthès. Après la diffusion d'une séquence reprenant des extraits d'un discours qu'il a prononcé le week-end dernier lors du congrès du MoDem à Paris, le président du MoDem a reproché au présentateur du Petit journal de lui avoir attribué des phrases qu'il n'aurait pas prononcées.

«Je ris comme tout le monde, c'est drôle», a d'abord commenté l'élu, avant de demander à Yann Barthès: «Est-ce que vous avez l'honnêteté de dire que c'est des phrases que je n'ai pas prononcées ce week-end ?» «Ah bien sûr que si. C'est votre discours de ce week-end», a confirmé le journaliste. «Non ce n'est pas vrai. Ces phrases là n'étaient pas dans mon discours de ce week-end. Ce sont des déclarations anciennes (...) Je sais vaguement ce que je dis et je vous le dit avec certitude.»

Et de menacer, après que Yann Barthès et les chroniqueurs de Michel Denisot ont affirmé qu'ils prouveraient leurs dires le lendemain dans l'émission: «Demain, vous allez faire ici des rectifications.» Or, les phrases en question ont bien été prononcées par François Bayrou.

 

 

Source : 20minutes.fr

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 08:12

Assange dénonce Visa, Mastercard et PayPal qui ont bloqué les virements

 

http://img4.hostingpics.net/pics/236924julianassange.jpg

 

Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, a vivement critiqué mardi dans un communiqué publié de sa prison les émetteurs de cartes bancaires américains Visa et MasterCard et la société de paiements par internet PayPal pour avoir bloqué les virements vers le site.

"Nous savons désormais que Visa, Mastercard et PayPal sont des instruments de la politique étrangère américaine. C'est quelque chose que nous ignorions jusqu'à maintenant", a-t-il ajouté dans ce communiqué dicté à sa mère, Christine Assange, à l'attention de la télévision Channel 7.

Julian Assange, de nationalité australienne, est actuellement en détention provisoire depuis une semaine à Londres, dans l'attente d'un jugement sur son extradition en Suède, qui le réclame à la suite d'accusations d'agressions sexuelles envers deux jeunes femmes.

Il y a une semaine, Visa et MasterCard avaient tous deux annoncé suspendre les transferts de fonds vers le site internet WikiLeaks. Visa disait attendre des "éléments supplémentaires" pour savoir si l'activité du site était conforme à ses "règles de fonctionnement", tandis que MasterCard qualifiait cette activité d'"illégale".

PayPal a pour sa part réactivé le compte du site WikiLeaks, débloquant notamment les fonds disponibles, mais elle a prévenu qu'elle lui imposerait encore certaines restrictions et n'accepterait plus de nouveaux versements jusqu'à nouvel ordre.

Les sites de PayPal, Visa et Mastercard ont été victimes d'attaques informatiques de la part de partisans de WikiLeaks.

Depuis le 28 novembre, des journaux associés à WikiLeaks publient des câbles diplomatiques américains confidentiels, suscitant l'embarras ou l'indignation de certains gouvernements

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article

Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule