Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 17:42

http://img15.hostingpics.net/pics/136400basque.jpgLe candidat Sarközy comme vous
ne le verrez pas au jité !

 

Sarközy a effectué un déplacement au Pays Basque ce jeudi dans le cadre de sa campagne électorale. Une visite qui a été mouvementée... De nombreux Basques attendaient depuis longtemps l'arrivée du président, mais pas tellement celle du candidat aux élections présidentielles.

Le président sortant s'est rendu d'abord dans une exploitation agricole à Itxassou pour rencontrer des agriculteurs, au moment où de nombreux agriculteurs basques étaient à l'honneur à Paris au salon de l'agriculture.

À son arrivée, il a été reçu par des militants indépendantistes basques qui réclamaient une plus forte implication de la France dans la résolution du conflit basque et par des anti-LGV. Ces derniers avaient installé des banderoles sur le parcours présidentiel pour dénoncer le projet de la nouvelle LGV au Pays Basque.

Des heurts ont éclaté entre les manifestants et les forces de l'ordre, au moment où des militants ont réussi à contourner le dispositif de sécurité. Des gaz lacrymogènes ont été lancés et trois personnes ont été interpellées, après avoir lancé des fusées en l'air.

Après sa visite à Itxassou, Sarközy s'est rendu à Bayonne, où l'attendaient des centaines de personnes, de nombreux policiers, une alerte à la pollution atmosphérique, mais surtout une grosse bousculade, des sifflets et des huées. Des membres du collectif altermondialiste Bizi brandissaient une banderole anti-Sarközy.

 

 

 

Le président-candidat devait rencontrer les habitants et les commerçants de la ville avant de s'envoler vers Bruxelles, mais il s'est jeté dans la gueule du loup. Le président-candidat a dû se réfugier dans le bar du Palais en attendant l'arrivée de renforts pour l'évacuer du Pays Basque.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/117875Sarko.jpg

Les manifestants "sont une minorité de voyous et de terroristes"

 

(Nicolas Sarközy)

 

Au moment où une soixantaine de militants basques étaient toujours encerclés à Itxassou, des militants étaient également tenus à l'écart dans la capitale labourdine. Mais pas seulement les indépendantistes basques. La conseillère générale du Parti socialiste de Bayonne Est et le candidat suppléant aux législatives ont été contrôlés plusieurs fois lors de la venue de Sarközy, a dénoncé le mouvement des Jeunes socialistes du département sur son compte Twitter.


 

http://img15.hostingpics.net/pics/609323sarkozy1foto610x342.jpg

C'est entre Itxassou et Bayonne, que le compte officiel de la campagne de Sarközy lance son premier message sur Twitter depuis le Pays Basque, notamment un instantané montrant la rencontre du monarque avec Serge Blanco, "le Pélé du rugby"...

Au Pays Basque, on attendait depuis longtemps l'arrivée de Sarközy pour l'interpeller sur de nombreux dossiers : la nouvelle ligne LGV, la situation des agriculteurs, la reconnaissance de la langue basque, la reconnaissance institutionnelle du Pays Basque nord, la nouvelle situation créée au Pays Basque après l'arrêt de la lutte armée de l'ETA, etc.

Or, à Itxassou, le président-candidat s'est limité à saluer la convergence de vues entre Paris et Madrid sur la question basque, déclarant suivre avec "beaucoup d'intérêt" le processus politique engagé en "Espagne", un processus qui, selon lui, a pu s'ouvrir grâce à "la fermeté contre les assassins de l'ETA et la main tendue à certaines revendications politiques".

Interrogé par un journaliste sur la question des prisonniers basques, le candidat Sarközy a déclaré que "le rapprochement des prisonniers basques est souhaitable". Rappelons que fin janvier, les députés avaient adopté à la quasi-unanimité une loi visant à favoriser le rapprochement familial des détenus condamnés.

 

Les journalistes de BFM TV semblent très paniqués...

 

 

 

 

Sources : Xarlo EtCHEzaharreta / eitb.com - BFM TV

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 14:44

http://img11.hostingpics.net/pics/464382Dahan.jpgOn peut rire de tout...
mais pas n'importe où !

 

Gérard Dahan est certainement le meilleur imitateur quand il s'agit de tailler un costard au monarque Nicolas 1er. Outre son excellente imitation vocale, Gérald Dahan parvient quasiment au mimétisme lors qu'il singe les tics et gestuelle du président des riches. Ce n'est plus un imitateur, c'est un caméléon !

Et voilà que seulement après quelques mois où il avait eu l'audace de ridiculiser Michèle Alliot-Marie sur les ondes de France-Inter, qui lui avait valut son précédent licenciement, notre téméraire piégeur-imitateur vient à nouveau de se faire virer sans ménagement ni préavis de la station Rire et Chansons pour avoir diffusé lui-même, mardi, un canular téléphonique piégeant Nicolas Dupont-Aignan, censuré par la radio du groupe NRJ.

 

http://img11.hostingpics.net/pics/872536NicolasDupontAignan.jpg

Se faisant passer pour Éric Cantona, Gérald Dahan n'a eu aucune difficulté à faire tomber le candidat de Debout la République dans le panneau, qui s'est gentiment prêté au jeu des confidences sur le président-candidat de l'UMP...

 

Un must !

 

http://img11.hostingpics.net/pics/482389geralddahan.jpgMais la direction de Rire et Chansons à nettement moins d'humour que ses auditeurs, surtout en période électorale : « Rire et Chansons avait décidé de ne pas diffuser, en l'état, le canular de Gérald Dahan piégeant Nicolas Dupont-Aignan sur son antenne [...] Après écoute, il nous est apparu que ce canular, outre qu'il n'était pas drôle, ne respectait pas la ligne éditoriale de la station, et ce quels que soit les personnages politiques visés ».

La direction de l'antenne ajoute que « cette divulgation (du canular par Gérard Dahan) s'est accompagnée, le jour même, de déclarations publiques inacceptables, accusant, selon un procédé bien connu de victimisation, Rire et Chansons de pratiquer la "censure", et dénigrant ouvertement la radio».

Ce que conteste l'humoriste assurant qu'on lui avait donné "carte blanche" puis expliquant que « le directeur des programmes estimait que je mettais en péril la République ! ».


 

"Je suis viré pour une raison politique"

Suite à cet événement Gérald Dahan s'est confié à Benjamin Bonneau du JDD.

 

• Que s'est-il passé ce mercredi matin ?

http://img11.hostingpics.net/pics/223266geralddahan02.jpg– Je me suis présenté comme d'habitude à l'entrée des locaux, et la sécurité m'a empêché de passer. Quand j'ai demandé la raison, on m'a présenté un mail du directeur des programmes de NRJ, où il est en effet écrit que je suis interdit d'entrer dans les locaux "jusqu'à nouvel ordre".

 

• Qu'en concluez-vous ?

– Que je suis viré ! J'essaye de les joindre mais personne ne daigne me répondre pour m'expliquer ce qu'il en est. J'imagine qu'ils n'ont pas apprécié que je crie à la censure. C'est donc mon avocat qui s'est emparé du sujet. Ce n'est pas la première fois que je suis viré pour raison politique. Ce fut déjà le cas à France Inter avec ma chronique sur Michèle Alliot-Marie, donc je connais un peu le système…

 

• En passant outre la décision de votre employeur en diffusant votre canular sur Arrêt sur images, vous deviez bien vous attendre à une réaction négative non ?

– Mais ils ne m'ont pas demandé de ne pas le passer à l'antenne ! Ils m'ont expliqué qu'il voulait bien le diffuser, mais en retirant le passage où Nicolas Dupont-Aignan tape sur Nicolas Sarközy. Pourtant, il critique tout le monde, Bayrou, Hollande etc… mais on m'a fait comprendre que "crapule" était une insulte à l'égard du chef de l'Etat et que l'on ne pouvait pas laisser passer ça… Or, moi je suis chansonnier, et je ne veux pas être partial. Accepter leur requête aurait signifié privilégier Nicolas Sarközy au détriment d'un autre, et je m'y refuse.

 

• Quelle suite va avoir cette histoire ?

– Pour le moment, je n'en sais rien, mais j'espère que mon avocat pourra répondre bientôt à votre question. Je trouve pathétique la justification de la radio, qui a au début nié la censure, avant de se rétracter quand ils ont vu la proportion prise par le buzz. On m'a alors demandé de prendre du temps pour réfléchir, en m'expliquant que rester entier et fidèle à mes principes, c'est bien, mais qu'une radio c'est aussi des négociations pour obtenir des canaux… Cela veut dire ce que ça veut dire non ? Quand cela devient politiquement chaud, Rires et Chansons devient moins marrant.

 

Gérald Dahan... no limit !

Encore plus fort, après son passage au Grand Journal de Canal+, l'humoriste répond au défi qui lui est lancé lors de l'enregistrement de la séquence de "La boîte à question" (diffusé ce soir en clair) : « un défi m'a été lancé pour piéger Dupont Aignan une seconde fois. Ça a marché. Je me suis fait passer pour le vrai Cantona... pour parler du canular. Il y a cru ! ».

 

http://img11.hostingpics.net/pics/826493geralddahan03.jpg

Espérons-le !

 

 

 

Sources : LeParisien.fr, leJDD.fr

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 11:38

 Eva Joly Hulk

Le direct d'Eva Joly c'est sur Mediapart
pas dans ta poire !

 

Visiblement agacée par les questions répétées d'un reporter de Canal+ concernant ses mauvais scores dans les sondages et d'éventuels regrets sur le fait de s'être présentée, l'ancienne juge d'instruction refuse d'abord de commenter, avant d'annoncer d'un ton glacial : « Je vous ai déjà dit que je ne commente pas les sondages. Je ne vais pas changer. Je crois que vous ne comprenez pas le français. Je sais bien que je parle avec un accent, mais quand même. C'est clair, net et précis ! ».

Très insistant le journaliste de Canal+ poursuit sa provocation : « Et Corinne Lepage qui dit que vous désertez la promesse écologique, vous lui dites quoi ? » ce à quoi la candidate d'Europe Ecologie - Les Verts (EELV) lâche après un court silence : « je l'emmerde ! » (en français dans le texte).

 

 

Si vous ne craignez pas les insultes alors c'est le moment de retrouver la candidate EE-LV sur Mediapart. N'hésitez pas à lui poser vos questions mais évitez tout de même de lui parler des sondages !


Eva Joly Hulk2

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 14:03

http://img15.hostingpics.net/pics/536898Z34680b.jpgMalheureusement la réponse est : OUI !

 

C'est la mésaventure qui vient d'arriver à l'un de mes voisins qui a eu l'honneur de me "déposer" à plusieurs reprises sur la piste de l'A75 qui nous en offre la preuve.

Ce toxico de la "poignée dans le coin" déboulait tel un missile vert lorsque je l'apercevais dans mon rétro. A peine le temps de voir son phare dans le rétro et il était déjà trop tard, le martien m'avait déjà dépassé !

Z34380, tel était son pseudo lorsqu'il publiait ses "exploits" sur YouTube mais c'était sans compter la vigilance d'autres motards, en bleu ceux-là !

 

Pris en flagrant délit de narcissisme à 299 KM/h sur l'A750 !

Les gendarmes de Clermont-l'Hérault n'ont même pas eu besoin de déballer leur appareil de mesure, il leur a simplement suffit de se rendre sur un site de partage vidéos très connu pour remonter l'IP de notre Ghost Rider local pour mettre un terme aux chevauchées inconscientes de ce jeune responsable commercial âgé de 34 ans, tout juste licencié. 

 

http://img15.hostingpics.net/pics/516410Z34680a.jpgL'objet du délit : une kawa 1000 Ninja Super Sport débridée
0 à 100 KM/H : 3,5 secondes


Bilan : moto confisquée, permis annulé et 15 jours de prison ferme pour avoir roulé à 299 km/h sur l'autoroute A750 en décembre dernier !

 

 

« Sur la moto, à ce moment-là, je n’avais pas conscience. Avec l’adrénaline, je n’ai pas du tout pensé aux conséquences »

C'est à ses dépends que ce jeune pilote vient enfin de comprendre qu'il ne faut surtout pas prendre la voie publique pour une piste de circuit ! La moto doit rester avant tout un plaisir et si la vitesse est une drogue pour certains pilotes de deux roues qu'ils aillent se défouler sur les circuits prévus à cet effet même si malheureusement je ne peux que dénoncer un manque cruel de ce type de d'infrastructures dans notre pays. Les motards héraultais n'ont malheureusement que la piste de Ledenon (Gard) pour y exprimer leur passion de la vitesse.

 

Même celui qui fût le plus grand hors-la-loi de la route, le Ghost Rider en personne, n'a pu échapper à la police suédoise après plusieurs années de traques...

 

Héros ou délinquant de la route ?

 


Petite incursion très rapide du Ghost Rider sur le périph parisien

 


Fin de l'épopée du Ghost Rider ?

 

 

 

 

Source : les potins de la Louloutte, Midi-Libre,

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 15:22

http://img4.hostingpics.net/pics/356993SophiaAram.jpgUne humoriste qui a du
plomb
dans la tête !

 

http://img4.hostingpics.net/pics/554076sophiaaram2.jpgDerrière ce regard facétieux se cache une humoriste qui a du plomb dans la tête et surtout pas sa langue dans sa poche. Sa gouaille n'est pas sans nous rappeler une certaine irrévérence héritée de Coluche et Guy Bedos à la fois quitte a provoquer une crise de foi à quelques uns de nos politichiens...

Suite à l'accrochage de l'humoriste avec la plus ridicule de nos ministres qui s'est déroulé mercredi dernier sur les ondes de France Inter, Sophia Aram nous démontre non seulement qu'elle possède un joli minois mais qu'elle a aussi des griffes !  

 



La chroniqueuse remet les pendules à l'heure à Nadine Morano dans une tribune parue ce matin dans Libération :


http://img4.hostingpics.net/pics/831926SophiaAram102825.jpgQu’ai-je bien pu dire mercredi dernier, pour qu’une ministre de la République tombe subitement dans les bras de Guy Carlier alors que celui-ci terminait justement de lui cirer les godasses ? Sur l’antenne d’Inter, j’ai tenté d’expliquer à Nadine Morano que les musulmans ne parlaient pas forcément verlan et qu’une casquette à l’envers n’était pas un insigne religieux. Puis, après lui avoir rappelé qu’il n’était pas du meilleur goût de cuisiner une pizza à la béchamel pour symboliser le liquide séminal de DSK, j’ai terminé sur les troubles affectifs de Guy Carlier qui l’auraient amené, dans son livre consacré à Nadine Morano, à confondre "populaire" et "vulgaire".

C’est quoi le scoop ? Que Guy Carlier cire les pompes d’une ministre ou le fait qu’il qualifie de populaire tout ce qui ressemble à de l’inculture, à de la dysorthographie et à de l’humour graveleux ?

Sa réaction est immédiate, Nadine Morano ne me trouve pas drôle. A cet instant, je suis d’accord avec elle. Comment voulez-vous rivaliser avec des comiques troupiers tels que Morano, Lefebvre, Douillet, Mariani, Vanneste, Luca, Brunel et j’en passe.

Quand Morano tweete «qu’elle tape plus vite que ses doigts» ou quand Lefebvre explique sur Europe 1 que «dans certains pays les poupées vaudou sont considérées comme des armes de guerre». Que voulez-vous ajouter ? La vanne est déjà à l’intérieur de la déclaration. Qualifier leurs propos lénifiants, c’est prendre le risque de se faire traiter de rabat-joie ou de donneur de leçons, les grossir, c’est les plonger dans la science-fiction.

Le même jour, Nadine Morano balance benoîtement à Patrick Cohen, sur France 5, que Philippe Val se serait excusé pour mes propos "vulgaires et indécents" puis récidive le lendemain sur RMC. D’un côté, je me réjouis qu’elle ait enrichi son vocabulaire de deux mots nouveaux, de l’autre, je tombe de l’armoire. Comment imaginer que Philippe Val, avec qui je venais d’échanger sur la difficulté de conclure sur l’erreur de jugement de Carlier sans écorcher l’objet de son erreur, soit aussi prompt à me désavouer ?

Même en admettant que je puisse représenter pour la direction de France Inter un potentiel d’emmerdes non négligeables, jamais personne ne m’a invitée à retenir mes coups. Mises à part les atteintes au physique, ma liberté à l’antenne est totale et le soutien de mes collègues sans faille. J’en profite pour leur dire merci, parce qu’ils sont amenés à défendre des chroniques qu’ils ne doivent pas toujours trouver à leur goût.

L’annonce de Morano me surprend. S’excuser pour si peu, ça ressemblerait à un désaveu assez cinglant pour que je laisse la place sur la Matinale. Et puis, j’attends. Une intuition. Serait-elle menteuse ? Je veux dire en plus du reste.

Le soir, après son démenti, Philippe Val me confirme par téléphone qu’il n’a «jamais présenté ses excuses à Nadine Morano». Il lui a téléphoné. Par politesse, pour lui expliquer qu’il comprend son émotion mais qu’il n’est pas nécessaire de dramatiser le propos. Donc… Nadine Morano ment. Je sais qu’à cet instant certains imaginent qu’il soit possible que ce soit Philippe Val. Mais, sincèrement, même ses détracteurs les plus zélés peuvent comprendre que s’excuser puis démentir son excuse une heure après, c’est moyen moins.

Du coup, Nadine Morano ment. C’est ma conviction. Alors, oui je sais, ça peut surprendre, mais j’aimerais me hisser au niveau d’ampleur que Nadine Morano a voulu donner à cette tempête dans un verre d’eau tiède en montant à mon tour sur ma caisse en bois pour demander solennellement la démission de Nadine Morano du gouvernement. Qu’elle se reconvertisse au Théâtre des Deux Anes, ou qu’elle ouvre une pizzeria, mais qu’elle démissionne. Et puisqu’elle prend le temps de discuter de mon cas avec ses collègues à l’heure où l’on aimerait que nos impôts servent à rémunérer des individus compétents et concentrés sur le bien public et bien… qu’elle emmène ses collègues de bavassages avec elle. Ça leur donnera le temps de discuter de tout ça ! Je vous serais également reconnaissante, Monsieur le Premier ministre, de ne pas prendre ces quelques remarques pour un "mépris de classe", et encore moins pour un sectarisme gauchiste à l’égard de la droite.

Parce que lorsqu’Henri Guaino, qui est issu d’un milieu certainement aussi modeste que le mien, entre dans les studios d’Inter, il ne viendrait à l’esprit d’aucun journaliste de simplifier ses questions pour qu’il les comprenne et encore moins de lui présenter Bernard Guetta…

Parce que oui, j’oubliais. Ce mercredi-là, à peine arrivée dans les studios, Nadine Morano a demandé qui était Bernard Guetta. Le temps d’intégrer l’idée qu’une responsable politique puisse ne pas connaître Bernard Guetta, Thomas Legrand a tenté de résumer l’interminable CV de notre prix Albert-Londres. Mais, devant l’attention flottante de la ministre, Thomas lui explique grossièrement qu’il s’agit d’un journaliste qui a le «06» de Lech Walesa. Puis, par désespoir ou pragmatisme, il finit par lâcher dans le vide : «C’est le frère de David !» Mais ce n’est pas pour son ignorance crasse que je trouve Morano vulgaire. La vulgarité, c’est aussi une catégorie politique. Par exemple, faire croire que l’on peut définir politiquement ce qui relève ou non de l’identité nationale, je trouve ça vulgaire. Organiser un débat sur la laïcité, c’est noble, le réduire à l’islam, je trouve ça vulgaire. Se moquer de DSK, c’est souhaitable, mais symboliser son foutre par de la béchamel, c’est immonde. Ce que je pense, mais cela n’engage que moi, c’est qu’on a tout à fait le droit de considérer que Nadine Morano est une fille formidable et populaire mais que j’ai aussi celui de la trouver vulgaire.

 

Voilà qui s'appelle mettre les points sur les i ! 

 

http://img4.hostingpics.net/pics/419439aram350.jpg




Source : Libération

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 19:43

http://img15.hostingpics.net/pics/957759MeilleursVoeux2012.jpg

 

Nous voilà à quelques minutes de laisser derrière nous cette année 2011 lourde en rebondissements. J'avais prévu de vous faire une jolie bafouille sur le déroulé du triste scénario que nous avons vécu durant cette année mais comme je viens de le dire cette année a été pleine de rebondissements. Je viens tout juste de m'apercevoir que le modeste beulogue du Papy Mouzeot est classé N°1 des blogs "politique" sur la plateforme Overblog ! Comme quoi la dérision l'emporte sur la propagande.

 

http://img15.hostingpics.net/pics/798974Politique.jpg

 

Quelque part c'est une victoire personnelle que je ne m'explique pas et que je vous dois à tous. Comme indiqué dans l'intitulé de ce blog, celui-ci n'est simplement qu'un compagnon de lutte avec tous les camarades qui œuvrent pour la LIBERTÉ, contre le mensonge et le capitalisme (quel pléonasme !).

En toute sincérité, juste entre nous, j'en suis encore à l'heure de l'apéro et je me tamponne royalement de ces classements. La seule chose qui m'importe est la sincérité, la mienne bien sûr mais surtout celle de tous les "papynautes" qui viennent exprimer leur ras le bol au travers des commentaires qui font vivre ce modeste beulogue. La contestation est comparable à un océan de révolte dont nous sommes tous les gouttes d'eau. Alors BONNE ANNÉE à toutes les gouttes !

 

Je vous disais plus haut que j'avais donc prévu de vous faire une bafouille sur cette année 2011 que nous avons partagé ensemble. Alors que j'étais en train de me creuser le dernier neurone disponible après quelques verres de Jack Daniels voilà que je reçois la newsletter de Mediapart.

Qui mieux qu'Edwy Plenel pouvait donc résumer cette année 2011 mieux que moi ?

Ben... Edwy Plenel lui-même ?

Gagné !

 

http://img15.hostingpics.net/pics/943923Edwy.jpg

 

2011 aura été une année d'immense bascule qui a renversé les certitudes les plus établies. Dans le monde arabe, des dictatures interminables se sont effondrées sous la révolte populaire tandis qu'en Europe, l'Union politique et monétaire est menacée dans sa survie. Des pouvoirs oligarchiques et des partis xénophobes y exploitent la crise financière afin d'attiser la peur et la haine. Qu'attendons-nous pour suivre l'exemple des peuples qui ont pris le risque d'écrire leur histoire plutôt que de continuer à la subir ?

 

Il y a exactement un an, le 31 décembre 2010, Mediapart donnait la parole à Stéphane Hessel qui nous offrait ses vœux de résistance pour 2011. Le succès de son libelle Indignez-vous ! ne faisait alors que commencer, et ne cessera de s'amplifier durant toute l'année et dans le monde entier, au point de donner naissance au mouvement des Indignés, ébauche d'une insurrection pacifique contre un ordre du monde injuste et dangereux.

 



« De quoi faut-il donc que ces jeunes s'indignent aujourd'hui ? s'interrogeait Stéphane Hessel dans ses vœux confiés à Mediapart. Je dirais d'abord de la complicité entre pouvoirs politiques et pouvoirs économiques et financiers. » L'année 2011 n'aura cessé de lui donner raison. En Europe, de la Grèce à l'Italie, les mêmes pouvoirs qui portent la responsabilité de la crise s'en sont saisis pour accentuer la dépossession démocratique, appliquant avec la promotion de gouvernements technocratiques liés aux oligarchies financières cette « stratégie du choc » décrite par Naomi Klein, où les peuples payent seuls la note des désastres du capitalisme (lire ici l'article de Jade Lindgaard).

 

Mais l'histoire n'est jamais écrite, toujours imprévisible dans ses tours et détours. Du moins si nous n'oublions pas que, hommes et femmes, nous en sommes les acteurs, producteurs tout autant que produits des circonstances historiques. C'est ainsi que l'appel à la résistance de Stéphane Hessel connut sa véritable réplique là où la plupart des observateurs ne l'attendaient pas. Lancé par l'exemplaire peuple tunisien, l'écho est venu de ce monde arabe qu'une Europe trop sûre d'elle-même et trop aveugle aux autres croyait condamné aux régimes autoritaires par crainte d'un islamisme diabolisé. « N'attendons pas. Résistons… », nous disait Stéphane Hessel, le 31 décembre 2010. Deux semaines après, le 14 janvier 2011, le dictateur Ben Ali fuyait la Tunisie pour se réfugier en Arabie Saoudite.

 

Quand, en 2009, était paru aux Éditions de l'Atelier Dictateurs en sursis, sous-titré Une voie démocratique pour le monde arabe, ce livre prophétique de l'opposant tunisien Moncef Marzouki, alors en exil forcé en France, Mediapart avait été parmi les rares à y accorder importance et crédit (lire ici l'article de Pierre Puchot). Aujourd'hui, depuis quelques semaines, Moncef Marzouki est président de la République tunisienne, premier président d'une République enfin libre qui invente avec précaution et prudence son futur démocratique. Et il était évidemment, autour de Stéphane Hessel et d'Edgar Morin, parmi les orateurs de la soirée de solidarité et de fraternité organisée à Paris par Mediapart, dès le 7 février 2011, pour saluer les révolutions arabes naissantes.

 



Si nous avons d'emblée évoqué un "89 arabe" pronostic prolongé dans un livre de dialogue avec l'historien Benjamin Stora, ce n'était évidemment pas pour annexer à un passé européen cette histoire inédite qu'inventent désormais, dans la diversité de leurs situations nationales, les peuples arabes. Cette résonance intellectuelle voulait surtout souligner que la séquence ainsi ouverte était de la même ampleur que ce printemps des peuples qui, sur le continent européen, au mitan du dix-neuvième siècle, avait donné définitivement corps aux idéaux démocratiques, les projetant tout autour de la Terre. La démocratie comme idéal de liberté des individus, d'égalité des droits et de fraternité des peuples. La démocratie comme idée plus que jamais neuve.

 

L'onde de choc de 2011 n'en est qu'à ses débuts. Il y aura bien sûr des déceptions et des régressions, des défaites et des reculs, mais une nouvelle histoire s'est mise en mouvement où s'inventeront des solutions politiques inédites et s'instaureront des relations internationales nouvelles. Les manifestants russes qui, en cette fin d'année, se soulèvent contre cette imposture qu'est la "démocratie souveraine" poutinienne, confiscation oligarchique de la volonté populaire, prennent le relais des courageux Tunisiens. De même, l'accentuation récente de la répression des figures de la Charte 08 chinoise, ce manifeste dont la radicalité est simplement démocratique, montre bien le peu de confiance des dirigeants de Pékin dans leur propre système, sa solidité et sa crédibilité.

 

La Charte 08 fut ainsi appelée par ses initiateurs chinois en référence à la Charte 77 tchécoslovaque. Vaclav Havel, qui en fut l'un des animateurs, est mort en cette fin d'année 2011 après une vie passée de la dissidence obscure à la présidence de la République tchèque, tout comme Moncef Marzouki, d'opposant exilé est aujourd'hui projeté à la tête de l'Etat tunisien. Prix Nobel de la Paix en 2010, Liu Xiaobo a été condamné à onze ans de prison en 2009 sous le reproche d'être l'un des rédacteurs de la Charte 08. Il est donc depuis deux ans enfermé au secret pour un délit d'opinion : avoir simplement prôné une évolution pacifique de la Chine vers la démocratie

Dans l'édition française des essais de Liu Xiaobo parue en 2011, avec en annexe le texte complet de la Charte 08, on retrouve intacte la colère d'un homme dont la dissidence fut simplement de refuser le mensonge et de vivre dans la vérité. « En Chine, pratiquement tout le monde a le courage de défier sans vergogne la morale, écrit-il. Tandis qu'on ne trouve presque personne qui ait le courage moral de défier la réalité sans vergogne ». Ce renoncement, cette abdication d'une liberté, celle de résister et de s'opposer, dont nous avons tous la charge, Liu Xiabo l'appelle "la philosophie du porc". Du porc qui se vautre dans la satisfaction immédiate de ses désirs et de ses envies, de sa seule survie à rebours de tout idéal.

 

Vaclav Havel avait préfacé ce recueil, évoquant ce « minimum moral, commun au monde entier, grâce auquel les citoyens de pays aussi éloignés et dissemblables que la Chine et la République tchèque peuvent aspirer aux mêmes valeurs, se solidariser et fonder ainsi des amitiés qui ne sont pas seulement pour la photo – des amitiés réelles ». Conseillant au dissident chinois de ne pas s'inquiéter de l'issue incertaine de son combat et de ne pas exclure une victoire rapide, Havel ajoutait, en une forme discrète d'autocritique : « Ce serait magnifique si, dans votre action, vous arriviez à tirer la leçon des tâtonnements et des troubles que nos pays ont traversés après la chute du pouvoir communiste et à éviter ces accidents de parcours ».

 

Nous y voilà. Vingt ans après la chute de l'URSS, précédée de celle du Mur de Berlin, l'Europe contemple sa défaite. Du moins si l'on admet que l'Europe ici évoquée n'est ni une obligation géographique ni une contrainte économique, mais une volonté politique : une Europe dont la démocratie serait en quelque sorte la seule frontière. Tel était l'idéal originel, né dans les ruines d'un continent ravagé par les guerres, les nationalismes et les racismes, ce continent, et nul autre, où fut, hélas, inventée la barbarie au cœur de la civilisation. Or, tandis que les idéaux démocratiques sont portés, revigorés et réinventés, par des peuples qu'elle a longtemps ignorés ou méprisés, l'Europe semble se résigner à leur déclin.

 

Des peuples congédiés, des banquiers qui gouvernent, des travailleurs méprisés, des étrangers discriminés, des nations défiées, des haines attisées, des peurs suscitées, etc. : au risque de se répéter, tant le constat est désolant, Mediapart n'aura cessé en 2011 de chroniquer ce renoncement démocratique dont la crise financière fut l'accélérateur, devant des peuples pour l'heure impuissants à enrayer cette dérive. Et si, dans cette histoire qui s'avance, inédite et incertaine, le retour de balancier était pour nous, Français et Européens, soudain plongés dans une immense régression quand d'autres, sur tous les continents, s'inventent des futurs ? Serait-ce notre tour, après tant d'inconscience, d'arrogance et de démesure de nos élites dirigeantes, de vivre dans cette porcherie mentale que décrivait Liu Xiaobo ? De devenir spectateurs muets et silencieux, et par conséquents complices, d'une corruption générale de l'esprit public ?

 

La réponse ne dépend que de nous, et c'est évidemment non. Non, parce que nous ferons en sorte que ce ne soit pas. Parce que nous nous indignerons, parce que nous résisterons, parce que nous créerons. Nous, c'est-à-dire vous. Tel est du moins notre souhait et notre engagement pour 2012.

 

 

Edwy Plenel 

 

 

Dans un autre registre notre compagnon Erick Bernard nous présente ses meilleurs vœux non sans un certain cynisme...

 


Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 17:14

http://img11.hostingpics.net/pics/676662Mediapart.jpgL'info part de là...
et demain c'est open pour tous

 



 

Demain, vendredi 2 décembre durant 24 heures (de 0h00 à 24h00) le site Mediapart.fr sera pour l'occasion en accès libre à tous les internautes.
C'est l'occasion unique pour eux aussi de découvrir enfin Mediapart de l'intérieur gratuitement.
Lors de cette Journée portes ouvertes numériques, l'équipe répondra à vos questions, ressortira quelques curiosités de ses archives, diffusera un film sur les coulisses du journal, retransmettra en direct un concert de La Parisienne libérée, mais aussi de nombreux débats sur la campagne présidentielle, sur la crise économique et sur l'investigation, animé par par Frédéric Bonnaud (20h-22h). Pour sa première journée portes ouvertes numériques, Mediapart organise une série de rendez-vous avec ses lecteurs et... futurs lecteurs, auxquels une offre spéciale sera proposée.

Le 2 décembre, c'est la date du lancement du pré-site de Mediapart. C'était il y a a quatre ans, en 2007, quelques mois avant le lancement du journal, le 16 mars 2008.

Tout au long de la journée, une conversation permanente (sous forme de liveblog) permettra aux internautes de poser des questions à l'équipe qui fait, au jour le jour, Mediapart: journalistes, équipes techniques et marketing se relaieront pour leur répondre. Quatre débats, diffusés en direct et en vidéo, rythmeront les échanges :


- la crise financière
(à midi) avec Mathieu Magnaudeix, Laurent Mauduit et Martine Orange, animé par Michel de Pracontal,


- la campagne présidentielle de 2012
(à 16 heures) autour de Stéphane Alliès, Lénaïg Bredoux, François Bonnet et Valentine Oberti (animé par Graham Tearse, journaliste britannique, éditeur des pages Mediapart English),


- la presse en ligne indépendante
(à 17 heures) avec Edwy Plenel et François Bonnet face à Daniel Schneiderman (Arrêt sur images),


- l'investigation (à 20 heures) autour de Fabrice Arfi, Michel Deléan, Louise Fessard et Karl Laske (animé par Frédéric Bonnaud, animateur sur Le Mouv'). Ces quatre débats seront «live-blogués» sur le site et retransmis en vidéo sur Dailymotion (voir plus bas le programme complet).

Nous ressortirons quelques curiosités des archives, et un film inédit vous fera découvrir les coulisses du journal.

A 19h30, la Parisienne Libérée enchaînera quelques morceaux pour un apéro-concert numérique.

 

http://img11.hostingpics.net/pics/682113mediapartinside.jpg

En avant-première juste pour vous, voici un avant-goût de la journée de demain...

 

 

 

 

Le programme de la journée

 

9h00 - 10h00 : Questions techniques, marketing, commerciales - Estelle Coulon, Karine Ledoux, Marine Sentin et Nicolas Silberman
10h00 - 11h00 : Science - Michel de Pracontal
11h00 - 12h00 : La vie du club - Géraldine Delacroix et Marie Gaal
12h00 - 13h00 : Débat en direct sur la crise
13h00 - 14h00 : Questions techniques, marketing et commerciales (partie 2) - Estelle Coulon, Karine Ledoux, Marine Sentin et Nicolas Silberman
14h00 - 15h00 : Culture, idées, arts - Patrice Beray, Joseph Confavreux, Dominique Conil, Christine Marcandier, Antoine Perraud et Hugo Vitrani
15h00 - 16h00 : Logement, immigration, social, environnement - Carine Fouteau, Michaël Hadjdenberg, Jade Lindgaard et Ellen Salvi
16h00 - 17h00 : Débat en direct sur la présidentielle 2012
17h00 - 18h00 : Débat en direct sur la presse en ligne
18h00 - 19h00 : L'actualité internationale - François Bonnet, Thomas Cantaloube et Pierre Puchot
19h30 :
Concert en direct de La Parisienne
20h15 - 22h00 : Débat en direct sur l'investigation


Et toute la journée, Peb & Fox et La p'tite Blan, invités par la rédaction, rythmeront les échanges de leurs dessins saisis sur le vif.

 

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 22:32

Une époque est révolue...

Deux minutes à savourer sans modération. Silvio Berlusconi conspué par la foule à son arrivée à la présidence... un petit avant-goût de ce qui attend Sarközy dans moins de 6 mois.

Dehors les mafieux !

Silvio Berlusconi a quitté son poste par la petite porte, partant du Quirinal, la présidence italienne, par une sortie dérobée sous les huées et les insultes de plusieurs centaines de manifestants venus fêter son départ. La foule conséquente qui entourait la présidence criait "Démission", "Mafieux", "Honte" ou "Bouffon", des mots qui ont "fait beaucoup de peine" à l'intéressé à en croire des dirigeants de son parti, le Peuple de la liberté (PDL). Un orchestre s'est même installé près du palais présidentiel pour jouer l'Alleluia du Messie d'Haendel. Des rassemblements similaires ont eu lieu dans plusieurs endroits de Rome, notamment devant la résidence du mafioso.

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 13:49

http://img4.hostingpics.net/pics/718065Permis.jpg

En France y'a pas de pétrole,
mais y'a de l'idée...

 

C'est fait ! A y est, c'est officiel par un décrêt publié aujourd'hui au Journal Officiel, le nouveau permis de conduire à puce électronique entrera en vigueur le premier janvier 2013.

Plus petit, plus beau, plus fouineur mais surtout plus cher ! Et oui, ce nouveau permis de conduire à puce devra être renouvelé tous les quinze ans (sans examen), sur le même principe que les passeports, vient d'indiquer le ministère de l'Intérieur.

Son prix ? C'est encore un mystère car le ministère de l'Intérieur ignore lui-même si le précieux sésame sera facturé ! Pour l'instant le conducteur devra s'acquitter au minimum des frais d'envoi du nouveau permis.


Mais j'ai déjà un permis de conduire depuis plus de 30 ans alors comment ça se passe moi ?

http://img4.hostingpics.net/pics/661390Permis2.jpg

Personne n'échappera à cette nouvelle réglementation qui découle de l'harmonisation européenne du permis de conduire visant à répondre à un triple objectif : lutter contre la fraude documentaire, garantir la "libre" circulation des personnes (on se demande encore de qui on se fout) et améliorer la sécurité routière (c'est fou ce que je vais mieux me sentir en sécurité avec un permis payant à vie). Les quelques 42 millions de conducteurs français devront s'acquiter de cette mise à jour avant 2033.

2033 ? Et alors ça fera longtemps que j'aurais plus mal aux dents en 2033 !

 

Mais il y a encore mieux que ça...

Le nouveau permis de raquer contiendra même les empreintes digitales du conducteur, ainsi qu'une puce qui permettra de régler les amendes routières par internet ou mieux, se connecter sur le site du ministère de l'Intérieur pour consulter son solde de points de façon plus rapide et commode qu'actuellement.

Quand je vous dit qu'ils sont pas cons au Ministère de l'Intérieur, c'est qu'ils en ont des idées quand ils veulent, elles sont pas toutes bonnes mais ils font des efforts... ils copient sur nos voisins européens.

Grâce à ce dispositif, en cas de contrôle, la police pourra, à l'aide de lecteurs placés dans ses véhicules, vérifier que le permis présenté n'est pas falsifié. En outre, elle aura aussi accès à l'historique du conducteur qui ne devrait plus pouvoir échapper au paiement des PV, y compris dans un autre pays de l'Union que celui dont il est ressortissant. Voyez-vous ça, même les diplomates vont devoir payer leurs prunes !

Les titulaires des permis de conduire de catégories C (poids lourd) et D (transports en commun) devront quant à eux être renouvelés tous les cinq ans, ce qui est déjà le cas au regard de la visite médicale professionnelle pour tous ces conducteurs, sauf que là en plus c'est payant.


Les motards pas épargnés, faudrait pas déconner ! 

Un nouveau permis intermédiaire (A2) refait son apparition pour toutes les motos comprises entre 126 et 600 cm3 et accessible aux jeunes à partir de 18 ans mais plus question d'acheter un gros cube à cet âge car ils sont malins dont notre Ministère de l'intérieur... Les possesseurs du permis A2 devront conduire pendant deux  ans et suivre une nouvelle formation pour prétendre au permis A (toutes cylindrées). Il est évident que les constructeurs vont s'adapter et proposer des moyennes cylindrées de plus en plus puissantes ce qui est déjà le cas depuis pas mal de temps. En France toutes les motos destinées à circuler sur la route sont bridées à 100 CV, que ce soit une 500 cm3 ou bien une 1500 cm3 ! J'ai dit malins, pas intelligents, faudrait pas exagérer ! Se baser sur la cylindrée d'une moto est complétement stupide et les motards le savent bien, il n'y a aucune diffèrence avec un titutlaire du permis A2 possesseur d'une routière sportive de 600 cm3 et un titulaire du permis A qui roule sur une 1000. L'avantage irait même au possesseur de la 600 qui gagne en poids machine. Visiblement les enseignements prodigués par la FFMC n'ont pas porté leurs fruits.

Le permis A (toutes cylindrées), sera quant à lui directement accessible à partir de l'âge de 24 ans. C'est un gag ?

Attends, j'ai 18 piges, je passe mon permis A2, je suis sage et tout, je fais mon stage au bout de deux ans et je peux conduire un gros cube à... 20 ans ! C'est ça ?

Conclusion : plus personne ne passera directement le permis A, autant le supprimer des moto-écoles.

Et comme les gros cubes sont bridés comme mon 600 à quoi il va servir le permis A ?

Dernière nouveauté : une nouvelle catégorie de permis sera créée à partir de 2013 pour conduire un cyclomoteur de 50cm3 : le permis AM.

Les conditions pour le décrocher sont les suivantes :

- il faudra avoir 14 ans.
- avoir réussi une épreuve de code de la route.
- suivi une formation de sept heures dans une école de conduite.

Certainement la mesure la moins conne dans tout ce que j'ai pu découvrir aujourd'hui avec cette réforme du permis de conduire, car c'est bien de ça qu'il s'agit, une réforme déguisée du permis de conduire. Et s'il y a bien une mesure qui me semble assez censée c'est justement parce que ce n'est pas le ministère de l'Intérieur qui l'a pondue, c'est une des nombreuses propositions faites par la FFMC (Fédération Française des Motards en Colère).

 

Au fait, combien ça fait 42 000 000 x ??? € ?

Au bas mot, ça fait bien 42 millions de rackétés et en euros ça doit faire beaucoup plus !

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 18:40

http://img11.hostingpics.net/pics/165853modernwarfare3.jpg

À quoi on joue ?

 

La crise de la dette pousserait-elle le Père Noël à se travestir en ordure ?

Les faits se sont déroulés  samedi dernier. Deux camions de livraison ont été braqués samedi matin, l’un à Créteil dans le Val-de-Marne, l’autre à Mantes-la-Jolie dans les Yvelines. Les deux camions venaient du même endroit, la plate-forme de distribution de la société Micromania, basée à Bonneuil. Et, dans chacun des deux véhicules, des milliers de boîtes du jeu Call of Duty : Modern War 3, un des jeux phare de cette fin d’année.

A 7h30, un camion de livraison vient de quitter Bonneuil et arrive à Créteil. Il est percuté par une voiture. Les deux chauffeurs descendent pour estimer les dégâts lorsqu’ils se trouvent face à deux hommes, encagoulés et armés de couteaux. Visages dissimulés, ils aspergent les deux livreurs de gaz lacrymogène. L’un des agresseurs monte alors au volant de l’utilitaire tandis que son comparse reprend le volant de leur voiture. Et les deux hommes disparaissent, laissant leurs victimes sur la chaussée. Dans le camion, des milliers de Call of Duty.


http://img11.hostingpics.net/pics/734220crazygamer.jpg

 

Dans la ville de Caroleone, à Mantes-la-Jolie, une heure après soit vers 8h30, il n’a fallu que quelques minutes à des malfaiteurs déterminés pour s’emparer d’un camion semi-blindé transportant la cargaison du même jeu. Avant d’arriver au Micromania de Buchelay (Yvelines), le chauffeur voit une puissante voiture lui barrer la route. Il n’a guère le temps de réagir. Trois individus encagoulés surgissent. Braquant une arme de poing, ils lui ordonnent de quitter son véhicule. L’un des malfrats s’enfuit au volant du camion alors que la voiture démarre en trombe, laissant le conducteur sans réaction. Le butin est estimé à 337000 €. En quelques secondes, 5000 à 6000 boîtes de jeu Call of Duty MW3 ont changé de mains. La présentation officielle de cette version du jeu de guerre est prévue demain et fait saliver d’impatience les passionnés.

Le butin total de ces deux braquages est estimé à 780 000 euros.

Ces attaques ne sont pas les premières. En février, près de l’entrepôt Micromania de Bonneuil, un chauffeur a été braqué pour plus de 50000 € de jeux vidéo et de consoles. Quelques semaines plus tard, une embuscade avait été tendue juste à côté à Créteil.

Mais le braquage le plus spectaculaire date de novembre 2007. Au petit matin, armés de kalachnikovs, des malfaiteurs se sont attaqués à l’entrepôt en neutralisant le veilleur et trois salariés. Huit personnes sont prises en otages pour assurer la fuite des gangsters. Le butin etait estimé à 1 M€ !

 

Source : Le Parisien

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans Actualités
commenter cet article

Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule