Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog satirique du Papy Mouzeot
  • Contact

Recherche

The Wall

Archives

Erick Bernard

http://img15.hostingpics.net/pics/375556MTSN.png

12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 18:31

http://img11.hostingpics.net/pics/385256Arte.jpg

Cette vidéo vient d'être censurée tout récemment sur le web
Elle a été supprimée de Dailymotion y compris du site d'Arte !

 

 

Voici enquête qui ne semble pas plaire à tout le monde au moment même où l'on vient d'annoncer de nouveaux plans d'austérité aux français pour trouver 7 à 8 milliards d'euros.

Nous allons tous devoir contribuer à cet effort (surtout les plus modestes) mais savez-vous pourquoi nous devons payer cette dette ?

Savez-vous où va l'argent des fonds d'aide européens ?

Si vous souhaitez le savoir surtout ne zappez pas, vous êtes sur la bonne chaîne.

 

Voici le documentaire diffusé le 1er novembre sur ARTE, intitulé :

LES MILLIONS PERDUS DE L'EUROPE

 Une enquête sur les détournements des fonds d'aide européens. Ou comment, d'une affaire de beurre normand frelaté, on remonte jusqu'à la mafia italienne ! Les aides financières attribuées par Bruxelles ont parfois des utilisations détournées qui mettent en jeu des millions d'euros. Mais que peut faire l'Europe pour lutter contre ces fraudes et ces abus ? À Bruxelles, les réalisateurs constatent que d'anciens commissaires européens se reconvertissent dans le conseil d'entreprises privées, ce qui soulève la question des conflits d'intérêt.

L'enquête commence sur une petite île danoise où un agriculteur a construit des pistes de ski sur ses terres grâce aux subventions européennes. Elle se poursuit en Normandie où le responsable d'une laiterie a été mis en examen pour une escroquerie portant sur un commerce de beurre frelaté. De là, on remonte jusqu'à la mafia italienne...

Un documentaire sans concession sur les vices de forme de certains règlements et sur l'absence de contrôle efficace.

 

 

Durée : 51 min.
Année de réalisation : 2011
Réalisation : Pierre-Emmanuel Luneau-Dorignac, Olivier Toscer

Production : ARTE / FRANCE

 

 

 

Source : Adam Ze Hacœur

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 12:12

Senathon

Une cagnotte de 1,3 milliard d'euros...
Il suffit de chercher là où il faut !


500 millions d'euros d'économies... C'est le montant des économies qui  sera réalisé sur les prestations sociales (allocations familiales et aides au logement) qui seront revalorisées de 1 % en 2012 de manière forfaitaire. Ça c'est Sarközy qui l'a décidé et Fillion qui nous l'a annoncé.

 

1,3 milliard d’euros, c'est ce que le Sénat a accumulé, en ne rendant jamais à l’Etat ses excédents budgétaires. En temps de crise, il serait urgent de rembourser cet argent du contribuable !

 

1,310 milliard d’euros comme trésor de guerre, 1 310 millions d’euros qui dorment tranquillement dans la cagnotte du Sénat, alors que le gouvernement racle les fonds de tiroirs, à la recherche du moindre petit million pour réduire la dette colossale de la France. Cela ressemble à un scandale d’Etat, dont personne ne semble s’émouvoir. Pourtant, en un demi-siècle, les trois cents et quelque sénateurs et les mille deux cents fonctionnaires environ de cette Assemblée, censée être exemplaire, ont confisqué dans les faits l’argent du contribuable pour se constituer un très égoïste trésor de guerre.

 

Comment est-ce possible ?

L’origine de cette incroyable et très contestable cagnotte remonte à la Libération. En effet, pendant la guerre de 1939-1945, le régime de Vichy avait supprimé les dotations financières accordées chaque année à l’Assemblée nationale et au Sénat. Les deux Assemblées ont donc connu d’énormes difficultés de fonctionnement jusqu’à la Libération. En 1945, pour se mettre à l’abri de tels désagréments, les deux Assemblées ont décidé de se constituer, dorénavant, un trésor de guerre… totalement injustifié en temps de paix, dans une démocratie apaisée.

Qu’importe : sénateurs de droite, du centre et de gauche ont décidé de ne plus reverser au Trésor public l’argent non dépensé de la dotation gouvernementale qu’ils reçoivent tous les ans. Sous la IIIe République, ces excédents étaient intégralement reversés à l’Etat. C’était la moindre des choses. Mais, après 1945, les parlementaires se sont accordé sans complexes le droit de garder et de gérer les excédents financiers de l’Assemblée nationale et du Sénat, sans avoir à subir le moindre contrôle d’une quelconque autorité administrative.


Une cagnotte qui grossit

D’année en année, le Sénat a veillé à faire grossir sa caisse noire, dans l’opacité la plus totale. En effet, le premier rapport public sur l’utilisation du budget du Sénat n’a été publié qu’en 2003. Depuis, tous les ans, ce rapport est vendu pour la modique somme de 3,5 €. Mais, c’est un labyrinthe de tableaux et de chiffres difficiles à décrypter, compréhensible aux seuls spécialistes, si bien que les médias s’y sont peu intéressés.


Pas de Cour des comptes au Sénat

Même la Cour des comptes n’a pas pu fourrer son nez dans la comptabilité du Sénat. Cette institution est pourtant chargée de vérifier la bonne gestion de tous les budgets des ministères, des collectivités locales, du Parlement et même de l’Elysée. Tous se plient sans rechigner à cette règle constitutionnelle… tous sauf le Sénat, qui s’exempte lui-même de cette obligation sans être sanctionné ! Avec l’aide d’un expert-comptable, M. Claude Jaillet, France-Soir a donc décidé d’éplucher les 88 pages du rapport d’information du 18 mai 2011 de la « Commission spéciale chargée du contrôle des comptes et de l’évaluation interne sur les comptes du Sénat de l’exercice 2010 ». Et là, les journalistes de France-Soir sont tombés sur la discrète cagnotte du Sénat, à la page 75.


Bien cachée

C’est dans la rubrique comptable "immobilisations financières" que se cache cette cagnotte, valorisée au total à 1,310 milliard d’euros. Trois grands postes principaux y figurent.

Primo, le portefeuille de titres du Sénat proprement dit. Il totalise la bagatelle de 119,8 millions d’euros en actions et obligations de toutes sortes. En clair, depuis des années, le Sénat joue (habilement) en Bourse. Secundo : les 152,8 millions d’euros de prêts (immobiliers pour la plupart) accordés à taux zéro aux sénateurs et au personnel de cette Assemblée par les deux très riches caisses de retraite du Sénat. Troisième poste : les placements financiers et leurs intérêts venant en couverture des engagements de retraite pour 1,026 milliard d’euros. Ces derniers se répartissent entre 499,5 millions d’euros pour la caisse de retraite des anciens sénateurs et 527 millions d’euros pour la caisse de retraite des ex-employés du Sénat.


Deux caisses de retraites en or

Dans les pages 27 et suivantes du rapport parlementaire, l’examen des comptes de ces deux caisses de retraite (qui fonctionnent par répartition et capitalisation) montre qu’elles n’ont nul besoin de se refinancer chaque année auprès de l’Etat. Démonstration avec l’année 2010 : le Sénat a versé à ses retraités 26,7 millions d’euros de pensions, tout en dégageant un excédent de 28,8 millions d’euros. Pour certains ancien dignitaires de la Haute Assemblée, ces pensions s’élèvent à près de 10.000 € mensuels…

 

On peut se féliciter que cette caisse de retraite des sénateurs soit bien gérée, au point d’être assise sur un tas d’or, contrairement à beaucoup d’autres. Mais que cette même caisse continue, chaque année, à solliciter l’aide de l’Etat, comme si elle était en déficit, frôle l’indécence. Même constat pour la caisse de retraite du personnel du Sénat.


Remboursez !

Un seul chiffre résume la florissante comptabilité du Sénat : en 2010, tous budgets confondus, cette Assemblée a dégagé un résultat en excédent de 3,275 millions d’euros sur le dos du contribuable, 3,275 millions inutiles, un trop-perçu qu’il serait juste de rembourser à l’Etat… qui se dit en situation de préfaillite, qui multiplie les plans d’austérité, imposés à tous les Français, qui fait la chasse aux niches fiscales et augmente la TVA.

 

Rendre ce trésor de guerre aux Français semblerait logique. Dans son discours d’investiture, le 1er octobre dernier, le nouveau président du Sénat, le socialiste Jean-Pierre Bel, n’a pas écarté cette éventualité. Au-delà de la justice sociale, cela améliorerait l’image d’une institution pléthorique (348 sénateurs français, contre 100 aux Etats-Unis, 66 en Allemagne et 264 en Espagne), aux émoluments ou avantages élevés (les sénateurs touchent près de 15.000 € brut par mois, dont 6.000 en indemnité mensuelle forfaitaire pour frais).

 

Jean-Pierre Bel a donc admis : « Nous devons changer l’image de notre Assemblée, souvent caricaturée certes, mais qui se doit aujourd’hui à plus de transparence, plus de modestie. Elle se doit d’aller vers une vraie rénovation démocratique, vers une autre façon de travailler […] Nous devons en débattre ensemble, dans un cadre collectif. »

 

Monsieur le président, pour « plus de transparence, plus de modestie » rendez à l’Etat la cagnotte de 1,310 milliard d’euros, puisque tous les ans vous touchez plus d’argent que vous n’en avez besoin. En 1992, le gouvernement de Pierre Bérégovoy avait déjà demandé à l’Assemblée nationale et au Sénat de restituer leurs deux cagnottes… afin – déjà ! – de diminuer le déficit budgétaire.

 

L’Assemblée nationale avait accepté de rendre, en deux fois, 4 milliards de francs (environ 610 millions d’euros). Les divers présidents du Sénat, eux, se sont opposés à tout remboursement, permettant à leur cagnotte de grossir encore. La raison officielle de ce refus était toujours la même : gonflé d’intérêts, ce reliquat des sommes versées par l’Etat constituait une provision en prévision des retraites futures des sénateurs et du personnel de cette Assemblée. On l’a vu, faux argument. Alors, Messieurs les Sénateurs, remboursez ! Un milliard trois cent dix millions d’euros pour diminuer, tout de suite, notre dette sans douleur, qui dit mieux ?

 

Les plus hauts salaires
de la fonction publique

 

Cette caisse noire ne sert pour l’instant presque à rien, sinon à immobiliser des excédents financiers dans un Sénat qui accorde déjà les plus hauts salaires mensuels brut de la fonction publique à son personnel. Un salaire minimum fixé à 3.000 € pour, notamment, les gardiens du Luxembourg, lingères et agents de nettoyage, 6.000 € pour les chauffeurs en début de carrière et jusqu’à près de 20.000 € pour les grands directeurs.

 

Un même Sénat qui fait bénéficier les anciens sénateurs de retraites mensuelles brut canon : 4.400 € en moyenne, 6.600 € pour vingt-deux ans de cotisations et jusqu’à 10.000 € pour une quarantaine de sénateurs « dignitaires ». Cerise sur le gâteau : une indemnité mensuelle (« allocation de retour à l’emploi » payée par le Sénat) pouvant aller jusqu’à 5.542 € est versée à chaque sénateur battu aux élections et sans emploi… pendant trois ans !

 

 

 

Source : France-soir

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 03:38

Morano_Queen.jpgPlus royaliste que son monarque

Nadine Morano, née Pucelle, surnommée "Nadine Commando", ministre de l'apprentissage de son état (ce qui signifie en gros qu'elle est payée une fortune pour apprendre le métier de ministre), semble avoir fait abstraction de ses livres d'histoire et oublié qu'un certain 4 août 1789 les privilèges venaient d'être abolis.
Le commando de Nicolas Sarkozy n'a que faire de l'Histoire pourtant elle ne cesse d'en créer à chacun de ses déplacements.
Outragée par l'outrecuidante plume de Christophe Dollet qui avait relaté un incident survenu dans un aéroport italien, l'ex-Pucelle devenue Morano de par le nom de son ex-époux, ordonna donc à ce que l'impudent soit châtié en conséquences.
La ministre de l’Apprentissage et de la Déformation professionnelle réclamait 15.000 euros de dommages et intérêts au journaliste du quotidien de l’Est Républicain.

Pucelle et capricieuse

Mais qu'aurait donc révélé l'effronté journaliste pour mériter un tel courroux ?
L'article litigieux, titré "Caprice", relatait tout bonnement que Morano aurait refusé de passer les contrôles de sécurité à l'aéroport de Rome-Fiumicino lors d'un déplacement privé, accompagnée de sa mère et sa fille, le 4 mars dernier. Selon le journal, l'incident aurait provoqué un quart d'heure de retard au décollage de l'avion. Cette information avait été recueillie par Christophe Dollet auprès d'une nancéenne dont un proche, employé à l'aéroport de Rome, lui avait confié les raisons de cet incident.
La veille du procès, la ministre avait dit à l'AFP « qu'un ministre ne passe jamais le contrôle avec le public, mais par un salon privé [...] Cet article n'était qu'un pur mensonge ce que j'ai démontré devant la  justice sur la base de preuves irréfutables », avait-t-elle réagi vendredi dans un communiqué où elle salue la condamnation du journaliste. «  Alors que l'on exige à juste titre l'exemplarité des responsables politiques, il convient d'exiger la même chose des journalistes  » avait ajouté la grande gueule. C'est l'hôpital qui se fout de la charité !
http://img11.hostingpics.net/pics/906844ChristopheDollet.jpgL’instruction à l’audience a permis à l’auteur d’expliquer qu’il avait vérifié auprès de plusieurs sources, notamment le contrôle aérien, que le retard de l’avion était imputable « à un retard à l’embarquement dans l’espace VIP ». Christophe Dollet a aussi expliqué qu’en 30 ans de carrière et plus de 4.000 billets au compteur, jamais il n’avait été confronté à une telle violence, « à une volonté de me nuire et de me détruire professionnellement ». Des arguments qui trouvèrent peu d’écho chez le Procureur, qui requit en personne 1.500 euros d’amende.  Son avocate, Maître Marie-José Vohmann a estimé que Mme Morano cherchait « à museler la presse ». Dans son réquisitoire, le procureur Raymond Morey avait pour sa part estimé que le journaliste n'avait « pas pris toutes les précautions, sans preuves directes ». Pour le procureur Morey, « attribuer le retard de l’avion à un caprice constitue un élément objectif de l’atteinte à l’honneur et à la considération ». Le président Formet ne l’a pas entendu autrement en condamnant aujourd'hui l’auteur à 150 euros avec sursis, L’Est Républicain à 150 euros d’amende et un euro de dommages et intérêts. La ministre réclamait 15. 000 euros. Son avocat, Maître Thibaut, représentait sa cliente, « peinée, blessée », pour qui « attribuer le retard à un caprice est une interprétation subjective particulièrement grave ». Maître Vohmann, avocate du journal l'Est Républicain, y vit « une manière de dire : taisez-vous ».
Ainsi donc la justice rétablit Mme Morano dans son bon droit !

Que dit le jugement ?

« Le témoignage de Mme Marcardier (la représentante de l’ambassade de France à Rome qui accompagnait la ministre jusqu’à l’avion) et les documents émanant de la compagnie Air France versés au débat, laissent planer un doute sur la réalité des faits relatés ». Ainsi, le doute ne bénéficie ici non pas à l’accusé, mais à l’accusatrice. On lit plus loin : « Même si aucune certitude ne ressort du dossier, il apparaît que les vérifications opérées par l’auteur de l’article n’ont pas été complètes et qu’il a manqué à la plus élémentaire prudence, en se fondant uniquement sur des propos rapportés, et sur aucun témoignage direct ». Ce jugement ne peut que ravir la ministre. Par contre, elle n’obtiendra pas l’argent espéré puisque le tribunal estime que si sa partie civile est recevable, « en l’absence de preuve démontrant l’importance du préjudice, il ne peut être accordé qu’un euro ». Le président Formet a rejeté la demande de publication légale.



Source :  L’Est Républicain

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 12:59

 

 

Ça s'est déroulé à Montagnac, près de Béziers, trois SDF qui vivaient dans une caravane à la sortie du village, à hauteur de l'arrêt de bus sur la route de Pèzenas, ont été surpris par les eaux cette nuit.
Ils se sont réfugiés dans un arbre, avant d'être hélitreuillés ce matin par les secours. L'un d'entre eux, qui serait d'origine allemande, est porté disparu.
 

Voilà un drame qui confirme que ce sont toujours les plus faibles qui sont exposés en premier à la mort et qu'il est plus qu'urgent de se mobiliser pour réquistionner tous les locaux disponibles pour sauver des vies humaines !

 

Elle est belle cette Europe qui se démène pour éviter de laisser couler son économie capitaliste et laisse crever les miséreux comme des chiens !


A75, à la hauteur de la sortie de Montagnac ce matin à 7h30.

 

 


Animation des intempéries sur la France (projection jusqu'à 17 heures)

Tout l'Est de la France est touché !

 

http://img11.hostingpics.net/pics/557405Satellite.gif



"Source" : Midi Libre

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 17:13

Joelle_Ceccaldi-Raynaud.jpg

La députée sarkozyste qui fraudait le fisc


Note à l'attention de Joëlle Ceccaldi-Raynaud :
CE BLOG N'EST PAS À VENDRE !

 

http://img11.hostingpics.net/pics/798096Ceccaldi.jpgJoëlle Ceccaldi-Raynaud, député-maire de Puteaux (UMP) et proche de Nicolas Sarközy, mise en cause dans une affaire de pots-de-vin relayée par Le Canard enchaîné, a demandé à son équipe d'acheter tous les exemplaires de l'hebdomadaire en vente dans la ville, ont affirmé jeudi un élu d'opposition et un journaliste du Canard. « Non seulement la maire de Puteaux a fait acheter la quasi-intégralité des 600 exemplaires du Canard enchaîné mis en vente mais celle-ci fait régner un climat de peur sur les kiosquiers, certains d'entre eux refusant d'être réapprovisionnés en raison d'éventuelles représailles », affirme le journaliste du Canard Hervé Liffran, confirmant une information révélée par le blog du conseiller municipal d'opposition Christophe Grébert (Modem) .
 « Les kiosquiers ont reconnu des personnes de la mairie. L'un d'entre eux m'a assuré qu'en cas de nouvelle livraison, il mettrait les nouveaux exemplaires sous son comptoir et les renverrait la semaine prochaine pour invendus » a ajouté M. Liffran. Selon le journaliste, c'est une "première" dans l'histoire de l'hebdomadaire satirique.  « Nous avons déjà vu des villes acheter un maximum d'exemplaires mais jamais elles n'ont cherché à empêcher le réapprovisionnement », a ajouté Hervé Liffran.

 

"L'ex-suppléante de Sarko planquait son magot dans des paradis fiscaux"

http://img11.hostingpics.net/pics/137918ceccaldicanard.jpg

Dans son édition parue mercredi, l'hebdomadaire français Le Canard Enchaîné accuse Joëlle Ceccaldi-Raynaud d'avoir caché au Luxembourg, et dans les îles vierges britanniques, au moins quatre millions d'euros d'origine inconnue jusqu'à 2009. Le journal détaille que la proche de Nicolas Sarközy a ouvert en septembre 1996 un compte à la banque privée Edmond de Rothschild, au Luxembourg, au nom d'une société basée aux îles Vierges britanniques, un paradis fiscal.

 

85 exemplaires payés par carte bleue

"L'ex-suppléante de Sarko planquait son magot dans des paradis fiscaux" titre le Canard du 19 octobre. La maire aurait donc sorti les grands moyens. Contacté par Rue89, un diffuseur de Puteaux (qui préfère rester anonyme) raconte. Un homme a poussé la porte peu après l'ouverture. Et a fait chauffer sa carte bleue pour emporter la pile de 85 exemplaires. Facture : 102 euros, à raison de 1,20 euro Le Canard.

 

"Un Canard pour chaque Putéolien"

Son opposant politique, Christophe Grébert, a organisé une distribution gratuite pour les Putéoliens privés de Canard Enchaîné samedi à 16h devant le Monoprix de Puteaux, à deux pas de la mairie. Une opération qu’il a baptisée : "Un Canard pour chaque Putéolien".

http://img11.hostingpics.net/pics/52826090ee.jpg

 

Un nouveau règlement de compte familial

L'instruction judiciaire ouverte à Nanterre pour corruption et abus de biens sociaux est liée à l'attribution d'un marché par le syndicat intercommunal de chauffage urbain de la Défense (Sicudef) à la société Enerpart, créée pour l'occasion par trois associés Jean Bonnefont, ex-dirigeant de Charbonnage de France, Bernard Forterre ex-dirigeant de Vivendi et Laurent Gimel. Enerpart était en concurrence avec d'importants groupes tels que EDF ou Dalkia.
Dans cette affaire, le père de l'élue, l'ex-sénateur-maire UMP de Puteaux, Charles Ceccaldi-Raynaud, avec lequel elle est en conflit ouvert depuis plusieurs années, a été mis en examen en 2007 pour "favoritisme, recel d'abus de biens sociaux et corruption passive". Selon Le Canard Enchaîné, dans le cadre de cette enquête, Charles Ceccaldi-Raynaud a accusé sa fille d'avoir touché des commissions occultes. « Dans cette affaire qui m'est étrangère, je ne puis que regretter le déballage médiatique d'une relation familiale traumatisante pour mes enfants et moi-même, qui me conduit à réfléchir sérieusement à la mise en place d'une mesure judiciaire de protection » a-t-elle affirmé, sans donner plus de précisions.

 

Les faits

En août dernier, Joëlle Ceccaldi-Raynaud avait été entendue comme témoin assisté par Richard Pallain, juge d'instruction de Nanterre chargé de l'enquête sur les malversations financières liées à l'attribution du marché du chauffage de La Défense.
En septembre 2010, le juge a lancé une commission rogatoire au Grand Duché. Il en ressort que Joëlle Ceccaldi-Raynaud a effectivement ouvert un compte au Luxembourg en 1996 sur lequel ont transité d'importantes sommes via des paradis fiscaux. En 2005, le compte contenait plus de 4 millions d'euros. Ces comptes portaient également les noms de ses enfants, Emilie et Vincent Franchi.
Mais en avril 2009, les comptes sont brusquement fermés et l'argent est "transféré vers une destination inconnue", écrit le Canard.
Devant le juge, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a nié que cet argent provenait de commissions occultes. Selon elle, il s'agit de "fonds qui se trouvaient en Suisse et qui appartenaient à sa grand-mère" . Ce que Charles Ceccaldi-Raynaud, bien décidé à torpiller la défense de sa fille, a démenti au juge, déclaration de succession à l'appui. Selon Charles Ceccaldi, sa fille n'a pas touché un tel héritage. L'origine de cet argent resterait donc mystérieuse.
L'enquête judiciaire en reste là pour l'instant... car le juge Pallain a été muté le mois dernier du tribunal de Nanterre à... Tahiti !
Contacté par un journaliste du Canard, la député-maire UMP de Puteaux a refusé de répondre à ses questions.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/352276CanardEnchaine.jpg

 

 

 

Sources : Le Canard Enchaîné, Le Monde, le blog de Christophe Grébert, Rue89

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 01:26

http://img4.hostingpics.net/pics/969657Lille.jpg

Trois nouvelles mises en examen
et une mise à pied

http://img11.hostingpics.net/pics/662076jclagarde.jpgComme annoncé lundi sur ce modeste beulogue, le commissaire divisionnaire de police du Nord, Jean-Christophe Lagarde, a bien été entendu cette semaine par ses collègues de l'IGPN. Après avoir passé la journée de jeudi en garde à vue,  le patron de la sûreté départementale du Nord, a été mis en examen pour proxénétisme aggravé en bande organisée et recel d'abus de biens sociaux puis placé sous contrôle judiciaire depuis vendredi soir.

Ses étroites relations avec notre "Bill Clinton national", Dominique Strauss-Kahn, apportent une nouvelle dimension à l'affaire de proxénétisme de Lille qui remonte jusqu'au gratin de la politique.

Les questions de ses collègues de l'IGPN avaient porté sur les déplacements organisés à Paris avec des prostituées mais aussi sur ses trois voyages à Washington, dont le dernier du 11 au 13 mai 2011, à la veille du scandale du Sofitel de Manhattan. Jusqu'ici, cinq personnes avaient été mises en examen pour proxénétisme aggravé en bande organisée dans cette affaire, dont le propriétaire du Carlton, Hervé Franchois, son directeur Francis Henrion, et son chargé des relations publiques René Kojfer ainsi que le responsable d'une filiale du groupe de BTP Eiffage, David Roquet, écroué depuis la semaine dernière et mis à pied par son entreprise depuis hier. Seul l'avocat Emmanuel Riglaire a été laissé libre.

 

 

René Kojfer affirme que le commissaire a réservé pour quelques-uns de ses amis des "chambres avec cadeau", c'est-à-dire des prostituées, au Carlton et à l'hôtel des Tours à Lille... Plus embarrassant, le policier aurait participé lui-même à des soirées tarifées, notamment avec Dominique Strauss-Kahn quand il était patron du FMI. Voire les aurait coorganisées avec David Roquet, le directeur de la filiale d'Eiffage.

 

La veille, mercredi 19, c'est un autre protagoniste du dossier et son ancienne compagne qui ont été déférés après leur garde à vue. Fabrice Paszkowski, gérant de société pharmaceutique, est présenté comme l'homme qui aurait mis en contact DSK avec les autres membres du groupe. Un intermédiaire efficace, investi en politique, à gauche, ami de la famille Mellick et qui aurait lui aussi participé aux parties fines, à Paris et à Washington. Fabrice Paszkowski a aussi été mis en examen pour proxénétisme, abus de biens sociaux, association de malfaiteurs et escroquerie et a été placé en détention provisoire. Son ex-compagne Virginie Dufour, a été mise en examen pour proxénétisme aggravé en bande organisée et escroquerie mais laissée libre, elle aurait financé les billets d'avion par le biais de sa société d'événementiel.

La justice s'était penchée sur leur cas à propos du réglement des frais liés à ces voyages outre-Atlantique à trois reprises entre décembre 2010 et mai 2011 à Washington, auxquels a participé le commissaire Lagarde et comprenant des rencontres avec l'ex-directeur du FMI.

La Voix du Nord a affirmé que des jeunes femmes, présentées comme des "secrétaires" d'Eiffage pendant le premier voyage, les accompagnaient lors de ces escapades.

 

Eiffage a indiqué dans un communiqué qu'il se "réserve d'utiliser toutes les voies de droit pour faire en sorte que son image ne soit pas mise en cause au titre d'actes individuels qu'il condamne fermement".

Il serait reproché à ces chefs d'entreprise d'avoir participé au montage financier permettant de régler les frais liés à des soirées avec des prostituées à l'hôtel Murano à Paris, auxquelles auraient participé Jean-Christophe Lagarde et Dominique Strauss-Kahn.

 

 

David Roquet s'explique

Voici ce qu'a expliqué ce directeur d'une filiale du groupe de BTP Eiffage dans le Pas-de-Calais à propos des rendez-vous organisés à Paris :

« En fait, c'est Fabrice Paszkowski qui m'a dit qu'on avait l'occasion de déjeuner avec monsieur Strauss-Kahn et qu'il apprécierait que je ramène des copines, en fait des prostituées ». La première rencontre aurait eu lieu en mars 2009, d'abord au restaurant L'Aventure (un club restaurant proche de l'Étoile) où les protagonistes auraient commencé à avoir des relations sexuelles avant de poursuivre leurs ébats dans un hôtel luxueux du boulevard du temple, le Murano. Deux autres rendez-vous ont lieu début et fin 2010, toujours au Murano.

L'une de ces scènes est ainsi décrite par le chef d'entreprise : « Je suis allé avec Jade, une prostituée que René Kojfer, m'avait fait connaître. Il y avait Fabrice et Jean-Christophe Lagarde. On s'est retrouvés à la gare et puis, à quatre, nous sommes allés sur Paris. Nous nous sommes rendus dans un hôtel, l'hôtel Murano. Nous avons mangé dans la chambre puis nous avons eu des relations sexuelles tarifées. Chacun était avec sa copine, moi j'étais avec Jade, DSK avait aussi sa copine et il y avait d'autres personnes ».

 

Trois voyages ?

A la question des policiers : « Est-ce que M. Strauss-Kahn a payé quelque chose ?
– Non, il était invité, répond  David Roquet.
– Il était invité mais il venait avec une copine ?
– Oui ! »

Si les faits étaient établis, ils pourraient constituer de l'abus de bien social, et donc du recel d'abus de bien social pour les bénéficiaires. La société de Virginie Dufour aurait, elle, pris en charge les billets d'avions de plusieurs déplacements à Washington auxquels auraient participé David Roquet, Jean-Christophe Lagarde et Fabrice Paszkowski. Trois voyages ont été relevés par les enquêteurs : en décembre 2010, février 2011 et du 11 au 13 mai 2011, soit la veille du samedi 14 lorsque le patron du FMI sera arrêté à New York.

La veille de l'arrestation et incarcération de Dominique Strauss-Kahn à New York. Les policiers ont saisi le passeport de David Roquet avec ses visas et un billet d'avion retour. David Roquet a affirmé que les billets d'avion ont été réservés à chaque fois par son ami Fabrice Paskowski, via l'agence événementielle de sa compagne, Virginie Dufour : « C'est sa société qui avançait l'argent, et ensuite elle établissait une facture ; c'est pareil avec Fabrice : il organisait, il prenait la moitié des frais et me disait ce qu'il me restait à charge [...]  Je tiens à préciser que le prix de chaque nuit était de 1 200 euros la nuit, et cinq chambres étaient réservées ». La filiale d'Eiffage, Matériaux enrobés du Nord, aurait réglé une large partie de l'addition : entre 12.000 et 15.000 euros. Économe sur les deniers de son entreprise, David Roquet prenait, dit-il, des billets ordinaires et non business.

Billets de train, d'avion, boissons, déjeuners, dîners... «  Au dos des factures, j'indiquais DSK et le nombre de personnes présentes », a ajouté David Roquet, précisant que cela se faisait "avec l'aval de son patron". Le salarié a également expliqué que certaines sociétés "dépensaient des dizaines de milliers d'euros pour manger une fois avec un conseiller général ou un ministre", afin de promouvoir leur activité.

incontrolable

« J'étais fasciné par DSK ! »

À David Roquet, les policiers demandent encore :

« Comment étaient organisées ces soirées ?
Réponse du responsable du BTP :

– En fait, on calait nos agendas pour organiser ces soirées.
– Qu'est-ce qui a motivé leur organisation ?
– C'est Fabrice qui m'a fait connaître M. Strauss-Kahn. J'étais fasciné par ce dernier et Fabrice m'avait dit qu'il le connaissait très bien. Je voulais savoir si c'était vrai et donc c'est parti comme ça et les soirées se sont organisées. Mais ces soirées ne m'ont jamais rien amené.
– Cela a ramené quelque chose à Fabrice ou à Jean-Christophe ?
– Non, absolument rien ».


Les éventuelles contreparties de ces "cadeaux" sont évidemment l'un des volets de l'enquête.

 

http://img11.hostingpics.net/pics/731819Carlton.jpg

Deux hôtels, le Carlton et l'Hôtel des Tours, propriété de M. Henrion, devaient être fermés sur ordre des juges vendredi après-midi, mais sont restés ouverts. Constatant la présence de clients dans l'après-midi, la police judiciaire a indiqué qu'elle référerait au juge d'instruction d'une "obstruction à la justice", selon un employé.

 

 

Du petit maquereau aux gros requins

http://img11.hostingpics.net/pics/881907Dodo.jpgTout a démarré avec l'arrestation de Dominique Alderweireld dit "Dodo la saumure", proxénète de son état, tenancier de maisons closes, jusqu'à 11 établissements répartis tout au long de la frontière, de Tournai, en passant par Courtrai, Renaix, Péruwelz, Mons, jusqu'à Couvin. Dans le collimateur de la justice depuis l'année 2000, le maquereau officiait aussi comme "indic" depuis les années 1980. Persuadé d'être à l'abris de la justice, croyant être protégé par des grands pontes de la police lilloise qu'il avait corrompu, Dodo la saumure est allé beaucoup trop loin. Jusqu'à inviter les médias pour inaugurer son "Smoke Havanas" en 2010 ("restaurant" fumeur avec carte de membre), vite rebaptisé Le Low Cost, la carte de membre n'étant plus nécessaire. Puis brusquement tout s'accélère avec l'arrestation en Belgique de Dominique Alderweireld, alias ainsi que de Béatrice, sa compagne, qui dévoilera un réseau de prostitution hôtelière d'envergure internationale.

Vient ensuite l'implication policière et le rôle supposé du divisionnaire Lagarde, ancien adjoint du commissaire Neyret, tombé récemment pour trafic de stupéfiants à Lyon, dans le réseau. Pour un avocat, familier du dossier, la bande cherchait notamment à compromettre des policiers dans ces soirées coquines. Plusieurs fonctionnaires, tel Menault, auraient compris le piège. En toile de fond, la traditionnelle guerre des polices était vive à Lille, PJ et Sûreté voulant chacune à étendre sa zone d'influence. La Sûreté, effectifs gonflés à 80 hommes, aurait fini par agacer. La franc-maçonnerie fait aussi partie du décor, la plupart des noms mentionnés se retrouvant au Grand Orient mais pas toujours dans la même loge.

L'apparition du nom de Dominique Strauss-Kahn n'a fait qu'amplifier l'affaire. Le nom de l'ancien patron du FMI revient souvent dans les écoutes mises en place début 2011. Notamment dans la bouche de René Kojfer, "chargé des relations publiques du Carlton" sur sa carte de visite mais surtout vieille connaissance de Dodo la saumure. Parties fines dans la capitale, escapades à Washington alimentaient les conversations. Des bavardages et des vantardises, qui, ajoutés au rapport du patron de la Sécurité publique du Nord, avaient sans doute fini par provoquer un peu de bruit à Paris.

 

http://img4.hostingpics.net/pics/261383DSK.jpg

 

 

Source : Le Point

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 16:11

Sevices comprisOn a échappé au pire !

 

Quand je pense à une certaine candidate du PS qui s'était présentée pour diriger notre pays tout entier... elle ferait mieux de s'ocupper des affaires de sa propre ville !

 

Six hommes et une femme ont été mis en examen ces derniers jours, soupçonnés d’avoir pris part à un réseau de prostitution qui avait pour cadre trois hôtels de Lille. Une affaire qui pourrait impliquer des fonctionnaires de police.

 

L’affaire qui fait trembler les notables lillois

http://img11.hostingpics.net/pics/329761Carlton.jpgLe propriétaire du Carlton, luxueux hôtel à deux pas de la célèbre Grand-Place de la capitale des Flandres, un cadre supérieur de l’établissement, le roi des nuits lilloises, un chef d’entreprise qui jouait les entremetteurs, un avocat de renom… la sulfureuse affaire de proxénétisme qui éclabousse depuis une dizaine de jours des notables lillois promet de nouveaux rebondissements.

Tout est parti du palace tout proche de la Grand'Place de Lille, l'hôtel Carlton, qui n'a plus aucun dirigeant de premier plan car tous ont été mis en examen et incarcérés pour une affaire de proxénétisme aggravé.
Il s'agit de 3 hommes : Hervé Franchois, 70 ans, le propriétaire de l'hôtel ; Francis Henrion, 46 ans, le directeur et René Kojfer, 69 ans, le chargé des relations publiques. Ils sont suspectés d'avoir proposé les services de plusieurs prostituées à leurs clients, directement dans l'hôtel Carlton.

Un quatrième homme a été interpellé et non des moindres. Il s'agit d'un célèbre avocat lillois, Emmanuel Riglaire qui aurait présenté à Kojfer une jeune femme devenue du coup prostituée, selon La Voix du Nord. L'avocat lillois a été mis en examen lui aussi pour “proxénétisme aggravé en bande organisée” et “association de malfaiteurs” a précisé hier le parquet. Il a été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

Samedi 15 octobre, c'est un cinquième suspect, un entrepreneur de travaux publics à Annay-sous-Lens (Pas-de-Calais) : David Roquet, qui a été placé en détention provisoire.


Des policiers de nouveau sur la sellette

Un commissaire divisionnaire de police du Nord, connu pour être un intime d’un "homme politique au parcours chaotique", pourrait être le prochain à faire les frais de ce scandale. Il s'agirait de Jean-Christophe Lagarde, chef de la sûreté départementale, qui côtoya il y a plusieurs années à Lyon le commissaire Neyret, aujourd'hui accusé d'être un "ripou", s'attend à être placé en garde à vue. Le fonctionnaire pourrait avoir mis des prostituées à la disposition de personnalités, voire les avoir accompagnées à Paris pour des rendez-vous galants. L’inspection générale de la police nationale (IGPN) a laissé ses enquêteurs sur place ce week-end. Le nom de ce policier, ainsi que celui de trois autres officiers en retraite, a été cité par les prostituées entendues par un groupe restreint d’enquêteurs de la police judiciaire lilloise, qui depuis fin mars travaille sur ce réseau.


Après le scandale du Sofitel de New-york, le Carlton de Lille

http://img11.hostingpics.net/pics/505793Motel.jpgQue se trame-t-il dans les hôtels de grand luxe ?

Quel intérêt pour le ou les responsables d’un établissement de grand luxe de fricoter avec des proxénètes et des prostituées ? Juste pour satisfaire le client ? Au risque de se faire prendre la main dans le sac ? Pour gagner de l’argent ? Peut-être un peu les deux, mais le plus important, sans doute, c’est l’impression d’être au centre d’un réseau occulte dans lequel se côtoient des personnalités de la finance, de la politique, etc. Avec aussi cette petite décharge d’adrénaline qui met du piment dans la vie. Car tout le monde sait bien que l'on est de plain-pied dans l’illégalité.

Cette affaire nous rappelle étrangement le feuilleton américain débuté au mois de mai dernier, un autre "notable" bien plus célèbre, glissait sur une savonnette de sa salle de bain du Sofitel (groupe Accor). Son nom : DSK.

Quel lien pourrait bien relier le Sofitel au Carlton ?

Le commissaire divisionnaire Jean-Christophe Lagarde suggère qu'un "homme politique au parcours chaotique", pourrait être le prochain à faire les frais de ce scandale.

Selon Le Journal du dimanche, « au moins deux prostituées » citent DSK « comme un client de ce réseau » au sujet duquel « plusieurs voyages suspects outre-Atlantique ont été identifiés ».

 

DSK veut être entendu dans l'affaire CARLTON

Dominique Strauss-Kahn a demandé dimanche à être "entendu le plus rapidement possible par les juges" en charge de l'enquête sur l'affaire de proxénétisme du Carlton de Lille. 

L'ancien directeur du FMI a demandé qu'il "soit mis un terme aux insinuations et extrapolations hasardeuses et encore une fois malveillantes".  

 

 

110 employés en guise de "boucliers humains"

Ce matin une vingtaine de salariés de l'hôtel Carlton de Lille se sont rassemblés dans le quatre étoiles et redoutaient une application de la fermeture de trois mois décidée par les juges enquêtant sur une affaire de proxénétisme en lien avec l'établissement.
« On s'attend au pire. On est dans le flou le plus total », a déclaré Cédric Hennequart, réceptionniste au Carlton depuis 2007.

Selon lui, l'affaire de proxénétisme qui a valu aux trois responsables de l'hôtel d'être mis en examen et écroués relève de "la science-fiction". « Il n'y a pas de prostitution à l'hôtel Carlton », a affirmé M. Hennequart.
« Je suis triste, on va tous perdre notre travail », a quant à elle déploré Bérengère Schack, femme de chambre depuis 13 ans, qui ne croit "pas du tout à cette histoire".
« On a de la famille, des enfants à nourrir », a renchéri Justine Diasonama, femme de chambre elle aussi.
« On est dans le flou, comme tout le monde. On apprend tout par la presse » a déclaré Jalania Puthod, directrice adjointe assurant l'intérim à la tête de l'hôtel. « Tout ce qu'on veut, c'est qu'on nous laisse travailler », a-t-elle ajouté.

 

 

 

 

 

Sources : Le Parisien, BFMtv

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 17:21

http://img11.hostingpics.net/pics/379223burningbook.jpgAvec le décès de Lise Bonnafous
c'est tout
le corps enseignant
du Languedoc qui est en deuil


L'enseignante du lycée Jean-Moulin de Béziers est décédée vendredi des suites de ses blessures après s'être immolée par le feu la veille dans la cour de l'établissement, où ses collègues depuis le drame exprimaient leur désarroi et aussi leur difficulté à mener à bien leur mission.

Brûlée sur 95% du corps

Selon une source médicale, l'enseignante de 44 ans, professeur de mathématiques, "était brûlée au 3e degré sur 95% du corps". "Le corps a besoin de la peau pour respirer et avec ces brûlures, elle n'aurait pas pu survivre en raison des infections", a ajouté cette source.

A la mi-journée, les collègues de l'enseignante avaient lu, devant les grilles du lycée, un message de "solidarité pour Lise", brandissant de petites pancartes blanches intitulées "Plus jamais ça", "On veut des actes". "Hier, une enseignante a choisi de s'immoler dans la cour du lycée à l'heure de la récréation. Cet acte symbolique nous bouleverse et nous interroge tous", avaient déclaré les 280 professeurs du lycée dans ce communiqué.

"Son geste appelle à la solidarité de l'ensemble des personnels et témoigne de notre difficulté à accomplir notre mission. Nous attendons donc l'engagement responsable de nos autorités", ajoutaient-ils.

Interrogé par l'AFP à la nouvelle du décès, l'un d'eux, Christophe Quittet, a annoncé la tenue d'une "marche blanche" lundi à 14 h au départ de l'établissement. Selon lui, les cours ne reprendront pas lundi matin, en vertu d'un droit de retrait éventuellement reconductible.

Cellule de soutien psychologique

Vendredi, l'établissement avait rouvert ses portes pour accueillir les élèves et enseignants qui souhaitaient être entendus par la cellule de soutien psychologique, qui avait déjà pris en charge jeudi après-midi plusieurs dizaines d'élèves très choqués et qui devait encore fonctionner plusieurs jours.

Une action est par ailleurs prévue mercredi 19 octobre à 17 heures à Montpellier, dont le point d'arrivée sera l'inspection d'académie, selon M. Quittet. La victime donnait des cours depuis 10 ans dans ce grand lycée de 3 000 élèves, deuxième cité scolaire du Languedoc-Roussillon.

Elle avait annulé son cours de 9h 

Selon plusieurs témoins, elle avait annulé le cours qu'elle devait donner entre 9 h et 10 h jeudi. Puis, peu avant la récréation, elle s'est placée sous le préau et s'aspergée d'essence très calmement avant d'y mettre le feu et d'avancer dans la cour sous les yeux des élèves, terrifiés, dont certains lui sont venus en aide.

Décrite comme très fragile psychologiquement, notamment suite au décès de son neveu, l'enseignante "bénéficiait d'un accompagnement pédagogique et médical", avait indiqué jeudi le ministre de l'Education nationale Luc Chatel, venu sur les lieux, refusant à ce stade de confirmer le lien, avancé par le parquet, entre ce geste de désespoir et son activité professionnelle.

Si ses collègues se veulent prudents sur les raisons de cet acte, l'un d'entre eux estimait jeudi soir, sous couvert de l'anonymat, que la "pression ambiante était peut-être trop forte" et qu'"une écoute aurait peut-être évité ce passage à l'acte".

"Au cours des années, on a vu le métier évoluer, le public changer, les réformes arriver, des réformes nécessaires mais bien souvent menées à l'emporte-pièce, sans discernement, dans l'urgence, et à un moment donné il peut arriver ce genre de geste", confiait-il.

Au niveau national, le SNES, premier syndicat du secondaire, a réclamé un débat sur le métier d'enseignant après cette tragédie. Il souhaite notamment "interpeller le ministre sur l'importance de la mise en place d'une véritable médecine du travail dans l'Education nationale" et l'amélioration des "conditions générales de travail des enseignants, dont la pénibilité s'est considérablement accrue ces dernières années".

 

J'adresse toutes mes pensées à sa famille et ses proches.

 

 

 

Source : Midi Libre

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 21:13

http://a35.idata.over-blog.com/4/16/26/23/Album/Club-Merd.jpgFukushima, Hiroshima :
un même destin

 

Ce soir France 3 duffisait un documentaire inédit à ne pas manquer et initulé La face cachée de Hiroshima, réalisé par Kenichi Watanabe (rediffusé vendredi 14 à 02h35).

Ce documentaire nous projète en pleine actualité car pendant que la crise économique fait rage, les révélations se succèdent au Japon à propos de la catastrophe de Fukushima (ou rien n’est réglé). Les anciens membres du gouvernement lâchent des informations inquiétantes mais importantes : le Plutonium a voyagé sur plus de 45 km au Nord-Ouest de la centrale. Les habitants sur un rayon de 250 km autour de la centrale, et donc Tokyo, auraient dû être évacués !!!

 

 

 

 

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 17:41

http://img11.hostingpics.net/pics/382409chantalboix.jpgFraude électorale à la CCI de Montpellier

 

Chantal Boix, la présidente du tribunal des prud'hommes de Montpellier, a été mise en examen dans l'affaire de fraude présumée lors de l'élection à la présidence de la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) de la ville, a-t-on appris aujourd'hui de source proche du dossier.

Placée en garde à vue mardi 11 octobre, Mme Boix a été mise en examen pour "fraude électorale", "faux en écritures privés et usage", a-t-on précisé de même source, ajoutant qu'elle avait été remise en liberté sans contrôle judiciaire. Deux chefs d’entreprises du Montpelliérain, également entendus par la police judiciaire depuis mardi matin comme madame Boix, ont été remis en liberté hier en fin de matinée, sans être mis en examen.


14 personnes sont placées sous contrôle judiciaire

Dans cette affaire de fraude présumée lors des votes électroniques pour l'élection en décembre de Gabrielle Deloncle à la tête de cette CCI, Mme Boix est la quinzième personne à être mise en examen. Quatorze sont placées sous contrôle judiciaire.

http://img11.hostingpics.net/pics/121023deloncle.jpgEn mai, la présidente de la CCI de Montpellier, Mme Deloncle, avait été entendue en tant que témoin assisté. Mais aucune charge n'avait été retenue à son encontre dans cette affaire qui a débuté après une plainte du Medef, dont la liste, conduite par le président sortant de la CCI, Rudy Lovino, a été battue.

Début août, la préfecture du Languedoc-Roussillon a dissous l'assemblée générale de la CCI de Montpellier à la suite de la démission de 26 membres (sur 50 au total) en opposition avec l'actuelle présidente Gabrielle Deloncle. Cette dissolution a été décidée afin que l'élection puisse avoir lieu dans "les meilleures conditions", avait expliqué la préfecture, soulignant que la CCI serait dirigée, dans l'attente de l'installation de la nouvelle assemblée, par une commission provisoire, composée de quatre membres.

 

 

Source : Midi Libre

Repost 0
Published by Papy Mouzeot - dans C'est un scandale !
commenter cet article

Résistance

http://img15.hostingpics.net/pics/536082PartiPirate.gif

 

http://img15.hostingpics.net/pics/276086Anticor.gif

 

Soutenez la Quadrature du Net

 

Les Fakes de Grats

 

http://francismizio.net/ftp/jesuispartoutgif.gif

 

Diablo

 

Coco Magnanville

 

Goolgueule